AUDI A5 Sportback TDI 190 S line

ESPACE BERLINE
  • Design
  • Qualités routières
  • Niveau de finition
  • Tarifs et politique d'options
  • Confort ferme
  • Autonomie un peu limitée

Prix : 52 350 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes Turbo Diesel injection directe par rampe commune
Cylindrée 1968 cm³
Puissance maxi 190 ch à 3800 tr/min
Couple maxi 41.00 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.73 m
Largeur 1.84 m
Hauteur 1.39 m

Poids

Total 1595 kg

Capacités

Coffre de 480 à 0 dm³
Réservoir 40 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 235 km/h
0 à 100 km/h 7.90 s

Environnement

Emission CO2 112 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.00
Urbaine 4.90
Mixte 4.30
Essai 0.00

POUR SA LIGNE, MAIS PAS SEULEMENT…

Apparue en 2009 pour compléter l'offre d'AUDI sur le segment des berlines familiales, l'A5 Sportback a proposé une alternative "sexy" à la classique A4 en offrant une ligne sportive en lieu et place d'une berline trois volumes. Le succès ne s'est pas fait attendre et dans la gamme A5, la Sportback a rapidement pris la place de chef de famille. Huit ans plus tard, 25.000 exemplaires ont trouvé preneurs contre 15.000 pour le Coupé. Quelques mois après la présentation du nouveau Coupé A5, la deuxième génération de Sportback arrive sur le marché.

Métamorphose discrète


Lorsqu'on sait que le premier critère d'achat de l'A5 Sportback repose sur son design, on imagine que les directives données aux ingénieurs d'Ingolstadt pour la "version deux" imposaient de rester fidèles au dessin particulièrement réussi de la première. Et les évolutions de modèles par petites touches, AUDI sait faire. Mais dans le cas de l'A5, comment lui en vouloir ? Même si la ligne générale reste proche, la nouvelle génération de Sportback oublie une partie de ses rondeurs originelles pour apporter plus de virilité et de dynamisme. La nouvelle face avant se caractérise par une calandre "single frame" élargie et abaissée, un capot nervuré et plus plongeant, intégrant des projecteurs aux angles marqués dotés de LEDs carrées. Un clin d'œil aux phares des quattro  des années 80. Le profil est visuellement renforcé par un pli marqué courant sur toute la longueur de la caisse, accompagné de flancs sculptés et de vagues au-dessus des roues. L'arrière, enfin, bénéficie de lignes plus tendues, de feux modernisés et de clignotants dynamiques.

Sans révolutionner le modèle, ce deuxième opus apporte une personnalité plus marquée et plus élégante qui comblera tous ceux qui cherchent à conjuguer ligne sportive et fonctionnalité de berline, n'osant pas succomber aux charmes du Coupé. Ce dernier est pourtant commercialisé à prix identique à motorisation et finition équivalentes.

Plus puissante et plus sobre

Sur l'ensemble de sa nouvelle gamme A5 Sportback, AUDI annonce une baisse moyenne de consommation de 22% malgré un supplément de puissance de 17%. Cette économie a été rendue possible par l'utilisation de la nouvelle plateforme MLB Evo qui permet de gagner jusqu'à 60 kg sur certaines versions. Suivant la motorisation, le réservoir à carburant contient de 40 à 58 litres. Dans tous les cas ces contenances sont un peu faibles pour assurer une grande autonomie. Pour les 2.0 TDI, une option gratuite permet toutefois de passer de 40 à 54 litres. Mais pourquoi ne pas équiper directement toutes les versions avec le réservoir de 58 litres ?

Les puissances offertes par les motorisations proposées sur l'A5 s'échelonnent entre 190 et 272 chevaux (blocs essence 2.0 TFSI, Diesel 2.0 et 3.0 TDI), associées à une transmission manuelle à six rapports, S tronic à sept rapports voire Tiptronic 8 pour la 3.0 TDI 272 chevaux. La transmission intégrale quattro est disponible à tous les niveaux de puissance. A l'identique du Coupé, la gamme est coiffée par la déclinaison sport, la S5 qui bénéficie du moteur 3.0 litres V6 TFSI d'une puissance de 354 chevaux (soit 21 de plus que la version précédente), de la transmission quattro, d'une boîte tiptronic 8 et d'un couple de 500 Nm dès 1.370 tr/mn. De quoi propulser la bête de 0 à 100 km/h en moins de cinq secondes !

Intérieur raffiné et assistances high tech

La gamme A5 Sportback est proposée en six niveaux de finition (dont une Business réservée aux personnes morales) organisés en deux filières déclinées à partir de la version de base. Une gamme confort avec les versions Design et Design Luxe, et une gamme sportive définie par les finitions "S line" et "Avus". Je vous épargnerai la liste fastidieuse des équipements par niveau, mais sachez simplement que la marque aux anneaux ne faillit pas à la tradition. Même pour les finitions basses et intermédiaires, la présentation ne souffre aucune critique, les matériaux sont recherchés et les ajustements peaufinés. Que du bonheur, à condition de mettre la main au portefeuille pour aller puiser dans le volumineux catalogue d'options, dont certaines sont parfois mesquines.

Si vous êtes technophile, les aides à la conduite proposées vous combleront. Pour l'A5, AUDI annonce pas moins de trente systèmes d'assistance en série ou en option. Ils vous permettront entre autres de vous garer sans effort, de sortir en marche arrière d'une place de stationnement en toute sécurité, de vous laisser conduire dans les embouteillages ou de conserver votre voie de circulation même si vous êtes distrait, sans oublier les dispositifs anti collision qui freinent le véhicule ou qui vous aideront à prendre la bonne trajectoire d'évitement au cas où... Pour la plupart regroupés au sein de trois packs, ces dispositifs s'appuient sur les caméras, capteurs ultrasoniques et radars situés tout autour du véhicule. Le "Virtual Cockpit", déjà vu sur la dernière génération d'AUDI A4 ou sur le Coupé, n'est pas nouveau. Son spectaculaire écran de 12,3 pouces commandé à partir du volant multifonction permet d'afficher la carte de navigation en 3D et haute résolution. Il est fourni de série sur les finitions S line, Design plus et Avus. Enfin le système MMI plus gère toute la partie infotainment, les smartphones et les services connectés en temps réel via Google Earth et Google Street pour la circulation, ou encore la météo de votre destination.

L'habitabilité est aussi en progrès. Bien sûr, la silhouette fuyante ne favorise pas les grands gabarits à l'arrière (surtout à la place du milieu), bien que des progrès aient été accomplis pour la place aux genoux et la hauteur sous pavillon. Ces améliorations ont été rendues possibles grâce à un empattement supérieur de six centimètres versus la génération précédente. La capacité du coffre est suffisante avec un volume de 480 dm3, et bénéficie d'un hayon motorisé sur toutes les versions.

Suivant le niveau d'équipement et la motorisation, les prix s'échelonnent entre 40.370 € pour la version de base et 68.650 € pour l'Avus 3.0 TDI 272 chevaux. Et si vous êtes séduits par la S5, il vous en coûtera 75.700 €, hors options, naturellement ! La finition S line représente actuellement à elle seule 41% des ventes, tandis que la part des motorisations essence qui ne représentait que 10% en 2015, est en sensible augmentation.

Une routière accomplie

A peine assis derrière le volant, avant même de démarrer, la satisfaction est de mise. Bien calé dans le siège enveloppant, je suis entouré de matières nobles, j'observe la qualité de la finition. Rien à dire. Il est vrai que pour démarrer cette journée d'essais dans les Cévennes, AUDI m'a confié dès le matin une somptueuse S5. Pour rejoindre les petites routes de l'arrière-pays, les quelques kilomètres d'autoroute sont avalés en douceur, la boîte Tiptronic 8 enchaînant les rapports sans le moindre à-coup. Le moteur est silencieux, presque un peu trop lors des accélérations énergiques, seul moyen d'en apprécier la puissance. Sur les routes sinueuses des Causses, le comportement dynamique de la voiture, menée il est vrai largement en-deçà de son potentiel, ne se démentira pas, y-compris dans les épingles serrées. En mode manuel, les palettes situées à l'arrière du volant permettent de rétrograder à la volée, l'électronique moteur générant automatiquement un petit coup de gaz façon double débrayage. Un régal !

L'après-midi, je disposais d'une finition S line animée par le 2.0 TDI de 190 chevaux. Associée à une boîte S tronic à sept rapports à double embrayage, en version deux roues motrices, ce modèle représente le cœur de gamme des ventes d'A5. Les craintes que j'avais pu avoir de disposer de ce modèle "banal" après la S5, se sont vite envolées. Sur les itinéraires tortueux qui mènent au Cirque de Navacelles, cette version s'est révélée dynamique et équilibrée malgré un poids de près de 1.600 kg et deux roues motrices seulement pour faire passer la puissance. Le couple de 400 Nm permet une conduite coulée, ou si le besoin s'en fait sentir, sensiblement plus énergique avec la boîte S tronic en mode "S" et la position du Drive select en mode "Dynamic". Quelle que soit la version, le confort de suspension s'avère ferme dès que le revêtement se dégrade, mais rien de rédhibitoire, sauf pour le passager assis à la cinquième place comme c'est bien souvent le cas.

Cette nouvelle génération d'AUDI A5 Sportback n'aura pas de mal à trouver sa clientèle. Avec une silhouette modernisée mais fidèle au design qui a fait son succès, un comportement routier plus dynamique et une consommation en baisse, AUDI lance sur le marché des familiales une "voiture plaisir", sauf pour le portefeuille. Mais quand on aime…

Bruno ROUMEGOUX

2017-03-10