VOLVO V50 T5 220 ch Summum

ESPACE BREAK
  • Style
  • Performances
  • Sécurité activé & passive
  • Confort & silence de fonctionnement
  • Espace de rangements
  • Consommation en conduite rapide

Prix : 36 450 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 5 cylindres, 20 soupapes turbo essence
Cylindrée 2521 cm³
Puissance maxi 220 ch à 5000 tr/min
Couple maxi 32.30 mkg à 1500.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.51 m
Largeur 1.77 m
Hauteur 1.45 m

Poids

Total 1409 kg

Capacités

Coffre de 417 à 1307 dm³
Réservoir 62 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 240 km/h
0 à 100 km/h 6.90 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 6.40
Urbaine 12.50
Mixte 8.70
Essai 10.80

Plaisir déraisonnable

Au début de l’année, la VOLVO V50 est venue supplanter le break V40 en lui offrant un design épuré aux lignes très douces qui va rapidement faire oublier celui de son prédécesseur. Si VOLVO brille dans le marché des grandes berlines haut de gamme (S70 ou S80) ou des 4x4 de luxe (XC90), la marque suédoise peine plus dans les marchés inférieurs… Avec l’arrivée de cette nouvelle gamme et d’une version T5 extravertie, est-elle désormais capable de faire meilleure figure ?

Un air de famille

Le style si particulier de la Volvo S80 a fait des émules et la gamme s’aligne aujourd’hui en grande partie sur ce modèle. On retrouve ainsi la face avant typique, issue faut-il le rappeler d’un souci sécuritaire pour réduire la gravité des blessures des piétons en cas de chocs ! A l'arrière, les feux verticaux reposant sur un épaulement large évoquent avec bonheur tout à la fois le V70 et le XC90. Le V50 dispose cependant d’une identité propre avec une ligne d’ailleurs plus harmonieuse que celle de la berline S40… C’était d’ailleurs déjà le cas dans l’ancienne génération S40/V40. Si l’air de famille ne fait aucun doute, vous aurez noté que l’appellation du break est passée de V40 à V50, pour clairement notifier la vocation exclusive de cette carrosserie par rapport à celle de la berline. Côté mensurations si le V50 est plus court de 2 mm que son prédécesseur, il gagne 78 mm en empattement, 54 mm en largeur et 27 mm en hauteur. Le porte-à-faux arrière s'allonge au profit du volume de chargement, qui varie de 417 à 1307 litres. Cette capacité le met par contre un peu en retrait par rapport à la concurrence directe que peut représenter, par exemple, une RENAULT Mégane Estate dotée d’un volume utile variant de 520 à 1600 litres. Fort classiquement, la banquette est fractionnable 2/3-1/3. Le dossier se rabat pour former une aire de chargement entièrement plate. Et si vous désirez augmenter davantage la longueur de chargement, vous avez également la possibilité de rabattre le siège passager avant. C’est sans nul doute sur le poste de conduite que le VOLVO V50 marque une nette évolution par rapport à sa devancière. La réelle innovation à bord est reprise de la berline S40 : une console centrale ultra-plate, libérant un vide-poches accessible par ses flancs. Imaginez tout simplement une feuille d’aluminium légèrement incurvée et vous aurez une idée de ce à quoi ressemble cette console. Elle peut également recevoir différents habillages, coordonnés avec les panneaux de porte. Si cela n’amène que peu de choses sur le plan pratique, c’est vraiment superbe en terme de design ! La finition est particulièrement soignée, comme à l’habitude chez VOLVO, et les sièges offrent un confort exceptionnel, même les appuis-tête fixes sont très agréables. Le reste du tableau de bord demeure très classique mais c'est au service d'une ergonomie sans faille, toutes les commandes étant d’un emploi et d’un accès très simple et intuitif. Il n’y a guère que sur les espaces de rangement que le VOLVO V50, pourtant à vocation familiale, marque le pas ! C’est d’autant regrettable que c’est vraiment le seul défaut de cet habitacle par ailleurs excellemment bien pensé ! La sécurité chez VOLVO, c’est la marque de fabrique… Et la V50 ne déroge pas à cette règle. Nous vous avons déjà parlé de l’origine du design de la face avant, mais les autres exemples sont nombreux pour expliquer cette véritable politique "maison". Structurellement tout d’abord, avec une carrosserie faisant appel à quatre types d’acier différents, dans le but d’absorber au mieux les chocs. Ensuite, un effort particulier a été consenti pour protéger au mieux les passagers contre les impacts latéraux (système SIPS) et les collisions venant de l’arrière (système WHIPS). Enfin, six airbags (frontaux, latéraux et de tête) sont fournis d’office. Parmi les nombreux autres équipements de sécurité tels que le contrôle de trajectoire DSCT et l'antipatinage STC, on retiendra le "système intelligent d'information du conducteur" (IDIS). Une nouveauté en série sur toute la gamme qui gère la hiérarchisation des informations à bord et qui consiste à retarder l'émission de signaux émanant de téléphone portable ou d'autres accessoires de confort, lesquels sont susceptibles de gêner l'attention du conducteur lors de dépassements ou de freinages. Alors que la majorité des concurrentes est équipée de motorisation six cylindres en V, VOLVO reste fidèle au cinq cylindres mais tout de même agrémenté d’un turbocompresseur. Il est vrai que le résultat est particulièrement convaincant puisque ce "cinq cylindres" développe ainsi 220 chevaux avec un couple de 320 Nm disponible dès 1500 tr/mn : de quoi assurer des reprises foudroyantes ! Nous avons d’ailleurs été surpris de retrouver, lors de certains changements de rapports, cette impression de "coup de pied aux fesses" si traditionnel lors de l’apparition des modèles turbocompressés, désormais plus rare… Les performances sont de premier ordre : 0 à 100 km/h en moins de 7 secondes et une vitesse maximum de 240 km/h. Le véritable danger provient du fait que toutes les sensations de vitesse sont si bien feutrées que vous vous retrouvez très vite à des vitesses non tolérées… La vigilance est donc de rigueur. Fort bien équilibrée, le VOLVO V50 est une routière de premier ordre. Sur l’autoroute son confort et son silence de fonctionnement font merveille. Les suspensions sont un peu plus mises à mal sur les petites routes mais au final le compromis comportement/confort demeure de bon niveau, même si certains trouveront ce dernier un peu trop ferme. Le freinage est excellent tant en puissance qu’en endurance. Toutes ces bonnes sensations sont confirmées par un contrôle de trajectoire qui ne se déclenche que très rarement même si vous "poussez" le véhicule.

Mensurations plus avantageuses

Côté mensurations si le V50 est plus court de 2 mm que son prédécesseur, il gagne 78 mm en empattement, 54 mm en largeur et 27 mm en hauteur. Le porte-à-faux arrière s'allonge au profit du volume de chargement, qui varie de 417 à 1307 litres. Cette capacité le met par contre un peu en retrait par rapport à la concurrence directe que peut représenter, par exemple, une RENAULT Mégane Estate dotée d’un volume utile variant de 520 à 1600 litres. Fort classiquement, la banquette est fractionnable 2/3-1/3. Le dossier se rabat pour former une aire de chargement entièrement plate. Et si vous désirez augmenter davantage la longueur de chargement, vous avez également la possibilité de rabattre le siège passager avant.

Présentation avantageuse

C’est sans nul doute sur le poste de conduite que le VOLVO V50 marque une nette évolution par rapport à sa devancière. La réelle innovation à bord est reprise de la berline S40 : une console centrale ultra-plate, libérant un vide-poches accessible par ses flancs. Imaginez tout simplement une feuille d’aluminium légèrement incurvée et vous aurez une idée de ce à quoi ressemble cette console. Elle peut également recevoir différents habillages, coordonnés avec les panneaux de porte. Si cela n’amène que peu de choses sur le plan pratique, c’est vraiment superbe en terme de design ! La finition est particulièrement soignée, comme à l’habitude chez VOLVO, et les sièges offrent un confort exceptionnel, même les appuis-tête fixes sont très agréables. Le reste du tableau de bord demeure très classique mais c'est au service d'une ergonomie sans faille, toutes les commandes étant d’un emploi et d’un accès très simple et intuitif. Il n’y a guère que sur les espaces de rangement que le VOLVO V50, pourtant à vocation familiale, marque le pas ! C’est d’autant regrettable que c’est vraiment le seul défaut de cet habitacle par ailleurs excellemment bien pensé !

Fidèle à la tradition

La sécurité chez VOLVO, c’est la marque de fabrique… Et la V50 ne déroge pas à cette règle. Nous vous avons déjà parlé de l’origine du design de la face avant, mais les autres exemples sont nombreux pour expliquer cette véritable politique "maison". Structurellement tout d’abord, avec une carrosserie faisant appel à quatre types d’acier différents, dans le but d’absorber au mieux les chocs. Ensuite, un effort particulier a été consenti pour protéger au mieux les passagers contre les impacts latéraux (système SIPS) et les collisions venant de l’arrière (système WHIPS). Enfin, six airbags (frontaux, latéraux et de tête) sont fournis d’office. Parmi les nombreux autres équipements de sécurité tels que le contrôle de trajectoire DSCT et l'antipatinage STC, on retiendra le "système intelligent d'information du conducteur" (IDIS). Une nouveauté en série sur toute la gamme qui gère la hiérarchisation des informations à bord et qui consiste à retarder l'émission de signaux émanant de téléphone portable ou d'autres accessoires de confort, lesquels sont susceptibles de gêner l'attention du conducteur lors de dépassements ou de freinages.

Fidélité au moteur 5 cylindres

Alors que la majorité des concurrentes est équipée de motorisation six cylindres en V, VOLVO reste fidèle au cinq cylindres mais tout de même agrémenté d’un turbocompresseur. Il est vrai que le résultat est particulièrement convaincant puisque ce "cinq cylindres" développe ainsi 220 chevaux avec un couple de 320 Nm disponible dès 1500 tr/mn : de quoi assurer des reprises foudroyantes ! Nous avons d’ailleurs été surpris de retrouver, lors de certains changements de rapports, cette impression de "coup de pied aux fesses" si traditionnel lors de l’apparition des modèles turbocompressés, désormais plus rare… Les performances sont de premier ordre : 0 à 100 km/h en moins de 7 secondes et une vitesse maximum de 240 km/h. Le véritable danger provient du fait que toutes les sensations de vitesse sont si bien feutrées que vous vous retrouvez très vite à des vitesses non tolérées… La vigilance est donc de rigueur.

Comportement

Fort bien équilibrée, le VOLVO V50 est une routière de premier ordre. Sur l’autoroute son confort et son silence de fonctionnement font merveille. Les suspensions sont un peu plus mises à mal sur les petites routes mais au final le compromis comportement/confort demeure de bon niveau, même si certains trouveront ce dernier un peu trop ferme. Le freinage est excellent tant en puissance qu’en endurance. Toutes ces bonnes sensations sont confirmées par un contrôle de trajectoire qui ne se déclenche que très rarement même si vous "poussez" le véhicule.

Proposée à 36.450 Euros, le VOLVO V50 s’avère également assez gourmande si vous souhaitez pleinement profiter de son potentiel avec, durant notre essai, une consommation de 13 litres aux 100 kilomètres. Il s’adresse principalement aux familles ayant décidé de se démarquer de la traditionnelle et florissante flotte de monospace du segment ! Somptueusement équipée, à la finition sans reproche, et aux performances époustouflantes, le VOLVO V50 est un break chic pour famille pressée mais aisée !

Fabrice DUMAS

2004-11-20