SUZUKI Swift Gamme 2017

ESPACE Citadine
  • Moteur 1.0 Boosterjet performant et sobre
  • Qualités routières
  • Maniabilité
  • Ligne
  • Quelques matériaux peu valorisants
  • Coffre un peu petit
  • Allgrip 4x4 incompatible avec 1.0 Boosterjet
  • BVA incompatible avec 1.2 Dualjet

Prix : de 13 500 € à 17 500 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 1.0 Boosterjet SHVS - 3 cylindres 12 soupapes - Turbo injection directe essence
Cylindrée 998 cm³
Puissance maxi 111 ch à 5500 tr/min
Couple maxi 17.34 mkg à 2000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 3.84 m
Largeur 1.74 m
Hauteur 1.50 m

Poids

Total 875 kg

Capacités

Coffre de 265 à 947 dm³
Réservoir 37 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 195 km/h
0 à 100 km/h 10.60 s

Environnement

Emission CO2 97 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.00
Urbaine 4.80
Mixte 4.30
Essai 5.20

ENCORE PLUS SO SEXY… SO SWIFT

Vendue à plus de cinq millions d'exemplaires depuis 2005, la Swift est le fer de lance de SUZUKI. En 2016, malgré une érosion des ventes due aux sept ans de la deuxième génération, il s'est encore vendu 7.453 Swift, soit 36 % des immatriculations de SUZUKI et 1,5 % du segment B en France, où les trois françaises RENAULT Clio, PEUGEOT 208 et CITROËN C3 se sont octroyées 51,2 % de parts de marché. Avec la troisième génération (en Europe), qui nous a été présentée à Monaco en ce mois de mars 2017, SUZUKI espère une diffusion de 2% du segment B en année pleine.

Attirante

Le style de cette nouvelle Swift a sensiblement évolué. Par rapport à la version qu'elle remplace, elle est un peu plus courte, dix millimètres malgré un empattement accru de vingt millimètres, plus basse de quinze millimètres et nettement plus large, quarante millimètres. Ces nouvelles dimensions lui confèrent un aspect moins petite voiture, la démarquant ainsi nettement de la petite SUZUKI Celerio. On retrouve toutefois une certaine filiation avec les précédentes versions par la custode triangulaire, le pavillon, la ceinture de caisse haute. La face avant, avec de grands phares soulignés par des feux de jour à LED et une grande calandre qui élargit visuellement la voiture, est, par contre, en rupture avec celles l'ayant précédée. Compte tenu de la désaffection des clients pour les versions trois portes, la nouvelle Swift n'a qu'une seule carrosserie à cinq portes, avec les poignées arrière dissimulées dans l'encadrement de la vitre. Autre détail styliste, un élément noir au dessus de la custode donne l'impression d'un vitrage latéral continu et d'un toit "flottant".

Plus habitable

La SUZUKI Swift avec ses 3,84 mètres, fait partie des plus petites dans le segment B dont les plus grandes dépassent largement les quatre mètres (KIA Rio, DACIA Sandero…). Compte tenu de son faible encombrement, l'habitabilité pour quatre, en progrès, est satisfaisante à condition, pour ceux qui sont à l'arrière, que les sièges avant ne soient pas trop reculés. Le coffre, talon d'Achille de la génération précédente, a vu son volume augmenté de 54 litres, atteignant 265 litres sous la tablette cache-bagages, valeur néanmoins un peu faible pour la catégorie cubant généralement autour de 300 litres, et va jusqu'à 947 litres dossiers 40/60 de la banquette complètement rabattus. Malheureusement, faute d'un faux-plancher, la surface n'est pas plane et le seuil pour entrer et sortir les bagages est un peu haut. En contrepartie de cette habitabilité un peu en retrait vis-à-vis de certaines concurrentes plus grandes, la Swift est plus maniable, rayon de braquage de 4,80 mètres, donc plus facile à garer, et plus légère, ce qui a une heureuse influence sur les performances et la consommation.

Au premier abord, en entrant dans l'habitacle, l'impression est plutôt positive. On apprécie les sièges bien dessinés, les instruments de bord avec de grands cadrans bien lisibles entourant l'ordinateur de bord et l'assemblage correct des divers éléments. En détaillant la présentation, on regrette les plastiques durs et brillants, les inserts sur le volant en plastique peu agréable au toucher, où encore l'écran tactile un peu trop bas.

Le catalogue

Trois niveaux d'équipement (Avantage, Privilège, Pack), deux motorisations (1.2 Dualjet et un nouveau 1.0 Boosterjet) que l'on peut combiner avec deux modes de transmission (deux roues motrices ou intégrale "Allgrip", dispositif rare sur une citadine) et deux types de boîte de vitesses (manuelle à cinq rapports ou automatique avec six vitesses) sont proposés, déterminant huit choix possibles. La nouvelle Swift n'étant commercialisée qu'à partir de mai 2017, les tarifs n'étaient pas encore fixés lors de la conférence de presse. Les représentants de la marque nous ont indiqué une fourchette allant de 13.500 € à 17.500 €. Après avoir été adorés, les moteurs Diesel n'ont plus la cote, particulièrement pour les citadines. SUZUKI, comme d'autres, n'a pas renouvelé l'offre Diesel pour cette génération de Swift.

Swift Avantage

En entrée de gamme, SUZUKI ne propose qu'une seule version, la Swift en finition Avantage motorisée par le moteur 1.2 Dualjet en deux roues motrices et boîte manuelle à cinq vitesses. L'équipement est intéressant puisque l'on dispose déjà de la climatisation manuelle, d'une radio avec prises AUX, USB et Bluetooth, de l'allumage automatique des phares et de la centralisation des ouvrants. Le moteur 1.2 Dualjet est une évolution du quatre cylindres motorisant la génération précédente. Il développe 90 chevaux à 6.000 tr/mn et fournit un couple de 120 Nm à 4.400 tr/mn, valeurs moyennes obtenues à hauts régimes. Ces caractéristiques sont toutefois suffisantes pour emmener la très légère Swift (840 kg annoncés pour cette version de base) jusqu'à 180 km/h avec passage au 100 km/h en 11,9 secondes, tout en maîtrisant sa consommation (4,3 l/100 km homologués en cycle mixte).

Swift Privilège

Avec ce niveau Privilège, la dotation de la Swift s'enrichit de jantes en alliage seize pouces, de projecteurs antibrouillard, de vitres arrière surteintées, d'un système multimédia avec écran tactile sept pouces, d'une caméra de recul, d'une connexion smartphone (Apple CarPlay, AndroidAuto) et de sièges avant chauffants. Elle peut être motorisée par le 1.2 Dualjet 90 dont la puissance est transmise soit en traction avant, soit en 4x4 par le système Allgrip, ce qui augmente le poids de 110 kg, diminue les performances (170 km/h et 0-100 km/h en 12,6 secondes) et accroît la consommation (4,9 l/100 km en cycle mixte). Le supplément de prix du système Allgrip ne nous a pas été indiqué, toutefois il était de 1.450 € sur la Swift de la précédente génération. La Swift Privilège peut également recevoir le 998 cm3, déjà vu sur le SUV S-Cross, mais sans Allgrip, ni système hybride SHVS (Smart Hybrid Vehicule by Suzuki).    

Swift Pack

Cette finition est la seule à pouvoir disposer du système hybride SHVS, quelle que soit la motorisation, 1.2 Dualjet ou 1.0 Boosterjet. Basé sur un alterno-démarreur qui assure le rechargement d'une batterie lithium-ion de douze volts, via le système de récupération d'énergie, le "start/stop" et l'assistance au moteur dans les phases d'accélération, il permet un gain de couple de 50 Nm pendant 30 secondes à condition que le régime moteur soit inférieur à 3.900 tr/mn et la vitesse inférieure à 120 km/h. Le SHVS permet de réduire la consommation urbaine homologuée des deux motorisations de presqu'un litre aux cent kilomètres et celle du cycle mixte de 0,3 l/100 km, le système n'ayant pas d'incidence sur la consommation routière. La transmission intégrale Allgrip n'est compatible avec le SHVS que pour le 1.2 Dualjet et la boîte automatique n'est proposée qu'avec le 1.0 Boosterjet mais sans SHVS et sans Allgrip.

L'équipement de cette version Pack est très complet avec notamment projecteurs LED, lève-vitres électriques arrière, ouverture et démarrage sans clé, climatisation automatique, navigation 3D ainsi que les systèmes de sécurité DSBS (freinage actif d’urgence), gestion automatique des feux, alerte de franchissement de ligne et de trajectoire et régulateur de vitesse adaptatif.

En route avec la Swift Pack 1.0 Boosterjet SHVS (17.500 €) 

Au démarrage, en appuyant sur le bouton "Start" de cette version, le trois cylindres SUZUKI émet le son caractéristique de ces motorisations, sans vibrations notables. En ville ce petit moteur est souple et volontaire, bien aidé par l'hybridation SHVS lui apportant le surcroît de couple nécessaire à bas régime lorsque le turbo n'est pas encore très actif. Dans la circulation urbaine, sa petite taille favorise la maniabilité, la direction est souple et les freins efficaces. Ce serait une citadine presque parfaite si la boîte de vitesses n'était pas un peu floue dans son maniement. Dès que l'on quitte les méandres de la cité, la Swift étonne par sa vivacité et son comportement routier. Le moteur délivre ses 111 chevaux à 5.500 tr/mn et monte allègrement jusqu'au rupteur situé à 6.000 tr/mn, alors que la zone rouge du compte-tours débute à 6.500 tr/mn… Il y a juste les reprises en cinquième qui manquent un peu de tonus. Malgré une conduite très dynamique dans l'arrière pays niçois, sinueux et accidenté à souhait, l'ordinateur a affiché un étonnant 5,2 l/100 km de consommation moyenne. Même si ces instruments sont en général optimistes, la Swift ainsi motorisée devrait rester en dessous de 6 l/100 km. La Swift bénéficie également d'une nouvelle plateforme "Heartect", à la fois légère et rigide, et participant à la réduction de 120 kg de la masse globale, au bénéfice des qualités dynamiques. Les suspensions, bien calibrées, assurent maintien de caisse et amortissement efficace malgré quelques trépidations à basse vitesse. Si les nouveaux dispositifs de sécurité sont très utiles dans les situations d'urgence en évitant ou en limitant les conséquences d'un impact, ils sont parfois un peu trop interventionnistes, telle l'alerte de franchissement de ligne qui fait vibrer le volant dès que l'on "coupe" les virages sur routes sinueuses. Par ailleurs, on note l'absence d'un dispositif anti angle-mort dans les rétroviseurs extérieurs, pourtant bien utile. 

La SUZUKI Swift 2017 a de forts beaux arguments de performances, de sobriété, de tenue de route pour séduire les amateurs de conduite dynamique, en attendant la Swift Sport prévue pour 2018, et de maniabilité, de compacité et de douceur pour les citadins. La ligne agréable fera oublier les quelques plastiques économiques et le coffre au volume encore un peu restreint, malgré une nette amélioration par rapport à la génération précédente. Il reste à SUZUKI à préciser le tarif des différentes versions dans la fourchette de prix qui nous a été communiquée.  

Daniel DECHENE

2017-03-29