CITROEN Berlingo BlueHDi 130 S&S EAT8 Shine

ESPACE Ludospace
  • Modularité et habitabilité
  • Agrément moteur boîte EAT8
  • Confort de suspension
  • Plastiques durs de la planche de bord
  • Fermeté et manque de maintien latéral des sièges
  • Nombreuses options et packs

Prix : 30 150 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres 16 soupapes - Turbo Diesel injection directe - Traction – BVA8
Cylindrée 1499 cm³
Puissance maxi 130 ch à 3750 tr/min
Couple maxi 30.60 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.40 m
Largeur 1.85 m
Hauteur 1.84 m

Poids

Total 1356 kg

Capacités

Coffre de 597 à 2126 dm³
Réservoir 53 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 184 km/h
0 à 100 km/h 11.00 s

Environnement

Emission CO2 113 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.10
Urbaine 4.60
Mixte 4.20
Essai 0.00

ESPRIT DE FAMILLE

Présentée par CITROËN lors du dernier salon de Genève, la troisième génération de Berlingo prend ses distances avec l'univers des fourgonnettes pour mieux se rapprocher de celui des familiales. Initiateur du segment des ludospaces il y a vingt-deux ans, le Berlingo reste encore aujourd'hui une référence pour une clientèle active à la recherche de volume, de praticité et de différence. Depuis 1996, plus de trois millions de Berlingo tous modèles confondus ont pris la route dans le monde. Respect !

Remise en forme

Soyons francs, on n'achète pas un ludospace pour sa ligne. Mais avec seulement deux centimètres de plus que son prédécesseur, l'attractivité du nouveau Berlingo se trouve renforcée. Il semble plus costaud, plus imposant. Sa silhouette est maintenant ramassée grâce à un capot plus haut et un porte-à-faux réduit qui permet d'avancer le pare-brise et de mettre en valeur une proue à la mode CITROËN. On retrouve la signature lumineuse à double étage et la fine calandre qui s'étale sur toute la largeur du véhicule. Notons aussi les inserts de couleur personnalisable au niveau des projecteurs antibrouillard, repris sur les Airbump® qui font office de protections latérales. La modernisation de la ligne passe également par un profil doté d'une ceinture de caisse rehaussée et par les larges surfaces latérales vitrées et biseautées. Le Berlingo offre maintenant la possibilité de disposer de vitres ouvrantes dans ses portes arrière coulissantes, une première pour la catégorie !

Et pour les baroudeurs en herbe, le Pack XTR apporte une touche essentiellement cosmétique avec son habillage intérieur spécifique, ses jantes alliage de dix-sept pouces, ses sabots de protection et coques de rétroviseurs Noir Onyx. Le Berlingo peut recevoir l'option Grip Control qui adapte la transmission aux conditions rencontrées (neige, boue, sable, …) et permet de maîtriser la vitesse en forte déclivité. Ces aides facilitent la progression hors routes goudronnées sans le transformer pour autant en 4x4.

Tailles M et XL

Pour la première fois, CITROËN propose son Berlingo en deux tailles, M et XL. La taille standard M mesure 4,40 mètres de long pour un empattement de 2,78 mètres. Elle est proposée en cinq ou sept places et dispose d'un coffre de 597 litres (norme VDA) en configuration cinq places. La version XL présentée au Mondial de Paris, mesurera 4,75 mètres, soit trente-cinq centimètres de plus que son petit frère, pour un empattement de 2,97 mètres. Cette nouveauté sera aussi proposée en cinq ou sept places avec une soute de 850 litres (norme VDA) avec cinq personnes à bord.

Les trois sièges individuels de rang deux sont désormais escamotables et bénéficient d'une commande individuelle accessible depuis le coffre. La configuration sept places est opérée par un ajout en rang trois de deux sièges extractibles, non réglables longitudinalement en version M, et coulissant sur 130 millimètres en version XL.

Quelle que soit la taille, l'accès au compartiment à bagages est facilité par une lunette arrière ouvrante et un cache-bagages escamotable. On peut ainsi accéder au coffre, même en cas d'impossibilité d'ouverture de l'imposant volet par manque d'espace, en cas de stationnement pare-chocs contre pare-chocs par exemple.

Intérieur revisité

Déjà correctement doté dans sa version actuelle, le Berlingo de troisième génération fait des efforts pour faire oublier ses racines utilitaires. L'habitacle apparaît plus cossu et la planche de bord a été totalement transformée et modernisée. Elle est surplombée par l'écran multimédia de huit pouces qui équipe déjà nombre de modèles du groupe PSA, idéalement placé pour ne pas quitter la route des yeux et légèrement orienté vers le conducteur. Notons que le réglage de climatisation fait l'objet d'une commande séparée située sous les aérateurs centraux évitant ainsi le recours à l'écran tactile plus complexe et plus long.

Trois ambiances intérieures sont proposées : une ambiance bicolore gris/vert d'eau proposée en série, une option Métropolitan Grey rehaussée d'une bande vert turquoise harmonisée à la planche de bord et Wild Green réservée au Pack XTR, plus vive, intégrant des touches de couleur orange.

L'imposante soute à bagages est complétée par 186 litres de rangements intérieurs qui raviront petits et grands. En sus des rangements traditionnels, on retrouve sur le pavillon le Modutop® de 92 litres qui caractérise le modèle, composé d'un coffre situé à l'arrière, d'une arche translucide qui court sur toute la longueur de l'habitacle et de rangements en capucine à l'avant. Il intègre aussi un toit vitré panoramique occultable électriquement. Pour compléter l'ensemble, une vaste boîte à gants réfrigérée a été implantée sur la partie supérieure du tableau de bord grâce à la place libérée par une migration vers le toit de l'airbag passager.

Ludospace technophile

Le soubassement du nouveau Berlingo résulte d'un mix entre la plate-forme EMP2 des PEUGEOT 308 et 3008 pour la partie avant, tandis que l'arrière conserve le châssis actuel capable de supporter des charges importantes. Ces aménagements permettent de faire chuter le poids du véhicule, et surtout d'implanter les motorisations modernes 1.2 PureTech et 1.5 BlueHDi. Ainsi, la gamme essence propose deux niveaux de puissance, 110 et 130 chevaux, sachant que cette dernière sera disponible courant 2019 associée uniquement à la boîte EAT8. Les motorisations Diesel sont offertes en 75, 100 et 130 chevaux, toutes exclusivement en boîte manuelle à l'exception du bloc le plus vigoureux éligible en option à la boîte automatique.

Design affiné, motorisations modernes, le Berlingo ne pouvait pas rester à la traîne question technologies. Par conséquent, il fait le plein en accueillant en série ou le plus souvent en option selon le niveau de finition, des équipements que ne renieraient pas des berlines branchées d'il y a deux ou trois ans. CITROËN ne propose pas moins de dix-neuf aides à la conduite parmi lesquelles l'affichage tête haute, l'alerte active au franchissement de ligne, le régulateur adaptatif avec fonction stop, la surveillance d'angle mort, le freinage d'urgence, le Park Assist, la caméra de recul 180° ou encore l'accès et démarrage mains libres.

Sur les véhicules équipés du dispositif d'attelage proposé en option, le Berlingo intègre un stabilisateur qui détecte le ballant anormal d'une remorque et agit sur les freins ou réduit la puissance moteur pour rétablir un comportement sécurisant. Avis aux possesseurs de caravanes ! Pour le chapitre connectivité, Mirror Screen, GPS connecté, reconnaissance vocale et recharge de Smartphone par induction sont évidemment de la partie.

Multiples déclinaisons

Dès son lancement en septembre, le nouveau Berlingo taille M sera décliné en onze versions qui s'appuient sur les blocs 1.2 PureTech et 1.5 BlueHDi évoqués précédemment. Les trois niveaux de finitions habituels Live, Feel et Shine sont proposés par la marque aux chevrons. La taille XL commercialisée quelques semaines après comportera les mêmes variantes, mais fait l'impasse sur la motorisation de 75 chevaux qui n'a pas été retenue en regard du gabarit du véhicule.

L'éventail des prix du Berlingo taille M débute à 21.850 € en version BlueHDi 75 Live et culmine à 30.150 € avec le bloc Diesel 130 chevaux, la finition Shine et la boîte EAT8. Pour passer d'une taille M à XL, à modèle équivalent, le supplément à acquitter est de 1.000 € en finition Live et Feel, et de 400 € en finition Shine.

Sur le chapitre des équipements, dès le premier niveau de finition Live, répondent présents à l'appel la climatisation manuelle, l'allumage automatique des feux de croisement, la détection de sous-gonflage, l'alerte de franchissement involontaire de ligne et de risque de collision, le freinage d'urgence et la reconnaissance des panneaux de vitesse. Le niveau Feel permet de bénéficier en plus de l'aide au stationnement arrière, des barres de toit, de feux diurnes à LED, de rétroviseurs rabattables électriquement, de rangements supplémentaires et du siège passager avant escamotable, tandis que le niveau Shine donne accès au GPS, à l'affichage tête haute, à la climatisation automatique bizone ou au Modutop® sans faire appel aux options. Même avec le niveau supérieur Shine, il faudra passer par la case options ou packs pour bénéficier d'aides à la conduite telles que le régulateur de vitesse adaptatif, la gestion automatique des feux de route, la caméra de recul, l'accès et démarrage mains libres ou la fonction Park Assist. Le Pack XTR, réservé aux finitions Feel et Shine, coûte 750 € supplémentaires.

Sur la route

Invités par CITROËN dans la région de Rambouillet pour tester la dernière version de son udospace préféré, nous avons pu effectuer une boucle le premier jour avec un Berlingo taille M, PureTech 110 chevaux BVM6 Feel, et un autre parcours le lendemain avec une motorisation BlueHDi 130, boîte EAT8, doté d'un Pack XTR. Les deux véhicules étant équipés en version cinq places, nous n'avons malheureusement pas eu l'occasion de juger de la facilité d'accès et de la place réservée aux sièges de troisième rang.

Quelle que soit la motorisation, le confort et la tenue de route du Berlingo sont sensiblement identiques. Les suspensions confortables absorbent avec facilité les inégalités des petites routes de la région de Montfort l'Amaury et adoucissent le franchissement des (très) nombreux gendarmes couchés que nous avons rencontrés en entrée et sortie de villages. Bien que volumineux, notre Berlingo n'a pas été affecté par une prise de roulis pénalisante dans les enchaînements de virages de la Vallée de Chevreuse, sachant que sa vocation favorise plus la conduite coulée que les crissements de pneus. A contrario, une marge de progrès subsiste en ce qui concerne les sièges par ailleurs très gais dans leur livrée Wild Green spécifique au Pack XTR. D'une part, leur assise est trop ferme et d'autre part, ils manquent de maintien latéral dès que la route devient sinueuse. Ce dernier défaut était déjà observé dans les dernières créations de la marque aux chevrons, avec le C3 Aircross par exemple. Le volume sonore est maîtrisé, à l'exception des grondements du PureTech 110 lors des accélérations, tout rentrant dans l'ordre dès que le pied s'allège sur l'accélérateur.

Si le bloc essence de 110 chevaux n'a pas à rougir de ses performances avec deux occupants, la version BlueHDi avec ses 130 chevaux associés à la boîte EAT8 fait la différence. Souplesse, passage des rapports en toute transparence, rétrogradages à bon escient, c'est l'équipage qu'il faut à un Berlingo pour préserver le plaisir de conduite lors d'un départ en vacances à quatre, avec un coffre bien chargé. Cette nouvelle boîte automatique marque un progrès sensible sur sa devancière et apporte un confort de conduite conséquent moyennant un surcoût de 1.700 €.

Mais à l'usage, ce qui impressionne le plus dans le Berlingo, c'est la place ! Volume du coffre, du Modutop®, de la boîte à gants supérieure, sans oublier coins et recoins aménagés pour mettre des lunettes, les bouteilles, les smartphones,… Il y en a pour tous les goûts sans pénaliser le volume attribué aux occupants qui disposent d'une place aux jambes et d'une largeur tout à fait suffisante. La modularité revisitée par CITROËN a gagné en convivialité et permet, par exemple, en un tour de main d'escamoter tous les sièges à l'exception de celui du conducteur, pour proposer une longueur de chargement de 2,70 mètres jusqu'à la planche de bord. Idéal pour transporter le canoë des vacances…

La pénurie de véritables monospaces ouvre des opportunités au nouveau Berlingo. Il propose de façon exacerbée la même philosophie en termes de volumes intérieurs, de rangements, ou de praticité avec ses trois sièges indépendants à l'arrière. Grâce à un design modernisé et un niveau d'équipement à la page, CITROËN se met en très bonne place pour accroître sa part de marché déjà conséquente sur ce segment à forte personnalité. Il lui faut maintenant gagner en notoriété.

Bruno ROUMEGOUX

2018-06-28