MAZDA MAZDA2 1.5 Skyactiv-G 115 Sélection

ESPACE Citadine
  • Conduite agréable
  • Consommation
  • Qualité de fabrication
  • Compteur de vitesse peu lisible (hors affichage tête haute)
  • Tarif un peu élevé

Prix : 21 050 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes - Injection directe d’essence
Cylindrée 1496 cm³
Puissance maxi 115 ch à 6000 tr/min
Couple maxi 15.09 mkg à 4000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.06 m
Largeur 1.70 m
Hauteur 1.50 m

Poids

Total 980 kg

Capacités

Coffre de 280 à 950 dm³
Réservoir 44 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 200 km/h
0 à 100 km/h 8.70 s

Environnement

Emission CO2 115 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.10
Urbaine 6.40
Mixte 4.90
Essai 5.90

UNE OFFRE DECALEE

La version essayée ici constitue le haut de gamme de la dernière évolution de la MAZDA 2. Elle reprend les gimmicks stylistiques des derniers véhicules de la marque tels que ceux de la MAZDA 3 ou 6. Le lien de parenté est évident notamment au niveau de l’avant de la voiture qui est très réussi. L’ensemble des technologies Skyactiv se retrouve également à bord. Ceci permet à MAZDA d’offrir à ses clients des voitures avec des moteurs sobres de relativement forte cylindrée.

Des versions bien motorisées

Le modèle essayé est un 1,5 litre essence de 115 chevaux en finition Sélection avec l’option cuir "Off White" et une couleur rouge métallisé "Red Soul". C’est le modèle le plus puissant de la gamme. Des modèles à essence plus modestes sont également disponibles avec des puissances de 75 et 90 chevaux. Cette dernière puissance peut être équipée d’une boîte automatique. Ces voitures ont toute la même cylindrée de 1,5 litre. Il existe aussi une version Diesel de 105 chevaux. Toutes ces motorisations sont associées à trois niveaux de finition : Elégance, Dynamique et Sélection. Tous les moteurs possèdent une distribution par chaîne et reprennent les canons de la technologie Skyactiv : en particulier un taux de compression élevé de 14:1 pour les modèles à essence, sauf pour la version 75 chevaux qui se contente de 12:1. La version Diesel voit, au contraire, son taux de compression limité à 14,8:1, ce qui permet de respecter la norme Euro 6 sans coûteux systèmes de dépollution pour traiter les oxydes d’azote. Ces caractéristiques expliquent en partie la sobriété affichée par ces automobiles.

Un bel intérieur et un équipement complet

La MAZDA 2 sait recevoir, c’est joli. Le cuir "Off White" de la version essayée, donne un intérieur clair et pimpant. Les plastiques et ajustages sont de qualité. Les équipements multimédia à bord reprennent les mêmes interfaces que les modèles plus haut de gamme vendus par MAZDA. La version essayée est en outre dotée de la plupart des aides à la conduite. On retrouve ainsi un affichage tête haute, qui se règle via l’interface multimédia. Cet affichage permet de renvoyer les informations de direction du GPS embarqué ce qui est très pratique. Les rétroviseurs sont dotés d’un avertisseur d’angle mort. Une fonction de franchissement de ligne est fournie. Elle active une alerte renvoyée par les haut-parleurs du système audio, ce qui devient vite irritant, j’ai donc désactivé la fonction pour l’essai.

Une ergonomie correcte

La position de conduite est bonne, la garde au toit est confortable. Les personnes de grande taille n’auront pas de problèmes avec le pavillon. Les places situées à l’arrière sont correctes pour loger deux adultes. Elles ne sont pas équipées de poignées de maintien, ce qui peut manquer en cas de conduite un peu dynamique.

L’instrumentation présente un compte-tours central très lisible. La vitesse est plus difficile à lire sur le combiné. Il s’agit d’un affichage digital, positionné sous la partie droite du compte-tours, qui ne tombe pas naturellement sous le regard. L’affichage tête haute apporte un réel confort d’usage sur ce point.

Un accoudoir est présent entre les sièges avant. C’est un élément de confort notamment pour les longs trajets autoroutier.  J’ai toutefois trouvé plus pratique de le laisser relevé sur des trajets nécessitant de fréquents changements de vitesses. La molette de commande du système multimédia peut être actionnée par mégarde. Les rétroviseurs sont d’une taille raisonnable ce qui facilite les manœuvres pour parquer la voiture dans un box un peu étroit par exemple.

Dans les embouteillages parisiens 

Le moteur à injection directe est silencieux, avec un système Start/Stop rapide. La voiture est équipée d’un système micro-hybride baptisé "E-loop" qui permet de recharger la batterie lors des phases de décélération. La boîte de vitesses est caractéristique des dernières MAZDA avec des débattements courts et des verrouillages nets. La suspension est ferme sans excès, les gendarmes couchés sont absorbés en douceur lorsque l’on est installé à l’avant. A l’arrière, c’est plus raide. La direction est bonne sans zone de flou au point milieu. Par contre les pneus (des Toyo Proxes 185/ 60 R16) ne m’ont pas convaincu en virage sur sol mouillé, il est difficile de sentir si l’on est proche de la limite d’adhérence ou pas.

Sur autoroute

Les reprises restent correctes en sixième sur autoroute malgré la longueur de ce rapport, c’est à souligner. En accélération en sortie de péage, c’est honnête sans plus. La lecture de la fiche technique pourrait laisser penser que cette MAZDA 2 a les performances d’une GTi des années 90, ce n’est pas tout à fait le cas en accélération.

C’est une petite voiture polyvalente et très bien finie, pas une sportive. Le freinage est correct bien qu’utilisant des tambours à l’arrière. Un bourdonnement moteur est présent autour de 2.700 tr/mn (environ 110 km/h en sixième) et perceptible surtout au niveau des passagers arrière. Les bruits de roulements sont, quant à eux, aux abonnés absents.

Et la consommation ?

L’essai s'est déroulé sur environ 300 kilomètres et j’ai pu mesurer la consommation sur 200 kilomètres. La moyenne relevée à la pompe est de 5,9 l/100 pour 6 l/100 indiqué par l’ordinateur de bord. Ceci a été obtenu en faisant un mix de circulation dans Paris intra-muros, d’autoroute et de ville. C’est un score très honorable pour un moteur essence atmosphérique de 1,5 litre. Un trajet sur départementale peut certainement laisser espérer un petit 5 l/100. L’autonomie doit donc dépasser les 650 kilomètres avant d’être obligé de refaire le plein.

La nouvelle MAZDA 2 Skyactiv-G 115 est une voiture bien finie, confortable, quoiqu’un peu ferme à l’arrière. La consommation reste très mesurée pour une voiture à essence, ce qui constitue une alternative intéressante au Diesel.

Didier ROGER

2015-11-28