VOLKSWAGEN Arteon Gamme

ESPACE PRESTIGE
  • Belle ligne
  • Performances
  • Technologies
  • Confort
  • Planche de bord trop banale
  • Pas de six cylindres
  • Inertie TSI 280

Prix : 42 300 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes injection directe turbo à géométrie variable
Cylindrée 1984 cm³
Puissance maxi 280 ch à 5100 tr/min
Couple maxi 35.00 mkg à 1700.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.86 m
Largeur 1.87 m
Hauteur 1.45 m

Poids

Total 1716 kg

Capacités

Coffre de 563 à 1557 dm³
Réservoir 66 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 250 km/h
0 à 100 km/h 5.60 s

Environnement

Emission CO2 164 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 6.10
Urbaine 9.20
Mixte 7.30
Essai 0.00

ART PREMIER

La bien nommée Arteon (art pour art et eon pour la terminaison des hauts de gamme VW à l’image de Phaeton) est le nouveau vaisseau amiral de VW. Elle a la triple mission de succéder à la CC (ex Passat CC), surclasser la Passat et combler le vide laissé par la grande Phaeton. Voyons de plus près si la belle auto est à apte à satisfaire toutes ses missions…

Ascensionnelle

Il est vrai que le concept GTE présenté il y a deux ans à Genève était proche d’un véhicule de série. En tout cas, le style du concept n’a pas été modifié pour donner l’Arteon à la grille de capot près qui a disparu. La VW est incontestablement élégante, avec un beau profil tirant la voiture vers le haut (de gamme). En effet, la carrosserie en berline coupé, dotée d’une faible hauteur vitrée, sans entourage de vitre sur les quatre portières, donne de la classe à la voiture, plus large et moins haute qu’une berline conventionnelle. D’ailleurs, contrairement à la CC, l’Arteon se démarque de la Passat plus courte de neuf centimètres. Elle reste cependant en deçà de la grande Phaeton plus longue de vingt centimètres. Fait nouveau, la nouvelle VW est passée en configuration cinq portes, son profil fastback étant très approprié à un hayon.

On sent que les designers ont eu libre cours dans le dessin de la voiture. La face est massive et large, marquée par les barrettes chromées horizontales de la calandre qui domine, signe d’une forme statutaire. Ces lames débutent à l’intérieur des doubles optiques dans le style des dernières productions VW. Le capot est plissé et nervuré débutant sur une barre à la couleur carrosserie qui fait la transition avec la calandre. Si vous avez opté pour la finition R Design, le bouclier se muscle avec à chaque extrémité, une immense entrée d’air en forme de C. L’élégant profil se termine sur un arrière plus épuré qu’à l’avant juste "perturbé" par les feux fins et étirés. Selon la finition et la motorisation, les sorties d’échappement adoptent une forme trapézoïdale large et fine. Bref, l’extérieur est un sans-faute.

 

Sensationnelle ?

L’intérieur est bien évidemment une belle production VW. On pourrait supprimer le logo qu’on reconnaitrait le style maison. La montre à aiguilles placée au centre et empruntée à la Passat, les compteurs remplacés dans notre modèle d’essai par l’Active Info Display donnent une sensation de déjà-vu. La finition est sans reproche, on aurait juste préféré que l’exclusivité du style extérieur se retrouve dans l’habitacle bien trop proche de celui d’une Passat ou d’une Golf.

VW a réduit les porte-à-faux et en conséquence privilégié l’empattement : 2,84 mètres pour une longueur totale de 4,86 mètres, c’est un beau résultat. Et si les places avant sont confortables, les passagers arrière ne sont pas lésés pour autant. L’espace aux jambes est remarquable, et la garde au toit n’est pas sacrifié par le profil fuyant même pour une personne de grande taille, j’ai testé ! Le coffre est donc dévoilé par un hayon qui peut être électrique avec déclenchement au pied. Il offre un volume parmi les meilleurs, de 563 litres poussant à plus d’un mètre cube et demi (1.500 litres) en configuration banquette repliée. Le Premium sait se rendre utilitaire le besoin venu…

 

Passionnelle

Le style et la vie en Arteon sont plaisants, on vient de le voir, la connectivité et les technologies maison ont bien entendu registre dans la voiture avec, il va sans dire, des nouveautés examinées plus loin. Un, deux, trois et quatre, le nombre de cylindres ne dépasse pas quatre, dommage ! La raison économique l’a emporté. Les moteurs n’en sont pas pour autant atones. VW a prévu six puissances, pas encore toutes disponibles : trois au sans plomb et trois Diesel. La moins raisonnable mais la plus grisante affiche 280 chevaux grâce à un TSI de deux litres dopé par un turbo. La voiture est exclusivement associée à une boîte DSG (sept rapports) et la transmission intégrale 4MOTION. La tenue de route est impeccable, forte de son centre de gravité abaissé et de son architecture. La voiture repose elle aussi sur la plateforme MQB. Le couple est fulgurant, la vitesse est d’ailleurs bridée à 250 km/h, et si l’inertie, la voiture est lourde, est perturbante, les palettes au volant peuvent compenser. Plus raisonnables, les deux autres TSI (injection directe eux aussi) offrent 150 et 190 chevaux. Le TSI 150 est équipé de la coupure automatique de deux cylindres dans sa dernière évolution dévoilée dans la Golf renouvelée.

L’essentiel des Arteon étant prévue pour les sociétés, la vocation de grande routière de la VW fera logiquement pencher la balance vers les TDI proposant à peu près les mêmes puissances que les versions à essence. Le sommet ne se contente "que" de 240 chevaux. Après la plus puissante des Arteon essence, passons à la plus modeste des Arteon Diesel avec son deux litres de 150 chevaux. Certes, la voiture est plus légère que sa sœur à quatre roues motrices, mais plus lourde qu’une Golf avec laquelle elle partage le moteur. Etonnamment, l’Arteon ne souffre pas d’un manque de puissance. Le TDI 150 remplit très bien sa mission. Préférez dans ce cas la boîte DSG7 pour gérer les éventuels besoins de reprise. Ceux-ci seront de toute façon faits le plus discrètement possible. Pour limiter la facture écologique et les consommations (la TSI 280 subit un malus écologique de 3.473 €), les voitures sont équipées de Stop and Start, de la roue libre et de la récupération d’énergie.

 

Prévisionnelle

Toutes les aides à la sécurité déjà présentes dans les autres modèles, sont bien sûr accessibles, et dans certains cas accessibles en série. Avec la nouvelle génération d’Emergency Asssist inaugurée par l’Arteon, VW met un pas de plus vers la conduite autonome car la voiture se charge de faire réagir le conducteur en cas de non détection d’activité de celui-ci, par l’action sur les freins ou des signaux sonores. Les passagers sont bien sûr alertés et les autres automobilistes sont avertis par les feux de détresse que la voiture a allumés. Sans réaction, et c’est la nouveauté, l’Arteon va s’immobiliser sur la voie la plus à droite en veillant à ce que la manœuvre se fasse sans danger. Le système "Predictive Cruise Control" marque lui aussi un cran de plus en ajoutant une fonction d’adaptation de la vitesse en fonction des données GPS, c’est typiquement le cas en virages ou dans les ronds-points. Toujours dans la même logique de conduite semi autonome, l’éclairage intelligent tient lui aussi compte de la navigation pour anticiper l’éclairage des virages, en gros deux secondes avant ledit virage.

Les autres technologies déjà présentes dans la gamme VW ne manquent pas dans l’Arteon. Les compteurs digitaux intelligents et configurables "Active Info Display", le "Lane Assist" (maintien dans la file), le "Front Assist" (freinage d’urgence), l’affichage tête haute font partie des aides accessibles. Ce qu’on appelle désormais "l'infodivertissement" et qui regroupe toutes les connexions, est bien sûr dans la voiture. Le "CarNet" en est l’illustration, avec ses trois pans : le "Guide & Inform" (navigation), le "Security & Service" (aide en ligne et connexion avec VW), l’appel d’urgence est une nouveauté, et "l’App-Connect" qui s’occupe des connexions avec son smartphone.

La gamme Arteon adopte le schéma en Y : une finition de base suivie de deux branches : une branche plutôt luxe et une branche plutôt sportive. Les niveaux deux se nomment respectivement Elegance et R-Line, les hauts de gamme (niveaux trois) ajoute un "Exclusive" au niveau deux. Chaque niveau est séparé de son suivant d’environ 4.000 €. Le TDI 150 DSG7 en niveau deux s’échange contre un chèque de 46.680 € et environ 2.000 € de plus pour le futur TDI 190 DSG7. Notre TSI 280 d’essai en finition R-Line Exclusive représente l’une des plus chères de la gamme (57.420 €), et la plus chère si on ajoute le colossal malus écologique.

Aérodynamique, élégante par sa fluidité, la VW Arteon n’a rien sacrifié pour plaire. Et quand on a tout pour plaire à l’extérieur, on doit faire de même à l’intérieur. Très sérieux, celui-ci manque un peu d’exclusivité, mais son côté un rien "déjà-vu-chez-VW" est largement minimisé par les prestations et le confort de la voiture. L’espace est généreux confirmant le statut de grande routière de l’Arteon…

Philippe NIOLLET

2017-06-22