KIA Picanto Gamme 2017

ESPACE CITADINE
  • Prix/Equipements
  • Espace intérieur
  • Ligne dynamique
  • Mollesse du 1,2 litre
  • Consommation

Prix : 10 900 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 3 cylindres - 12 soupapes Essence injection indirecte
Cylindrée 998 cm³
Puissance maxi 67 ch à 5500 tr/min
Couple maxi 9.00 mkg à 3500.00 tr/min

Dimensions

Longueur 3.60 m
Largeur 1.60 m
Hauteur 1.49 m

Poids

Total 860 kg

Capacités

Coffre de 225 à 1010 dm³
Réservoir 35 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 161 km/h
0 à 100 km/h 14.30 s

Environnement

Emission CO2 101 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 3.70
Urbaine 5.60
Mixte 4.40
Essai 0.00

PIC ET PIQUES ET KILOGRAMMES

Le pic des ventes, c’est l’ambition que se donne KIA pour sa troisième génération de Picanto. Les piques traduisent le souci que peuvent se faire les concurrents. Et les kilogrammes en moins sur la balance résument la recherche que le constructeur a menée pour optimiser les performances de sa petite citadine. Après à peine cinq ans, KIA renouvelle la petite Picanto en la dotant d’équipements souvent associés à une grande, preuve des moyens engagés pour garder une place au soleil…

Plastique

Extérieurement, la Picanto 3 reprend les gimmicks de la 2, et conserve d’ailleurs la longueur (3,595 mètres) de sa devancière. Pas plus longue, pas plus large et une miette plus haute, la voiture semble pourtant prendre de l’ampleur, et même de l’assise, c’est toujours mieux pour l'esthétique. Plus fort, l’empattement a légèrement augmenté quand le porte-à-faux avant a été raboté, c’est toujours mieux pour l’espace intérieur. Le porte-à-faux arrière a gagné un centimètre, c’est tout bénéfice pour le coffre.

La bouille de la petite KIA est toujours aussi avenante, marquée par la calandre typique de la marque et des optiques très effilées. Le grand bouclier s’occupe de l’aération du moteur et, selon la finition, surtout en ayant sélectionné la GT Line, donne un côté sportif à la voiture. Cette finition ajoute des renforts colorés autour des antibrouillards avant, en bas de flancs et en garniture du bouclier arrière. Ce dernier abrite une double sortie d’échappement chromée. Et si la finition sportive n’a pas été votre choix, vous pouvez tout de même garder la palette de couleurs pimpantes qui avait déjà illustré la génération précédente.

Pragmatique

L’extérieur est prometteur, l’intérieur n’est pas en reste. Là aussi, KIA n’a pas lésiné dans l’habitacle. La première impression est bonne : écran central posé en haut de console centrale, pas de tôles peintes apparentes, sièges cossus pourvus de vrais appuis-tête (réglables). KIA a soigné les détails en présentant une planche de bord sobre, à la mode actuelle, reléguant les commandes de radio et de climatisation en partie inférieure. L’essentiel des commandes est gérable depuis le volant. Certes les voitures essayées étaient plutôt des hauts de gamme, mais on verra plus loin que la dotation de série est alléchante.

KIA, pragmatique, a vérifié que le marché préférait les cinq portes (sauf modèle iconique comme la FIAT 500). Cette génération, contrairement à la précédente, ne propose pas de version à trois portes. Profitons-en pour tester les places arrière. La surprise est bonne à l’image de l’habitabilité arrière. Place aux genoux, garde au toit, une grande personne peut trouver une plutôt bonne aisance à l’arrière. La Picanto est, cela peut toujours servir, homologuée en cinq places. Les occasions de rouler à plein doivent bien entendu rester ultra anecdotiques. La modularité est limitée concernant la banquette arrière qui est tout de même rabattable en 60/40. Mais elle ne coulisse pas. C’est la console entre les sièges avant qui est pourvue de cette fonction (en niveau 3) ; à noter qu’elle affiche une capacité suffisante pour une bouteille.

La vocation de la voiture est de circuler en ville, son terrain préféré. Le volume de coffre a progressé, et avec 255 litres (+ 55 litres), la Picanto se classe parmi les meilleures du segment. Et avec le rabat total, le plancher est plat et offre jusqu’à 1.010 litres.

Pratique

Trouver une bonne assise et en gros une bonne position de conduite est aisée. On apprécie la bonne longueur d’assise des sièges avant mais on regrette l’absence de réglage en profondeur du volant. La nouveauté flotte au-dessus de la planche de bord qui peut pendre des couleurs selon ses goûts et son porte-monnaie. Il s’agit de l’écran de sept pouces, tactile, qui regroupe les informations dont le GPS bien entendu.

Deux moteurs connus sont proposés sous le capot, assortis de quelques améliorations. Le plus puissant, un quatre cylindres de 1,2 litre et le second, un trois cylindres d’un litre. KIA a développé sa gamme autour du "petit", et à l’usage, on comprend pourquoi. Il est discret en dépit de sa configuration et très alerte. Ses 67 chevaux suffisent amplement pour satisfaire la mission de la voiture. Le 1,2 litre gratifie mal la Picanto des 84 chevaux promis, probablement handicapé par un "trou" dans les rapports à partir du troisième. Finalement, ce moteur a plus la vertu d’être associable à une boîte automatique. Pour plus de dynamisme, la Picanto récupèrera à la rentrée le 1,0 litre passé à l’injection directe avec turbo et surtout avec 100 chevaux. La consommation moyenne donnée par l’ordinateur est plutôt à trouver entre cinq et six litres aux cent kilomètres selon la conduite et l’environnement. La voiture a pourtant été allégée grâce au passage à une nouvelle plateforme et à des aciers à haute résistance.

Packs techniques

La tenue de route est sans reproche et la Picanto peut bénéficier d’un système de freinage d’urgence (option à 350 €). La dotation d’équipements est d’ailleurs à la hauteur, et même à la hauteur d’un segment supérieur. Toutes les Picanto disposent de l’allumage automatique des feux, de la banquette 60/40 avec système Isofix, d'un ordinateur de bord et de la condamnation centralisée. Mais comme KIA a prévu quatre niveaux, le niveau 2 "Active" devrait remporter les suffrages, grâce notamment à sa climatisation, un régulateur de vitesse, du cuir sur le volant, des commandes à distance et des vitres électriques à l’avant. Les deux niveaux supérieurs "Launch Edition" et "GT Line" offrent une liste très complète d’équipements intérieurs et extérieurs. Il faut compter entre 1.000 et 1.500 € entre deux finitions successives. KIA a encore de la ressource puisque la Picanto peut récupérer un démarrage sans clé ou le volant et les sièges avant chauffants. Il suffit pour cela que le constructeur décide dans quelques temps de les proposer au marché français.

Les prix sont dans la tendance, en notant que la petite KIA conserve la garantie sept ans (ou 150.000 km) s’échelonnant entre 10.900 et 15.100 €. La boîte automatique ajoute 1.000 € à la facture à condition de sélectionner les deux niveaux hauts. Une Picanto Active (uniquement disponible avec le 1,0 litre) s’échange contre 12.400 €. Les options sont réduites, et à part l’incontournable peinture métallisée, un pack "Technologie" (1.000 €) peut agrémenter le niveau 2 de l’écran tactile, de la navigation et tout un tas d’autres aides pratiques…

KIA continue sur sa lancée ambitieuse de proposer une gamme récente. C’est le tour de la petite Picanto de se présenter sous une nouvelle génération. Ce troisième opus reprend les bonnes recettes de certains best-sellers automobiles, en ne modifiant pas trop l’extérieur pour garder l’esprit de famille, en améliorant l’espace intérieur et toute la technique (châssis, moteurs, connectivité). Et avec un prix dans la "bonne" partie des tarifs de la catégorie, la Picanto 3 devrait conforter sa place dans le segment…

Philippe NIOLLET

2017-03-30