ALFA ROMEO GT Gamme

ESPACE COUPE
  • Esprit ALFA
  • Tenue de route
  • Confort d’utilisation
  • Prix / Equipements
  • Sans objet

Prix : de 28 300 € à 37 000 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type nc
Cylindrée 0 cm³
Puissance maxi 0 ch à 0 tr/min
Couple maxi 0.00 mkg à 0.00 tr/min

Dimensions

Longueur 0.00 m
Largeur 0.00 m
Hauteur 0.00 m

Poids

Total 0 kg

Capacités

Coffre de 0 à 0 dm³
Réservoir 0 L
Nb de places 0

Performances

Vitesse maxi 0 km/h
0 à 100 km/h 0.00 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 0.00
Urbaine 0.00
Mixte 0.00
Essai 0.00

Grande tentation

J’étais tenté de le tester, ce GT. Depuis un an qu’il nous aguiche de stand en stand (Genève et Francfort 2003), depuis un an qu’on tourne impatiemment autour, depuis un an qu’on l’admire sous toutes les coutures, mais toujours en "statique", alors on savoure avec une pointe de jouissance, (si, si), le moment où le test passe en "dynamique". Il faut rappeler que le coupé GT est une réelle nouveauté depuis la 147 présentée fin 2000. On vibre à double titre : une nouvelle ALFA ROMEO et qui plus est, un coupé sport dans la plus pure des traditions du constructeur milanais.

Gueule Terrible

Que ceux qui, comme moi, avaient été désagréablement surpris par le côté mastoc du GT en le découvrant sur le stand de Genève, se rassurent : il n’en est rien ! La ligne sortie tout droit de BERTONE, comme la célèbre Giulia GT des années 60, a su allier la finesse propre à un coupé "Gran Turismo" à la force d'une ceinture haute et d'un arrière massif, signes de solidité et de sérieux. La face avant illustre le style ALFA, très (trop ?) proche de la 147. On peut enlever l’emblème, impossible de se tromper sur la voiture : la calandre effilée en V, la forme des ouïes dans le bouclier et la plaque sur le côté sont autant de signes distinctifs. Evitez le gris métal afin de faire ressortir l’entourage inox de la calandre ou les poignées de porte en alu massif. L’arrière se termine sur deux feux effilés et étirés sur les ailes avec des symétriques dans le bouclier pour les feux de recul et de brouillard. Que ce soit en Italie ou en France, la balade en ALFA sur la Riviera a suscité le regard de la plupart (tous âges, à pied, en moto ou en voiture, banalisée ou non). C’est déjà un bon signe, la "fibre" est bien vivante. Il n’y a qu’à tourner le contact pour s’en assurer. L’accès à l’habitacle est ponctué par un seuil inox ouvrant sur deux sièges sport (en finition haute). Rappelons au passage que le GT est un coupé cinq places, disons plutôt un 2 + 2. La planche de bord est typique, elle aussi, très étroitement liée à celle de la 147. En choisissant la finition haute "Sélective", les sièges sont en cuir et même cuir pleine fleur dans le sommet "Lusso". A défaut, la finition d’entrée "Distinctive" préfère le revêtement microfibre "Alfatex", l’exclusivité découverte sur les nouvelles 156. Bien calé dans le siège, volant cuir réglé en mains, le GT tient la route… Pour l’instant, le 2.0 JTS (injection directe essence) de 165 ch ouvre le bal. En boîte cinq ou en Selespeed, il assure bon train à tout moment. On se plaît à jouer avec la boule de levier tout alu, il ne manque plus que la grille alu et on s’y croit. La tenue de route est irréprochable, la voiture se place toujours bien et pourtant les épingles à cheveux de l’arrière pays niçois n’épargnent pas la mécanique. Le GT reprend les suspensions à double triangulation de la 156. Marketing oblige, le GT est proposé en version Diesel (camouflée). Pour commencer, la motorisation retenue est le 1.9 JTD Multijet de 150 ch. Il fera la majorité des ventes de GT. Et quant à céder au Diesel, le JTD a le bon goût de rester discret. Enfin, le meilleur du meilleur, le nouveau 3.2 V6, découvert sous le capot de la 166 et cousin des GTA respire à fond de ses 240 chevaux. On se reverra pour le découvrir plus en détail. Le GT vient chasser sur les plates-bandes des coupés PEUGEOT 406 ou BMW Série 3. ALFA a fourbi ses armes en dotant son coupé d’une finition soignée, agrémentée d’une dotation d’équipements de série à la hauteur. Signe des temps, tous les GT sont livrés avec un régulateur de vitesse. Climatisation séparée, six airbags, ESP, ABS, antipatinage, commande au volant ou jantes alliage sont quelques-uns des équipements de série du GT quelle que soit sa finition. Parmi les options, le radar de recul peut s’avérer incontournable car la visibilité arrière est plus que réduite. Parmi les ombres au tableau, signalons le manque d’une poignée de maintien dans le pavillon pour les passagers. Enfin, s’il vient à l’idée de profiter de son coupé pour des transports plus utilitaires, le hayon ouvre sur un coffre de 320 litres qui peut augmenter grâce au rabat de la banquette arrière. Le prix d’entrée est compétitif et applique "le gazole au prix de l’essence" vu que les deux motorisations JTS et JTD sont au même prix 28.300 € (Distinctive). Pour être complet, 2.000 € sont nécessaires pour passer en boîte Sélective et en tout cuir (entre autres).

Gros Tempérament

Que ce soit en Italie ou en France, la balade en ALFA sur la Riviera a suscité le regard de la plupart (tous âges, à pied, en moto ou en voiture, banalisée ou non). C’est déjà un bon signe, la "fibre" est bien vivante. Il n’y a qu’à tourner le contact pour s’en assurer. L’accès à l’habitacle est ponctué par un seuil inox ouvrant sur deux sièges sport (en finition haute). Rappelons au passage que le GT est un coupé cinq places, disons plutôt un 2 + 2. La planche de bord est typique, elle aussi, très étroitement liée à celle de la 147. En choisissant la finition haute "Sélective", les sièges sont en cuir et même cuir pleine fleur dans le sommet "Lusso". A défaut, la finition d’entrée "Distinctive" préfère le revêtement microfibre "Alfatex", l’exclusivité découverte sur les nouvelles 156. Bien calé dans le siège, volant cuir réglé en mains, le GT tient la route…

Goût Tonique

Pour l’instant, le 2.0 JTS (injection directe essence) de 165 ch ouvre le bal. En boîte cinq ou en Selespeed, il assure bon train à tout moment. On se plaît à jouer avec la boule de levier tout alu, il ne manque plus que la grille alu et on s’y croit. La tenue de route est irréprochable, la voiture se place toujours bien et pourtant les épingles à cheveux de l’arrière pays niçois n’épargnent pas la mécanique. Le GT reprend les suspensions à double triangulation de la 156. Marketing oblige, le GT est proposé en version Diesel (camouflée). Pour commencer, la motorisation retenue est le 1.9 JTD Multijet de 150 ch. Il fera la majorité des ventes de GT. Et quant à céder au Diesel, le JTD a le bon goût de rester discret. Enfin, le meilleur du meilleur, le nouveau 3.2 V6, découvert sous le capot de la 166 et cousin des GTA respire à fond de ses 240 chevaux. On se reverra pour le découvrir plus en détail.

Grand Teint

Le GT vient chasser sur les plates-bandes des coupés PEUGEOT 406 ou BMW Série 3. ALFA a fourbi ses armes en dotant son coupé d’une finition soignée, agrémentée d’une dotation d’équipements de série à la hauteur. Signe des temps, tous les GT sont livrés avec un régulateur de vitesse. Climatisation séparée, six airbags, ESP, ABS, antipatinage, commande au volant ou jantes alliage sont quelques-uns des équipements de série du GT quelle que soit sa finition. Parmi les options, le radar de recul peut s’avérer incontournable car la visibilité arrière est plus que réduite. Parmi les ombres au tableau, signalons le manque d’une poignée de maintien dans le pavillon pour les passagers. Enfin, s’il vient à l’idée de profiter de son coupé pour des transports plus utilitaires, le hayon ouvre sur un coffre de 320 litres qui peut augmenter grâce au rabat de la banquette arrière. Le prix d’entrée est compétitif et applique "le gazole au prix de l’essence" vu que les deux motorisations JTS et JTD sont au même prix 28.300 € (Distinctive). Pour être complet, 2.000 € sont nécessaires pour passer en boîte Sélective et en tout cuir (entre autres).

L’ALFA ROMEO GT est en concession. Il est dans l’esprit du constructeur : une ligne griffée à l’italienne, des moteurs séduisants à commencer par le V6 3.2 et des prestations incomparables. Le GT devient donc une redoutable concurrente dans ce segment des coupés "Grand Tourisme". Tels des films à succès, ce n’est que le début de la trilogie. Rappelons qu’ALFA prévoit deux coupés qui viendront épauler le GT, un plus exclusif de type Brera et un supra exclusif de type 8C "Competizione".

Philippe NIOLLET

2004-02-15