SEAT Arona Gamme (1.0 TSI 115 DSG)

ESPACE SUV
  • Design
  • Homogénéité
  • Niveau de finition
  • Rapport Prix/Equipements
  • Pas de toit panoramique
  • Pas de version quatre roues motrices

Prix : de 16 500 € à 25 495 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 3 cylindres - 12 soupapes - Turbo injection directe essence - Traction - DSG7
Cylindrée 999 cm³
Puissance maxi 115 ch à 5000 tr/min
Couple maxi 20.00 mkg à 2000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.14 m
Largeur 1.78 m
Hauteur 1.54 m

Poids

Total 1210 kg

Capacités

Coffre de 400 à 0 dm³
Réservoir 40 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 182 km/h
0 à 100 km/h 10.00 s

Environnement

Emission CO2 114 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.50
Urbaine 5.70
Mixte 5.00
Essai 0.00

L’ARONA : UN SUCCES PROGRAMMÉ

Les SUV, toujours les SUV, même si certains automobilistes se plaignent ces derniers temps de ne voir dans les nouveautés des constructeurs que des crossovers ou des SUV, force est de constater que ces véhicules ont le vent en poupe. Les chiffres des immatriculations en France parlent d’eux-mêmes : trente-deux pourcents des voitures neuves vendues en France en 2017 étaient des SUV. Deux ans après le lancement de son premier SUV l’Ateca, le constructeur espagnol nous a donné la chance de prendre le volant de son petit frère, l’Arona, sur les magnifiques routes d’Israël. Lors d’un road trip de trois jours, nous sommes partis de Tel Aviv pour aller jusqu’à la mythique Mer Morte, en passant bien sûr par Jérusalem. Les paysages sont somptueux, entre métropoles au trafic dense et désert aride, en soit le parfait terrain de jeu du SUV urbain fraichement sorti des usines SEAT.

SEAT est en forme

C’est assez clair, une marque généraliste qui ne propose pas une gamme complète de SUV n’a plus d’avenir sur le marché européen et ça, SEAT l’a bien compris. La sortie en 2016 de l’Ateca, venant compléter une offre déjà bien fournie, a complètement boosté les ventes du constructeur. C’est simple, en 2017 en France, SEAT a enregistré une très forte hausse du nombre de ventes par rapport à 2016 : +14,2%, c’est énorme ! Et c’est en grande partie dû à l’Ateca qui en plus d’avoir très bien marché, n’est pas venu cannibaliser les ventes de Leon. Au global, plus de 24.000 SEAT ont trouvé preneur l’an dernier en France. Deuxième effet "Kisscool", la sortie de ce SUV urbain l’Arona pour lequel les carnets de commandes sont déjà bien remplis. Selon SEAT, près de 6.000 Arona auraient déjà été réservés. Les RENAULT Captur, PEUGEOT 2008 ou autre CITROËN C3 Aircross n’ont qu’à bien se tenir car il ne manque clairement pas d’arguments.

Un style d’Ibiza baroudeuse

Le lien de parenté avec sa petite sœur Ibiza saute aux yeux dès que l’on aperçoit l’Arona et on retrouve bien l’ADN SEAT. Des lignes sobres mais tendues, acérées, un penchant clair pour la sportivité, SEAT n’y va jamais avec le dos de la cuillère et c’est plutôt efficace pour conserver sa clientèle assez jeune. L’Arona y ajoute bien sûr tous les attributs de base de la famille des SUV : deux sabot de protection, un à l’avant l’autre à l’arrière, des barres de toit, une calandre en X et bien sûr des passages de roues en plastique, tout cela pour affirmer un peu plus son look de baroudeur chic. Afin de rendre son SUV urbain encore un peu plus "fun", SEAT ne propose pas moins de soixante-huit combinaisons de couleurs différentes grâce à la personnalisation qui vous permet de choisir la teinte du toit, du reste de la carrosserie et des coques de rétroviseurs. Au niveau de ses dimensions, l’Arona mesure huit centimètres de plus qu’une Ibiza et vingt-deux de moins qu’un Ateca. Ses 4,14 mètres le placent dans la moyenne haute de sa catégorie. L’habitabilité est plutôt bonne, l’espace aux jambes à l’arrière est suffisant pour deux adultes et, en comparaison avec une Ibiza ou une Leon, il fait profiter ses passagers d’une garde au toit plus généreuse. Le coffre de 400 litres le place dans la moyenne haute de la catégorie, un PEUGEOT 2008 par exemple n’en propose que 360.

Une pléiade d’équipements et une finition sérieuse

Depuis quelques temps chez SEAT la finition ne souffre plus du tout la critique face à VW par exemple. Le design de la planche de bord est un peu moins "fun" ou risqué (c’est selon) que chez certaines de ses concurrents mais les matériaux sont de bonne qualité et les assemblages soignés, du très bon même pour la catégorie. Au niveau de la dotation d’équipements, c’est souvent comme cela, les derniers arrivés sur le marché peuvent profiter des dernières innovations disponibles. Et c’est le cas ici puisque l’Arona propose, pour ne citer qu’eux, un grand écran tactile de huit pouces, une connectivité complète, un chargeur à induction pour smartphone ou encore le SEAT Drive Profile qui vous permet une conduite à la carte entre les modes Eco, Confort et Sport. L’Arona fait le plein également en ce qui concerne les aides à la conduite avec notamment le régulateur de vitesse adaptatif, l’avertisseur d’angle mort, la détection des piétons ou encore le système de freinage automatique anti collision. En bref, c’est un sans-faute côté équipements même sans choisir les finitions les plus onéreuses. Si nous devions trouver tout de même un petit quelque chose à redire, on pourrait regretter l’absence d’un toit panoramique, même en option.

Une conduite tout en douceur

A son volant, le SEAT Arona s’est avéré plutôt homogène, les motorisations trois cylindres à essence testées sont assez silencieuses et font preuve d’une bonne élasticité. Le comportement général de l’auto offre un bon compromis entre confort et dynamisme, et le plaisir de conduite est bien là. Les boîtes de vitesses proposées sont très réussies, l’excellente DSG7 comme la boîte manuelle. On se sent en sécurité en toutes circonstances. Les plus sportifs choisiront la version FR dotée d’un châssis surbaissé et d’un amortissement piloté. En "off road", les capacités de l’Arona sont relativement limitées puisqu’il ne dispose que de deux roues motrices mais sa garde au sol rehaussée lui permet d’être à l’aise en tout chemin comme lors de notre escapade dans le désert de NEGUEV.

Une gamme complète et réfléchie

Quatre niveaux de finition sont disponibles, de l’entrée de gamme REFERENCE aux deux finitions haut de gamme XCELLENCE typée confort et FR typée sport, en passant par le cœur de gamme STYLE. Cinq motorisations sont au catalogue, deux quatre cylindres Diesel de 95 et 115 chevaux, un trois cylindres d’un litre EcoTSI essence de 95 ou 115 chevaux et enfin un quatre cylindres essence de 150 chevaux. Deux transmissions sont disponibles, une boîte mécanique à six rapports et une DSG7 proposée uniquement sur le 115 chevaux essence et le 95 chevaux Diesel. Pour finir et pour expliquer ces choix, notamment celui de proposer une gamme essence plus étendue qu’en Diesel, 92% des Arona commandés à l’heure actuelle sont des essences et le modèle le plus prisé est le 115 chevaux avec DSG7 et finition XCELLENCE. Les tarifs démarrent à 16.500 € pour une REFERENCE en 95 chevaux essence pour se rapprocher de 25. 000 € en haut de gamme. Face à la concurrence, l’Arona se situe, à équipements équivalents, un peu au-dessous des best-sellers français et représente donc une bonne affaire.

Les Tarifs (€)

Motorisation        

REFERENCE

STYLE 

XCELLENCE

FR

BUSINESS

1.0 TSI 95 BVM5

16.500

18.695

21.295

-

19.685

1.0 TSI 115 BVM6

-             

19.415

22.015 

22.895

20.405

1.0 TSI 115 DSG7

-             

20.745

23.345 

24.320

21.735

1.5 TSI 150 BVM6

-             

-

-

24.095

-

1.6 TDI 95 BVM5

19.100   

21.295

23.895

-

22.285

1.6 TDI 95 DSG7

-             

22.625

25.225

-

23.615

1.6 TDI 115 BVM6

-             

22.015

24.615

25.495

23.005

Simplement une réussite

Aucun doute, le SEAT Arona est bien né. Basé sur la plateforme de l’Ibiza ou encore de sa cousine la VW Polo, le petit espagnol a un bel avenir devant lui. Surfant sur la vague  des SUV urbains et du succès de son grand frère l’Ateca, il met toutes les chances de son côté. Il offre à la fois un design alléchant, le sérieux du groupe VW, et un rapport prix - équipements au top ! Sans révolutionner le segment, il apparait comme une réussite mais aussi un sérieux concurrent aux pionniers actuels et assurera à coup sûr un avenir proche radieux à SEAT.

Richard STROESLER

2018-02-20