MAZDA 6 Fastwagon MZD-CD 136 Ch Elégance pack

ESPACE BREAK
  • Soignée et dynamique
  • Rapport prix/prestations
  • Niveau sonore
  • Consommation
  • Témoin d’oubli de ceinture

Prix : 25 770 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres en ligne, 16 soupapes ; Turbo Diesel, injection directe, rampe commune
Cylindrée 1998 cm³
Puissance maxi 136 ch à 3500 tr/min
Couple maxi 310.00 mkg à 2000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.70 m
Largeur 1.78 m
Hauteur 1.48 m

Poids

Total 1465 kg

Capacités

Coffre de 0 à 505 dm³
Réservoir 64 L
Nb de places 0

Performances

Vitesse maxi 196 km/h
0 à 100 km/h 10.70 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 5.40
Urbaine 8.20
Mixte 6.40
Essai 8.00

Empêcheuse de tourner en rond

Dotée d’une ligne rafraîchissante et racée, la MAZDA 6 nous avait fait forte impression en version berline 2,3 litres Performance. Il fallait alors transformer ce bel essai dans une version un peu plus accessible et familiale. C’est donc le break dénommé "Fastwagon" que nous allons vous présenter ici, pourvu du turbo Diesel de 136 chevaux de la gamme.

Une ligne et un intérieur séduisants

La ligne de cette voiture n’a rien perdu lors du passage au break : elle reste toujours aussi jolie et équilibrée. Ses dimensions et sa présentation extérieure valorisante, surtout dans cette version "Elegance Pack", la placent en concurrence directe avec des autos comme la RENAULT Laguna Estate, et symbolisent un certain haut de gamme sportif. Le volume de chargement arrière de 505 litres est extensible très facilement jusqu’à 1.712 litres grâce au système "karakuri". Ce système mécanique vous permet de rabattre automatiquement et très simplement la banquette arrière à l’aide d’un petit levier accessible à partir du coffre. De plus, ce système avance légèrement l’assise arrière afin que le dossier puisse se rabattre complètement et offrir un plancher de chargement plat. Fonctionnant à l’aide de ressorts et non de moteurs électriques, ce système paraît bien conçu et fiable. Une idée toute simple, mais il fallait y penser… De petites trappes sont également disposées sous le plancher du coffre afin de ranger les petits outils ou un bidon d’huile. Pas de filet de série cependant pour les courses qui bringuebalent dans ce grand coffre, d’autant plus que l’habitacle ne fourmille pas de rangements. La dotation, dans cette finition "Elegance Pack", est particulièrement soignée. Il ne manque en fait que le système de navigation DVD en série, mais vu les piètres qualités de celui-ci son absence ne se fait pas vraiment sentir. Pour vous consoler, signalons la belle sellerie cuir et les jantes en alliage de série. Seul le plastique brillant utilisé sur la partie centrale du tableau de bord pourra déplaire mais, dans l’ensemble, la finition intérieure est très soignée. L’équipement audio BOSE de série procure toujours le même plaisir, tant sa qualité sonore et la profondeur de ses graves vous font plus penser à un auditorium qu’à une voiture. Au chapitre des griefs, le signal d’oubli de ceinture, particulièrement strident et ne s’arrêtant qu’au bouclage du précieux accessoire. Pourquoi cependant faire un signal démarrant à vitesse zéro et dont le volume n’augmente pas avec la vitesse ? Comme sur la berline, le châssis est sain et très bien équilibré. Il présente surtout une excellente agilité et une très bonne tenue de cap. Le plaisir de conduite est donc réellement là et son comportement ne contredit pas l’aspect sportif affiché de cette voiture, avec cependant un petit manque de motricité à la relance dû au couple du moteur Diesel. Le freinage est très puissant et endurant, bien en accord avec les capacités de la voiture, mais présente une attaque un peu trop franche. Heureusement que l’ABS de série veille au grain. Le moteur turbo Diesel de 2 litres à rampe commune d’origine MAZDA s’avère très "coupleux" et courageux à la besogne. Il est très à l’aise bas dans les tours, à part un petit trou au démarrage, mais ne montre pas beaucoup d’allonge au-delà de 3.500 tours. Le modèle d’essai n’avait cependant qu’environ 3.500 kilomètres et n’était donc sans doute pas complètement libéré. Il y a cependant deux motifs d’insatisfaction dans ce beau tableau. Le premier concerne le confort général du véhicule. Nous avions déjà remarqué sur la berline une très nette perception des bruits d’air et de roulement. Ceci est malheureusement confirmé dans le break Fastwagon, avec en plus la sonorité rauque et métallique du moteur diesel, ce qui donne finalement une voiture assez bruyante pour ce segment plutôt haut de gamme. Enfin, doté d’une boîte de vitesses manuelle de seulement cinq vitesses alors que la plupart de ses concurrentes de puissance équivalente en proposent six, ce véhicule présente une consommation sensiblement supérieure à la moyenne du segment.

Le volume de chargement arrière de 505 litres est extensible très facilement jusqu’à 1.712 litres grâce au système "karakuri". Ce système mécanique vous permet de rabattre automatiquement et très simplement la banquette arrière à l’aide d’un petit levier accessible à partir du coffre. De plus, ce système avance légèrement l’assise arrière afin que le dossier puisse se rabattre complètement et offrir un plancher de chargement plat. Fonctionnant à l’aide de ressorts et non de moteurs électriques, ce système paraît bien conçu et fiable. Une idée toute simple, mais il fallait y penser… De petites trappes sont également disposées sous le plancher du coffre afin de ranger les petits outils ou un bidon d’huile. Pas de filet de série cependant pour les courses qui bringuebalent dans ce grand coffre, d’autant plus que l’habitacle ne fourmille pas de rangements.

La dotation, dans cette finition "Elegance Pack", est particulièrement soignée. Il ne manque en fait que le système de navigation DVD en série, mais vu les piètres qualités de celui-ci son absence ne se fait pas vraiment sentir. Pour vous consoler, signalons la belle sellerie cuir et les jantes en alliage de série. Seul le plastique brillant utilisé sur la partie centrale du tableau de bord pourra déplaire mais, dans l’ensemble, la finition intérieure est très soignée.

L’équipement audio BOSE de série procure toujours le même plaisir, tant sa qualité sonore et la profondeur de ses graves vous font plus penser à un auditorium qu’à une voiture. Au chapitre des griefs, le signal d’oubli de ceinture, particulièrement strident et ne s’arrêtant qu’au bouclage du précieux accessoire. Pourquoi cependant faire un signal démarrant à vitesse zéro et dont le volume n’augmente pas avec la vitesse ?

Dynamique mais bruyante

Comme sur la berline, le châssis est sain et très bien équilibré. Il présente surtout une excellente agilité et une très bonne tenue de cap. Le plaisir de conduite est donc réellement là et son comportement ne contredit pas l’aspect sportif affiché de cette voiture, avec cependant un petit manque de motricité à la relance dû au couple du moteur Diesel. Le freinage est très puissant et endurant, bien en accord avec les capacités de la voiture, mais présente une attaque un peu trop franche. Heureusement que l’ABS de série veille au grain.

Le moteur turbo Diesel de 2 litres à rampe commune d’origine MAZDA s’avère très "coupleux" et courageux à la besogne. Il est très à l’aise bas dans les tours, à part un petit trou au démarrage, mais ne montre pas beaucoup d’allonge au-delà de 3.500 tours. Le modèle d’essai n’avait cependant qu’environ 3.500 kilomètres et n’était donc sans doute pas complètement libéré.

Il y a cependant deux motifs d’insatisfaction dans ce beau tableau. Le premier concerne le confort général du véhicule. Nous avions déjà remarqué sur la berline une très nette perception des bruits d’air et de roulement. Ceci est malheureusement confirmé dans le break Fastwagon, avec en plus la sonorité rauque et métallique du moteur diesel, ce qui donne finalement une voiture assez bruyante pour ce segment plutôt haut de gamme. Enfin, doté d’une boîte de vitesses manuelle de seulement cinq vitesses alors que la plupart de ses concurrentes de puissance équivalente en proposent six, ce véhicule présente une consommation sensiblement supérieure à la moyenne du segment.

La bonne impression du départ est donc confirmée avec cette belle voiture très bien équipée et soignée. On aurait cependant apprécié une consommation mieux maîtrisée, ainsi qu’une meilleure insonorisation. Dommage, car elle mériterait amplement 4 étoiles.

Frédéric JOUSSET

2003-01-01