KIA Magentis 2,5 l V6 SE

ESPACE ROUTIERE
  • Mariage V6 + BVA
  • Prix/Equipements
  • Confort
  • Détails de finition
  • Coffre
  • Consommations

Prix : 23 690 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 6 cylindres en V - 24 soupapes Injection essence - 2 ACT
Cylindrée 2493 cm³
Puissance maxi 170 ch à 6000 tr/min
Couple maxi 23.40 mkg à 4000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.72 m
Largeur 1.81 m
Hauteur 1.41 m

Poids

Total 1500 kg

Capacités

Coffre de 0 à 386 dm³
Réservoir 65 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 209 km/h
0 à 100 km/h 0.00 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 8.30
Urbaine 15.30
Mixte 10.90
Essai 10.10

KIA de classe

KIA a décidé d'arborer son logo sur nos routes et pas uniquement sur un ou deux modèles. Le constructeur coréen propose une voiture située au-dessus de la Shuma II et même nettement au-dessus. La classe supérieure est carrément ciblée puisque la Magentis vise la concurrence des BMW série 5, MERCEDES Classe E ou PEUGEOT 607. Présomptueux ? Sûrement vis à vis d'une allemande mais pas si farfelu quand il s'agit de viser une classe supérieure coréenne pour le prix d'une gamme moyenne européenne. Et puis, il y a le charme de l'exclusivité que j'avais déjà découvert et apprécié dans la XG de HYUNDAI (une autre coréenne).

KIA la ligne

La Magentis est de gabarit respectable avec ses 4,72 m et sa ligne "à l'ancienne", large et basse. A l'opposé d'une RENAULT Vel Satis, haute et massive, la KIA reste fidèle à la tradition classique d'une grande berline, avec une tendance typée américaine. La face avant encadre une imposante calandre avec une grille typée coupe frites, façon CADILLAC. Les phares sont sous glace lisse, avec antibrouillards dans le bouclier peint de la même couleur que la voiture. La ligne est élégamment soulignée par un jonc qui parcourt le haut des vitres. On retrouve des traces de "chrome" sur les poignées de porte et le bas de couvercle de coffre. L'arrière, restons-y, rappelle celui de la BUICK Park Avenue des années 90. Le coffre peut être ouvert avec la télécommande mais il est de contenance limitée, handicapé par les passages de roue imposants. L'intérieur s'ouvre sur des seuils de porte en inox estampillés, normal dans ce secteur. Cet effort de présentation se retrouve dans la sellerie tout cuir, avec rappel sur les portes, fournie en série. Le bois (peut-être faux mais beau) a pris place sur la console et les accoudoirs. Ces deux matériaux nobles sont uniquement offerts avec la version V6. La seule fausse note est donnée par quelques plastiques durs, "rayables" qui détonnent avec le reste de la sellerie. Dans l'ensemble, on voit que KIA soigne les occupants de sa Magentis. Cela commence par les nombreux rangements intérieurs qui compensent la faiblesse du coffre. On trouve des coffres, des bacs, des aumônières et un étui à lunettes. La version V6 offre en plus le réglage électrique du siège conducteur. Le volant reste réglable manuellement et uniquement en hauteur. Dire que la KIA est naturellement bien équipée frôle le pléonasme. Vu la cible de la voiture, les équipements de série incluent airbags avant, ABS, pack électrique vitres et rétroviseurs et système audio laser avec 4 HP. La classe de la Magentis n'omet ni la climatisation, ni les jantes alliage (en 15 pouces) chaussées MICHELIN, ni la peinture métallisée. La version V6 y ajoute les airbags latéraux et un antipatinage. Paradoxalement, la Magentis souffle le chaud avec nombre d'attentions dont l'éclairage du contact et le froid en oubliant des éléments de conforts anodins, tels que les miroirs de courtoisie sur le pare-soleil conducteur, ou plus typés luxe comme un ordinateur de bord, une climatisation automatique voire un régulateur de vitesses. Cela dit, on se console immédiatement à l'idée, pour ce prix, d'avoir du cuir et la climatisation (manuelle). La vraie force de la Magentis est le prix d'ami que KIA a pratiqué. La version haut de gamme, équipée du V6 et badgée SE, est affichée à moins de 24.000 € (soit environ 155.000 FF). Si c'est encore trop cher, l'autre version LX (de base) équipée d'un 2 l (136 ch) coûte 4.000 € de moins, soit environ 129.000 FF. L'atout supplémentaire de la Magentis SE dont on n'a pas parlé, se cache sous le capot : un 6 cylindres en V de 2,5 l qui délivre 170 ch. Indispensable dans une classe supérieure, cette motorisation est exclusivement associée à une boîte automatique. Cette boîte est de type séquentiel à 4 rapports, avec une certaine forme d'intelligence. Elle tient le rapport et rétrograde en-dessous de 1000 tours. Si on trouve que les rapports passent trop tôt, on peut typer sa boite plus "sport" en usant de la commande séquentielle qui laisse une relative liberté de manœuvres au conducteur. Notons que le rapport engagé est rappelé au compteur. Le V6 s'exprime donc pleinement dans la Magentis et grâce à la boîte auto, le plaisir de conduire est total. La KIA est confortable, bien insonorisée et dotée d'un freinage efficace.

Qui accumule

Dans l'ensemble, on voit que KIA soigne les occupants de sa Magentis. Cela commence par les nombreux rangements intérieurs qui compensent la faiblesse du coffre. On trouve des coffres, des bacs, des aumônières et un étui à lunettes. La version V6 offre en plus le réglage électrique du siège conducteur. Le volant reste réglable manuellement et uniquement en hauteur. Dire que la KIA est naturellement bien équipée frôle le pléonasme. Vu la cible de la voiture, les équipements de série incluent airbags avant, ABS, pack électrique vitres et rétroviseurs et système audio laser avec 4 HP. La classe de la Magentis n'omet ni la climatisation, ni les jantes alliage (en 15 pouces) chaussées MICHELIN, ni la peinture métallisée. La version V6 y ajoute les airbags latéraux et un antipatinage. Paradoxalement, la Magentis souffle le chaud avec nombre d'attentions dont l'éclairage du contact et le froid en oubliant des éléments de conforts anodins, tels que les miroirs de courtoisie sur le pare-soleil conducteur, ou plus typés luxe comme un ordinateur de bord, une climatisation automatique voire un régulateur de vitesses. Cela dit, on se console immédiatement à l'idée, pour ce prix, d'avoir du cuir et la climatisation (manuelle).

La vraie force de la Magentis est le prix d'ami que KIA a pratiqué. La version haut de gamme, équipée du V6 et badgée SE, est affichée à moins de 24.000 € (soit environ 155.000 FF). Si c'est encore trop cher, l'autre version LX (de base) équipée d'un 2 l (136 ch) coûte 4.000 € de moins, soit environ 129.000 FF. L'atout supplémentaire de la Magentis SE dont on n'a pas parlé, se cache sous le capot : un 6 cylindres en V de 2,5 l qui délivre 170 ch. Indispensable dans une classe supérieure, cette motorisation est exclusivement associée à une boîte automatique. Cette boîte est de type séquentiel à 4 rapports, avec une certaine forme d'intelligence. Elle tient le rapport et rétrograde en-dessous de 1000 tours. Si on trouve que les rapports passent trop tôt, on peut typer sa boite plus "sport" en usant de la commande séquentielle qui laisse une relative liberté de manœuvres au conducteur. Notons que le rapport engagé est rappelé au compteur. Le V6 s'exprime donc pleinement dans la Magentis et grâce à la boîte auto, le plaisir de conduire est total. La KIA est confortable, bien insonorisée et dotée d'un freinage efficace.

Rouler "différent" dans le paysage automobile est toujours très agréable. La KIA Magentis V6 est l'offre qui peut répondre à ce désir. Et en plus, cette exclusivité s'ajoute à un plaisir de rouler dans une voiture typée haut de gamme, profitant du mariage habile d'un V6 et d'une boîte automatique. Oublions le Diesel et ses économies, oublions la consommation élevée, la Magentis compense par un prix d'achat ultra compétitif. Et on pardonnera les petites imperfections de qualité ou d'équipements. En un mot, sa vocation haut de gamme n'est pas usurpée, toutes proportions gardées…

Philippe NIOLLET

2002-04-01