ALFA ROMEO 156 Nouvelles 156 et Sportwagon

ESPACE PRESENTATION PRESSE
  • Ligne 156 et Sportwagon
  • Performances JTD 175
  • Dotation de série
  • Habitabilité toujours réduite

Prix : de 20 250 € à 32 300 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type nc
Cylindrée 0 cm³
Puissance maxi 0 ch à 0 tr/min
Couple maxi 0.00 mkg à 0.00 tr/min

Dimensions

Longueur 0.00 m
Largeur 0.00 m
Hauteur 0.00 m

Poids

Total 0 kg

Capacités

Coffre de 0 à 0 dm³
Réservoir 0 L
Nb de places 0

Performances

Vitesse maxi 0 km/h
0 à 100 km/h 0.00 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 0.00
Urbaine 0.00
Mixte 0.00
Essai 0.00

Breramania

Comment réussir à revoir les courbes de l’ALFA ROMEO 156 sans modifier, ne serait-ce que déflorer, la très belle ligne de la voiture fétiche du constructeur milanais ? Il faut dire que depuis 5 ans, elle a remporté plus de 35 prix à travers le monde et pas uniquement des prix de beauté. En 2002, ALFA s’est risqué à retoucher la voiture ainsi que le Sportwagon (présenté en 2000) mais seul l’intérieur avait subi les plus grosses évolutions. Et puis on a découvert la Brera, concept car très abouti sorti de la plume de GIUGIARO. La forte personnalité de ce coupé se dégage dès qu’on aperçoit sa face. Cela tombe bien, ALFA ROMEO et GIUGIARO collaborent ensemble afin de donner un air de Brera à toutes les ALFA. La première de la liste est donc logiquement la 156. ALFA a, cette fois ci, franchi le pas en osant toucher l’extérieur de la voiture. Les nouvelles 156 et Sportwagon sont en concession depuis le 5 juillet.

Plus de beauté

Et pour une surprise, c’est une bonne surprise. La ligne générale n’a pas évolué, l’arrière a gagné des boucliers différents ainsi qu’un pli sur le coffre de la berline. Au jeu des différences avec l’ancienne 156, les feux de la nouvelle sont légèrement plus longs du fait de leur modification. C’est l’avant qui a suscité le plus d’attention de la part de GIUGIARO. La calandre s’est affinée et allongée à la manière de celle de la 147. Bien entendu, la plaque minéralogique reste sur le côté. Surtout, le regard est devenu plus perçant, accentué par une découpe de capot typique Brera convergeant vers la calandre. De chaque côté, les trois phares cerclés de chrome (le troisième est en fait le clignotant), sont regroupés sous une même vitre transparente (là encore le style Brera). L’ALFA 156, qui n’avait pas vraiment vieilli, vient de reprendre un coup de vitamines qui va la mener sereinement jusqu’à la fin de sa carrière prévue dans deux ans. Les spécifiques GTA, suffisamment charpentées, conservent leur ancienne ligne. Justement, à propos de vitamines, elles ne contribuent pas uniquement à sublimer la belle robe, elles se retrouvent sous le capot. Il fallait bien cela pour empiéter dans les plates-bandes germaniques. Une nouvelle motorisation turbo Diesel était indispensable. ALFA ROMEO a repris le 5 cylindres JTD de 150 ch en lui apportant un certain nombre d’améliorations. Parmi celles-ci, la culasse a gagné 4 soupapes par cylindre et le système "Unijet" a laissé la place au "Multijet" qui est capable d’assurer plusieurs injections consécutives de gasoil. Le gain est de 25 ch et le couple passe de 305 à 385 Nm. En final, la 156 gagne plus d’une seconde sur le 0 à 100 km/h par rapport à la version précédente. Sur le terrain, le couple d’entrée est assez fulgurant quelle que soit la plage d’utilisation. Le JTD 175 ch, associé à une boîte 6, sera disponible en octobre. Plus modeste, le récent 1.9 JTD 16V de 140 ch est reconduit ainsi que le JTD 115 ch. Côté motorisations essence, la nouveauté est concentrée sur le 2.0 JTS de 165 ch. Ce moteur est le premier de la marque utilisant la technologie d’injection directe essence. Les autres motorisations (1.6 TS, 1.8 TS et V6) sont conservées. Le retour au source du constructeur milanais va enchanter quelques aficionados. En effet, la désignation TI (pour "Turismo Internazionale"), chère entre autre aux Giulia ou Alfasud, revient dans les concessions. Il s’agit d’un kit (et non d’une version à part entière) qui vient en option de la finition "Distinctive". L’esprit de la "TI" est reconduit, caractérisé par son caractère plus sportif sans atteindre le sommet GTA. Concrètement, la robe est plus sportive, sans outrance, avec des jantes alliage spécifiques de 17’’ et une suspension surbaissée. A l’intérieur, une ambiance typée GTA avec des sièges sport tout cuir. Le Sportwagon est bien entendu logé à la même enseigne. Fortes de leurs lignes et de leurs nouveaux moteurs, les 156 et Sportwagon disposent de trois niveaux de finition "Impression", "Distinctive" et "Sélective" ainsi que de 4 packs en plus du "TI". La dotation d’équipements de série est toujours sans lacune dès l’entrée de gamme avec des airbags frontaux, latéraux et de fenêtre, de l’ABS, d’un antipatinage et d’un contrôle de stabilité. Pour le confort, la climatisation automatique et quelques bienfaits électriques sont fournis sans surcoût. Contrairement aux évolutions de 2002, l’intérieur a très peu changé. La nouveauté réside dans l’inédit tissu de sièges baptisé Alfatex (une exclusivité) qui se rapproche de l’Alcantara (cher à la cousine LANCIA). Le Sportwagon est toujours affiché à 1.100 € de plus que la 156.

Plus de chevaux

Justement, à propos de vitamines, elles ne contribuent pas uniquement à sublimer la belle robe, elles se retrouvent sous le capot. Il fallait bien cela pour empiéter dans les plates-bandes germaniques. Une nouvelle motorisation turbo Diesel était indispensable. ALFA ROMEO a repris le 5 cylindres JTD de 150 ch en lui apportant un certain nombre d’améliorations. Parmi celles-ci, la culasse a gagné 4 soupapes par cylindre et le système "Unijet" a laissé la place au "Multijet" qui est capable d’assurer plusieurs injections consécutives de gasoil. Le gain est de 25 ch et le couple passe de 305 à 385 Nm. En final, la 156 gagne plus d’une seconde sur le 0 à 100 km/h par rapport à la version précédente. Sur le terrain, le couple d’entrée est assez fulgurant quelle que soit la plage d’utilisation. Le JTD 175 ch, associé à une boîte 6, sera disponible en octobre. Plus modeste, le récent 1.9 JTD 16V de 140 ch est reconduit ainsi que le JTD 115 ch. Côté motorisations essence, la nouveauté est concentrée sur le 2.0 JTS de 165 ch. Ce moteur est le premier de la marque utilisant la technologie d’injection directe essence. Les autres motorisations (1.6 TS, 1.8 TS et V6) sont conservées.

Plus de Turismo Internazionale

Le retour au source du constructeur milanais va enchanter quelques aficionados. En effet, la désignation TI (pour "Turismo Internazionale"), chère entre autre aux Giulia ou Alfasud, revient dans les concessions. Il s’agit d’un kit (et non d’une version à part entière) qui vient en option de la finition "Distinctive". L’esprit de la "TI" est reconduit, caractérisé par son caractère plus sportif sans atteindre le sommet GTA. Concrètement, la robe est plus sportive, sans outrance, avec des jantes alliage spécifiques de 17’’ et une suspension surbaissée. A l’intérieur, une ambiance typée GTA avec des sièges sport tout cuir. Le Sportwagon est bien entendu logé à la même enseigne.

Plus d’équipements

Fortes de leurs lignes et de leurs nouveaux moteurs, les 156 et Sportwagon disposent de trois niveaux de finition "Impression", "Distinctive" et "Sélective" ainsi que de 4 packs en plus du "TI". La dotation d’équipements de série est toujours sans lacune dès l’entrée de gamme avec des airbags frontaux, latéraux et de fenêtre, de l’ABS, d’un antipatinage et d’un contrôle de stabilité. Pour le confort, la climatisation automatique et quelques bienfaits électriques sont fournis sans surcoût. Contrairement aux évolutions de 2002, l’intérieur a très peu changé. La nouveauté réside dans l’inédit tissu de sièges baptisé Alfatex (une exclusivité) qui se rapproche de l’Alcantara (cher à la cousine LANCIA). Le Sportwagon est toujours affiché à 1.100 € de plus que la 156.

En plus d’être un véhicule fétiche, l’ALFA 156 est la voiture du constructeur la plus vendue dans le monde, faisant même des percées sur des nouveaux marchés tels que le Japon ou l’Australie. Le remodelage de la voiture, déjà âgée de 6 ans, est particulièrement séduisant puisqu’il s’inspire de la remarquée Brera. Avec l’inédit JTD Multijet de 175 chevaux, les 156 et Sportwagon sont armés. Côté "munitions", le futur d’ALFA ROMEO promet quelques moments riches et intenses qui commenceront avec la 166 remodelée et un coupé haut de gamme Sportiva Evoluta que nous découvrirons à Francfort. Mais il y aura aussi début 2004 le GT Coupé, un break 4x4 dans l’esprit de l’AUDI Allroad, en 2006 le futur 4x4 de loisirs Kamal et la liste n’est pas complète…

Philippe NIOLLET

2003-07-01