RENAULT Grand Espace 2.0 dCi 175 Initiale

ESPACE MONOSPACE
  • Motorisation
  • Habitabilité exceptionnelle
  • Agrément général
  • Confort
  • Prix toujours élevé
  • Détails de finition agaçants à ce niveau de prix
  • Direction trop souple à basse vitesse

Prix : 49 500 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres en ligne – 16 soupapes Turbo diesel - injection directe - common rail
Cylindrée 1995 cm³
Puissance maxi 175 ch à 3750 tr/min
Couple maxi 36.70 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.86 m
Largeur 1.86 m
Hauteur 1.75 m

Poids

Total 1830 kg

Capacités

Coffre de 456 à 3050 dm³
Réservoir 83 L
Nb de places 6

Performances

Vitesse maxi 204 km/h
0 à 100 km/h 9.80 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 6.60
Urbaine 9.50
Mixte 7.60
Essai 8.90

Vaisseau amiral

Née en 2002, la quatrième génération de l’Espace sera très certainement remplacée en 2008. En attendant cette échéance, RENAULT nous propose un très, mais vraiment très léger lifting au niveau du design ! Mais c’est plutôt sous le capot que se niche la nouveauté avec une motorisation développant 175 chevaux et disposant d’un filtre à particules, le tout pour une modeste cylindrée de 2.000 cm3… Rien de tel pour attiser notre curiosité. Nous vous proposons un essai du vaisseau amiral de RENAULT dans sa taille la plus imposante : Grand Espace et dans sa finition la plus luxueuse : "Initiale".

Restyling confidentiel

Même un œil averti doit se pencher sur la voiture pour dénicher les rares évolutions de la carrosserie de ce grand monospace. Ainsi, on note que les optiques avant se sont légèrement affinées et que le museau soutenant le logo a également été modifié… Petite note d’élégance, un jonc chromé relie les antibrouillards avant mais il est exclusivement réservé à la finition haut de gamme "Initiale". Sur la poupe, on notera également des feux arrière au design "hachuré" et issu d’un empilement de tubes luminescents remplaçant ainsi la traditionnelle ampoule. Et c’est à peu près tout ! Mentionnons également les superbes jantes en aluminium de 18 pouces (17 pouces en série) mais qui figurent dans la liste des options. L’Espace a toujours bénéficié chez RENAULT de nombreux égards et cette nouvelle version s’inscrit dans la même logique. Ce qui marque le plus en montant à son bord, c’est sans conteste cette impression d’espace et de luminosité, il est vrai renforcée par l’adoption d’un gigantesque toit ouvrant panoramique qui remplace l’intégralité du ciel de toit : un vrai bonheur pour tous les occupants. Equipé en série de six fauteuils en cuir très confortables disposant tous d’accoudoirs, l’Espace sait accueillir ses passagers avec classe. Il est cependant à noter que le maintien latéral de ces sièges pourrait être encore amélioré. Côté restyling, une nouvelle console centrale fait son apparition en accueillant, dans le plus pur style germanique, une molette centrale regroupant toutes les fonctionnalités. L’ensemble est très convaincant et la prise en main de tous les systèmes d’aide, dont le GPS dernier cri, est d’une simplicité enfantine et d’une excellente ergonomie, une vraie réussite… Côté tableau de bord, l’écran GPS a été repositionné plus haut par rapport à l’ancienne version ce qui augmente également sa convivialité. Nous serons moins enthousiastes sur la finition du tableau de bord et sur la qualité des matériaux employés. A ce niveau de prix, les plastiques durs sont vraiment trop nombreux et les vibrations de certains éléments (comme la casquette supérieure) mettent en exergue un ajustement trop léger et indigne d’un véhicule haut de gamme. Dans cette version Grand Espace, six personnes peuvent donc prendre place dans des conditions de confort de très haut niveau et tout en conciliant un espace aux jambes suffisant (les sièges des deuxième et troisième rangées sont tous implantés sur des rails) et une malle arrière conséquente. La puissance de la climatisation bizone est également réglable depuis les places arrière, ce qui permet de diffuser une température constante et homogène dans l’ensemble de l’habitacle. Les vitres et le pare-brise sont traités de façon athermique afin de ne pas garantir un effet de serre dans ce véhicule fortement vitré… Et pour les passagers arrière, RENAULT a également pensé à implanter des petits stores dans les portières afin de les protéger des rayons du soleil en toute circonstance. Pour mouvoir un véhicule de plus de deux tonnes (2.029 kg exactement pour notre modèle d’essai), il faut bien évidemment un moteur vigoureux et disponible à tous les régimes. Sur le papier et avant notre essai, nous étions relativement circonspects par rapport aux aptitudes de ce seulement deux litres de cylindrée à remplir avec succès cette tâche ! A notre plus grande joie, force est de constater que cette motorisation à la cylindrée "modeste", remplit parfaitement son rôle, et avec brio même ! Cette motorisation de 1.995 cm3 développe donc gaillardement 175 chevaux, grâce à l’adoption d’injecteurs piézoélectriques, d’une pression de rampe commune portée à 1.600 bars et d’un turbo à géométrie variable. Ajoutons pour parfaire ce tableau par une note écologique, un filtre à particules. Le résultat est vraiment convaincant et malgré le poids conséquent du véhicule, la puissance s’avère toujours disponible et ce, à tous les régimes. La conduite est ainsi très agréable et on oublie rapidement que l’on circule dans un véhicule de dimensions imposantes : le régulateur ou le limiteur de vitesse trouvent alors toute leur fonctionnalité pour vous éviter quelques désagréments avec la maréchaussée… Sur le plan dynamique, le Grand Espace garde toute sa sérénité. Admirablement suspendu, il synthétise en effet le compromis idéal entre le confort et la tenue de route. Il se distingue en particulier par une prise de roulis modérée, qualité que les passagers savent apprécier. Seule la direction un peu trop souple à basse vitesse peut faire l’objet d’un reproche. Elle aurait mérité un peu plus de consistance à notre goût ! Quant à la boîte de vitesses à 6 rapports, elle s’avère parfaitement étagée et permet des reprises de premier ordre… La marque au losange continue de faire payer au plus fort son joyau… Facturé 49.500 €, son équipement est pourtant sans aucune faille et bénéficie de tout ce qui se fait de mieux aujourd’hui : GPS Carminat, enceintes Cabasse, téléphone Bluetooth, carte mains libres, phares au xénon, radars de stationnement avant et arrière… Seul le superbe toit ouvrant panoramique reste en option (1.600 €), mais nous ne saurions trop vous le conseiller tant il colle parfaitement à la vocation du véhicule. La seule bonne surprise sur le plan du budget concerne la consommation qui s’établit en moyenne sous les neuf litres aux 100 kilomètres, ce qui avec un réservoir de 83 litres, lui autorise une autonomie appréciable de plus de 900 kilomètres.

Beaucoup d’égards mais quelques écarts

L’Espace a toujours bénéficié chez RENAULT de nombreux égards et cette nouvelle version s’inscrit dans la même logique. Ce qui marque le plus en montant à son bord, c’est sans conteste cette impression d’espace et de luminosité, il est vrai renforcée par l’adoption d’un gigantesque toit ouvrant panoramique qui remplace l’intégralité du ciel de toit : un vrai bonheur pour tous les occupants. Equipé en série de six fauteuils en cuir très confortables disposant tous d’accoudoirs, l’Espace sait accueillir ses passagers avec classe. Il est cependant à noter que le maintien latéral de ces sièges pourrait être encore amélioré. Côté restyling, une nouvelle console centrale fait son apparition en accueillant, dans le plus pur style germanique, une molette centrale regroupant toutes les fonctionnalités. L’ensemble est très convaincant et la prise en main de tous les systèmes d’aide, dont le GPS dernier cri, est d’une simplicité enfantine et d’une excellente ergonomie, une vraie réussite… Côté tableau de bord, l’écran GPS a été repositionné plus haut par rapport à l’ancienne version ce qui augmente également sa convivialité. Nous serons moins enthousiastes sur la finition du tableau de bord et sur la qualité des matériaux employés. A ce niveau de prix, les plastiques durs sont vraiment trop nombreux et les vibrations de certains éléments (comme la casquette supérieure) mettent en exergue un ajustement trop léger et indigne d’un véhicule haut de gamme. Dans cette version Grand Espace, six personnes peuvent donc prendre place dans des conditions de confort de très haut niveau et tout en conciliant un espace aux jambes suffisant (les sièges des deuxième et troisième rangées sont tous implantés sur des rails) et une malle arrière conséquente. La puissance de la climatisation bizone est également réglable depuis les places arrière, ce qui permet de diffuser une température constante et homogène dans l’ensemble de l’habitacle. Les vitres et le pare-brise sont traités de façon athermique afin de ne pas garantir un effet de serre dans ce véhicule fortement vitré… Et pour les passagers arrière, RENAULT a également pensé à implanter des petits stores dans les portières afin de les protéger des rayons du soleil en toute circonstance.

Une motorisation à la hauteur

Pour mouvoir un véhicule de plus de deux tonnes (2.029 kg exactement pour notre modèle d’essai), il faut bien évidemment un moteur vigoureux et disponible à tous les régimes. Sur le papier et avant notre essai, nous étions relativement circonspects par rapport aux aptitudes de ce seulement deux litres de cylindrée à remplir avec succès cette tâche ! A notre plus grande joie, force est de constater que cette motorisation à la cylindrée "modeste", remplit parfaitement son rôle, et avec brio même ! Cette motorisation de 1.995 cm3 développe donc gaillardement 175 chevaux, grâce à l’adoption d’injecteurs piézoélectriques, d’une pression de rampe commune portée à 1.600 bars et d’un turbo à géométrie variable. Ajoutons pour parfaire ce tableau par une note écologique, un filtre à particules. Le résultat est vraiment convaincant et malgré le poids conséquent du véhicule, la puissance s’avère toujours disponible et ce, à tous les régimes. La conduite est ainsi très agréable et on oublie rapidement que l’on circule dans un véhicule de dimensions imposantes : le régulateur ou le limiteur de vitesse trouvent alors toute leur fonctionnalité pour vous éviter quelques désagréments avec la maréchaussée…

Un comportement du même acabit

Sur le plan dynamique, le Grand Espace garde toute sa sérénité. Admirablement suspendu, il synthétise en effet le compromis idéal entre le confort et la tenue de route. Il se distingue en particulier par une prise de roulis modérée, qualité que les passagers savent apprécier. Seule la direction un peu trop souple à basse vitesse peut faire l’objet d’un reproche. Elle aurait mérité un peu plus de consistance à notre goût ! Quant à la boîte de vitesses à 6 rapports, elle s’avère parfaitement étagée et permet des reprises de premier ordre…

Toujours aussi cher !

La marque au losange continue de faire payer au plus fort son joyau… Facturé 49.500 €, son équipement est pourtant sans aucune faille et bénéficie de tout ce qui se fait de mieux aujourd’hui : GPS Carminat, enceintes Cabasse, téléphone Bluetooth, carte mains libres, phares au xénon, radars de stationnement avant et arrière… Seul le superbe toit ouvrant panoramique reste en option (1.600 €), mais nous ne saurions trop vous le conseiller tant il colle parfaitement à la vocation du véhicule. La seule bonne surprise sur le plan du budget concerne la consommation qui s’établit en moyenne sous les neuf litres aux 100 kilomètres, ce qui avec un réservoir de 83 litres, lui autorise une autonomie appréciable de plus de 900 kilomètres.

L’Espace 2006 poursuit sa carrière avec une grande sérénité et malheureusement sans faiblir du côté de ses tarifs toujours aussi élevés ! Il est vrai qu’à ce jour, il reste sans conteste la meilleure proposition dans ce segment haut de gamme, et sa nouvelle motorisation s’inscrit parfaitement dans cette logique… Mais attention aussi à la concurrence des SUV, proche en prix et qui offre désormais de plus en plus des configurations sept places pour aussi aller attirer la clientèle des familles nombreuses et aisées !

Fabrice DUMAS

2006-05-07