VOLKSWAGEN Passat SW

ESPACE NOUVEAUTES
  • Capacités de chargement
  • Elégance
  • Choix
  • Prix des options
  • Equipement de série (radio en option sur Trend)

Prix : de 21 280 € à 35 850 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type nc
Cylindrée 0 cm³
Puissance maxi 0 ch à 0 tr/min
Couple maxi 0.00 mkg à 0.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.74 m
Largeur 1.82 m
Hauteur 1.52 m

Poids

Total 0 kg

Capacités

Coffre de 0 à 0 dm³
Réservoir 70 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 0 km/h
0 à 100 km/h 0.00 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 0.00
Urbaine 0.00
Mixte 0.00
Essai 0.00

Encore plus logeable

Six mois après la présentation de la berline, le break arrive en concessions. Pardon, je dois dire le "SW" pour reprendre la désignation adoptée en France pour cette "Variant" nom habituel des breaks VW. Le tour est simple puisque aucun monogramme ne figure explicitement sur la voiture. Forte de son nouveau patronyme, le VW SW vient sur nos routes avec la ferme intention de garder sa bonne place derrière les françaises mais aussi de prendre quelques part de marché. Après tout, c’est légitime vu ses capacités (en place offerte).

Grand volume

On retrouve bien entendu le style de la berline dans le SW. La face avant est semblable autour de la calandre "single frame". L’arrière, lui aussi, s’inspire très fortement de la berline en reprenant la ligne un peu fuyante et les feux caractéristiques "cristaux et diodes". Hormis la cinquième porte propre au SW, la principale différence se cache derrière la plaque minéralogique qui reste dans le bouclier de la berline alors qu’elle monte en bas de hayon pour le break. La ligne "museau collé au sol et arrière relevé" de la berline se retrouve aussi dans le SW, on ne peut pas renier ses gênes ! Plus haut (et renforcé par ses barres de toit), le Passat SW reprend, à peu de millimètres prés, les dimensions de la berline (déjà très longue pour sa catégorie), avec le même empattement. Plus grand que la génération précédente, le break VW offre des capacités de chargement redoutables. Accrochez vous, il va y avoir une avalanche de volumes. Avec une capacité de 603 litres ("sous tablette") qui passe à 1.731 en configuration maximale (sièges arrière repliés), le Passat SW est parmi les plus logeables et même bien plus accueillants que certains SW ou breaks bien plus longs. Sans avoir sacrifié le dessin de sa voiture selon l’équation volume intérieur égal "cubique pas beau", VW a réussi à concilier élégance et capacités intérieures. En configuration "utilitaire", les assises et les dossiers se replient pour faire un plancher plat. Traditionnel désormais, le dossier avant passager peut aussi se rabattre (à partir de la finition "Confort") pour transporter des objets de près de trois mètres de long. Notons au passage que le hayon pourra être motorisé avec commande à distance et arrêt de l’ouverture à la hauteur voulue (cas des parkings souterrains bas de plafond), option pratique mais chère (environ 430 €). L’empattement de la berline étant conservé, les occupants du SW disposent de la même habitabilité que celle-ci, le coffre n’ayant pas pris le dessus sur les occupants. Une fois n’est pas coutume, le Passat SW est capable d’emporter les passagers et tous leurs bagages. Et côté bagages, vous pouvez y aller puisque la charge utile atteint 638 kg. Et pour garder une assiette constante, un correcteur hydropneumatique est proposé (en option). Toujours au registre des options, un intéressant système de chargement modulable inspiré de celui d’AUDI permet, moyennant quelques 260 € (tout de même), de compartimenter et arrimer les objets. L’habitacle est calqué sur celui de la berline, on y retrouve les mêmes aménagements et les mêmes matériaux. Bien entendu, les innovations découvertes dans la berline se retrouvent dans le SW. Le démarrage est toujours sans clé et le frein à main est toujours actionné par un bouton sur la planche de bord. Les niveaux de finition, au nombre de quatre, sont ceux de la berline, le SW exigeant 1.300 € supplémentaires, sauf pour le haut de gamme "Carat" qui demande 1.730 €. Comme pour la berline, toutes les versions disposent de la climatisation, d’un régulateur de vitesse, d’un ABS, de l’ESP et de huit airbags. L’autoradio ainsi que les vitres électriques arrière (à impulsion) sont offerts avec le deuxième niveau ("Confort"). Les allumages automatiques des feux et la détection de pluie sont, comme les jantes alliage, les principaux équipements de la troisième finition "Sport" associés à un châssis sport surbaissé de 15 mm. Le haut de gamme réserve tout ce qui fera de votre SW, un break de luxe avec par exemple le cuir distribué dans tout l’habitacle et les sièges avant chauffants à réglages électriques (un très bon point pour le réglage lombaire). Dix moteurs pour le SW à raison de cinq pour chaque type de carburant, ce qui montre que l’offre ne concerne pas que l’Europe de l’Ouest friande de diesel. Les moteurs essence sont, à l’exception du "petit" 1.6 8V de 102 chevaux, des versions à injection directe "FSI". Le sommet de la puissance est tout de même assuré par au choix un 2.0 turbo de 200 chevaux (déjà sous le capot de la Golf GTI) et bientôt un 3.2 V6, FSI aussi, de 250 chevaux. Plus économe, le TDI 140 chevaux reste le choix idéal pour maintenir un bon train (et pas que de sénateur sur les portions non limitées des autoroutes allemandes). Pour peu que le SW soit, comme la voiture d’essai, équipée de la boîte DSG, la notion de routière se vit à plein plaisir. Dans quelques temps, le TDI 170 complètera la gamme au même titre que la version 4-Motion.

Grand habitacle

L’empattement de la berline étant conservé, les occupants du SW disposent de la même habitabilité que celle-ci, le coffre n’ayant pas pris le dessus sur les occupants. Une fois n’est pas coutume, le Passat SW est capable d’emporter les passagers et tous leurs bagages. Et côté bagages, vous pouvez y aller puisque la charge utile atteint 638 kg. Et pour garder une assiette constante, un correcteur hydropneumatique est proposé (en option). Toujours au registre des options, un intéressant système de chargement modulable inspiré de celui d’AUDI permet, moyennant quelques 260 € (tout de même), de compartimenter et arrimer les objets. L’habitacle est calqué sur celui de la berline, on y retrouve les mêmes aménagements et les mêmes matériaux. Bien entendu, les innovations découvertes dans la berline se retrouvent dans le SW. Le démarrage est toujours sans clé et le frein à main est toujours actionné par un bouton sur la planche de bord. Les niveaux de finition, au nombre de quatre, sont ceux de la berline, le SW exigeant 1.300 € supplémentaires, sauf pour le haut de gamme "Carat" qui demande 1.730 €. Comme pour la berline, toutes les versions disposent de la climatisation, d’un régulateur de vitesse, d’un ABS, de l’ESP et de huit airbags. L’autoradio ainsi que les vitres électriques arrière (à impulsion) sont offerts avec le deuxième niveau ("Confort"). Les allumages automatiques des feux et la détection de pluie sont, comme les jantes alliage, les principaux équipements de la troisième finition "Sport" associés à un châssis sport surbaissé de 15 mm. Le haut de gamme réserve tout ce qui fera de votre SW, un break de luxe avec par exemple le cuir distribué dans tout l’habitacle et les sièges avant chauffants à réglages électriques (un très bon point pour le réglage lombaire).

Grand nombre de moteurs

Dix moteurs pour le SW à raison de cinq pour chaque type de carburant, ce qui montre que l’offre ne concerne pas que l’Europe de l’Ouest friande de diesel. Les moteurs essence sont, à l’exception du "petit" 1.6 8V de 102 chevaux, des versions à injection directe "FSI". Le sommet de la puissance est tout de même assuré par au choix un 2.0 turbo de 200 chevaux (déjà sous le capot de la Golf GTI) et bientôt un 3.2 V6, FSI aussi, de 250 chevaux. Plus économe, le TDI 140 chevaux reste le choix idéal pour maintenir un bon train (et pas que de sénateur sur les portions non limitées des autoroutes allemandes). Pour peu que le SW soit, comme la voiture d’essai, équipée de la boîte DSG, la notion de routière se vit à plein plaisir. Dans quelques temps, le TDI 170 complètera la gamme au même titre que la version 4-Motion.

Le VW Passat SW arrive avec des offres tout aussi alléchantes que la berline. Comme pour celle-ci, il est difficile, pour ne pas dire impossible, de ne pas trouver la version répondant à ses désirs. Non content d’être élégant avec un hayon peut être mieux intégré que celui de la berline, le SW affiche des capacités de chargement le plaçant haut la main dans son segment.

Philippe NIOLLET

2005-11-05