SUZUKI Vitara Gamme 2019

ESPACE SUV
  • Style
  • Transmission Allgrip
  • Confort
  • Dimensions écran central
  • Allgrip + BVA uniquement avec moteur 1.4

Prix : de 18 390 € à 27 890 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes - Injection directe essence turbo - Intégrale Allgrip – BVA6
Cylindrée 1373 cm³
Puissance maxi 140 ch à 5500 tr/min
Couple maxi 22.40 mkg à 1500.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.18 m
Largeur 1.78 m
Hauteur 1.61 m

Poids

Total 1220 kg

Capacités

Coffre de 375 à 1120 dm³
Réservoir 47 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 200 km/h
0 à 100 km/h 10.20 s

Environnement

Emission CO2 143 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 5.60
Urbaine 7.50
Mixte 6.30
Essai 0.00

DESSERT ET FROMAGES

Troisième meilleure vente de SUZUKI en France, le Vitara dispute la deuxième marche du podium à l’Ignis, loin derrière la fameuse Swift. Le SUV a célébré trente ans d’existence l’année dernière en quatre générations. L’actuel Vitara a déjà un peu plus de trois ans de vie, le moment approprié pour se refaire une petite beauté, une actualisation technologique et une revisite des moteurs pour poursuivre sa carrière en attendant le cinquième du nom.

Chrome

Le Vitara 2019 accompagnait le nouveau Jimny sur le stand du dernier Mondial de l’Auto en octobre dernier. Le voici devant moi pour un essai en situation. Comme à chaque fois, le jeu des évolutions de style est incontournable et même un peu jouissif pour débusquer les changements. La face du nouveau est immédiatement reconnaissable par sa nouvelle calandre. Toujours largement chromée, elle troque ses deux bandes horizontales pour six barrettes encadrant le logo. Pour le reste, le bouclier récupère lui aussi un peu plus de chrome. Les feux arrière sont devenus rouge intégral, nettement plus modernes grâce à sa signature lumineuse faite de trois lignes horizontales de LED. Les feux de recul ont migré dans le bouclier en un bloc central qui se partage avec l’antibrouillard. Le Vitara peut toujours être habillé de la peinture "So’Color" bicolore (le toit et les rétroviseurs sont d’une couleur différente du reste de la carrosserie), avec des nouvelles teintes pour cette collection.

L’intérieur a reçu, comme à l’extérieur, quelques touches, notamment sur les matériaux de la planche de bord. Des inserts chromé ont été ajoutés et la montre à aiguilles redessinée. L’écran central est tactile, un peu petit finalement ; ce sera probablement réparé pour la prochaine génération.

Baume

SUZUKI est un motoriste essence et utilisait des partenariats avec d’autres constructeurs pour la fourniture des moteurs Diesel. Le dénigrement du gazole rend service au constructeur japonais qui a décidé d’abandonner les moteurs s’alimentant de ce carburant. Résultat : SUZUKI propose deux moteurs (essence bien sûr) pour son Vitara. L’ancien 1,6 litre a été remplacé par le trois cylindres maison d’un litre fort de ses 111 chevaux. Ce moteur équipe déjà d’autres modèles de la marque comme la Baleno. Doté lui aussi de l’injection directe, le plus puissant quatre cylindres est reconduit. Le 1,4 Boosterjet offre vingt-neuf chevaux de plus et bien évidemment un couple plus élevé, atteint à plus bas régime. Les deux moteurs peuvent être associés à une boîte automatique avec une architecture classique à convertisseur de couple. Ils peuvent également disposer de la transmission intégrale Allgrip, mais seul le plus puissant peut cumuler les quatre roues motrices avec la boîte auto.

C’est précisément cette architecture qui équipait notre voiture d’essai. Le repos d’une boîte automatique, en sachant qu’on peut titiller la bête grâce aux palettes derrière le volant. Baume au cœur, la voiture est silencieuse et confortable. La molette placée au voisinage du sélecteur de boîte permet de choisir le programme approprié de la transmission. On apprécie le professionnalisme de SUZUKI dans les 4x4, d’autant plus quand il faut affronter des routes de montagne très enneigées, et c’était le cas lors de l’essai. La transmission intégrale AllGrip est très simple d’utilisation via quatre modes. Le plus utilisé "Auto" privilégie le mode traction et active le mode intégral quand les conditions d’adhérence l’imposent. On a oublié le mode "Sport" pour se concentrer sur les fonctions "Lock" et "Snow", les plus appropriées sur route glissante, profitant de la répartition à 50/50 du couple entre les essieux pour la première.

Tome

Le Vitara nouveau de ce quatrième tome, se met à la page technologique en matière de sécurité. Le système de freinage d’urgence se dote désormais de la détection de piéton. Le bénéfice à une caméra qui est également capable de détecter le franchissement de ligne ainsi que la reconnaissance des panneaux. Notre Vitara automatique peut recevoir un régulateur auto-adaptatif. Et comme ses concurrents, le SUZUKI dispose de la détection d'obstacles dans l’angle mort ainsi que de l'alerte de trafic en marche arrière.

La gamme est composée de quatre niveaux, le premier réservé au 1,0 Boosterjet. Cette même motorisation se paie autour de 20.000 € avec une belle dotation et environ 2.000 € de plus pour la boîte auto ou la transmission Allgrip. Au sommet, notre modèle d’essai en finition haute "Style" s’échange contre 27.890 €. Les systèmes de sécurité sont en série au même titre que le toit panoramique (et ouvrant), SUZUKI offre les fromages avec le dessert.

Toujours aussi dynamique, le SUZUKI Vitara poursuit sa carrière pour un peu plus de 2.500 exemplaires attendus en 2019 en France. Pour cela, il compte sur un (léger) restylage tout en conservant son attrait coloré (ma voiture d’essai blanche en était triste). Il abandonne le Diesel au profit de deux moteurs essence à injection directe dont le 1,4 litre de 140 chevaux. Spécialiste de la transmission intégrale, SUZUKI permet de renforcer la sécurité de son Vitara, et même de l’améliorer. Dans ce cas, il s’agit des techniques modernes de sécurité active qui équipent désormais le SUV. C’est sûr, le Vitara peut poursuivre sa carrière sereinement…

Philippe NIOLLET

2019-01-13