NISSAN Leaf 2

ESPACE ELECTRIQUE
  • Autonomie moins stressante
  • Puissance et disponibilité de celle-ci
  • e-Pedal reposante
  • Silence d’utilisation
  • Bonus CO2 (6.000 € en 2018)
  • Fermeté des suspensions
  • Ecran central
  • GPS fantaisiste

Prix : 33 900 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type Synchrone à courant alternatif - électrique - batterie Lithium-ion lamellaire - Traction - BVA
Cylindrée 0 cm³
Puissance maxi 150 ch à 3283 tr/min
Couple maxi 32.00 mkg à 0.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.49 m
Largeur 1.79 m
Hauteur 1.53 m

Poids

Total 1580 kg

Capacités

Coffre de 0 à 435 dm³
Réservoir 0 L
Nb de places 0

Performances

Vitesse maxi 144 km/h
0 à 100 km/h 7.90 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 0.00
Urbaine 0.00
Mixte 0.00
Essai 0.00

PUR JUS

Il faut reconnaître que l’exercice n’était pas facile quand NISSAN a présenté sa première Leaf en 2011. Une compacte 100% électrique relevait de l’audace, les voitures de ce type étant plutôt d’un format inférieur, cantonnées à la ville. La raison est évidente : l’autonomie réduite, l’accès limité aux prises électriques, voire la multiplicité des types de branchements. La prise de risque a été récompensée par les ventes : 300.000 Leaf vendues dans le monde dont 12.000 en France soit en moyenne 2.000 par an. Certaines voitures thermiques aimeraient de tels chiffres, sachant pour notre NISSAN que les ventes ont sans cesse augmenté. La concurrence commence à pointer (OPEL Ampera-e ou VW e-Golf), et surtout l’augmentation de l’autonomie renforce l’attrait de ce type de "mobilité". C’est l’occasion pour NISSAN de présente la deuxième génération de Leaf…

Autonomie

Extérieurement, la "2" n’a pas de points communs avec la première génération. Le style de la nouvelle est beaucoup plus conventionnel ou plutôt conforme à une voiture classique à moteur thermique. De là à ce que NISSAN veuille nous faire passer un message, il n’y a qu’un pas, que je fais. Le style n’a plus besoin de se démarquer pour en faire une exception électrique, mais plutôt de rendre la voiture accessible et utilisable par n’importe qui, sans peur de tomber en panne de courant. La preuve en est du discours tenu lors de la présentation. On insistait sur les aides apportées par l’ordinateur de bord de la Leaf 1 au sujet des prises disponibles et du rayon d’action de la voiture pour ne pas rester en rade ; informations désormais inutiles avec la Leaf 2…

Le pas est fait vers une plus grande autonomie. Celle-ci est passée à 270 kilomètres en cycle mixte environ en se basant sur la norme WLTP plus réaliste que la première norme NEDC encore utilisée, annonçant 378 kilomètres. Pour simplifier, on peut espérer 300 kilomètres en ville mais en usage mixte, c’est plutôt 250 kilomètres qu’il faut considérer. C’est le moment de tester avec un parcours de cette nature. Le compteur affiche une autonomie de 245 kilomètres avec 100% de la charge.

 

Autorecharge

Au risque de faire dans le cliché, la conduite d’une voiture électrique commence par une conduite écologique (celle que l’on peut pratiquer avec une thermique), avec autant que possible l’utilisation de tout ce qui peut recharger. Je module un peu en rappelant qu’avec cette autonomie doublée, la concentration de son esprit pour optimiser sa charge peut être relâchée. Et donc, levier en position D, le départ se fait en trombe (0 à 100 km/h en 7,9 secondes) et sans inertie. Outre cette puissance immédiate et constante, l’avantage incontestable de la voiture est le silence à bord "quel que soit le régime moteur"… L’ordinateur est configurable pour suivre ses performances économiques, avec au centre du compteur votre consommation moyenne… (en Wh/km). C’est clair, on manque de référence dans le domaine ; l’ordinateur a affiché environ 170 Wh/km, et comme pour une thermique, c’est au-dessus de la donnée constructeur.

Comme toute bonne transmission électrique, la position B du levier accentue le frein moteur pour régénérer la charge des batteries. C’est d’ailleurs toujours époustouflant. Plutôt que de graduer cette position comme certains autres constructeurs, NISSAN a inventé l’e-Pedal. Il suffit d’enclencher le système grâce à un bouton placé sur la console centrale, et comme son nom l’indique ou presque, il y a une pédale, l'accélérateur en l'occurrence, qui est relayée par l’électricité. En fait, il suffit d’oublier la pédale de frein sauf besoin extrême. La décélération est telle (0,2 g) que la voiture s’arrête seule, en douceur, dès qu’on relâche l’accélérateur, parfait dans le trafic. On peut ainsi parcourir des kilomètres avec la seule pédale d’accélérateur. A noter que les stops s’allument dans ce cas pour prévenir les conducteurs qui vous suivent.

Après un parcours plutôt sobre et encore 30% de charge pour environ 120 kilomètres d’autonomie restante, l’entrée sur autoroute et l’augmentation de la vitesse a fait chuter d’un bond l’autonomie à 80 kilomètres, plus en rapport avec la charge restante de la batterie. Il faut adopter une certaine habitude de conduite pour bien maîtriser sa charge. La recharge prend sept heures avec un système mural de 7 kW. La vitesse maximale n’est pas exceptionnelle (144 km/h) pour une voiture de 150 chevaux. Il n’empêche que la Leaf peut aisément prendre la file de gauche. Tant qu’il y a de la charge, il y a du plaisir…

 

Auto partage

La Leaf est une cinq portes, cinq places avec un gabarit quasiment identique à sa devancière (4,49 mètres). La famille peut tout à fait profiter de la voiture. Pour revenir à son style, la nouvelle Leaf est beaucoup plus intégrée dans la famille NISSAN avec une "vraie fausse" calandre soulignée du V chromé tout à fait comparable à la récente Micra ou le Qashqai. Le profil est lui aussi plus classique avec le prolongement noir mat de custode arrière vers le hayon, là-aussi un clin d’œil de style à la Micra. L’arrière est souligné par un large béquet de toit et un hayon qui descend jusqu’au bouclier. Le volume du coffre n’est pas impacté par les batteries placées en position centrale sous le plancher, et affiche une belle valeur de 435 litres. L’habitabilité est correcte, à l’arrière également, c’est finalement la fermeté des suspensions qui dérange le plus la quiétude de l’ambiance de la voiture.

 

Automobile

Le prix de la voiture inclut celui des batteries (Lithium-ion) garanties huit ans. Evidemment, c’est sur ce sujet que le bât peut blesser. NISSAN a prévu quatre niveaux plus deux Business pour les professionnels et les flottes. Le prix d’entrée est de 33.900 € qui passe immédiatement à 27.900 € en ayant appliqué le bonus écologique. Ce bonus peut augmenter avec la prime de conversion d’un vieux Diesel. Le niveau quatre "Tekna" représentant le haut de gamme s’échange contre 32.900 € (bonus déduit). NISSAN annonce donc un prix quasiment identique à la génération précédente tout en ayant inclus quelques nouveautés techniques, une autonomie doublée et surtout une puissance accrue (+ 40 chevaux). La contrepartie malheureuse est la lenteur du GPS qui a un mal fou à se recaler dès que la route tourne un peu ou se complique. Dans la même veine, l’écran central aurait mérité une plus grande taille.

La Leaf embarque de la technologie, à commencer par le freinage d’urgence (en série). Le ProPILOT est également proposé (en série ou option selon la version). Dans la Leaf, il a pour mission de gérer la conduite dans les embouteillages c’est-à-dire le maintien dans la file (une vieille sonnerie de téléphone vous rappelle à l’ordre en cas d’écart) associé à la gestion automatique de la distance avec le véhicule qui vous précède. Sa déclinaison ProPILOT Park se charge du stationnement automatique.

La Leaf 1 a ouvert la voie, la Leaf 2 devrait poursuivre celle-ci en proposant une gamme plus puissante et plus autonome. Le prix peut rester un frein à son achat en dépit du bonus qui baisse la note de 6.000 € en 2018. Il faut faire son calcul en fonction de ses habitudes, en considérant que l’on dispose d’une vraie compacte logeable et fonctionnelle. Et si la puissance ne suffit pas, NISSAN prépare une version encore plus puissante, et plus autonome. Bref, la gamme électrique renforcée par l’utilitaire e-NV 200, une autre piste intéressante à découvrir, ne se cache plus !

Philippe NIOLLET

2018-02-01