MITSUBISHI L200 Double Cab 2.4 DI-D 181 Intense

ESPACE PICK-UP
  • Capacités de franchissement
  • Fiscalité avantageuse
  • Ligne réussie
  • Encombrement
  • Boîte CVT un peu lente

Prix : 36 190 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres en ligne 16 soupapes - turbo Diesel -Transmission Intégrale Super Select II – BVM6
Cylindrée 2442 cm³
Puissance maxi 181 ch à 3500 tr/min
Couple maxi 43.90 mkg à 2500.00 tr/min

Dimensions

Longueur 5.21 m
Largeur 1.82 m
Hauteur 1.78 m

Poids

Total 1875 kg

Capacités

Coffre de 0 à 2230 dm³
Réservoir 75 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 179 km/h
0 à 100 km/h 0.00 s

Environnement

Emission CO2 180 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 6.10
Urbaine 8.20
Mixte 6.90
Essai 0.00

LE L200 CELEBRE SES QUARANTE ANS ET LE PAJERO S’ECLIPSE !

C’est en Corse que MITSUBISHI nous avait conviés pour découvrir ou redécouvrir les qualités "off road" de ses véhicules tout-terrain. Nous avons donc eu le loisir de sortir des sentiers battus dans la magnifique région de Calvi et de tester les aptitudes des célèbres L200 et Pajero.

Le L200 à la fête

Les pick-up ont le vent en poupe et les constructeurs multiplient les nouveautés en la matière… Mais quelle mouche les a donc piqués ? Celle de la fiscalité sans nul doute, car les pick-up classés dans la catégorie "camionnette" sont exonérés de malus fiscal. Ne me demandez pas pourquoi et combien de temps cela durera, mais toujours est-il que c’est effectivement une "niche" dans le bon sens du terme, dans laquelle il faut peut-être s’engouffrer !

Et dans cette catégorie, MITSUBISHI n’a plus rien à démontrer en la matière car son célèbre L200 fête ses quarante ans d’existence (excusez du peu !) et n’a cessé au fil des années de se bonifier.

Côté esthétique, on reste quand même dans le plus pur style "baroudeur" avec une ligne plutôt droite et brute mais qui lui sied finalement bien et que la clientèle apprécie.

Côté moteur, le L200 est doté d’un vaillant quatre cylindres de 2.400 cm3 de cylindrée, double arbre à cames en tête, seize soupapes, injection directe à rampe commune et un puissant turbocompresseur, le tout délivrant une respectable puissance de 181 chevaux. Certes on est loin des puissants SUV mais ce moteur vous emmènera partout et longtemps !

Les L200 sont équipés d’une transmission intégrale "maison" dénommée Super Select 4WD. Il s‘agit d’un système disposant d’un différentiel arrière autobloquant et d’un différentiel central qui se charge de distribuer le couple entre les essieux en fonction de la motricité. Quatre modes sont accessibles via une molette située à côté du levier de la boîte de vitesses. En mode 2H, les roues arrière sont motrices. Le mode 4H offre quatre roues motrices en permanence. La répartition est de 40 % vers l’avant et 60 % vers l’arrière en temps normal, et peut aller jusqu’à 50/50. "4HLc" implique le blocage du différentiel central : la répartition de la puissance est égale sur les quatre roues. Et "4LLc" y ajoute une gamme de vitesses courtes. Enfin, le contrôle de stabilité est associé à un contrôle assisté du frein moteur en utilisation extrême. Celui-ci est enclenché automatiquement dès que la gamme courte est sélectionnée, et permet de retenir la voiture dans les pentes à forts pourcentages.

Sur notre parcours corse très escarpé, le L200 est à la fête et nous a permis d’apprécier ses qualités dynamiques en toutes circonstances. La motricité n’est jamais prise en défaut et les obstacles sont avalés sans aucune difficulté. Un vrai régal, le tout dans un confort correct et avec un niveau sonore tout à fait raisonnable (l’insonorisation ayant été retravaillée lors du dernier "restyling").

Bref, c’est sobre, et ça passe partout, même si le gabarit de l’engin reste impressionnant avec sa double cabine et sa benne arrière (on dépasse les 5,20 mètres). Autant dire que le L200 se sent plus à son aise dans les grands espaces… Citons enfin qu’il dispose d’une capacité de traction de 3,1 tonnes ce qui intéressera fortement les plaisanciers ou les cavaliers…

Et pour les fans de personnalisation, MITSUBISHI dispose d’un large catalogue d’accessoires permettant à chacun d’y apporter sa touche personnelle !

Le Pajero à la peine

Ce rendez-vous Corse était aussi l’occasion de reprendre le volant du Pajero ! Quand on cite le Pajero, on ne peut que penser aux heures glorieuses du Dakar où il a brillé et gagné à de nombreuses reprises…

Malheureusement ce passé prestigieux est désormais un peu loin, et le Pajero va être contraint de tirer sa révérence, victime des dernières normes environnementales et d’une motorisation qui ne permet plus d’atteindre les limites fixées par la nouvelle norme applicable très prochainement !

Il est vrai que le Pajero était déjà fortement pénalisé par un malus de près de 10.000 €, et, s’il y a eu près de trois millions de Pajero vendus dans le Monde, les derniers exemplaires sont bien difficiles à écouler… C’est aussi peut-être le bon moment pour aller négocier chez votre distributeur local une bonne remise ?

Malgré ce gros handicap que constitue cet énorme malus, le Pajero demeure un des derniers vrais 4x4, loin de la mode actuelle des SUV… D’ailleurs les statistiques le montrent, près de 40% des propriétaires l’utilisent en tout chemin (contre moins de 20% pour un SUV).

Sa motorisation est à l’image de ce grand baroudeur avec quatre cylindres cubant 3.200 cm3, et développant à l’aide d’un turbo, la respectable puissance de 190 chevaux mais avec un couple de 45 mkg dès 2.000 tours par minute… Autant vous dire que le couple est bien présent et que le Pajero s’avère aussi être un formidable engin pour tracter une charge pouvant atteindre 3,5 tonnes !

Sur nos chemins Corses, le Pajero démontre également toutes ses aptitudes tout-terrain. Il passe partout et n’a peur de rien même si son gabarit est impressionnant. Le tout se fait avec une certaine facilité, grâce à une simple molette disposant de quatre positions : 2H, 4H, 4HLC, 4LLC… De façon plus explicite : En mode 2H, les roues arrière sont motrices. Le mode 4H offre quatre roues motrices en permanence avec une répartition de 33 % vers l’avant et 67 % vers l’arrière en temps normal, et qui peut aller jusqu’à 50/50 selon la nature du terrain. Le mode "4HLC" ajoute un blocage du différentiel central : la répartition de la puissance est alors égale sur les quatre roues. Quant au mode "4LLC", il ajoute une gamme de vitesses courtes dans des passages très escarpés ou très pentus.

Le Pajero n’en oublie pas le confort et l’accueil de ses passagers avec un équipement très complet (grand écran GPS, caméra 360 degrés…). De ce fait, il est aussi très agréable sur route et dans sa version longue il peut même accueillir sept passagers !

MITSUBISHI vient de rejoindre l’Alliance RENAULT / NISSAN… Souhaitons donc que les dieux se penchent avec clémence sur le cas du Pajero pour que ce retrait en terme de commercialisation ne soit qu’un court "au revoir" et pas un chant du cygne !

Fabrice DUMAS

2018-06-01