RENAULT Mégane II 1.5 dCi 80 ch

ESPACE BERLINE
  • Agrément de conduite
  • Performances et consommations
  • Excellent freinage
  • Tenue de cap remarquable
  • Nombreux rangements
  • Esthétique pouvant déplaire
  • Visibilité arrière
  • Habitabilité des places arrière
  • Coffre peu logeable

Prix : 16 500 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres, turbo Diesel à rampe commune
Cylindrée 1461 cm³
Puissance maxi 80 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 185.00 mkg à 2000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.20 m
Largeur 1.77 m
Hauteur 1.45 m

Poids

Total 1195 kg

Capacités

Coffre de 0 à 330 dm³
Réservoir 60 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 170 km/h
0 à 100 km/h 14.30 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.00
Urbaine 5.60
Mixte 4.60
Essai 5.60

La voiture de l'année 2003

La nouvelle Mégane a été une des grandes nouveautés vedettes du récent Mondial de Paris et vient d’être consacrée "voiture de l’année 2003". C’est peu dire que son avenir se dessine avec une sérénité certaine et qu’elle est bien armée pour faire sa place dans segment M1 des berlines compactes. Avec près de cinq millions de véhicules immatriculés en 2001 en Europe occidentale, ce segment est un marché concurrentiel sur lequel sont présents tous les constructeurs généralistes et certains spécialistes. Le poids de ce segment sur le marché toutes marques est homogène dans tous les pays d’Europe où il représente entre 30 et 35 %.

Design innovant

La Mégane apparue en 1995 a été produite à cinq millions d’exemplaires tous modèles confondus, belle performance ! La Mégane II n’a plus rien de commun avec l’ancienne Mégane qu’elle remplace. RENAULT "créateur d’automobiles" imprime avec vigueur un souffle complètement nouveau à ses gammes d’autos très actuelles. L’Avantime a ouvert le ban, la nouvelle Mégane ne peut pas renier un certain esprit de famille avec ce fameux Coupéspace. Cependant, la silhouette de la Mégane II est audacieuse tout en étant moins provocatrice que sa grande sœur, plus sage afin de séduire la très importante clientèle d’acheteurs potentiels de ces fameuses berlines moyennes. Lors de cet essai, de nombreux regards se sont portés sur cette nouveauté que d’aucuns jugeront audacieuse. Etait-ce de la curiosité amusée, de l’étonnement, de la réprobation ou de l’admiration ? C’est bien entendu l’arrière vertical au dessus d’une malle saillante qui distingue la Mégane II des autres autos de sa catégorie. Le losange domine, posé au sommet d’un triangle, avec pour base le nom du modèle. La Mégane II est commercialisée en France depuis le 10 octobre 2002 en deux carrosseries : berline cinq portes et coupé 3 portes. Les dimensions et caisse sont communes aux deux modèles. D’autres Mégane II et d’autres motorisations viendront compléter la gamme dans le courant de 2003. Pour répondre à un comportement consommateur qui se généralise dans de nombreux domaines de consommation courante, le constructeur au losange met maintenant l’accent sur la "personnalisation", c’est-à-dire laisser à chacun la possibilité d’être acteur de son choix et de modeler l’objet à son image. Désormais avec Mégane II, la liberté du choix n’est plus une prestation réservée au haut de gamme. Le principe est le suivant : chaque client construit sa version en choisissant de manière dissociée parmi quatre ambiances (Authentique, Expression, Dynamique et Privilège), cinq niveaux d’équipement (Mégane, Pack, Confort, Sport et Luxe) et cinq groupes motopropulseurs (trois essence et deux turbo Diesel). A cela s’ajoute un large choix d’options. La Mégane II de cet essai est dotée du dCi de 1,5 l de cylindrée développant la puissance de 80 chevaux. C’est un moteur turbo Diesel de nouvelle génération que l’on trouve déjà à bord de la Nouvelle Clio. Le système d’injection à rampe commune de seconde génération, développé en partenariat avec DELPHI Automotive Systems, se distingue par une mise sous pression de la quantité de gazole strictement nécessaire, ce qui améliore le rendement et optimise la consommation. Il dispose également d’une calibration dédiée à chaque injecteur, qui permet de piloter l’avance et le débit d’injection de manière individualisée pour chaque cylindre. Ce système d’injection permet une meilleure maîtrise de la qualité de combustion et notamment de la pré-injection, réalisée au plus près de l’injection principale et réajustée en permanence au bénéfice des performances, de la dépollution et du confort acoustique. Ce moteur reprend facilement à bas régime et n’est jamais en difficulté à régime soutenu. Ce 1.5 dCi est particulièrement satisfaisant côté performances puisqu’il permet à la Mégane II d’atteindre une vitesse maximum élevée (170 km/h), avec de bonnes accélérations et une discrétion sonore tout à fait remarquable pour ce type de motorisation. Le conduite est très agréable. A noter que le passage de la marche arrière se fait maintenant sans le verrouillage de sécurité propre aux RENAULT, mais en position à fond à droite vers le bas. Tous les modèles sont équipés d’une direction assistée électrique variable qui assure un placement précis de la voiture avec un minimum d’effort. La fermeté de la direction évolue en fonction de la vitesse du véhicule, sans rupture lors du passage d’un niveau d’assistance à un autre. La consommation inférieure à 6 litres aux 100 est un atout bien appréciable. Bravo à RENAULT pour tout ce que comporte Mégane II en qualités de confort, de tenue de route et de sécurité. On n’est pas encore allé aussi loin dans ce segment pour obtenir un tel agrément résultant du confort de conduite et de suspension. La position de conduite est très bonne, ainsi que le confort des passagers, juste un peu étriqué à l’arrière. En matière de sécurité, RENAULT a mis les petits plats dans les grands. Tenue de route est très sûre, freinage puissant, endurant et au dosage facile, pas moins de huit coussins gonflables assurent une sécurité active et passive de très haut niveau.

Une auto "à la carte"

La Mégane II est commercialisée en France depuis le 10 octobre 2002 en deux carrosseries : berline cinq portes et coupé 3 portes. Les dimensions et caisse sont communes aux deux modèles. D’autres Mégane II et d’autres motorisations viendront compléter la gamme dans le courant de 2003.

Pour répondre à un comportement consommateur qui se généralise dans de nombreux domaines de consommation courante, le constructeur au losange met maintenant l’accent sur la "personnalisation", c’est-à-dire laisser à chacun la possibilité d’être acteur de son choix et de modeler l’objet à son image. Désormais avec Mégane II, la liberté du choix n’est plus une prestation réservée au haut de gamme. Le principe est le suivant : chaque client construit sa version en choisissant de manière dissociée parmi quatre ambiances (Authentique, Expression, Dynamique et Privilège), cinq niveaux d’équipement (Mégane, Pack, Confort, Sport et Luxe) et cinq groupes motopropulseurs (trois essence et deux turbo Diesel). A cela s’ajoute un large choix d’options.

Diesel propre, émissions de CO2 optimisées

La Mégane II de cet essai est dotée du dCi de 1,5 l de cylindrée développant la puissance de 80 chevaux. C’est un moteur turbo Diesel de nouvelle génération que l’on trouve déjà à bord de la Nouvelle Clio. Le système d’injection à rampe commune de seconde génération, développé en partenariat avec DELPHI Automotive Systems, se distingue par une mise sous pression de la quantité de gazole strictement nécessaire, ce qui améliore le rendement et optimise la consommation. Il dispose également d’une calibration dédiée à chaque injecteur, qui permet de piloter l’avance et le débit d’injection de manière individualisée pour chaque cylindre. Ce système d’injection permet une meilleure maîtrise de la qualité de combustion et notamment de la pré-injection, réalisée au plus près de l’injection principale et réajustée en permanence au bénéfice des performances, de la dépollution et du confort acoustique. Ce moteur reprend facilement à bas régime et n’est jamais en difficulté à régime soutenu.

Performant, silencieu, peu gourmand, agréable à conduire, que demander de plus ?

Ce 1.5 dCi est particulièrement satisfaisant côté performances puisqu’il permet à la Mégane II d’atteindre une vitesse maximum élevée (170 km/h), avec de bonnes accélérations et une discrétion sonore tout à fait remarquable pour ce type de motorisation. Le conduite est très agréable. A noter que le passage de la marche arrière se fait maintenant sans le verrouillage de sécurité propre aux RENAULT, mais en position à fond à droite vers le bas. Tous les modèles sont équipés d’une direction assistée électrique variable qui assure un placement précis de la voiture avec un minimum d’effort. La fermeté de la direction évolue en fonction de la vitesse du véhicule, sans rupture lors du passage d’un niveau d’assistance à un autre. La consommation inférieure à 6 litres aux 100 est un atout bien appréciable.

Confort, tenue de route, sécurité au plus haut niveau

Bravo à RENAULT pour tout ce que comporte Mégane II en qualités de confort, de tenue de route et de sécurité. On n’est pas encore allé aussi loin dans ce segment pour obtenir un tel agrément résultant du confort de conduite et de suspension. La position de conduite est très bonne, ainsi que le confort des passagers, juste un peu étriqué à l’arrière.

En matière de sécurité, RENAULT a mis les petits plats dans les grands. Tenue de route est très sûre, freinage puissant, endurant et au dosage facile, pas moins de huit coussins gonflables assurent une sécurité active et passive de très haut niveau.

Mégane II est bien parée pour entrer dans la danse. Sa récente récompense de "Voiture de l’année 2003" est tout à fait méritée. Mais fallait-il cependant l’affubler d’un arrière au design que certains aimeront mais que d’autres vont détester ? Les qualités intrinsèques de cette nouvelle venue particulièrement réussie n’imposaient pas vraiment cet exercice de style.

Jean-Pierre LAURAIN

2002-11-01