AUDI RS 3 Sportback

ESPACE Compacte
  • Sonorité échappement envoutante
  • Performances de très haut niveau
  • Vire sur des rails
  • Polyvalence en ville et en conduite tranquille
  • Coffre un peu juste

Prix : 56 900 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 5 cylindres - 20 soupapes - Turbocompresseur et injection électronique multipoint essence
Cylindrée 2480 cm³
Puissance maxi 367 ch à 5550 tr/min
Couple maxi 47.40 mkg à 1625.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.31 m
Largeur 1.79 m
Hauteur 1.42 m

Poids

Total 1520 kg

Capacités

Coffre de 0 à 280 dm³
Réservoir 55 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 280 km/h
0 à 100 km/h 4.30 s

Environnement

Emission CO2 189 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 8.10
Urbaine 11.20
Mixte 6.30
Essai 0.00

25 % ANGE / 75% DEMON

Un peu moins de deux ans après la version S3 de l’A3 Sportback, AUDI hausse le ton avec la sortie de la  nouvelle RS 3 Sportback. Nous avons eu le plaisir de l’essayer sur un parcours mixant une portion d’autoroute allemande, de la ville et surtout de magnifiques routes de montagne, au cœur des monts vosgiens.

Admiration

Dans sa version habituelle ou dirons-nous "civile", l’AUDI A3 est plutôt discrète. Avec la RS 3 vous entrez dans une autre catégorie, celle des "machines de guerre". Comme pour ses grandes sœurs badgées RS, la RS 3 Sportback réussit l’amalgame de la sportivité et de la distinction. Esthétiquement, elle dégage juste ce qu’il faut de musculature pour se distinguer. Le tour de force d’AUDI est une fois de plus, de parvenir à ne pas tomber dans l’exubérance. Vue des passants, elle suscite l’admiration et la sympathie, c’est le moins que l’on puisse dire. Les multiples pouces levés en souriant en sont la preuve !

Le dessin des boucliers est plus sportif et racé que sur sa devancière. La caisse est rabaissée de 25 mm par rapport à une A3 Sportback. Pour rappeler l’air de famille avec la RS 6, la calandre au motif en nid d’abeilles peut disposer de l’inscription Quattro sur la grille inférieure, le genre de détail apprécié par les connaisseurs.

Ce succès n’est pas seulement dû à ses atouts esthétiques mais aussi à la sonorité de l’échappement, tout simplement hors du commun. Une pression sur le mode "Dynamic" du système "Audi Drive Select" les tympans s’excitent. En ville, le son grave du cinq cylindres se fait entendre jusque ce qu’il faut pour mettre dans l’ambiance. Une fois lancé et à un rythme tranquille, le feulement devient discret au point de se faire oublier. Il en est de même sur l’autoroute à une allure modérée. Par contre, dès que le pied enfonce la pédale de droite, la rauque mélodie revient proportionnellement au rapprochement de la zone de régime maxi. Sur une route sinueuse le plaisir auditif est encore démultiplié. L’architecture cinq cylindres est un terrain propice à une sonorité délicieuse. Elle est ici renforcée par une ligne d'échappement spécifique Sport RS, un pur délice !

Jouissif

Tout cela ne serait que poudre aux yeux si les performances ne suivaient pas. Sur ce point, les plus exigeants seront comblés. En accélération pure, le 0 à 100 est abattu en 4,3 secondes, de quoi bien laisser derrière une PORSCHE 911 Carrera actuelle. La 911 lui rend une demi-seconde sur cet exercice. L’AUDI annonce la couleur, elle n’est pas là pour faire de la figuration. Sur route, la RS 3 vous projette d’un virage à l’autre, de quoi se prendre pour "Walter Röhrl" au Monte-Carlo sur sa S1 Quattro. Même sans l’option carbone/céramique, le freinage est puissant et incisif dès le début de la sollicitation, pas étonnant avec des étriers huit pistons et des disques de 370 millimètres à l’avant. Au passage, nous noterons leur découpe "tulipée" comme sur certaines motos. En courbe, l’auto est littéralement rivée au sol. La gestion de la puissance sur les quatre roues et son amortissement "Audi magnetic ride" font merveille. La RS 3 est sur des rails. Le comportement est légèrement sous-vireur mais pas le moindre mouvement de caisse à signaler. Seule une direction un peu plus ferme en mode dynamique serait appréciable. Son comportement hyper sain et la facilité de prise en mains sont bluffants. Cela en fait une auto à la fois ultra performance et accessible sans être un pilote.

Pour y parvenir, les ingénieurs d’AUDI ont sérieusement planché sur l’ensemble des organes de la bête. Le bloc moteur n’est pas nouveau, mais il peut se vanter d’avoir remporté cinq fois le titre de "meilleur moteur" en catégorie 2 à 2,5 litres. Il gagne en puissance sur cette version. Il délivre 367 chevaux, soit 27 de plus que la RS 3 première génération. Le poids est en baisse et révèle 55 kilogrammes de moins sur la balance pour s’arrêter à 1.520 kilogrammes, soit un excellent rapport poids puissance de 4,1 kg/cheval. Pour compléter le tableau de l’arsenal technologique, la transmission intégrale Quattro est de dernière génération et la boîte S tronic sept rapports à double embrayage et commande électro-hydraulique permet des passages en un éclair. Sur une route de montagne, elle accélère aussi fort qu’une moto sportive en relance. En courbe, la moto donne l’impression d’être au ralenti tant la différence de vitesse de passage en courbe est importante.

Un bon point également pour la gestion électronique de la boîte S tronic : il n’est pas nécessaire d’aller chercher le rapport inférieur en effectuant un kick-down. La boîte détecte le sous-régime et force la descente du rapport au bon moment. En prime, elle vous gratifie d’un petit coup de gaz comme si vous aviez effectué un double-débrayage.

Richement dotée

Comme sur toute série RS qui se respecte, la dotation en équipement est généreuse. Le recours à la liste des options est plutôt orienté "préférences esthétiques" pour personnaliser son véhicule. Parmi les options intéressantes, nous noterons cependant celle des feux adaptatifs. Ils tiennent compte des mouvements du volant, du profil de la route et des intersections grâce aux données GPS. Pour 425 €, le surcoût reste modéré. Des options "discrétion" apparaissent également comme les rétroviseurs teinte carrosserie. Pourquoi opter pour un tel choix ? Les coques de rétroviseurs aluminium sont un signe de reconnaissance immédiat des modèles RS pour les connaisseurs. Le revers de la médaille est qu’ils en sont aussi un pour les vilains voleurs. Des coques teinte carrosserie et des étriers gris, c’est simplement pour les acheteurs soucieux de limiter le risque de se faire dérober leur jouet en le faisant (presque) ressembler à une A3 Sportback S line. Il ne vous restera plus qu’à coller un marquage 1.4 TFSI à l’arrière et vous disposerez d’un système antivol efficace à moindre coût. Encore que, vous serez vite trahi par la sonorité.

L’équipement de série inclus des sièges sports en cuir Nappa siglés RS 3 et au maintien latéral renforcé. Le système multimédia MMI est identique à celui des autres A3. Il a l’avantage d’être récent et de disposer d’une molette à surface tactile pour faciliter la saisie. L’alarme anti-soulèvement et le traqueur GPS sont de série.

Mis à part le coffre qui perd 100 dm3 en profondeur pour loger la transmission Quattro, l’habitabilité est celle d’une A3 Sportback, soit tout à fait convenable pour une petite famille.

Trop souvent délaissé esthétiquement, le compartiment moteur peut ici disposer de caches en carbone d’un bel effet visuel lorsque vous souhaiterez admirer ou faire admirer les entrailles de la bête. Pour les autoroutes allemandes, il est possible de débrider la vitesse de pointe de 30 km/h pour la porter à 280 km/h, de quoi conserver dans vos rétroviseurs la 911 que vous avez déposée en redémarrant du péage.

La performance des ingénieurs ne s’arrête pas là, notre pur-sang sait aussi se montrer sobre et respectueux de l’environnement avec seulement 8,1 litres en cycle normalisé et 189 grammes de CO2 par kilomètre. Evidemment, la consommation est plus près des 15 litres en conduite sportive mais cela reste peu vu le niveau de performances. A 56.900 €, le budget est sérieux mais justifié au regard du niveau des prestations délivrées.

 

Boostez la puissance, transmettez-la aux quatre roues, amplifiez la sonorité, accélérez le passage des vitesses et vous obtiendrez un cocktail démoniaque et envoutant. D’un autre côté, l’AUDI RS 3 Sportback sait se montrer civilisée et polyvalente. Il permet de satisfaire les vrais amoureux de la technologie ayant un besoin de polyvalence. Comprenez "je peux pouvoir me déplacer en famille et me régaler de la sonorité et du comportement quand j’en ai envie". Ce mix en fait un produit unique et très attirant.

 

Olivier JANIAUD

2015-06-11