VOLKSWAGEN Touran 2 TDI 150

ESPACE Monospace
  • Espace intérieur
  • Technique
  • Confort amélioré
  • Liste des options
  • Pas de caméra de recul en série

Prix : 32 700 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes - turbo diesel injection directe rampe commune, filtre à particules
Cylindrée 1968 cm³
Puissance maxi 150 ch à 3500 tr/min
Couple maxi 34.68 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.53 m
Largeur 1.83 m
Hauteur 1.66 m

Poids

Total 1552 kg

Capacités

Coffre de 834 à 1980 dm³
Réservoir 58 L
Nb de places 7

Performances

Vitesse maxi 208 km/h
0 à 100 km/h 9.30 s

Environnement

Emission CO2 116 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 3.90
Urbaine 5.30
Mixte 4.40
Essai 0.00

AH LA BELLE ETOILE !

Le Touran, né en 2003, est un succès permanent depuis le début de sa carrière. Et le VW compte bien conserver sa belle étoile avec cette deuxième génération. Les deux remodelages de la première version ont efficacement entretenu les belles ventes du monospace, pourtant handicapé par une carrosserie assez fade lors de sa sortie. Heureusement, les modifications extérieures l'ont efficacement transformé vers un modèle plus attirant. Cette génération, présentée à Genève, est entièrement nouvelle que ce soit la carrosserie, l’intérieur et la mécanique. Elle est forcément remplie de bonnes perspectives…

A l’abordage

A première vue, on pourrait penser qu’on a affaire à un nouveau remodelage, mais en y regardant de plus près, on vérifie que la voiture est entièrement nouvelle. La longueur du Touran 2 a augmenté de treize centimètres pour mieux positionner le monospace dans la gamme VW. En premier lieu, il fallait le démarquer de la Golf Sportsvan plus courte de dix-neuf centimètres mais aussi du grand Sharan plus long de trente-deux centimètres. Le Touran garde son accueil pour sept places, ce qui le différencie de la Golf Sportsvan. C’est d’ailleurs bien le soin porté aux passagers qui a directement bénéficié de l’augmentation de longueur puisque que c’est l’empattement qui en a profité (+ 11 cm). Les portes arrière sont plus larges pour faciliter l’accès aux passagers.

Souvent délaissés, cette fois-ci, ce sont eux qui ont été choyés. Les sièges individuels de la deuxième rangée gagnent en modularité. On peut les avancer sur 200 millimètres et les incliner sur trois positions. La troisième rangée pour la version sept places, n’est pas forcément négligée. Composée de deux sièges individuels là aussi, elle donne un peu plus d’espace aux genoux et à la tête. Pour encourager à y prendre place, VW a développé un système "Easy Entry" qui permet de basculer les sièges de la deuxième rangée vers l’avant. Bien entendu, c’est à l’avant qu’on est le mieux loti, profitant d’une bonne visibilité et d’une planche de bord entièrement nouvelle. Elle reprend le style des dernières créations de la marque avec une légère orientation vers le conducteur. Tout est très tendu, à l’image de l’extérieur, les principales rondeurs étant celles des compteurs. Sérieux, sobre, on trouve facilement les réglages et les commandes. Côté rangements, point important pour un véhicule familial, on trouve un bac fermé sur le haut de planche, un autre (pour le téléphone) entre les sièges et un tiroir sous celui du passager. Ce dernier dispose de deux boîtes à gants, mais attention à la boîte supérieure, elle peut contenir le système média (lecteur de CD, cartes SD et SIM) selon la finition choisie. La boîte inférieure conserve ainsi tout son volume.

Bastingage

Et le coffre dans tout cela ? Le hayon vertical permet d’afficher des bonnes valeurs. Et si on a besoin de plus de place, le nouveau système "Fold Flat" permet de ranger chaque siège dans le plancher permettant d’obtenir un espace de chargement quasiment plat. C’est un des bénéfices de la plateforme MQB qui habille le Touran par le dessous. Le passager central est dispensé de tunnel de transmission par la même occasion.

Parlons un peu des transmissions et plus précisément des moteurs. On n’y trouve que les moteurs satisfaisant la norme Euro 6… Les deux TSI donnent 110 et 150 chevaux, seul le second peut être accouplé à la boîte DSG (sept rapports). Deux Diesel sont proposés pour commencer. Ils représentent toujours l’essentiel des ventes du monospace et offrent les mêmes puissances que leurs cousins à essence.

Mais l’autre principale nouveauté est plus technologique. Le Touran est bardé d’aides à la conduite en série ou en option. On y trouve le freinage anti-multicollisions (de série), le détecteur de fatigue ou le système Front Assist avec freinage d’urgence en ville. Dans le même esprit, l’Emergency Assist est la synthèse des précédents. A partir de la détection d’absence totale d’activité du conducteur, et après quelques signaux de réveil (signaux, coup de direction…), il peut aller jusqu’à arrêter le véhicule progressivement, feux de détresse allumés. Bien entendu, le régulateur de vitesse adaptatif, les détecteurs d’angle mort et de sortie de file sont accessibles. Pour faciliter le stationnement, le Park Assist aide au stationnement en garant la voiture "sans les mains" mais la nouveauté, c’est le "Trailer Assist" qui fait de même avec une remorque attelée. Il fallait y penser et secourir le conducteur qui a du mal à reculer avec une remorque. Le système lui permet de régler en continu l’angle et de braquer en conséquence le Touran ; bluffant. Dernière aide, et non des moindres, le "Traffic Jam Assist", encore un terme anglais mais qui, traduction faite, est très clair. Sa mission est d’aider, que dis-je soulager le conducteur dans les embouteillages. Jusqu’à 60 km/h, la voiture garde sa voie et accélère ou freine automatiquement, bref, un bon pas de plus vers la conduite automatisée.

La technologie n’est pas seulement sécuritaire, elle est également connectée. Et dans le domaine, le Touran n’est pas en reste, bénéficiant à son tour des derniers systèmes d’info divertissement maison. Car Net est son nom. Selon la finition ou le pack d’option, le système donne les informations du trafic en temps réel et avec le support de "Google Street View" et "Google Earth", peut identifier des places de parking libres ou visualiser des points d’intérêt. L’"App-Connect" reprend les applications de votre Smartphone ou Android, les possibilités sont très nombreuses. Une autre fonctionnalité est à noter pour un véhicule familial : la connexion d’une GoPro® permet de visualiser l’image prise (les enfants à l’arrière, un chargement fragile dans le coffre).

Equipage

La ligne du Touran est dans le style inauguré par la Passat avec des lignes tendues marquées par une empreinte de ceinture de caisse. La calandre avec barrettes chromées reprend elle aussi les codes de la face de sa cousine familiale. Les possesseurs de l’ancien Touran ne seront pas trop dépaysés, c’est conforme à la politique maison de ne pas révolutionner le style d’une génération à l’autre.

La gamme reprend elle aussi les désignations maison, mais mieux équipées qu’avec l’ancien Touran. Avec trois niveaux et quelques packs, voire des options, on peut composer le Touran de son choix. Le niveau 2 "Confortline" contient l’essentiel et même mieux. Il faut compter un prix moyen de 29.000 € pour un essence et 3.000 € de plus pour le Diesel de puissance égale (150 chevaux). Le prix d’entrée (TSI 110) est à 24.760 €. Le passage à sept places coute 670 € de plus et la transmission DSG ajoute 1.700 € à la facture. Deux finitions business complète la proposition pour les professionnels. Parmi les packs, préférez celui qui contient le toit ouvrant panoramique (1.170 €), le plus grand de sa catégorie avec 1,4 m². Parmi les options, la caméra de recul n’est pas inutile. La Touran a certes des aides sonores, mais rien ne vaut cet accessoire qui aurait pu être en série.

Plus grand, plus habitable, plus sobre et plus technologique, on peut résumer ainsi ce qui caractérise le nouveau Touran. Il est effectivement entièrement nouveau. Selon son budget, on peut quasiment personnaliser le contenu du monospace qui conserve, soyons rassurés, sa mission de transporter une famille allant jusqu’à sept membres avec quelques bagages. Même en fin de carrière, le Touran précédent gardait encore un enviable pourcentage de ventes, il n’y a pas de raison que le nouveau ne poursuive pas cette voie…

Philippe NIOLLET

2015-10-09