VOLKSWAGEN Passat TDI 190 DSG

ESPACE Break
  • Aptitudes
  • Moteur
  • Transmission
  • Prix

Prix : 44 290 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres – 16 soupapes - turbo Diesel injection directe rampe commune
Cylindrée 1968 cm³
Puissance maxi 190 ch à 3500 tr/min
Couple maxi 40.80 mkg à 3000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.78 m
Largeur 1.83 m
Hauteur 1.51 m

Poids

Total 1630 kg

Capacités

Coffre de 639 à 1769 dm³
Réservoir 66 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 205 km/h
0 à 100 km/h 9.20 s

Environnement

Emission CO2 129 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.50
Urbaine 6.00
Mixte 5.10
Essai 0.00

PRENONS LE MAQUIS

La famille Passat huitième du nom reprend les déclinaisons de la génération précédente, à part l’hybride GTE totalement inédite. Parmi celles-là, l’Alltrack arrive à nouveau sur le marché, continuant la tradition assez récente de présenter un break baroudeur. Rappelons que la voiture est plutôt dédiée au tout chemin, idéal pour passer un peu partout tout en conservant la carrosserie utilitaire d’un break. Et quoi de mieux que des sentiers corses pour tester les capacités de la voiture ? Le maquis va-t-il perdre un peu de son invulnérabilité ?

Garde au sol

La première Alltrack a été présentée en 2012 sur base de Passat SW. Depuis, cette déclinaison à part entière a fait des petits avec désormais une Golf Alltrack. La Passat "B8" Alltrack est elle aussi dérivée du break SW sur lequel VW a opéré quelques transformations propres à la vocation de la voiture. La première différence est bien entendu la garde au sol : la voiture a été rehaussée de 27 millimètres. Les autres spécificités ne sont pas que cosmétiques comme les protections au niveau des passages de roue élargis et sous la caisse. VW a habillé la partie inférieure de boucliers spécifiques renfermant deux sorties d’échappement trapézoïdales chromées et de bas de caisse anthracite. Le noir des parties basses ne signifie pas que la voiture est présentée de façon chiche, bien au contraire ! Le chrome n’a pas été oublié notamment sur la calandre, les rétroviseurs et les barres de toit, les phares sont dotés de LED (à 100% à l’avant) et les jantes (dix-sept pouces) sont spécifiques au modèle. On est loin du baroudeur dépouillé à l’extrême, l’Alltrack est plus proche de la finition haut de gamme. VW a doté sa voiture de toutes les armes de séduction pour concurrencer les SUV et autres crossovers quand ceux-ci ont quelques aptitudes de franchissement.

Garde-chasse

Parlons-en du franchissement, c’est la première motivation logique d’achat de cette Passat naturellement dédiée aux zones plus escarpées. Le programme comprend trois ingrédients. La garde au sol augmentée s’accompagne de suspensions renforcées, la transmission est intégrale et la voiture est dotée d’un système de conduite "Off road". Le système 4MOTION, nom de la transmission intégrale, est architecturé sur un coupleur Haldex. Le principe est connu : il intervient quand il y a détection de patinage d'une des roues en quittant le mode normal de traction pour rediriger la puissance vers l’arrière. De plus, le coupleur intègre une fonction autobloquante associée à l’EDS (blocage de différentiel électronique, fini le pont mécanique autobloquant) entre roues d’un même essieu. L’ordinateur veille en permanence pour répartir le couple pour éviter tout patinage. Les sections "off road" sous forme de chemins très cabossés, jalonnés d’ornières et de passages de gués sont passées sans sourciller.

Toute cette électronique de pilotage se décide aussi depuis l’habitacle par la sélection du profil choisi. Quatre propositions sont offertes au constructeur, et même six si la voiture est dotée de la suspension adaptative "DCC". On a le choix entre "Eco", "Normal", "Sport" et "Offroad". C’est justement ce dernier mode que l’on a testé hors des routes pour voitures normales. Bien entendu, la garde au sol permet de passer sans crainte tous ces obstacles et quand cela descend fort, l’assistant s’occupe de freiner la voiture et le conducteur de gérer le volant, les pieds ne faisant plus rien. Le freinage et l’accélération sont gérés, et le programme de changement de vitesses est modifié à la manière d’un réducteur supplémentaire. Si la Passat est équipé du DCC, le réglage propre à cette suspension est activé en mode "Confort".

Garde-manger

La gamme Alltrack est composée de deux versions, une par couple moteur-boîte. Vous avez donc le choix entre le Diesel de 150 chevaux associé à une boîte mécanique ou le même moteur poussé à 190 chevaux avec la boîte à double embrayage (six rapports comme sa cousine mécanique). La différence de prix est d’environ 4.000 € (40.460 € pour la première et 44.290 € pour la seconde).

L’Alltrack se positionne au niveau de la finition "Carat" avec le même prix, cela signifie une dotation haut de gamme visible à l’extérieur par des jantes spécifiques en alliage de dix-sept pouces. A l’intérieur, la sellerie se pare d’un mix tissu/Alcantara. Parmi les aides offertes, on note le démarrage sans clé, le régulateur de vitesse adaptatif et le système media accompagné de la connexion "Car-Net Guide & Inform" pour trente-six mois. En revanche, le combiné d’instruments entièrement digital "Active Info Display" est en option. On peut en effet passer par le catalogue des options et des packs pour renforcer les aides à la sécurité de la voiture. On peut sélectionner l’affichage tête haute mais aussi toutes sortes de détection : piéton, angle mort, et d’assistants : remorque, très utile pour reculer sans dételer, trafic et vision 360°.

Mission remplie pour l’Alltrack : elle passe (presque) partout, en toute sérénité et confort, aidée par un TDI et une boîte efficaces. Le break ne perd aucune de ses capacités de chargement en gagnant des capacités de franchissement. L’avantage du SW est bien sûr sa polyvalence qu’il peut avancer face à un 4x4 plus massif ou plus rustique. De ce point de vue, la Passat baigne ses occupants dans une ambiance très haut de gamme avec accès aux dernières technologies de la marque. Tout cela a un prix ; après tout, on peut "prendre le maquis" sans se "prendre la tête"…

Philippe NIOLLET

2016-03-21