VOLVO C70 2.4i Geartronic Summum

ESPACE COUPE CABRIOLET
  • Ligne harmonieuse pour un coupé / cabriolet
  • Insonorisation & Finition
  • Prix
  • Boîte automatique Geartronic
  • 4 vraies places
  • Consommation
  • Antenne radio inesthétique
  • Coffre réduit en configuration cabriolet

Prix : 41 900 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 5 cylindres 20 soupapes injection essence
Cylindrée 2435 cm³
Puissance maxi 170 ch à 6000 tr/min
Couple maxi 23.40 mkg à 4400.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.58 m
Largeur 1.82 m
Hauteur 1.41 m

Poids

Total 1715 kg

Capacités

Coffre de 200 à 404 dm³
Réservoir 62 L
Nb de places 4

Performances

Vitesse maxi 215 km/h
0 à 100 km/h 10.00 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 7.10
Urbaine 13.90
Mixte 9.60
Essai 11.30

Coup(é) de foudre

L’ère des cabriolets avec une capote traditionnelle en toile est-elle révolue ? La question se pose effectivement avec l’arrivée sur le marché des “ grands ” cabriolets d’une version particulièrement attrayante à toit rigide. En effet, après la multiplication des propositions dans le segment inférieur, l’épidémie est en train de gagner… VOLVO est ainsi le premier constructeur à proposer un concept de coupé cabriolet sur le remplaçant de la C70. La marque suédoise espère ainsi doubler ses ventes par rapport au modèle précédent… Raisonnable ou non ?

Coup(é) de maître

Si les adeptes du concept de coupé cabriolet sont de plus en plus nombreux, il restait à prouver aux esthètes que l’on pouvait concilier cette technologie avec une ligne harmonieuse. En effet, jusqu’ici, l’encombrement du toit rigide dans la malle arrière induisait un porte à faux arrière très important et disgracieux en termes de proportions. VOLVO a donc pris les choses en main et est le premier constructeur à proposer un toit rétractable en trois parties au lieu de deux, technique qui gagne également le segment inférieur d’ailleurs avec la nouvelle OPEL Astra Twin Top ou la VOLKSWAGEN Eos. Le résultat est vraiment convaincant : le pare-brise recouvre moins la partie habitacle et la ligne du C70 est particulièrement réussie, que ce soit en coupé ou en cabriolet avec une malle arrière tout à fait bien proportionnée. Rehaussé de jantes en aluminium de 17 pouces, le C70 gagne également en élégance en version Summum, objet de notre essai. Seul bémol : l’antenne de la radio, de couleur noire, trônant de façon disgracieuse sur l’une des ailes arrière… Il aurait été plus judicieux de la masquer au sein du pare-brise pour ne pas casser la fluidité de la ligne. Le VOLVO C70 se conjugue donc à loisir entre le coupé et le cabriolet, avec dans les deux cas, le même plaisir. Par rapport à la capote en toile, le toit rigide apporte sans conteste un plus évident. Au-delà de la rigidité accrue, c’est avant tout dans le domaine du confort de fonctionnement que les progrès sont sensibles. L’insonorisation est vraiment excellente et permet de profiter d’une installation radiophonique dans les meilleures conditions. A noter que notre véhicule d’essai était équipé effectivement en option d’une installation spécifique qui prend toute sa dimension dans un tel environnement feutré, ce qui n’aurait pas été le cas autrement. Dès les premiers rayons du soleil, le C70 se découvre pour laisser place à un superbe cabriolet disposant de quatre vraies places, les adultes pouvant sans aucun souci s’installer à l’arrière avec un espace aux jambes suffisant. D’ailleurs, ils n’ont pas été oubliés puisque leur accès est facilité par un siège avant dont la manœuvre est assistée électriquement… fini les efforts pour basculer le siège et libérer le passage. La seule contrainte dans le passage du coupé au cabriolet est l'obligation d’être à l’arrêt, moteur tournant et pied sur la pédale de frein. La transformation, associée à une cinématique complexe de retrait du toit en trois parties dans la malle arrière, nécessitera 30 secondes… C’est environ 30% de plus que le temps traditionnel pour les cabriolets en toile, mais le gain est tellement supérieur en terme d’agrément que la concession n’en est finalement pas pénalisante. Comme à son habitude, VOLVO a soigné l’ambiance à bord ! Les matériaux sont d’excellente facture et les plastiques moussés donnent une belle sensation au regard et au toucher. Le C70 hérite de la superbe console centrale de la S40, dont la finesse étonne toujours. L’équipement dans cette finition supérieure Summum est particulièrement complet et permet de disposer de tout ce qu’une automobile peut diffuser en terme d’agrément de conduite aujourd’hui. Le GPS situé sur la partie supérieure du tableau de bord est positionné de manière idéale pour suivre les indications sans perdre de vue la route. Son emploi est aisé et très intuitif… Seul son interface graphique mériterait un peu plus de clarté dans certaines situations où le risque de confusion est possible entre plusieurs choix. Ceci étant, il se situe dans la famille des très bons GPS actuellement disponibles sur le marché. L’intérieur en cuir blanc s’avère très accueillant mais les sièges avant auraient mérité un peu plus de maintien latéral. Les espaces de rangement sont peu nombreux et disponibles uniquement dans cette finition haut de gamme. Chacun des quatre passagers peut disposer de compartiments sur les côtés, appréciables mais insuffisants à notre sens, même si ceux-ci se verrouillent lorsque vous fermez la voiture avec le toit ouvert ! Si le C70 offre quatre vraies places, la contenance de la malle arrière pourra s’avérer un peu juste pour emmener tous vos bagages. Si celle-ci reste convenable en version coupé (400 dm3), elle se réduit à la portion congrue en version cabriolet (200 dm3)… Et l’astucieux système permettant de légèrement surélever le toit lorsqu’il est rétracté pour accéder à la malle arrière, n’y changera rien, le coffre est vraiment trop petit ! Le C70 est proposé avec une panoplie de motorisations très complètes et qui devrait permettre à tous de trouver son bonheur. Si la version diesel avec le 5 cylindres maison (D5) ne fera son apparition qu’au mois de juin prochain et devrait garantir une envolée des ventes (VOLVO prévoit 75% de ses ventes avec cette motorisation), la gamme essence est déjà bien fournie. Trois motorisations sont ainsi disponibles en version atmosphérique ou turbocompressée, délivrant de 140 à 220 chevaux. C’est avec une version intermédiaire 2.4i développant 170 chevaux et associée à l’excellente boîte automatique Geartonic à six rapports que nous avons réalisé notre essai. S’il ne fait pas preuve d’un brio extraordinaire, ce moteur permet de profiter pleinement du C70 qui de toute évidence n’a pas une vocation sportive très affirmée. A son bord, c’est la douceur de fonctionnement de l’ensemble qui vous séduira et vous permettra de profiter des joies du cabriolet sans risquer la perte de quelques points bien précieux. En tout état de cause, avec quatre personnes à bord, au-delà de 90 km/h, les remous d’air seront vite agaçants pour vos passagers arrière… Et si vous n’êtes plus que deux, et que vous disposez du filet anti-remous (condamnant ainsi les places arrière), vous pourrez emprunter les autoroutes à la vitesse légale sans même vous décoiffer… La seule réelle déception de cette motorisation figure sur le plan de la consommation. Sans forcer l’allure durant notre essai, nous n’avons que très rarement réussi en terme de consommation à descendre sous les 10 litres aux 100 kilomètres, pour une consommation moyenne qui s’est finalement stabilisée à plus de 11 litres.

Coup(é) double

Le VOLVO C70 se conjugue donc à loisir entre le coupé et le cabriolet, avec dans les deux cas, le même plaisir. Par rapport à la capote en toile, le toit rigide apporte sans conteste un plus évident. Au-delà de la rigidité accrue, c’est avant tout dans le domaine du confort de fonctionnement que les progrès sont sensibles. L’insonorisation est vraiment excellente et permet de profiter d’une installation radiophonique dans les meilleures conditions. A noter que notre véhicule d’essai était équipé effectivement en option d’une installation spécifique qui prend toute sa dimension dans un tel environnement feutré, ce qui n’aurait pas été le cas autrement. Dès les premiers rayons du soleil, le C70 se découvre pour laisser place à un superbe cabriolet disposant de quatre vraies places, les adultes pouvant sans aucun souci s’installer à l’arrière avec un espace aux jambes suffisant. D’ailleurs, ils n’ont pas été oubliés puisque leur accès est facilité par un siège avant dont la manœuvre est assistée électriquement… fini les efforts pour basculer le siège et libérer le passage. La seule contrainte dans le passage du coupé au cabriolet est l'obligation d’être à l’arrêt, moteur tournant et pied sur la pédale de frein. La transformation, associée à une cinématique complexe de retrait du toit en trois parties dans la malle arrière, nécessitera 30 secondes… C’est environ 30% de plus que le temps traditionnel pour les cabriolets en toile, mais le gain est tellement supérieur en terme d’agrément que la concession n’en est finalement pas pénalisante.

Coup(é) de main

Comme à son habitude, VOLVO a soigné l’ambiance à bord ! Les matériaux sont d’excellente facture et les plastiques moussés donnent une belle sensation au regard et au toucher. Le C70 hérite de la superbe console centrale de la S40, dont la finesse étonne toujours. L’équipement dans cette finition supérieure Summum est particulièrement complet et permet de disposer de tout ce qu’une automobile peut diffuser en terme d’agrément de conduite aujourd’hui. Le GPS situé sur la partie supérieure du tableau de bord est positionné de manière idéale pour suivre les indications sans perdre de vue la route. Son emploi est aisé et très intuitif… Seul son interface graphique mériterait un peu plus de clarté dans certaines situations où le risque de confusion est possible entre plusieurs choix. Ceci étant, il se situe dans la famille des très bons GPS actuellement disponibles sur le marché. L’intérieur en cuir blanc s’avère très accueillant mais les sièges avant auraient mérité un peu plus de maintien latéral. Les espaces de rangement sont peu nombreux et disponibles uniquement dans cette finition haut de gamme. Chacun des quatre passagers peut disposer de compartiments sur les côtés, appréciables mais insuffisants à notre sens, même si ceux-ci se verrouillent lorsque vous fermez la voiture avec le toit ouvert ! Si le C70 offre quatre vraies places, la contenance de la malle arrière pourra s’avérer un peu juste pour emmener tous vos bagages. Si celle-ci reste convenable en version coupé (400 dm3), elle se réduit à la portion congrue en version cabriolet (200 dm3)… Et l’astucieux système permettant de légèrement surélever le toit lorsqu’il est rétracté pour accéder à la malle arrière, n’y changera rien, le coffre est vraiment trop petit !

Coup(é) de pouce

Le C70 est proposé avec une panoplie de motorisations très complètes et qui devrait permettre à tous de trouver son bonheur. Si la version diesel avec le 5 cylindres maison (D5) ne fera son apparition qu’au mois de juin prochain et devrait garantir une envolée des ventes (VOLVO prévoit 75% de ses ventes avec cette motorisation), la gamme essence est déjà bien fournie. Trois motorisations sont ainsi disponibles en version atmosphérique ou turbocompressée, délivrant de 140 à 220 chevaux. C’est avec une version intermédiaire 2.4i développant 170 chevaux et associée à l’excellente boîte automatique Geartonic à six rapports que nous avons réalisé notre essai. S’il ne fait pas preuve d’un brio extraordinaire, ce moteur permet de profiter pleinement du C70 qui de toute évidence n’a pas une vocation sportive très affirmée. A son bord, c’est la douceur de fonctionnement de l’ensemble qui vous séduira et vous permettra de profiter des joies du cabriolet sans risquer la perte de quelques points bien précieux. En tout état de cause, avec quatre personnes à bord, au-delà de 90 km/h, les remous d’air seront vite agaçants pour vos passagers arrière… Et si vous n’êtes plus que deux, et que vous disposez du filet anti-remous (condamnant ainsi les places arrière), vous pourrez emprunter les autoroutes à la vitesse légale sans même vous décoiffer… La seule réelle déception de cette motorisation figure sur le plan de la consommation. Sans forcer l’allure durant notre essai, nous n’avons que très rarement réussi en terme de consommation à descendre sous les 10 litres aux 100 kilomètres, pour une consommation moyenne qui s’est finalement stabilisée à plus de 11 litres.

Proposé dans cette configuration 170 chevaux, boîte automatique et finition supérieure Summum à 41.900 €, le VOLVO C70 s’avère particulièrement attrayant d’autant que pour l’instant la concurrence (AUDI A4, BMW Série 3 ou MERCEDES CLK) ne peut proposer un modèle selon le même concept à toit rigide… Et si votre portefeuille est un peu plus serré, sachez que les tarifs commencent à 33.900 € avec le modèle 2.4 développant 140 chevaux en finition Kinetic, déjà fort bien pourvue… Alors pourquoi résister plus longtemps, car cela flaire vraiment le bon Coup(é) !

Fabrice DUMAS

2006-05-30