VOLKSWAGEN Golf GTI Clubsport

ESPACE Compacte
  • Sportivité
  • Comportement
  • Moteur
  • Prix

Prix : 37 400 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres – 16 soupapes - Essence, bi-injection directe, turbo
Cylindrée 1984 cm³
Puissance maxi 265 ch à 6600 tr/min
Couple maxi 35.70 mkg à 1700.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.27 m
Largeur 1.80 m
Hauteur 1.44 m

Poids

Total 1375 kg

Capacités

Coffre de 0 à 380 dm³
Réservoir 50 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 250 km/h
0 à 100 km/h 6.30 s

Environnement

Emission CO2 158 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 5.90
Urbaine 8.50
Mixte 6.90
Essai 0.00

UNE GTI ENCORE PLUS RADICALE

Pour fêter les 40 ans de la Golf, VOLKSWAGEN propose une série limitée de la Golf GTI, la Clubsport. Cette version ne sera vendue qu’à 200 exemplaires en France. La grosse différence se trouve au niveau de la motorisation en proposant une version du 2.0 litres TSI développant 35 chevaux de plus que la GTI. Ainsi, la voiture affiche 265 chevaux avec en plus un bonus de 25 chevaux supplémentaires pendant quelques secondes, soit 290 chevaux au total. Cette Golf est la plus radicale et la plus puissante en traction ; direction le circuit de Pau Arnos pour essayer cette GTI Clubsport, qui sur le papier propose des chiffres alléchants.

Le moteur sur-vitaminé de la GTI Clubsport

C’est donc le 2.0 TSI bi-injection directe, poussé à 265 chevaux qui motorise la Clubsport. C’est le même que celui de la Golf R, mais aussi de la SEAT Leon Cupra, avec le boost lui permettant d’atteindre 290 chevaux, et d’avoir deux puissances avec un seul moteur. Celui-ci n’augmente pas que la puissance, mais aussi le couple qui passe ainsi de 350 à 380 Nm pendant environ dix secondes. Il s’active au kick down (pédale enfoncée) avec la boîte DSG et lorsque la pédale est enfoncée à plus de 70 % avec la boîte manuelle. Le moteur peut en effet être accouplé à une boîte mécanique à six rapports ou pour 1.800 € de plus, à la boîte DSG6. Cette dernière autorise des passages de rapports rapides et dispose du système "Launch control". Le taux de compression de ce deux litres est de 9.3, identique à la Golf R.

Des équipements techniques repris de la Golf GTI pour la plupart mais pas uniquement

La version Clubsport reprend le châssis de la Golf GTI, déjà abaissé de quinze millimètres par rapport à la Golf standard. Les caractéristiques aérodynamiques sont améliorées, avec un appui de huit kilogrammes à l’avant et de dix-sept kilogrammes à l’arrière grâce à un aileron spécifique à ce modèle. Le bouclier avant est différent, et les ouvertures de part et d’autre permettent une meilleure aération au niveau des passages de roues avant.

Le châssis permet une conduite sportive et un passage en courbe vif avec en plus une direction progressive qui permet de placer le véhicule de façon précise, et autorise ainsi un transfert de charges de façon maitrisée. Contrairement à la Golf R, c’est une simple traction. Elle propose donc un blocage de différentiel de l’essieu avant, identique à celui de la GTI de 220 chevaux avec un système mécanique à régulation électronique qui permet une répartition du couple d’entrainement sur le train avant en fonction d’un grand nombre de paramètres et de la situation. Ceci a un effet actif contre le sousvirage en courbe grâce à l’augmentation de la force motrice envoyée à la roue "extérieur virage", ce qui autorise donc un passage en courbe à vitesse plus élevée. Pour les amateurs de conduite très sportive, un commutateur "ESC Sport", à deux positions, permet soit de retarder l'intervention du système, soit de déconnecter complètement l’assistance.

Les lignes de la Golf GTI

Cette version Clubsport reprend tous les détails esthétiques de la GTI, à l’extérieur comme à l’intérieur. La présence du badge GTI, en particulier sur l’avant, le liseré rouge sur la calandre qui se prolonge dans les optiques de phares Bi Xenon directionnels et à LED, sont caractéristiques tout comme d’autres petits détails comme les coques de rétroviseurs noirs, les vitres surteintées ou les feux arrière fumés. Cependant les boucliers, l’aileron couleur carrosserie et le diffuseur arrière regroupant les deux sorties d’échappement sont spécifiques à la Clubsport. La signature "Clubsport" est visible de part et d’autre de la voiture. En ce qui concerne les roues, la voiture est équipée des jantes de dix-neuf pouces de la Golf R, derrière lesquelles se trouvent les gros étriers de freins de couleurs rouge siglés GTI en blanc

A l’intérieur la sellerie est en tissu et Alcantara, reprenant le thème de la GTI. Comme à l’extérieur, la griffe GTI est visible sur le volant et le dossier des sièges avec des surpiqûres en rouge sur de l’Alcantara, unique à cette version. Bien sûr, le pommeau de vitesses est façon balle de golf.

Cette version Clubsport a de gros atouts sportifs

Cette motorisation est vraiment performante et sa sonorité n’est pas trop envahissante voire même agréable. Le système de freinage, de série sur la Clubsport, est identique à celui de l’AUDI RS3 et se veut vraiment efficace et endurant, avec ses disques de dix-sept pouces. Si cette version déjà très sportive ne l’était pas assez, VW propose en option une arme qui lui permet d’être encore plus redoutable. Il s’agit du "Pack Racing" à 2.200 €. Ce pack procure une vraie différence en conduite appuyée, en particulier grâce à l’utilisation de jantes dix-neuf pouces allégées "Pretoria black", mais surtout avec des pneumatiques PIRELLI semi-slick Pilote Sport 2 de 235 millimètres de large, le comportement n`a rien à voir avec les pneumatiques MICHELIN d’origine. De plus le système DCC permet d’adapter le comportement de l’automobile au type de conduite, avec la sélection du mode de conduite qui peut jouer en particulier sur le déverrouillage de l’amortissement.

Conclusion

La version Clubsport de la Golf GTI lui permet de se mettre au même niveau que ses concurrentes les plus sportives. Le Pack Racing est vraiment indispensable pour tirer le meilleur de cette auto et c’est une bonne alternative à la Golf R si on veut rester en traction. Elle procure un vrai plaisir de conduite.

Julien LOPEZ

2016-10-25