ACTUA AUTO - PREMIER CONTACT VOLKSWAGEN Touareg 3 ACTUA AUTO - ESSAI

VOLKSWAGEN Touareg 3

ESPACE SUV
  • Technologique
  • Aptitudes
  • Confort
  • Prix
  • Trop de technologies ?

Prix : de 56 100 € à 80 810 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 6 cylindres en V - 32 soupapes – Turbo Diesel injection directe rampe commune, filtre à particules - Transmission intégrale – BVA Tiptronic 8 rapports
Cylindrée 2967 cm³
Puissance maxi 286 ch à 0 tr/min
Couple maxi 61.00 mkg à 2250.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.88 m
Largeur 1.98 m
Hauteur 1.72 m

Poids

Total 2070 kg

Capacités

Coffre de 810 à 1800 dm³
Réservoir 75 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 235 km/h
0 à 100 km/h 6.10 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 6.20
Urbaine 8.10
Mixte 6.90
Essai 0.00

TAPIS VOLANT

La gamme SUV chez VW est pour l’instant construite depuis le T-Roc jusqu’au Touareg en passant par les Tiguan. Je dis pour l’instant car le début 2019 accueillera un petit T-Cross. La gamme s’enrichit par les extrêmes : après le T-Roc présenté fin 2018, c’est au tour du grand Touareg de se renouveler sous la forme d’une troisième génération. Mine de rien, la saga Touareg dure depuis 2002 (huit ans par génération). Ce troisième opus arrive désormais sur le marché, bardé de technologies, mais aussi encore plus premium. Bref, le vaisseau amiral de VW monte d’un cran, et m’a accueilli à son bord pour mon plus grand plaisir…

Délasse

Justement restons à bord de notre haut de gamme d’essai "Carat Exclusive" pour être embarqués par les immenses écrans formant l’essentiel de la planche de bord. Cela se généralise chez VW, chaque modèle dispose du "Virtual Cockpit" qui, pour mémoire, permet de configurer les compteurs, les informations de conduite et la navigation et quand celle-ci est reliée à Google Map, la vue est d’enfer ! Mais le Touareg accueille une nouveauté dans ce domaine nommée "Innovision Cockpit" (appréciez le jeu de mots). Il s’agit d’une suite d’écrans : le premier (Digital Cockpit) de 12,3 pouces derrière le volant et au centre l’immense écran de quinze pouces (Discover Premium), la taille d’un ordinateur. Celui-ci affiche toutes les commandes : radio et divertissement, climatisation, navigation, réglages des sièges, et je dois en oublier…

Pour le confort des passagers avant, les sièges sont chauffants, ventilés et massant. Cette dernière possibilité vous "sollicite" gentiment le dos par petites vagues que l’on peut aussi au choix concentrer sur les épaules ou sur les lombaires. VW propose huit programmes possibles. Le confort est une des raisons de choisir le Touareg quand celui-ci est doté des suspensions pneumatiques. Celles-ci permettent notamment de régler automatiquement la garde au sol selon les conditions de route. Les obstacles sont bien masqués et le parcours off road une quasi formalité. Il est également possible de disposer des roues arrière directionnelles. Le principe est connu : les roues arrière braquent dans l’angle opposé à celui des roues avant en deçà d’une certaine vitesse (37 km/h), et dans la même direction au-delà. Dans quelques temps, le Touareg pourra disposer d’une correction électromécanique de roulis, mais même sans cela, il se mute en véritable tapis volant.

Besace

Rappelons que le VW est doté d’une transmission intégrale "4Motion" qui lui procure de très bonnes capacités de "franchisseur" déjà testées avec les deux générations précédentes. L’association de bienfaiteurs 4Motion avec boîte automatique (huit rapports) se charge de la gestion du moteur et de la puissance. Un différentiel central autobloquant répartit cette dernière vers les bons trains. Dans cette déclinaison, l’"Active Control" permet de sélectionner le bon profil de conduite. Vous pouvez régler les profils de conduite sur route et hors route (neige, sable, graviers etc…) grâce à la molette placée sur la console centrale. Le parcours en "off road" dans des chemins caillouteux avec mini passages de gué et réelles zones ravinées n’a absolument pas été perturbé. Dans le même esprit que la génération précédente, le Pack Offroad habille la voiture avec des protections de soubassement et un réservoir plus grand.

Poursuivons dans la découverte d’autres technologies, et le Touareg 3 n’en manque pas dans sa besace à tel point qu’on peut se demander si les possesseurs les utilisent toutes. On connaît déjà le "Lane Assist" ou alerte de franchissement de ligne, celui-ci vous remet dans le droit chemin même sur des chemins dont le marquage n’est pas reluisant. A la longue, on aurait envie de le déconnecter tant les remises en trajectoire donne une impression de flou dans la direction. Les autres systèmes, avant-goût de la conduite autonome, se préoccupent de vous conduire dans le trafic, de gérer la distance avec vos prédécesseurs quand le régulateur est activé, de veiller à tous les angles morts. Ce dernier cas fait l’objet d’une nouveauté nommée "Intersection Assist" qui scrute la voie que vous allez prendre dans un carrefour et prévient d’une voiture que vous n’auriez pas vue. Les aides sécuritaires sont également disponibles comme l’assistance en cas de panne ou la prévention en cas de collision imminente ou enfin, la détection d’un malaise ou d’une inattention soutenue du conducteur. Dans ce dernier cas, le VW essaie de vous réveiller et en cas d’échec, se charge de ralentir puis immobiliser la voiture et appeler les urgences.

Palace

On le voit, l’habitacle prend soin de ses occupants. Le conducteur bénéficie d’une très bonne vision, soutenue par l’affichage tête haute si la voiture en est dotée. Les passagers arrière gagnent un tout petit peu de place pour mieux étendre les jambes alors que l’empattement n’a pas bougé. Le mini sélecteur de vitesses très design empiète à peine sur la console centrale assez vaste pour des rangements, porte-canette et zone de rechargement par induction de son smartphone. La voiture dispose d’ailleurs de quatre ports USB. L’accentuation premium du SUV VW se confirme avec les ambiances proposées pour les hauts de gamme à base d’Alcantara, de cuir, d’aluminium brossé ou de frêne. Toutes ces ambiances sont de plus colorées ! Et le meilleur pour la fin, l’immense toit vitré ouvrant, on bat des records de taille chez VW, mérite ses 2.000 € sauf sur les finitions hautes où il est en série.

L’allure extérieure est immédiatement reconnaissable à la famille Touareg pour le profil et à la famille VW pour la face. La tendance est aux lignes horizontales élargissant la voiture avec une calandre chromée massive dans le style découvert avec les Arteon et T-Roc. Une fois n’est pas coutume, la taille du logo a été réduite. Les optiques se fondent dans les lignes de calandre, particulièrement quand on a pris l’option "projecteurs I.Q. Light – Matrix LED". Cette nouvelle technologie permet de rassembler tous les types d’éclairage en un grâce aux 128 LED qui compose l’optique. Et comme elles sont activables de façon indépendante les unes des autres, selon la situation, l’intelligence du système sélectionne les bonnes LED : éclairage de jour, périmétrique, de croisement, de route mais aussi les clignotants. Il est évident que toute cette technicité gère automatiquement l’éclairage en fonction de la circulation. Mais l’innovation, encore une, se nomme "Nightvision" dont la mission est de détecter, comme son nom l’indique, une personne ou un animal de nuit. Une caméra infrarouge scrute la route et en cas de détection, excite toutes les alertes : vision sur l’écran central, alarme sur l’affichage tête haute et éclairage ciblé par quelques LED de l’intrus. Au-delà des alertes, le système prépare le freinage ; un pas de plus vers la conduite autonome.

Atlas

Le nouveau Touareg mesure sept centimètres de plus que son prédécesseur, et cette augmentation profite essentiellement au coffre qui bondit à 810 litres (sous tablette). Les lignes tendues horizontales profitent à l’arrière qui arbore de belles hanches dans le prolongement des feux arrière. Le patronyme est fièrement appliqué sur toute la largeur du hayon.

Face à toutes ces technologies, on en oublierait presque les motorisations. Rien de très nouveau, le VW roule en Diesel qui reste encore le principal carburant des grandes routières. Pas de jaloux, le seul V6 TDI de 286 chevaux animera le Touareg 3 pour commencer. Le moteur, déjà connu, a évolué pour gagner en puissance. Une version de ce V6 à peine plus calme (231 chevaux) est prévue au second semestre. Si par hasard, cela ne suffisait pas (le Touareg de 286 chevaux est déjà sacrément performant), un V8 bi turbo de quatre litres encouragera en 2019 le VW avec ses 420 pur sangs. Et l’essence dans tout ce monde fan de gazole ? Un TSI, V6 lui aussi, est prévu avec une belle puissance intermédiaire de 340 chevaux. Et l’hybridation dans tout cela ? Rien n’est prévu à ce jour, pas de Touareg GTE en perspective.

Le prix est à la hauteur du service rendu. Sans trop s’attarder sur le premier niveau, la gamme suit deux branches, l’une pour le luxe et l’autre pour le sport. Notre modèle d’essai en finition haute "Carat Exclusive" (branche raffinement) affiche un prix de 78.910 € qui peut allègrement grimper en le dotant de quelques options intéressantes et concernant la sécurité. La dotation de série compte un bel atlas d’équipements de série comme les optiques Matrix, le toit panoramique, le système CarNet et l’affichage tête haute. Le démarrage sans clé est déjà offert dans le niveau précédent.

Avec cette troisième génération, le nouveau Touareg se mute en vaisseau premium, très technologique et représente le haut de gamme VW. Très sécuritaire avec ses nombreuses aides, il va vous rendre la route tranquillisante. La puissance et la transmission participent à cette bonne ambiance à tel point qu’il pourrait faire un peu d’ombre à son cousin AUDI Q7 si ce n’est éventuellement son prix. Confortable, le Touareg avale n’importe quel revêtement routier et hors du bitume, tel un véritable tapis volant des mille et une nuits…

Philippe NIOLLET

2018-07-04