AUDI Q5 TDI 190 / TFSI 252

ESPACE SUV
  • Virtual Cockpit
  • Suspension pneumatique
  • Motorisation 2.0 TFSI 252 chevaux
  • Banquette arrière coulissante
  • Prix en légère hausse
  • Toujours beaucoup d’options
  • (Trop) Forte ressemblance avec le Q7
  • Consommation 2.0 TFSI

Prix : de 40 750 € à 63 900 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres Diesel turbocompressé
Cylindrée 1968 cm³
Puissance maxi 190 ch à 3800 tr/min
Couple maxi 41.00 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.66 m
Largeur 1.89 m
Hauteur 1.66 m

Poids

Total 1845 kg

Capacités

Coffre de 550 à 1600 dm³
Réservoir 65 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 218 km/h
0 à 100 km/h 7.90 s

Environnement

Emission CO2 132 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.80
Urbaine 5.40
Mixte 5.00
Essai 0.00

RELEVE ASSUREE !

Voilà bientôt huit ans que le succès de l’AUDI Q5 ne se dément pas avec des ventes qui n’ont pas cessé de progresser durant toute sa carrière, et ce malgré une concurrence qui s’est très nettement renforcée. Dans un segment en pleine croissance et qui devrait encore progresser ces prochaines années, AUDI nous a présenté le Q5 nouvelle génération qui doit lui permettre de prolonger sa brillante carrière. C’est dans la région de Marrakech que nous avons eu le loisir de prendre en main cette nouvelle version…

Sage évolution extérieure

Au premier coup d’œil, le nouveau Q5 semble un peu moins "rondouillard" que le précédent mais seul un œil averti reconnaîtra au premier coup d’œil ce nouveau modèle. L’AUDI reprend les canons des dernières nouveautés de la marque (calandre type Q7 et capot nervuré type A5) avec au global une ligne plus sculptée ! Le Q5 se veut ainsi plus moderne et renforce encore un peu plus s’il en était besoin son identité AUDI dans la grande famille des SUV, du Q2 au Q7 désormais… On en viendrait presque à le confondre avec son grand-frère d’ailleurs et cette filiation n’est pas le fruit du hasard mais la grande tendance actuelle du marché, toutes marques confondues. En tout état de cause, les dimensions n’évoluent guère, on ne change pas une formule qui gagne.

Un conducteur heureux

Si le Q5 affichait une ligne extérieure encore tout à fait pimpante pour son âge, son intérieur commençait à prendre quelques rides et à accuser un peu de retard par rapport à une concurrence de mieux en mieux armée ! C’est donc sans surprise que les principales nouveautés concernent l’habitacle et plus particulièrement le tableau de bord et les équipements. Naturellement, le Q5 bénéficie effectivement de toutes les nouveautés apparues sur les dernières productions de la marque et qui jusque-là lui faisait défaut. Parmi celles-là, on citera essentiellement le "Virtual Cockpit" qui lui confère un réel avantage concurrentiel, l’affichage tête haute, un must de la catégorie ou les trente aides à la conduite qui vous permettent d’accéder à ce qui se fait de mieux en matière de conduite autonome. Il n’y a guère que la longue liste des options et votre budget qui vous limiteront car inutile de chercher ailleurs, il y a tout ce qui se fait de mieux en la matière.

Les commandes tombent assez naturellement sous la main et les interfaces pour piloter les différents systèmes sont simples d’accès et ne nécessitent pas de se plonger dans la lecture de l’imposante notice… Il n’y a guère que la commande permettant de modifier le réglage de la suspension qui aurait pu être disposée de manière plus aisée.

Des passagers également chouchoutés

Mais les passagers du Q5 ne sont pas en reste avec en particulier un habitacle lumineux grâce au toit ouvrant panoramique, mais aussi un confort en toute circonstance lié à l’adoption d’une suspension pneumatique dernier cri ! Celle-ci dispose en effet de pas moins de six niveaux de réglages que nous avons pu tester dans des conditions très variées mêlant avec plaisir les pistes au sein du désert d’Agafay aux routes sinueuses à souhait du pré-Atlas… Le résultat est convaincant, le tout dans un confort exceptionnel, même si les assises avant restent peut-être un peu fermes ! Cette suspension permet en particulier de faire varier la hauteur de caisse de 190 (en mode dynamique) à 276 millimètres (en mode Lift Allroad, réservé aux passages difficiles et limité à une vitesse inférieure à 35 km/h) en passant par 206 (en mode Auto / Confort) et 231 millimètres (en mode Allroad). De quoi satisfaire les plus exigeants… Il vous faut quand même débourser la somme de 2.350 € pour accéder à cette option qui nous semble cependant l’une des plus intéressantes, voire indispensable pour profiter pleinement du véhicule.

Côté passager arrière, il est à noter que le Q5 propose une nouvelle option intéressante et pas exorbitante (420 €), avec une banquette arrière coulissante qui permet de privilégier soit l’espace aux jambes, soit la capacité de la malle arrière (qui passe ainsi de 510 litres de contenance à 610 litres).

Quatre motorisations pour commencer

D’ores et déjà commercialisé dans le réseau, le véhicule est proposé au lancement avec quatre motorisations (trois versions Diesel de quatre cylindres de 140, 163 et 190 chevaux et une version essence quatre cylindres de 252 chevaux). Des motorisations plus puissantes et plus nobles (V6) apparaîtront un peu plus tard, tout comme la désormais traditionnelle version E-Tron en 2018.

Durant cette prise en main, nous avons tout à loisir de tester cette version essence et la version Diesel la plus puissante. Ces deux motorisations sont accouplées à une boîte S tronic à sept rapports. Sur ces terrains accidentés, le Q5 démontre toutes ses qualités dynamiques… C’est sur le plan du comportement qu’il progresse réellement avec une adhérence quasiment impossible à prendre en défaut et une facilité à virer à plat qui fait souvent défaut sur des véhicules de ce gabarit. Et si tous les possesseurs de Q5 n’ont pas vocation à aller cruiser dans un désert, il est certain qu’ils seront conquis par son aptitude à vous emmener sur tous les terrains avec une facilité assez déconcertante.

Au volant, les sensations sont toutefois différentes et la version essence nous est apparue plus agréable avec en particulier une meilleure réponse de la boîte à la moindre sollicitation sur la pédale d’accélérateur. Le TDI dans les mêmes conditions demande un petit temps de réponse supplémentaire. Bien évidemment, la version essence voit la consommation s’envoler rapidement quand vous avez le pied un peu lourd, mais la bataille contre le Diesel désormais engagée, en particulier dans les grandes villes, tend à faire penser que les ventes d’essence pourraient progresser dans les années à venir, y compris dans ce segment où pour l’instant plus de 90% des ventes s’effectue en TDI.

Du correctif au prédictif

Mais une AUDI ne serait pas une AUDI si elle ne proposait pas un niveau de technologie au top ! Et l’innovation sur ce modèle nous vient de l’adoption d’une nouvelle transmission quattro "Ultra" que l’on peut qualifier de "prédictive". Jusqu’ici, dès lors que le véhicule détectait une amorce de perte d’adhérence, le système quattro entrait en jeu en quelques millièmes de seconde pour augmenter la tenue de route. Désormais, sur ce nouveau Q5, vous disposez au démarrage du système quattro dans son intégralité, et ce n’est qu’en fonction des conditions de circulation (vitesse stable sur autoroute par exemple), que la transmission va autoriser le désaccouplement du train arrière et permettre ainsi d’économiser un peu de carburant (jusqu’à 0,3 l/100 km)… Bien évidemment, inutile de chercher une quelconque sensation au volant, tout cela se fait de manière totalement transparente pour le conducteur.

Des délais plus raisonnables !

Assemblé désormais au Mexique, on aurait pu craindre un certain retrait en termes de qualité, mais rassurez-vous, il n’en est rien et la finition conserve le même niveau d’exigence qui fait le succès et la réputation de la marque… Il semble aussi que la capacité de production ait été suffisamment bien calibrée pour permettre de conserver des délais de livraison raisonnables (il fallait attendre plus d’un an pour le modèle précédent) de l’ordre de quatre à six mois pour le nouveau.

Mais des prix à la hausse

Du côté des tarifs, si le poids a connu une baisse sensible (- 90 kg sur la balance) grâce à l’adoption d’aluminium, la facture quant à elle augmente et si le prix de base de la petite version Diesel en boîte mécanique débute à un peu plus de 40.000 €, il faut débourser entre 65.000 et 70.000 € pour disposer d’une version TDI 190 bien équipée en finition S-Line (toujours aussi jolie) et avec quelques équipements complémentaires… 

L’AUDI Q5 était attendu avec une certaine impatience et nous n’avons pas été déçus par ses prestations et la modernisation dont il fait preuve ! Si tous les constructeurs font feu de tout bois pour proposer un modèle dans ce segment, ils ne sont finalement pas légion à pouvoir véritablement concurrencer ce best-seller qui devrait poursuivre sa belle carrière et même prétendre à développer ses ventes dans un marché lui-même en pleine croissance…

Fabrice DUMAS

2017-03-17