AUDI A3 Sportback TDI 140 Ambition

ESPACE COMPACTE
  • Alternative réussie à l’A3
  • TDI 140 performant et sobre
  • Qualité habitacle
  • TDI peu discret
  • Rangements inexistants à l’arrière
  • Tarifs (voiture et options)

Prix : 28 440 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type Turbo diesel injecteurs-pompes
Cylindrée 1968 cm³
Puissance maxi 140 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 32.20 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.29 m
Largeur 1.77 m
Hauteur 1.42 m

Poids

Total 1479 kg

Capacités

Coffre de 370 à 1120 dm³
Réservoir 55 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 207 km/h
0 à 100 km/h 9.70 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.60
Urbaine 7.20
Mixte 5.50
Essai 7.00

La carrosserie dynamique

Le moins que l’on puisse dire est que l’AUDI A3 première génération est restée discrète en version cinq portes. Il faut aussi reconnaître qu’elle est arrivée bien après sa sœur à trois portes qui a connu le succès que l’on sait. Finalement, c’est cette carrosserie qui convenait le mieux à la voiture. La nouvelle A3 est arrivée, en trois portes naturellement. Cette fois ci, AUDI a conçu la version à cinq portes non pas comme un banal rajout de deux portières arrière mais comme un break compact à tendance sportive. Oublions donc la désignation incongrue "cinq portes", ne pensons pas à une version "Avant" et passons tout de suite au Sportback…

Ne l’appelez pas "cinq portes"

Je ne sais pas si ALFA ROMEO a fait école avec son Sportwagon ou si la très belle étude Steppenwolf a été prolongée, l’A3 Sportback affiche une ligne particulièrement sympathique. Haute ceinture de caisse, normal pour une AUDI, arrière fuyant, surface vitrée mesurée, la voiture a incontestablement du style et du sport dans la carrosserie. Arborant la désormais célèbre calandre, le regard de l’A3 est tout aussi acéré avec un museau au ras du sol. Le hayon adopte les désormais feux classiques AUDI dont on retrouve le style sur la récente A4. Le Sportback gagne huit centimètres par rapport à l’A3 permettant d’augmenter le volume du coffre (+ 20 dm3) et de donner un tout petit peu plus d’aisance aux passagers arrière. Justement, passons dans le coffre. L’A3 Sportback est donc à ranger dans la catégorie des breaks compacts, plus proches du style "de chasse", en alternative agréable à une berline. Le côté utilitaire sera donc limité. Le volume est tout de même appréciable avec la possibilité de profiter d’un plancher (pas plat) en rabattant les (seuls) dossiers de la banquette arrière. Il faudra s’en contenter parce que les rangements sont plutôt réduits dans l’habitacle, surtout à l’arrière. Pas de filets, ni de bacs sur la version essayée, il n’y a bien que l’accoudoir central qui peut, outre les porte gobelets, offrir quelques centimètres cubes supplémentaires. Heureusement, l’avant est nettement mieux loti avec bacs, tiroir sous siège passager et grande boîte à gants. Le Sportback partage sa planche de bord avec l’A3. Le traitement est toujours à la hauteur même si certains plastiques durs détonnent un peu dans une AUDI. Les tissus sont agréables, avec une reprise sur la contre-porte particulièrement soignée au niveau des assemblages des différents matériaux. Le volant cuir (avec moyeu reprenant la forme de la calandre) dans les mains, la tenue de route garantit le conducteur d’une conduite sûre. La voiture est homogène dans les changements de courbe et l’ESP est disponible sur la version. On ressent à peine une imperceptible tendance au pompage en détente. Le TDI 140 est toujours aussi alerte et toujours aussi tôt. Il ronronne plutôt bien (et même trop quand il a tendance à envahir l’habitacle) et ne se laisse pas dépasser par un rapport trop long. Classiquement associée à ce moteur, la boîte mécanique à six rapports permet au moteur de gratifier la voiture de son élasticité. Bref, le Sportback TDI ne trompe pas son caractère sportif. Notons au passage des vitesses que la boîte DSG est disponible au même titre que la transmission Quattro (d’où le tunnel entre les jambes du passager central arrière). La version essayée était dépourvue d’un certain nombre d’automatisme (éclairage etc…). On peut s’en passer et cela vaut mieux vu le prix de l’option (290 €). En revanche, le régulateur manquait aussi à l’appel et vu les prestations de la voiture, on dépasse vite les limites autorisées. C’est irrésistible ! Le reste de la dotation regroupe les équipements de sécurité et de confort habituels comme les six airbags ou la climatisation automatique. Les jantes alliage sont indispensables à l’allure générale de la voiture, ce n’est pas le cas des barres de toit et heureusement car elles ne sont pas proposées sur le catalogue. Le Sportback ne se veut définitivement pas être un break.

Ne l’appelez pas "Avant"

Le Sportback partage sa planche de bord avec l’A3. Le traitement est toujours à la hauteur même si certains plastiques durs détonnent un peu dans une AUDI. Les tissus sont agréables, avec une reprise sur la contre-porte particulièrement soignée au niveau des assemblages des différents matériaux. Le volant cuir (avec moyeu reprenant la forme de la calandre) dans les mains, la tenue de route garantit le conducteur d’une conduite sûre. La voiture est homogène dans les changements de courbe et l’ESP est disponible sur la version. On ressent à peine une imperceptible tendance au pompage en détente. Le TDI 140 est toujours aussi alerte et toujours aussi tôt. Il ronronne plutôt bien (et même trop quand il a tendance à envahir l’habitacle) et ne se laisse pas dépasser par un rapport trop long. Classiquement associée à ce moteur, la boîte mécanique à six rapports permet au moteur de gratifier la voiture de son élasticité. Bref, le Sportback TDI ne trompe pas son caractère sportif. Notons au passage des vitesses que la boîte DSG est disponible au même titre que la transmission Quattro (d’où le tunnel entre les jambes du passager central arrière).

Ne l’appelez pas "cheap"

La version essayée était dépourvue d’un certain nombre d’automatisme (éclairage etc…). On peut s’en passer et cela vaut mieux vu le prix de l’option (290 €). En revanche, le régulateur manquait aussi à l’appel et vu les prestations de la voiture, on dépasse vite les limites autorisées. C’est irrésistible ! Le reste de la dotation regroupe les équipements de sécurité et de confort habituels comme les six airbags ou la climatisation automatique. Les jantes alliage sont indispensables à l’allure générale de la voiture, ce n’est pas le cas des barres de toit et heureusement car elles ne sont pas proposées sur le catalogue. Le Sportback ne se veut définitivement pas être un break.

L’A3 Sportback entre dans la catégorie des voitures dynamiques avec une ouverture sur la famille. Plutôt que de décliner une banale version cinq portes ou break, AUDI a inventé le Sportback qui fait mieux en volume que la première et mieux en dynamisme que la seconde. La ligne originale, réussie ne peut que séduire d’autant que sa finition reste sans reproche tout comme son excellent TDI 140 (un rien bruyant). Oubliez les trop gros volumes de chargement, on a dit dynamique, pas fourgonnette. Il reste le plus délicat à faire pour prendre le beau volant de la belle voiture, acquitter le montant non négligeable de la facture…

Philippe NIOLLET

2005-02-15