ACTUA AUTO - PREMIER CONTACT SKODA Kodiaq & Karoq Gamme 4x4 (2.0 TDI 150 chevaux) ACTUA AUTO - ESSAI

SKODA Kodiaq & Karoq Gamme 4x4 (2.0 TDI 150 chevaux)

ESPACE SUV
  • Habitabilité et confort
  • Rapport prix/prestations
  • Puissance moteur
  • Comportement off-road
  • TDI bruyant à l'accélération
  • Habitacle triste

Prix : Non communiqué

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres 16 soupapes - Turbo Diesel injection directe - 4x4 – BVA7
Cylindrée 1968 cm³
Puissance maxi 150 ch à 3500 tr/min
Couple maxi 34.00 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.38 m
Largeur 1.84 m
Hauteur 1.62 m

Poids

Total 1516 kg

Capacités

Coffre de 479 à 1810 dm³
Réservoir 55 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 195 km/h
0 à 100 km/h 9.30 s

Environnement

Emission CO2 138 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.90
Urbaine 5.70
Mixte 5.20
Essai 0.00

SUV DES VILLES, SUV DES CHAMPS

Après l'époque monospace, la lame de fond SUV emporte tout sur son passage. Compact, familial, premium,… chaque mois apporte son lot de nouveaux modèles. Aucune marque généraliste ne peut se permettre de rester à l’écart d’un marché aussi porteur. Avec un design tourné baroudeur, la vente des versions 4x4 s'en trouve favorisée. Et comme elles sont dotées des mécaniques les plus puissantes et des niveaux de finition supérieurs, pour les constructeurs, c'est une aubaine !

Montée en puissance

Chez ŠKODA, les modèles équipés d’une transmission intégrale représentent aujourd’hui dix pour cent des ventes. Leur production a plus que doublé en cinq ans. Après la première Octavia Combi tout-chemins lancée en 1999, la marque a greffé une transmission intégrale sur la Superb et le Yeti, crossover avant l'heure. Puis elle s'est ensuite attaquée au marché des SUV avec le Kodiaq puis le Karoq. ŠKODA a même créé la griffe Scout sur l'Octavia et le Kodiaq. Cette appellation se caractérise par des équipements spécifiques : protections des bas de caisse, garde au sol rehaussée, finition haut de gamme...

Depuis la fin du Yeti en 2017, la marque tchèque propose donc quatre modèles 4x4 équipés d'un coupleur Haldex de dernière génération. Ce dernier déclenche la motricité des roues arrière dès que l'adhérence devient précaire sur le train avant, un dispositif plus économique en carburant qu'une transmission 4x4 permanente, la traction ne devenant intégrale que lorsque nécessaire. Le système Haldex permet également de répartir le couple entre les deux roues d’un même essieu pour obtenir la meilleure adhérence possible. Son intervention est totalement transparente pour le conducteur.

Désireuse de démontrer la polyvalence de sa gamme de SUV 4x4, ŠKODA nous a invités à tester les capacités off-road de ses véhicules. Ce format d’essai relativement inhabituel nous a permis d’effectuer un périple dépaysant utilisant des chemins traversant les vignes de Bourgogne et de nous essayer à quelques franchissements.

 

Configuration adaptée

Rendez-vous est donné en gare du Creusot TGV. Nos hôtes nous attendent sur le parking de la gare avec les Kodiaq et Karoq mis à notre disposition. Un rapide briefing nous permet d'apprendre qu'ils offrent une puissance de 150 chevaux, la plupart avec la motorisation 2.0 TDI bien connue du groupe VOLKSWAGEN, et quelques-uns en essence avec le bloc 1.5 TSI à désactivation de cylindres dont les ventes sont en forte augmentation ces derniers mois. Ils sont tous équipés en boîte automatique afin de faciliter le pilotage en zone de progression lente, lors d'un franchissement par exemple. Le pilote peut ainsi se concentrer sur le volant, les pédales de frein et d'accélérateur ce qui est parfois largement suffisant. Le sort m'attribue un Karoq bleu vif en finition Style doté d'un 2.0 TDI et d'une boîte DSG7.

 

Karoq, le petit dernier… 

Garés côte à côte, Kodiaq et Karoq ne peuvent renier leur air de famille. Pas de surprise question design, qui, s'il ne présente pas le modernisme d'un 3008, ne devrait pas prendre de rides trop rapidement grâce à un classicisme de bon aloi. Commercialisé quelques mois après son grand frère Kodiaq, le petit dernier Karoq, fort de ses 4,38 mètres, se situe dans la moyenne basse des SUV compacts, rendant sept centimètres à un PEUGEOT 3008 ou un RENAULT Kadjar, et onze centimètres à son cousin VW Tiguan. Bien que compact, on s'aperçoit en s'asseyant à son volant que le Karoq n'est pas en reste question volume intérieur. Comme souvent avec ŠKODA, son rapport encombrement-habitabilité est des plus favorables. Dans cette finition Style, il est proposé avec le système Varioflex qui se démarque de la concurrence avec des sièges arrière indépendants, coulissants, rabattables 40/20/40 et amovibles. Ce dispositif permet de repositionner les sièges latéraux vers le centre après avoir retiré la partie centrale pour donner plus d'aisance aux passagers arrière à condition qu'ils ne soient que deux. Le coffre n'en est pas sacrifié pour autant avec un volume de 479 litres en configuration normale, pouvant atteindre 1.810 litres avec les sièges arrière retirés. Les rangements de l'habitacle sont fonctionnels et volumineux et le programme "Simply Clever" propose, comme à son habitude, son lot d'astuces bien pensées à l'image du cache bagages automatique fixé au hayon et particulièrement pratique à l'usage.

Doté du niveau de finition Style actuel haut de gamme sur le Karoq, notre véhicule dispose d'un équipement complet incluant notamment régulateur de vitesse adaptatif, phares avant Full LED auto-adaptatifs, caméra de recul, système d'accès et démarrage mains libres et hayon motorisé. Rien à redire sur la sellerie cuir-Alcantara qui se montre très confortable aux places avant, équipée de sièges chauffants à réglages électriques et à mémoire, dont la couleur noire assortie à celle du tableau de bord trahit les origines germaniques. La qualité des finitions et de l'assemblage est de bon niveau bien que quelques plastiques durs subsistent sur les parties basses du tableau de bord. Enfin, notre véhicule était doté de l'option "choix du mode de conduite" et de la touche "Off Road" permettant d'améliorer la motricité et dont on a pu tester l'efficacité. Ainsi équipé et motorisé, notre Karoq s'affiche à 37.790 €. A configuration identique, ce tarif situe notre monture en bonne place vis-à-vis de la concurrence.

 

Bourgogne sans bouchon 

La matinée est consacrée à une mise en jambes sur un parcours mixte composé de petites départementales et de chemins qui nous permettent de traverser des domaines viticoles aux noms plus évocateurs les uns que les autres : Savigny les Beaune, Pommard, Meursault, Chassagne Montrachet… Que du beau monde !

Mais pour se recentrer sur notre sujet, ce parcours nous permet aussi d'apprécier le comportement et la motorisation de notre Karoq. Avec 340 Nm de couple dès 1.750 tr/mn, malgré un poids conséquent dépassant les 1.500 kilos avec sa transmission 4x4, notre monture offre des accélérations et reprises largement suffisantes. La douceur de la boîte à double embrayage permet d'en exploiter la puissance et contribue au bon confort d'ensemble que le roulage à vitesse réduite sur les chemins forestiers caillouteux et cabossés, évidemment plus sautillant, ne viendra pas ternir. Petite ombre au tableau, le bloc Diesel manque de discrétion lors des montées en régime.

 

Décomplexé

C'est sur un parcours organisé sur le terrain d'entraînement d'un club 4x4 régional que ŠKODA nous propose une après-midi tout-terrain, une démonstration par l'action des réelles capacités de franchissement de ses SUV. Nous utiliserons un circuit tracé dans une ancienne carrière, composé d'un raidillon empierré, d'une descente comportant plusieurs marches rocheuses suivie d'un enchaînement de buttes propice aux croisements de pont. Bref, un type de difficultés sur lequel bien peu de propriétaires de Karoq ou de Kodiaq s'essaieront un jour. Guidé par un moniteur, chacun s'élance à tour de rôle sur la monture de son choix sous l'œil dubitatif du président et de membres du club.

Le couple important du moteur Diesel et la boîte DSG sont tout à fait à l'aise dans ce circuit pris au ralenti. De plus, Kodiaq et Karoq bénéficient en version 4x4 d'assistances électroniques qui apportent des aides appréciables en tout-terrain. Le différentiel de blocage électronique agit sur les essieux avant et arrière pour transférer le couple moteur aux roues bénéficiant de l'adhérence maximale, le contrôle de stabilité actionne les freins pour amener le véhicule dans la direction souhaitée ou encore le système de contrôle de traction limite la rotation des roues motrices en cas de manque d'adhérence. Enfin, le contrôle de descente permet une limitation de la vitesse sur les pentes raides sans avoir à toucher à l'accélérateur ou au frein. Mais ne nous y trompons pas, le conducteur garde un rôle important à jouer, en particulier par le choix de sa trajectoire !

Entre les aides à la conduite et le guidage précis de notre moniteur, Karoq et Kodiaq se sont montrés efficaces dans toutes les situations bien que chaussés de pneus route et ne disposant pas d'une boîte courte. Grimpée, dévers et croisements de ponts n'ont pas posé de difficulté majeure sur le circuit proposé, seule la garde au sol plus faible que celle d'un 4x4 pur et dur pose les frontières de l'exercice.

Avec ces versions 4x4 des Kodiaq et Karoq essayées non loin de leurs limites, ŠKODA nous a permis de constater que ses SUV avaient véritablement les qualités requises pour sortir des sentiers battus. Ils représentent un très bon compromis, plus confortables et plus polyvalents que des véritables franchisseurs et pour un prix largement inférieur. Nul doute que ces deux modèles peuvent figurer dans la "short-list" des acheteurs potentiels à la recherche d'une motricité renforcée.

Bruno ROUMEGOUX

2018-05-05