SUBARU Forester 2.0 XT turbo toit ouvrant

ESPACE BREAK
  • Excellente motorisation
  • Performances
  • Confort
  • Comportement routier
  • Réseau de concessions restreint
  • Pas de motorisation Diesel
  • Consommation

Prix : 29 500 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres à plat, turbo, injection essence multipoints
Cylindrée 1994 cm³
Puissance maxi 177 ch à 5600 tr/min
Couple maxi 24.50 mkg à 3200.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.46 m
Largeur 1.74 m
Hauteur 1.60 m

Poids

Total 1430 kg

Capacités

Coffre de 406 à 1525 dm³
Réservoir 60 L
Nb de places 0

Performances

Vitesse maxi 198 km/h
0 à 100 km/h 8.30 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 7.80
Urbaine 13.30
Mixte 9.80
Essai 11.20

Le Forester reste fidèle à sa position de leader dans la catégorie des "Sport Utility Vehicule" (SUV), rassemblant à lui seul tous les avantages du break, du monospace et du 4X4. Si le modèle 2003 ne présente pas de différences majeures dans sa ligne générale, il profite de modifications qui confortent sa position face à la concurrence.

Les nouveautés 2003

Un nouvel avant paré d’une large calandre, d’allure plus agressive, intègre des combinés optiques de grande taille et d’imposants phares antibrouillard ronds du style "Impreza". L’adoption de l’aluminium pour le capot moteur, les renforts de pare-chocs, le châssis du toit ouvrant et les barres de toit, contribuent par le gain de poids à l’abaissement du centre de gravité, point fort de ce véhicule en raison de l’originalité du groupe propulseur : moteur à plat et transmission "tout en ligne". Un nouveau système ABS avec dosage électronique de puissance, des appuis-tête "actifs" de sécurité avant et arrière, des airbags frontaux et latéraux font partie des nouveautés en matière de sécurité. Nous n'insisterons pas sur ce groupe de conception originale qui procure aux voitures SUBARU les trois atouts majeurs : puissance, sécurité, confort. Nul besoin d’équipements supplémentaires pour améliorer leurs qualités dynamiques. Le moteur "flat four", 4 cylindres à plat, permet l’accouplement en ligne de la transmission intégrale, à 4 roues motrices permanentes, avec un différentiel central doté d’un viscocoupleur assurant une répartition 50/50 de la puissance sur les trains moteurs, quelles que soient les conditions d’adhérence (cf. notre article "les transmissions" de la rubrique Technologies ). C’est l’excellente répartition des masses, avec un centre de gravité très bas, qui assure aux SUBARU leur remarquable comportement. Le modèle 2.0 XT est doté d’une motorisation musclée de 2.000 cm3, 4 cylindres à 16 soupapes et turbocompresseur, délivrant une puissance maximale de 177 ch, avec un couple moteur de 24,5 daNm à 3.200 tr/mn. Silencieux et souple comme un 6 cylindres, ce moteur donne au Forester des performances de premier ordre. Mais attention à l’utilisation d’une telle mécanique à "piloter avec modération". Nous tiendrons sous silence sa vitesse de pointe qui n’est plus un argument à mettre en avant. Notons le grand intérêt du régulateur de vitesse qui doit être cité comme élément de sécurité, particulièrement sur autoroute. La souplesse de conduite, le confort des sièges à l’avant comme à l’arrière, le silence de fonctionnement (excepté les bruits de turbulences aérodynamiques au niveau des rétroviseurs extérieurs), l’espace vital sont autant de qualités appréciées par tous les passagers du Forester. Un long trajet dans ce type de véhicule se fait sans fatigue, dans une ambiance très agréable. La conduite en est aisée et sans faille aussi bien en ville que sur route. En hiver, le chauffage des sièges en tissu, équipement habituellement réservé aux intérieurs en cuir, est très appréciable. Le vaste toit ouvrant sur 2/3 de la surface apporte une luminosité remarquable dans l’habitacle.

Un groupe propulseur de haute technologie

Nous n'insisterons pas sur ce groupe de conception originale qui procure aux voitures SUBARU les trois atouts majeurs : puissance, sécurité, confort. Nul besoin d’équipements supplémentaires pour améliorer leurs qualités dynamiques. Le moteur "flat four", 4 cylindres à plat, permet l’accouplement en ligne de la transmission intégrale, à 4 roues motrices permanentes, avec un différentiel central doté d’un viscocoupleur assurant une répartition 50/50 de la puissance sur les trains moteurs, quelles que soient les conditions d’adhérence (cf. notre article "les transmissions" de la rubrique Technologies ). C’est l’excellente répartition des masses, avec un centre de gravité très bas, qui assure aux SUBARU leur remarquable comportement. Le modèle 2.0 XT est doté d’une motorisation musclée de 2.000 cm3, 4 cylindres à 16 soupapes et turbocompresseur, délivrant une puissance maximale de 177 ch, avec un couple moteur de 24,5 daNm à 3.200 tr/mn. Silencieux et souple comme un 6 cylindres, ce moteur donne au Forester des performances de premier ordre. Mais attention à l’utilisation d’une telle mécanique à "piloter avec modération". Nous tiendrons sous silence sa vitesse de pointe qui n’est plus un argument à mettre en avant. Notons le grand intérêt du régulateur de vitesse qui doit être cité comme élément de sécurité, particulièrement sur autoroute.

Impression à bord

La souplesse de conduite, le confort des sièges à l’avant comme à l’arrière, le silence de fonctionnement (excepté les bruits de turbulences aérodynamiques au niveau des rétroviseurs extérieurs), l’espace vital sont autant de qualités appréciées par tous les passagers du Forester. Un long trajet dans ce type de véhicule se fait sans fatigue, dans une ambiance très agréable. La conduite en est aisée et sans faille aussi bien en ville que sur route. En hiver, le chauffage des sièges en tissu, équipement habituellement réservé aux intérieurs en cuir, est très appréciable. Le vaste toit ouvrant sur 2/3 de la surface apporte une luminosité remarquable dans l’habitacle.

Voiture de loisir, à double identité sportive et familiale, le SUBARU Forester malgré ses indéniables qualités n’attire pas une grande clientèle. Sa diffusion sur le marché français n’est pas favorisée par le faible nombre de concessions et l’absence de publicité. Il faut être initié et s’intéresser au monde de la compétition pour être informé des qualités et performances de ces voitures. L’absence de motorisation Diesel est sans doute un facteur pénalisant.

Guy NICOLAS

2003-01-01