FORD Mondeo Vignale TDCi bi-turbo 210 PowerShift

ESPACE Berline
  • Equipement pléthorique
  • Qualités routières
  • Agrément de la boîte PowerShift
  • Insonorisation
  • Surcoût élevé
  • Dynamisme limité
  • Pas de modèle cinq portes
  • Détails de finition

Prix : 49 200 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type Transversal 4 cylindres 16 soupapes Diesel, injection rampe commune, bi-turbo Traction – BVA double embrayage PowerShift 6 rapports
Cylindrée 1997 cm³
Puissance maxi 210 ch à 3750 tr/min
Couple maxi 45.89 mkg à 2000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.87 m
Largeur 2.12 m
Hauteur 1.48 m

Poids

Total 1599 kg

Capacités

Coffre de 525 à 0 dm³
Réservoir 63 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 233 km/h
0 à 100 km/h 7.90 s

Environnement

Emission CO2 130 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.50
Urbaine 5.80
Mixte 5.00
Essai 7.30

PREMIUM OU HAUT DE GAMME ?

Avec sa griffe Vignale, FORD fait le plein d'équipements et d'assistances à la conduite sur ses modèles les mieux motorisés (Mondeo, et bientôt SMAX, Kuga et Edge). De là à caresser l'espoir de séduire quelques conducteurs d'étoile, d'hélice ou encore d'anneaux, il n'y a qu'un pas, mais ce dernier pas est plus difficile à franchir qu'il n'y parait pour un constructeur généraliste…

Anatomie

De prime abord, cette berline quatre portes parait cossue et raffinée. Le profil fait preuve d'un bel équilibre, entre empattement généreux (2,850 m) et porte-à-faux équilibrés. Notre modèle est revêtu de la peinture métallisée spéciale Vignale "Nocciola" (surcoût 300 €) ce qui met en valeur les éléments chromés qui habillent élégamment la carrosserie, ainsi que les grandes jantes polies de 19 pouces (option) chaussées de pneus 235/40. La calandre à alvéoles hexagonales est spécifique et le monogramme "Mondeo" disparait au bénéfice de "Vignale" sur la baguette de coffre et les ailes avant. Le sur-teintage des seuls vitrages arrière (heureusement en option) n'est pas du meilleur goût. Tous les équipements d'éclairage, externes ou internes à l'habitacle, font appel à la modernité des LED, à l'exception surprenante des lampes d'approche sous les rétroviseurs et à l'éclairage de plaque minéralogique qui paraissent bien désuets. Mais bon, l'envie de prendre possession du séduisant vaisseau reste intacte…

 

Welcome

 

Quand la main se tend pour ouvrir l'une des portes, les clignotants vous souhaitent la bienvenue et vous confirment la reconnaissance de la clé oubliée au fond de votre poche. Le regard est attiré par les plaques de seuil chromée siglées Vignale, avant de découvrir l'habitacle très lumineux de notre modèle, éclairé par le toit ouvrant en verre (option). La sellerie est habillée de cuir perforé "Cashemere" aux surpiqures hexagonales qui rappellent le motif de la calandre. Le cuir est étendu à la planche de bord et aux contre-portes. Il est dommage que quelques éléments et décors en plastique dur encore présents dans l'habitacle grèvent l'effort de présentation.

 

Cosy

 

L'habitabilité est généreuse, tant à l'avant qu'à l'arrière et l'ensemble communique une belle sensation d'espace. Le mobilier est cossu et confortable ; les sièges avant chauffants sont réglables électriquement selon dix directions et conformables à souhait grâce à onze éléments gonflables séparément via l'écran tactile 8" de la console. Ils sont, de plus, climatisés et massants (en option)… Le réglage en deux axes du volant, lui aussi chauffant, se fait électriquement (option) et le siège du conducteur recule automatiquement de quelques centimètres à la coupure du contact pour faciliter la sortie du véhicule (cette fonction est déconnectable). Il est donc quasi impossible de ne pas trouver sa position de conduite idéale. On notera que si FORD a fait le choix du "tout électrique", la manœuvre du panneau coulissant qui occulte le toit ouvrant reste manuelle, ce qui n'est pas du plus aisé pendant la conduite. La rétrovision est pratiquement inexistante à cause des vitres surteintées ; cette option sera à éviter, au bénéfice de celle, au même tarif, équipant les vitres arrière de rideaux pare-soleil coulissants bien moins gênants.

La MONDEO Vignale n'étant pas livrable en cinq portes, elle offre un vaste coffre de 516 litres, extensible si besoin en rabattant les dossiers de sièges arrière, mais dont les dimensions de faible hauteur et grande profondeur peuvent rendre son accès incommode. L'accès au compartiment moteur est lui très aisé, le capot étant assisté par un vérin compensateur. Un détail qui fait tache au standing de la belle, est ce grand carénage qui coiffe le moteur, et qui se déboîte à l'envi, en tirant la jauge à huile ou simplement par les vibrations. Deux vis de fixation seraient bienvenues en remplacement des deux clips indigents.

 

Ambiance

 

Notre véhicule d'essai était équipé du système de navigation SONY avec connectivité Ford SYNC II, liaison Bluetooth et commandes vocales, et d'un équipement audio avec onze haut-parleurs et caisson de basse (option), l'interfaçage physique se faisant par prise USB, RCA ou carte SD.

Toutes les fonctions et réglages s'effectuent par l'écran couleur 8", et un grand nombre par commande vocale, cette dernière est assez fiable quoiqu’un peu lente, mais nécessite l'apprentissage des expressions clé. Elle permet aussi après reconnaissance de son smartphone, de composer un numéro, d'appeler un contact ou encore de lire les SMS. Le système audio fait preuve d'un formidable relief spatial, notamment en réception digitale.

Le GPS quant à lui est instinctif à programmer, mais je n'ai pas trouvé de commande permettant d'annuler les commentaires incessants et horripilants de sa charmante habitante, annonçant les fréquents re-calculs d'itinéraires… On remarque que toutes les commandes de ventilation/climatisation sont accessibles via l'écran tactile, mais qu'elles sont également redondantes de la vingtaine de contacteurs présents sur la console. Le volant multifonction n'est pas en reste avec une douzaine de commandes. Enfin, de nuit, en plus des commandes agréablement éclairées de turquoise, un éclairage dit d'ambiance dont la couleur peut-être choisie, émet une discrète lumière sous les accoudoirs avant, dans le rangement de console, ainsi qu'aux pieds des passagers avant et arrière.

 

Silence on roule

 

Le moteur Diesel quatre cylindres de deux litres bi-turbo est disposé transversalement. Il délivre 210 chevaux et 450 Nm de couple et est associé à la boîte "PowerShift" (automatique double embrayage à six rapports). La position "S" (pour Sport) permet une utilisation plus réactive, ainsi que la commande par les palettes au volant.

 

En pressant le bouton de démarrage, le siège conducteur s'avance vers la position initialement choisie. Le moteur est lancé, pied sur le frein et boîte en position parking, et l'on perçoit immédiatement le silence de fonctionnement du bloc Diesel, juste troublé par une vibration parasite incongrue remontant du plancher vers 1.000 tr/mn, et disparaissant au-delà. Les accélérations sont franches, efficaces, mais ne communiquent pas une sensation réelle de la vélocité attendue pour 210 chevaux, la masse de cette Mondéo y a certainement sa part de responsabilité. Quelle que soit l'allure, la boîte PowerShift est un vrai régal, calibrée et réactive à souhait, passant discrètement les rapports suivant le besoin, sans aucun à-coup, et ce toujours dans un confort acoustique remarquable. En effet, en plus des vitrages feuilletés isolant parfaitement des bruits extérieurs, FORD a intégré un système de réduction de bruit actif via le système audio et trois micros répartis dans l'habitacle ; le système Stop & Start en devient quasiment inaudible.

 

La suspension pilotée (pack d'options comprenant également le régulateur de vitesse adaptatif, et la surveillance des angles morts) apporte un comportement rigoureux en toute circonstance, sans aucune prise de roulis, avec, en position "confort" un amortissement ferme mais jamais inconfortable. La sélection "normal" est plutôt conseillée sur revêtements lisse en bon état, et la position "sport" à éviter, cette dernière ne convenant pas du tout au tempérament de cette grande routière.

 

La direction est, consistante, peu informative mais précise ; le dispositif de maintien dans la file ramène doucement mais autoritairement l'auto dans sa voie, sauf si vous actionnez le clignotant. L'option d'aide au stationnement semi-automatique (perpendiculaire ou parallèle) ne m'a pas convaincu, la précision du créneau étant souvent dépendante de la géométrie de la bordure du trottoir, de la forme de l'accotement. Par contre les radars de distance tout autour du véhicule et la caméra de recul sont eux, des aides bien pratiques.

 

Le freinage est efficace, sécurisant quelle que soit l'allure ; le véhicule est équipé de série d'un système de détection d'obstacles et freinage automatique, qui alerte, puis active les freins si nécessaire quand la caméra logée dans le rétroviseur central détecte un risque de collision. Côté sécurité passive, en plus des sept airbags traditionnels, on notera la présence de ceintures à coussin gonflable intégré, aux places arrière.

 

Les indications nécessaires au conducteur sont affichées par l'intermédiaire d'un bel écran digital couleur de 10 pouces. On y trouve en plus du tachymètre, compte-tours, thermomètre et jauge de carburant, deux ordinateurs de bord, les fonctions d'activation/désactivation des aides à la conduite et des réglages du véhicule, la reconnaissance des panneaux routiers, la position du véhicule dans sa file et par rapport au véhicule qui le précède, et d'autres informations au choix… C'est dense, et même si les graphismes et les contrastes sont appropriés, toutes ces indications subissent une cure d'amaigrissement et perdent en lisibilité instantanée. Il faut souligner également, que par temps ensoleillé, les indications majeures telle que la vitesse, peuvent être difficiles à percevoir, malgré le réglage de luminosité maximum imposé à l'écran.

 

Enfin, en conduite nocturne, j'ai apprécié tout particulièrement l'efficacité des projecteurs adaptatifs à LED dont la performance est indéniable, même sur route détrempée. La commutation feux de route - feux de croisement automatique n'a pas été prise en défaut, que ce soit en suivant ou en croisant un autre véhicule.

La FORD Mondeo Vignale TDCi bi-turbo 210 PowerShift est une formidable machine à rouler ; l'agrément de conduite qu'elle procure, les éléments de confort et le silence feutré, poussent à dévorer les kilomètres en oubliant les pauses conseillées toutes les deux heures. C'est certainement ce qui explique que FORD équipe en série sa grande routière du "Driver Alert" chargé de surveiller par caméra la vigilance du conducteur, et de lui proposer une pause-café… A quand le café servi à bord ? Alors, "Premium" ou bien "Haut de gamme" ? Après cet essai, la question me parait dérisoire, même si, en général, le véhicule dit "Premium" désigne un modèle spécifique, pas un modèle existant suréquipé. Cette version, hors options demande un effort d'environ 6.000 € par rapport à la version Titanium, ce qui parait conséquent. Mais en comparaison à une VW Passat Carat Edition, TDI 190 gréée de manière comparable, le tarif de la Mondeo Vignale "full option" se révèle attractif, même si quelques efforts côté finition restent à faire. Alors moi, je dirais : du "très bon haut de gamme".

Claude ROBINET

2016-03-20