VOLKSWAGEN Beetle Cabriolet confort 1.6 102 ch

ESPACE CABRIOLET
  • Inimitable et chargé d’histoire
  • Equipements
  • Le ciel au-dessus de la tête
  • Visibilité vers l’arrière
  • Coffre restreint
  • Place limitée à l'arrière

Prix : 22 260 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres essence
Cylindrée 1595 cm³
Puissance maxi 102 ch à 5600 tr/min
Couple maxi 148.00 mkg à 3800.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.08 m
Largeur 1.72 m
Hauteur 1.50 m

Poids

Total 1292 kg

Capacités

Coffre de 0 à 201 dm³
Réservoir 55 L
Nb de places 4

Performances

Vitesse maxi 178 km/h
0 à 100 km/h 12.30 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 6.00
Urbaine 10.50
Mixte 7.10
Essai 10.50

Auto coup de cœur

La New Beetle Cabriolet prend la relève à la suite de la Coccinelle et de la Golf, produites ensemble à plus d’un million d’exemplaires en versions décapotables. Dérivée de la New Beetle (Coupé) dont elle reprend l’essentiel des composants, la nouvelle venue reçoit de nombreux renforts qui lui assurent une bonne rigidité et une résistance élevée. Débarrassé du classique arceau de sécurité, le Cabriolet est doté de deux arceaux de sécurité à déploiement automatique intégrés aux appuis-tête. Couplés avec le cadre de pare-brise renforcé, ces éléments se mettent en place en ¼ de seconde et assurent l’intégrité de l’habitacle en cas de retournement.

La gamme New Beetle Cabriolet comprend trois moteurs essence de 75, 102 et 115 chevaux et un moteur Diesel TDI de 100 chevaux. La version 115 chevaux est équipée d’une boîte Tiptronic à six rapports. Les motorisations 102 et 115 chevaux sont disponibles en finition Carat incluant en série une sellerie en cuir, un système radio évolué avec lecteur de cassettes et un changeur six CD dans l’accoudoir central avant fermant à clef. Le constructeur affirme haut et fort que ce cabriolet est un vrai quatre places. Comme dans le coupé, les places avant sont situées en réalité au milieu de l’auto et la banquette arrière juste au-dessus des roues ce qui réserve aux passagers avant un confort très agréable mais, à l'arrière, l'espace est étriqué en raison de l’étroitesse de l'habitacle. Donc en configuration capote fermée, quatre personnes peuvent prendre place à bord. La visibilité arrière est alors médiocre pour le conducteur et latéralement pas très fameuse pour l’ensemble des occupants qui seront toutefois heureux de pouvoir disposer de vitres entièrement escamotables. En raison de la disposition reculée des sièges avant et arrière, la profondeur de la planche de bord est surprenante et proche d’un mètre. C'est beaucoup d’espace perdu au détriment d’un meilleur confort. Côté bagages, il faut impérativement les limiter à très peu de chose, le coffre ne pouvant accueillir que des sacs de dimensions modestes. Il faut en effet se souvenir que c’est dans le coffre que se range le très utile filet anti-remous lorsque la capote est fermée… A propos de confort, il convient de signaler la bonne isolation thermique et acoustique de la capote, un très bon chauffage et des sièges avant chauffants (optionnels). La capote est composée de trois couches de tissu et reçoit une lunette arrière en verre. La toile extérieure ne se gonfle pas à vitesse élevée. La motivation d’achat d’un cabriolet est avant tout de profiter du plaisir de rouler sans toit. L’essai s’étant déroulé courant décembre par temps frisquet, le déplacement décapoté a été, hélas, des plus limités. La commande électro-hydraulique de série est rapide et simple. Après déverrouillage par une poignée centrale, il suffit d’appuyer sur la commande située à côté du frein à main. La manœuvre automatique ne prend que treize secondes, l’armature disparaît sous des ailettes latérales peintes. Heureusement, un filet anti-remous est livré en série. Cet accessoire est tout à fait indispensable afin de limiter les tourbillons d’air dans l’habitacle. Le filet anti-remous, placé derrière les sièges avant, interdit pratiquement l’occupation de la banquette arrière. Ce joli et charmant Cabriolet à l’allure rétro, n’est plus alors une vraie quatre places. En conséquence, il faut faire le choix suivant si l’on décapote : soit on se passe de filet anti-remous et les quatre occupants sont bien au frais et très décoiffés, soit on utilise ledit filet et on se limite au conducteur et à son(sa) passager(e) préféré(e). D’abord les visages se tournent au passage de ce cabriolet. Il est amusant, sympathique, rond et fort agréable à piloter. Le moteur de 102 chevaux placé sous le capot du cabriolet d’essai lui convient tout à fait, bien qu’assez sonore. On ne recherche pas ici la performance mais en premier lieu le plaisir d’avoir une auto sortant un peu des sentiers battus. Le comportement est sain et la boîte de vitesses précise et douce.

Cabriolet quatre places… A voir !

Le constructeur affirme haut et fort que ce cabriolet est un vrai quatre places. Comme dans le coupé, les places avant sont situées en réalité au milieu de l’auto et la banquette arrière juste au-dessus des roues ce qui réserve aux passagers avant un confort très agréable mais, à l'arrière, l'espace est étriqué en raison de l’étroitesse de l'habitacle. Donc en configuration capote fermée, quatre personnes peuvent prendre place à bord. La visibilité arrière est alors médiocre pour le conducteur et latéralement pas très fameuse pour l’ensemble des occupants qui seront toutefois heureux de pouvoir disposer de vitres entièrement escamotables. En raison de la disposition reculée des sièges avant et arrière, la profondeur de la planche de bord est surprenante et proche d’un mètre. C'est beaucoup d’espace perdu au détriment d’un meilleur confort.

Côté bagages, il faut impérativement les limiter à très peu de chose, le coffre ne pouvant accueillir que des sacs de dimensions modestes. Il faut en effet se souvenir que c’est dans le coffre que se range le très utile filet anti-remous lorsque la capote est fermée… A propos de confort, il convient de signaler la bonne isolation thermique et acoustique de la capote, un très bon chauffage et des sièges avant chauffants (optionnels). La capote est composée de trois couches de tissu et reçoit une lunette arrière en verre. La toile extérieure ne se gonfle pas à vitesse élevée.

Et si l’on décapote

La motivation d’achat d’un cabriolet est avant tout de profiter du plaisir de rouler sans toit. L’essai s’étant déroulé courant décembre par temps frisquet, le déplacement décapoté a été, hélas, des plus limités. La commande électro-hydraulique de série est rapide et simple. Après déverrouillage par une poignée centrale, il suffit d’appuyer sur la commande située à côté du frein à main. La manœuvre automatique ne prend que treize secondes, l’armature disparaît sous des ailettes latérales peintes. Heureusement, un filet anti-remous est livré en série. Cet accessoire est tout à fait indispensable afin de limiter les tourbillons d’air dans l’habitacle. Le filet anti-remous, placé derrière les sièges avant, interdit pratiquement l’occupation de la banquette arrière. Ce joli et charmant Cabriolet à l’allure rétro, n’est plus alors une vraie quatre places. En conséquence, il faut faire le choix suivant si l’on décapote : soit on se passe de filet anti-remous et les quatre occupants sont bien au frais et très décoiffés, soit on utilise ledit filet et on se limite au conducteur et à son(sa) passager(e) préféré(e).

Au volant, c’est sympa.

D’abord les visages se tournent au passage de ce cabriolet. Il est amusant, sympathique, rond et fort agréable à piloter. Le moteur de 102 chevaux placé sous le capot du cabriolet d’essai lui convient tout à fait, bien qu’assez sonore. On ne recherche pas ici la performance mais en premier lieu le plaisir d’avoir une auto sortant un peu des sentiers battus. Le comportement est sain et la boîte de vitesses précise et douce.

Au soleil, la vie est belle dans cette auto inimitable, amusante, rétro. Lors de sa commercialisation qui a débuté en Floride, son succès a été exemplaire et on s’arrachait les commandes du nouveau-né de chez VW. Cette auto est destinée naturellement à des climats plus cléments que celui de la région parisienne, où sa diffusion est encore très restreinte.

Jean-Pierre LAURAIN

2003-12-01