HONDA CR-V 2.0i LS

ESPACE 4x4
  • Tempérament moteur
  • Look
  • Confort
  • Rapport prix/plaisir
  • Présentation intérieure
  • Ouverture porte AR à droite

Prix : 22 380 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres
Cylindrée 1973 cm³
Puissance maxi 147 ch à 6300 tr/min
Couple maxi 182.00 mkg à 4500.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.53 m
Largeur 1.75 m
Hauteur 0.00 m

Poids

Total 1433 kg

Capacités

Coffre de 364 à 668 dm³
Réservoir 58 L
Nb de places 0

Performances

Vitesse maxi 177 km/h
0 à 100 km/h 10.50 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 8.40
Urbaine 11.90
Mixte 9.70
Essai 12.50

4x4 DE CHOC

Voilà encore HONDA qui fait des siennes : non content d'avoir rajeuni l'offre 4x4 avec le CR-V et le HR-V, il installe sous le capot du premier un moteur 16V de 147 ch capable de satisfaire le client déçu des 4x4 lymphatiques. Le CR-V, pour Compact Recreational Vehicule, est maintenant capable d'offrir des sensations moteur dignes de sportives et d'étonner aussi bien son conducteur que les autres usagers de la route.

Attention, moteur méchant !

Autant commencer par goûter à ce moteur puisqu'il est l'objet de toutes les attentions. Il faut rappeler que l'ancien 128 ch se débrouillait déjà fort bien et ne laissait nullement une impression de lourdeur. Mais là, HONDA enfonce le clou et enterre littéralement sa concurrence. Ce moteur offre une plage d'utilisation étonnante : souple en bas pour aller de plus en plus fort dans les tours. A tel point que si l'utilisateur ne fait pas preuve de curiosité, il peut carrément passer à côté du visage sportif du CR-V. On peut donc "cruiser" tout le temps, mais la surprise viendra à qui enfoncera franchement la pédale de droite : la cavalerie débarque progressivement pour ensuite se ruer sans vergogne à l'assaut du compte-tours et bloquer au rupteur à 7.300 tr/mn. Ouf ! on vient d'en prendre plein les "mirettes" car un tel tempérament n'est pas si courant, même sur des "labellisées" sportives… Heureusement, le châssis seconde efficacement le moteur et ne déçoit pas une seconde. Il s'accommode d'une utilisation coulée et offre aux occupants tout le moelleux et la douceur qui vont avec. Si le rythme s'accélère, il saura encore canaliser la débauche d'énergie pour offrir une tenue de route à la hauteur. Seule ombre au tableau, l'adhérence précaire du train avant, uniquement sur sol mouillé. Cela est sûrement dû aux pneus utilisés, des BRIDGESTONE Dueler, peut-être plus adaptés à une utilisation mixte que musclée. On peut noter la discrétion des organes mécaniques, hormis le moteur dans les tours, car la présence des 4 roues motrices n'est jamais perçue ; en fait, c'est un 2 roues motrices avec transfert de couple progressif à l'arrière quand l'avant "cire". Le système de freinage est parfait et endurant et la direction assistée est très agréable. L'essentiel de la nouveauté étant la motorisation, on aura du mal à accepter un intérieur de prime abord terne et sans grande originalité. En effet, la sellerie velours grise et les plastiques de la même couleur ne ravissent pas les pupilles et sentent même le bâclé dans l'ergonomie et la qualité. Cependant, la déception disparaît vite au profit du confort et du plaisir de conduite. Oubliée l'absence d'accoudoirs avant, uniquement sur la version automatique (?), oubliés les plastiques durs, quand la satisfaction vient à avaler les kilomètres. Ce CR-V se déguste à la longue, à coup d'accélérateur rageur ou au cours de balades tranquilles. Car l'habitabilité est très honnête malgré un coffre qui gagnerait à être plus profond. Enfin, le fait d'avoir relégué la roue de secours sur la porte arrière dégage un intéressant volume sous la moquette : celui d'un hypothétique réservoir torique pour l'alimentation au GPL. Car vous pensez bien que des performances pareilles ne se contentent pas d'une consommation mesurée. Pour ma part, les moins de 10 litres me paraissent impossible, la moyenne se situant autour de 12,5 l pour flirter avec 14 l en cas d'énervement.

Châssis à l'avenant

Heureusement, le châssis seconde efficacement le moteur et ne déçoit pas une seconde. Il s'accommode d'une utilisation coulée et offre aux occupants tout le moelleux et la douceur qui vont avec. Si le rythme s'accélère, il saura encore canaliser la débauche d'énergie pour offrir une tenue de route à la hauteur. Seule ombre au tableau, l'adhérence précaire du train avant, uniquement sur sol mouillé. Cela est sûrement dû aux pneus utilisés, des BRIDGESTONE Dueler, peut-être plus adaptés à une utilisation mixte que musclée. On peut noter la discrétion des organes mécaniques, hormis le moteur dans les tours, car la présence des 4 roues motrices n'est jamais perçue ; en fait, c'est un 2 roues motrices avec transfert de couple progressif à l'arrière quand l'avant "cire". Le système de freinage est parfait et endurant et la direction assistée est très agréable.

Mais intérieur à revoir !

L'essentiel de la nouveauté étant la motorisation, on aura du mal à accepter un intérieur de prime abord terne et sans grande originalité. En effet, la sellerie velours grise et les plastiques de la même couleur ne ravissent pas les pupilles et sentent même le bâclé dans l'ergonomie et la qualité. Cependant, la déception disparaît vite au profit du confort et du plaisir de conduite. Oubliée l'absence d'accoudoirs avant, uniquement sur la version automatique (?), oubliés les plastiques durs, quand la satisfaction vient à avaler les kilomètres. Ce CR-V se déguste à la longue, à coup d'accélérateur rageur ou au cours de balades tranquilles. Car l'habitabilité est très honnête malgré un coffre qui gagnerait à être plus profond. Enfin, le fait d'avoir relégué la roue de secours sur la porte arrière dégage un intéressant volume sous la moquette : celui d'un hypothétique réservoir torique pour l'alimentation au GPL. Car vous pensez bien que des performances pareilles ne se contentent pas d'une consommation mesurée. Pour ma part, les moins de 10 litres me paraissent impossible, la moyenne se situant autour de 12,5 l pour flirter avec 14 l en cas d'énervement.

Le CR-V est donc un 4x4 surprenant par ses aptitudes routières mais la tristesse intérieure peut dérouter le client de cette fin de siècle, habitué à plus de confort apparent ! Heureux celui qui transcendera et saura pleinement apprécier son réel confort de suspension et son étonnante vélocité. Cependant, une version GPL serait la bienvenue pour réduire l'impact de la pompe sur le porte-monnaie, car pas question de se priver de bonnes sensations au profit de la consommation…

Stéphane BERGER

2000-03-01