VOLKSWAGEN Golf Sportsvan (TSI 130 EVO)

ESPACE SUV
  • Espace intérieur
  • Moteurs
  • Beaucoup de technologie en option
  • Sensibilité au vent latéral

Prix : de 21 990 € à 37 610 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes - Traction – BVM6 ou DSG7 turbo essence injection directe, désactivation des cylindres
Cylindrée 1498 cm³
Puissance maxi 130 ch à 5000 tr/min
Couple maxi 20.00 mkg à 1400.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.35 m
Largeur 1.81 m
Hauteur 1.61 m

Poids

Total 1310 kg

Capacités

Coffre de 500 à 1520 dm³
Réservoir 50 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 202 km/h
0 à 100 km/h 9.60 s

Environnement

Emission CO2 116 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.30
Urbaine 6.40
Mixte 5.10
Essai 0.00

PARTIE DE GOLF A LA CAMPAGNE

Le SUV est le grand gagnant de 2017, supplantant le reste des voitures familiales. VW a récemment comblé le vide dans le segment des SUV compacts avec le T-Roc. On se dit alors que les monospaces, en vogue il y a peu, vont disparaître. Eh bien non, VW conserve une gamme de trois modèles qui débute avec le monospace compact Golf Sportsvan. La bien nommée Van rappelle le patronyme utilisé alors que le mot "monospace" n’existait pas. Après le remodelage de la Golf VII, sa déclinaison monospace fait logiquement de même pour mieux ressembler à son iconique parente…

Retouches

La Golf Sportsvan poursuit sa carrière très honorablement avec 7% des ventes VW en France. Il reste des acheteurs amateurs de conduite en position haute sans pour autant fonder leur choix vers un SUV. Déjà quatre ans d’existence, la VW arrive dans l’inévitable "restyling" de mi-vie. Et pour satisfaire l’exercice, les designers ont eu soit une réduction de budget, soit probablement une envie de ne pas révolutionner le style. C’est une constante chez VW.

Il faut prendre une loupe pour détecter les évolutions très discrètes, mais les habitués connaissent les trucs. Le bouclier avant est revu, les optiques passent en LED avec la signature maison, qu’elle partage désormais avec la Golf et à condition d’acheter la finition haute. La calandre perd son caractère statutaire et ses barrettes chromées au profit d’un fond plus noir, le chrome reste plus discrètement présent. L’arrière adopte la même logique que l’avant. Le bouclier récupère un diffuseur avec des sorties d’échappement intégrées et cerclées de chrome. Les feux sont nouveaux, avec LED intégrées (dès le premier niveau). La Golf en profite au passage pour se parer de nouvelles teintes dont un rouge "Cranberry" qui lui va bien et des jantes alu inédites. La Sportsvan conserve ses dimensions (4,35 mètres), soit neuf centimètres de plus que la Golf. Elle se place à dix-huit centimètres du Touran qui joue le rôle de "Grand Sportsvan" avec ses sept places. Les gammes ayant été revues, chacun est à sa place sans risque de cannibalisation.

 

Touche à touche

Cette Golf des familles est bien sûr destinée à sortir des villes et affronter sans peine les routes et autoroutes, c’est son côté touche-à-touche. Elle doit commencer par assurer un certain confort à ses occupants. L’intérieur a peu évolué, si ce n’est la proposition de nouvelles selleries. Si on reprend la loupe, on constate l’augmentation de la taille de l’écran central à condition de choisir la bonne finition, voire la bonne option. Comme cette Golf est un monospace, la modularité est bien présente. La banquette arrière n’en est pas une, car composée de trois sièges indépendants. Le central est le moins bien loti, et à réserver à la personne la moins large de la famille. Les sièges sont inclinables et coulissants de façon indépendante sur dix-huit centimètres. La voiture est une stricte cinq places, et laisse un volume de coffre gigantesque (500 litres sous tablette pouvant grimper à 590 toujours sous tablette, avec les sièges arrière avancés). La capacité de rangement peut aller jusqu’au repli du dossier de siège avant passager pour les objets longs (mais c’est une option).

Les occupants ne sont donc pas dépaysés, appréciant évidemment l’assise plus haute. Les sièges sont plutôt confortables, un peu fermes à l’arrière et la visibilité est bien dégagée. La caméra de recul est accessible (en finition haute) et pratique. Et si cela ne suffit pas quand il s’agit de se stationner, la Sportsvan peut s’équiper (en option) du tout nouveau "Park Assist 3.0" à savoir l’aide au stationnement de troisième génération. Le système a réduit la longueur (80 cm) autour de la voiture en longitudinal, mais est aussi capable de garer la voiture en bataille en avant comme en marche arrière.

Le "Park Assist" n’est pas la seule aide à la conduite présente dans la Golf. La voiture accueille les technologies les plus récentes du constructeur. Le détecteur de fatigue et la détection des piétons sont de série sur tous les modèles. Pour rester dans le domaine de la sécurité, la VW propose via des packs optionnels "l’Emergency Assist" et le "Traffic Jam Assist". Le second gère la conduite dans les embouteillages à votre place en maintenant la voiture au centre de la voie et en régulant automatiquement les démarrages et freinages. Le premier se charge de vous réveiller d’abord par des signaux, puis par des petits freinages successifs. En cas d’insuccès, la voiture va se garer sur le côté droit, feux de détresse allumés et alerte donnée.

 

Cartouche

Je ne vais pas être original en précisant que c’est la gamme des moteurs essence qui remporte la palme de la nouveauté. Tous les TSI sont inédits sous le capot de la Sportsvan. Le récent trois cylindres qu’on a déjà testé dans la Polo ou le T-Roc, déploie ses 85 ou ses 110 chevaux. Mais c’est le quatre cylindres un peu plus ancien mais renouvelé d’où son estampillé "EVO" qui devrait l’emporter chez les acheteurs. Né en 140 chevaux, puis passé en 150 chevaux EVO, il accueille un "petit" frère de 130 chevaux. Pour mémoire, ce moteur est équipé du système de désactivation de deux des quatre cylindres. Le TSI 130 est donc inédit, c’est la cartouche de VW pour son monospace compact. Ce moteur peut être associé à une boîte mécanique ou la boîte DSG. Silencieux, dynamique, ce TSI convient très bien à la voiture ; c’est le meilleur choix d’autant qu’il reste assez sobre (environ sept litres). C’est d’ailleurs une consommation à peine plus faible qu’a donné l’ordinateur de bord de la Golf équipée du TDI 150. Cette vieille connaissance respire lui aussi tout à fait bien. Dans tous les cas, la voiture, de par sa haute stature, souffre du vent latéral. C’est à peu près la seule difficulté concernant sa tenue de route.

La gamme Sportsvan conserve ses trois niveaux de finition auxquels s’ajoutent deux niveaux Business pour les professionnels. Comptez un peu plus de 28.000 € pour le TSI 130 en niveau deux (Confortline) et boîte mécanique. Le niveau d’entrée (Trendline) est réservé aux premières puissances, ce qui positionne la moins chère des Sportsvan à 21.990 € (TSI 85). Elle est plutôt bien dotée avec, parmi la liste, une climatisation manuelle, un régulateur – limiteur de vitesse, le frein à main électronique et un premier niveau de radio "Radio Composition Colour" avec un écran tactile de 6,5 pouces. La performance et la taille de l’écran augmentent avec la finition jusqu’au "Navigation Discover Pro" impérativement en option. L’écran est passé à 9,2 pouces, tactile avec la commande gestuelle. Les applications du "Car Net" sont également accessibles en option. Pour mémoire, il s’agit des systèmes miroir et de guides, mais désormais aussi des aides : information en ligne, de dépannage et appel d’urgence.

La Golf Sportsvan poursuit sa carrière discrètement et efficacement (8.000 exemplaires par an tout de même). Elle suit naturellement les évolutions de la Golf VII, en adoptant les technologies et les moteurs de la berline. Si on est amateur de modularité et qu’on a une petite famille, cette Golf monospace répond tout à fait à vos attentes. L’intéressant TSI 130 EVO, si possible avec la boîte DSG (c’est selon votre budget), est la nouveauté associée à la Sportsvan 2018, idéale pour rester en ville mais aussi aller à la campagne…

Philippe NIOLLET

2018-01-17