VOLKSWAGEN Eos 2.0 TFSI Carat

ESPACE COUPE CABRIOLET
  • Toit ouvrant
  • Intérieur
  • Originalité
  • Performances
  • Prix
  • Consommation moteur essence

Prix : 36 020 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes turbo injection directe essence
Cylindrée 1984 cm³
Puissance maxi 200 ch à 5100 tr/min
Couple maxi 28.50 mkg à 1800.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.41 m
Largeur 1.79 m
Hauteur 1.45 m

Poids

Total 1645 kg

Capacités

Coffre de 380 à 0 dm³
Réservoir 55 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 232 km/h
0 à 100 km/h 7.80 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 6.40
Urbaine 11.40
Mixte 8.20
Essai 8.50

Du très haut de gamme

L'Eos est le cheval de bataille du groupe VOLSWAGEN pour s'imposer sur le marché des coupés cabriolets. Sensé décliner la Golf dans sa version cabriolet, ce coupé Eos ne se différencie pas de sa cousine uniquement par le nom. Nouvelle ligne, nouvelle mécanique, l'Eos est un modèle à part entière qui propose ce qui se fait de mieux, selon nous, dans sa catégorie.

Un intérieur réussi

Le choix et la qualité des plastiques intérieurs sont exemplaires et contribuent pleinement à l'ambiance sérieuse que dégage ce tout nouveau coupé cabriolet. Les lignes très douces de la planche de bord sont tout simplement d'une réussite esthétique incontestable. Notons d'ailleurs que cet intérieur est commun avec celui de la nouvelle Passat. La qualité de la sellerie cuir est également d’un très bon niveau. Le système GPS nous a séduit par son ergonomie et certaines de ses fonctionnalités qui offrent le petit plus qui fait la différence et permet à l'Eos de devancer ses concurrentes. Par exemple, le mode nuit de l'affichage qui permet de contrôler ainsi la luminosité de celui-ci. Le contour des ouies d'aération façon aluminium brossé contribue aussi à donner un style authentique à l'intérieur de ce coupé. Enfin, le chargeur CD dans l'accoudoir central, réglable, n'est pas toujours pratique à utiliser mais son emplacement est astucieux et permet de profiter d'une vraie boîte à gants. Le toit rigide est actionné par une mécanique assez remarquable mais au delà de son intérêt technique, il devance la concurrence sur au moins deux aspects. D'abord il permet de préserver une place conséquente dans le coffre et il offre ensuite un vrai toit ouvrant en verre! C'est assez remarquable sur un véhicule de ce type compte tenu de la complexité technique du système de rétractation. De plus, il n'est pas nécessaire de fermer le toit ouvrant pour passer en version cabriolet, étonnant non? En version cabriolet ou coupé, l'Eos possède des lignes propres qui lui confèrent un caractère unique par rapport aux autres modèles de la marque. Propulsé par un moteur essence de technologie TFSI (turbo et injection directe d'essence), l'Eos possède un comportement routier sans surprise. En effet, on retrouve les trains roulants de la Passat qui assurent au coupé cabriolet un comportement routier sain et sûr. La technologie FSI offre un agrément de conduite surtout au niveau de la sonorité, car au niveau consommation, nous n'avons pas noté de réelles prouesses. Evidemment la consommation monte très vite en conduite sportive, mais le respect des limitations aura vite fait de vous rappeler à la raison avant d'avoir atteint les limites vertigineuses des performances de ce bloc moteur ahurissant de 200 chevaux. Notons d'ailleurs que certains pourraient rester frustrés de ne pas entendre rugir les 200 chevaux du 2 litres essence tant la sonorité est discrète, technologie FSI oblige. Enfin, cette motorisation est largement suffisante pour ce type de véhicule et aurait mérité la boîte de type DSG pour un mariage parfait entre ces deux technologies qui contribuent à la réputation de VW. Issus de la compétition automobile, les moteurs FSI délivrent plus de puissance pour une même quantité de carburant que les moteurs dits classiques c'est à dire à injection indirecte. En effet, c'est d'abord sur l'Audi R8 de compétition que les moteurs FSI ont démontré leur haut potentiel technologique. L'essence est pulvérisée directement dans les chambres de combustion contrairement à une injection en amont comme sur un moteur à injection indirecte. Pilotée de façon très précise, l'alimentation est gérée par une rampe commune à haute pression (de 30 à 110 bars) et une pompe pilotée en fonction des besoins instantanés.

Le toit ouvrant en plus !

Le toit rigide est actionné par une mécanique assez remarquable mais au delà de son intérêt technique, il devance la concurrence sur au moins deux aspects. D'abord il permet de préserver une place conséquente dans le coffre et il offre ensuite un vrai toit ouvrant en verre! C'est assez remarquable sur un véhicule de ce type compte tenu de la complexité technique du système de rétractation. De plus, il n'est pas nécessaire de fermer le toit ouvrant pour passer en version cabriolet, étonnant non? En version cabriolet ou coupé, l'Eos possède des lignes propres qui lui confèrent un caractère unique par rapport aux autres modèles de la marque. Propulsé par un moteur essence de technologie TFSI (turbo et injection directe d'essence), l'Eos possède un comportement routier sans surprise. En effet, on retrouve les trains roulants de la Passat qui assurent au coupé cabriolet un comportement routier sain et sûr. La technologie FSI offre un agrément de conduite surtout au niveau de la sonorité, car au niveau consommation, nous n'avons pas noté de réelles prouesses. Evidemment la consommation monte très vite en conduite sportive, mais le respect des limitations aura vite fait de vous rappeler à la raison avant d'avoir atteint les limites vertigineuses des performances de ce bloc moteur ahurissant de 200 chevaux. Notons d'ailleurs que certains pourraient rester frustrés de ne pas entendre rugir les 200 chevaux du 2 litres essence tant la sonorité est discrète, technologie FSI oblige. Enfin, cette motorisation est largement suffisante pour ce type de véhicule et aurait mérité la boîte de type DSG pour un mariage parfait entre ces deux technologies qui contribuent à la réputation de VW. Issus de la compétition automobile, les moteurs FSI délivrent plus de puissance pour une même quantité de carburant que les moteurs dits classiques c'est à dire à injection indirecte. En effet, c'est d'abord sur l'Audi R8 de compétition que les moteurs FSI ont démontré leur haut potentiel technologique. L'essence est pulvérisée directement dans les chambres de combustion contrairement à une injection en amont comme sur un moteur à injection indirecte. Pilotée de façon très précise, l'alimentation est gérée par une rampe commune à haute pression (de 30 à 110 bars) et une pompe pilotée en fonction des besoins instantanés.

A l'aurore d'une nouvelle lignée Bien que sa référence à une déesse grecque soit un pari marketing pour VOLKSWAGEN, ce coupé cabriolet s'impose véritablement comme le véhicule incontournable de sa catégorie. Son prix élevé se justifie selon nous par son niveau de finition intérieur inégalé par la concurrence et ses originalités qui en font un modèle unique, comme le toit ouvrant en verre par exemple. Et si finalement le prix vous rebute encore pourquoi ne pas choisir un modèle avec une motorisation moins gourmande car l'Eos est véritablement le renouveau du coupé cabriolet.

Sébastien PAFFONI

2006-11-01