CITROEN C3 Pluriel

ESPACE PRESENTATION PRESSE
  • Carrosserie modulable
  • Look sympathique
  • Prix d’attaque
  • Radio en option
  • Détails de finition

Prix : de 15 200 € à 16 900 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type nc
Cylindrée 0 cm³
Puissance maxi 0 ch à 0 tr/min
Couple maxi 0.00 mkg à 0.00 tr/min

Dimensions

Longueur 0.00 m
Largeur 0.00 m
Hauteur 0.00 m

Poids

Total 0 kg

Capacités

Coffre de 0 à 0 dm³
Réservoir 0 L
Nb de places 0

Performances

Vitesse maxi 0 km/h
0 à 100 km/h 0.00 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 0.00
Urbaine 0.00
Mixte 0.00
Essai 0.00

Strip-Tease à volonté

Mai 1968 - Mai 2003, tout juste 35 ans séparent la présentation de la Méhari de la nouvelle C3 Pluriel. Félicitons CITROËN d’avoir sorti cette voiture ludique avant les vacances puisqu’elle est en concession depuis le 15 mai. Le principe de la voiture modulable a été dévoilé grâce au démonstrateur Pluriel, présenté à Francfort en 1999, dont notre C3 est étroitement dérivée. La force de son heureux propriétaire est de transformer la carrosserie de la voiture selon ses humeurs en berline (coach est plus approprié), berline découvrable, cabriolet, spider et tout cela, relativement facilement. Pas simple, le challenge a été efficacement relevé par CITROËN.

Couteau suisse

C’est l’été, c’est le moment de sortir les tenues légères. La C3 Pluriel a de quoi vous combler. J’ai profité de cette présentation presse pour mettre la main à la pâte pour découvrir, au sens réel du terme, la belle. Contact mis, le toit en toile (multi-couches) se "translate" électriquement jusqu’à s’ouvrir complètement. Huit positions d’ouverture sont possibles. Pas assez ouvert ? Pas de problème, une pression sur la molette et le toit glisse derrière la vitre arrière (rigide). La C3 Pluriel est devenue panoramique où tout le monde profite du soleil. Jusque là, tout s’est fait avec un doigt, mais on peut encore faire mieux. En deux ou trois opérations, on peut glisser, grâce à des vérins, l’ensemble toit et vitre dans le coffre. Comme le toit, le coffre est à multi-épaisseurs, triple fond pour être précis (mieux que Mandrake). Dans le troisième fond, on trouve la roue de secours (temporaire). Le deuxième fond abrite le cache-coffre quand la Pluriel est en berline ou le toit et la vitre quand on découvre la voiture. Il ne reste plus qu’à déposer les deux arches via quatre crochets. Chaque arche pèse 12 kg, ce n’est pas le bout du monde, la difficulté est de trouver un lieu pour les stocker. La mise en place du cache-coffre termine quasiment le strip-tease. On peut ou non laisser les quatre vitres baissées (électriquement). Notre C3 Pluriel vient d’être transformée en cabriolet intégral dans l’esprit des "midget" anglaises des années 60. Avec l’habitude, les opérations d’effeuillage se feront machinalement, même si on peut supposer que la plupart du temps, l’ouverture électrique du toit sera la plus utilisée. Affaire de goût, la C3 Pluriel est plus craquante en cabriolet avec sa haute ceinture de caisse et l’absence de montant et d’arceau. Le capital sympathie qu’elle dégage est intact, même avec ses arches en place. Les feux et les phares reprennent un graphisme donnant l’impression de diodes. On retrouve aussi l’effet de diode sur le plastique de la planche de bord. L’intérieur est tout aussi pimpant que la robe. Dérivée de la C3, la Pluriel garde la planche de bord de son aînée. Les teintes claires et variées marquent l’esprit ludique de la voiture, le haut des contre-portes intègre la couleur de la carrosserie. Certains raccordements de plastique laissent néanmoins à désirer. Si on a payé le Pack Techno, les coques de dossier des sièges avant affichent, elles aussi, la couleur. La Pluriel est plus longue que la C3, et pourtant, les places arrière relèvent de la symbolique. Il vaut mieux les considérer comme des places d’appoint tant les centimètres manquent pour les jambes. On peut se rattraper en rabattant l’un ou l’autre ou les deux dossiers arrière pour agrandir le coffre, déjà grand (266 l). Le plancher est plat. Notons au passage que, comme le hayon s’ouvre en deux parties, le plancher se prolonge sur le volet inférieur quand celui-ci est ouvert : les chargements sont facilités. Une chose est sûre, rouler en C3, partiellement ou tout ouverte, n’est pas un rendez-vous avec les remous d’air. On peut encore discuter ou écouter la radio à vitesse normale sans être contraint d’augmenter le son. La tenue de route est un peu altérée sur mauvais revêtements où la voiture a tendance à se désunir. Attention également au freinage mordant au premier abord. Deux motorisations sont disponibles : le 1.4i de 75 ch, associé à une boîte mécanique et le 1.6i 16V de 110 ch uniquement couplé à la boîte Sensodrive. Du fait des nombreux renforts indispensables à la sécurité, la Pluriel a pris un peu d’embonpoint par rapport à la C3. Néanmoins, le 1.4i reste tout à fait convenable pour une utilisation courante. Moyennant 1.700 € supplémentaires, le 1.6i 16V est plus agréable. La boîte Sensodrive est une boîte robotisée à 5 rapports avec palettes fixes derrière le volant s’il vous plait ! Les temps de réponse ne sont pas trop longs, ce qui rend cette boîte très reposante. Le 1.4 HDI est également prévu avant la fin de l’année : carton plein ! Le budget a été serré et force est de reconnaître qu’à 15.200 € (soit un peu moins de 100.000 FRF), la C3 Pluriel 1.4i est alléchante. On va espérer que ce prix symbolique de lancement ne va pas augmenter dans les prochains mois et on va oublier la petite mesquinerie de ne pas avoir livré de radio en série. Le reste des équipements habituels (airbags, ABS) est là, un bon point pour les réglages (hauteur et surtout profondeur) du volant (et du siège conducteur). Un autre bon point : la gamme est simplifiée avec une seule finition et trois packs selon la motorisation. Dans tous les cas, la climatisation est optionnelle.

Comme le toit, le coffre est à multi-épaisseurs, triple fond pour être précis (mieux que Mandrake). Dans le troisième fond, on trouve la roue de secours (temporaire). Le deuxième fond abrite le cache-coffre quand la Pluriel est en berline ou le toit et la vitre quand on découvre la voiture. Il ne reste plus qu’à déposer les deux arches via quatre crochets. Chaque arche pèse 12 kg, ce n’est pas le bout du monde, la difficulté est de trouver un lieu pour les stocker. La mise en place du cache-coffre termine quasiment le strip-tease. On peut ou non laisser les quatre vitres baissées (électriquement). Notre C3 Pluriel vient d’être transformée en cabriolet intégral dans l’esprit des "midget" anglaises des années 60. Avec l’habitude, les opérations d’effeuillage se feront machinalement, même si on peut supposer que la plupart du temps, l’ouverture électrique du toit sera la plus utilisée.

Sensualité acérée

Affaire de goût, la C3 Pluriel est plus craquante en cabriolet avec sa haute ceinture de caisse et l’absence de montant et d’arceau. Le capital sympathie qu’elle dégage est intact, même avec ses arches en place. Les feux et les phares reprennent un graphisme donnant l’impression de diodes. On retrouve aussi l’effet de diode sur le plastique de la planche de bord. L’intérieur est tout aussi pimpant que la robe. Dérivée de la C3, la Pluriel garde la planche de bord de son aînée. Les teintes claires et variées marquent l’esprit ludique de la voiture, le haut des contre-portes intègre la couleur de la carrosserie. Certains raccordements de plastique laissent néanmoins à désirer. Si on a payé le Pack Techno, les coques de dossier des sièges avant affichent, elles aussi, la couleur. La Pluriel est plus longue que la C3, et pourtant, les places arrière relèvent de la symbolique. Il vaut mieux les considérer comme des places d’appoint tant les centimètres manquent pour les jambes. On peut se rattraper en rabattant l’un ou l’autre ou les deux dossiers arrière pour agrandir le coffre, déjà grand (266 l). Le plancher est plat. Notons au passage que, comme le hayon s’ouvre en deux parties, le plancher se prolonge sur le volet inférieur quand celui-ci est ouvert : les chargements sont facilités.

Une chose est sûre, rouler en C3, partiellement ou tout ouverte, n’est pas un rendez-vous avec les remous d’air. On peut encore discuter ou écouter la radio à vitesse normale sans être contraint d’augmenter le son. La tenue de route est un peu altérée sur mauvais revêtements où la voiture a tendance à se désunir. Attention également au freinage mordant au premier abord. Deux motorisations sont disponibles : le 1.4i de 75 ch, associé à une boîte mécanique et le 1.6i 16V de 110 ch uniquement couplé à la boîte Sensodrive. Du fait des nombreux renforts indispensables à la sécurité, la Pluriel a pris un peu d’embonpoint par rapport à la C3. Néanmoins, le 1.4i reste tout à fait convenable pour une utilisation courante. Moyennant 1.700 € supplémentaires, le 1.6i 16V est plus agréable. La boîte Sensodrive est une boîte robotisée à 5 rapports avec palettes fixes derrière le volant s’il vous plait ! Les temps de réponse ne sont pas trop longs, ce qui rend cette boîte très reposante. Le 1.4 HDI est également prévu avant la fin de l’année : carton plein !

Prix tranché

Le budget a été serré et force est de reconnaître qu’à 15.200 € (soit un peu moins de 100.000 FRF), la C3 Pluriel 1.4i est alléchante. On va espérer que ce prix symbolique de lancement ne va pas augmenter dans les prochains mois et on va oublier la petite mesquinerie de ne pas avoir livré de radio en série. Le reste des équipements habituels (airbags, ABS) est là, un bon point pour les réglages (hauteur et surtout profondeur) du volant (et du siège conducteur). Un autre bon point : la gamme est simplifiée avec une seule finition et trois packs selon la motorisation. Dans tous les cas, la climatisation est optionnelle.

La CITROËN C3 Pluriel, “ cabriolet de l’année 2003 ” titre remporté au dernier salon de Genève, est un véhicule sympathique à multi facettes. Le prix d’appel et les prestations sont séduisants, ce qui devrait faire de la C3 Pluriel, la vedette de l’été (et pas uniquement sur les côtes). Et comme un bonheur ne vient jamais seul, on a découvert la petite C2, dérivée de la plate forme de la C3. Cette petite voiture, tout aussi sympathique que ses grandes sœurs, arrivera en fin d’année…

Philippe NIOLLET

2003-05-15