LANCIA Ypsilon 1.3 16V Multijet 90

ESPACE CITADINE
  • Remodelage réussi
  • Equipements
  • Tissu (Elefantino)
  • Une seule peinture en série

Prix : 18 700 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres 16 soupapes Turbo diesel injection directe à rampe commune
Cylindrée 1248 cm³
Puissance maxi 90 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 20.40 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 3.81 m
Largeur 1.70 m
Hauteur 1.53 m

Poids

Total 1045 kg

Capacités

Coffre de 215 à 290 dm³
Réservoir 47 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 175 km/h
0 à 100 km/h 11.00 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 3.90
Urbaine 5.40
Mixte 4.50
Essai 0.00

En attendant Delta

Le stand LANCIA au dernier Mondial de l'automobile avait la chance d'être placé entre celui d'ALFA ROMEO et celui de PININFARINA. Il avait également la chance de présenter une arlésienne baptisée Delta ou plus exactement Delta HPE. Ce concept car est plus que très proche de la future Delta annoncée pour le printemps 2008. Armés, que dis-je, blindés de patience, nous profitons, en attendant, des plus modestes nouveautés de la marque. Et ce n'est pas si loin d'Arles que nous avons fait à nouveau connaissance de la LANCIA Ypsilon dans sa version remodelée.

Un soupçon de retouche physique

On ne présente plus la LANCIA Ypsilon qui fait, à elle seule, l'essentiel des ventes de la marque. Il est donc normal de la chouchouter en attendant sa remplaçante prévue pour 2009. Après trois ans de vie et à trois ans de la retraite, il n'était pas inutile de procéder à quelques retouches esthétiques et de gamme. Le remède est classique chez tous les constructeurs. La différence vient de la profondeur de la retouche. Dans notre cas, le style de la petite LANCIA est toujours d'actualité, ce qui rend très légères lesdites retouches. C'est bienvenu car moins coûteux, la santé financière de la marque est toujours fragile. La principale modification se reconnaît au niveau des boucliers plus enveloppants. On y retrouve le dessin de ceux qui habillaient le prototype Zagato découvert à Genève en 2005. A ce sujet, une nouvelle Ypsilon Sport viendra agrémenter la gamme au printemps 2007 (rendez-vous à Genève). La calandre a gagné un peu plus de chrome au passage. Cette matière a été dispersée sur toute la voiture : les baguettes latérales (quand elles sont présentes) en sont couvertes et les boucliers incluent un filet (large à l'arrière). L'entourage des phares a été revu. Les feux arrière sont passés en "cristal", voulant donner un faux air de Thesis. Enfin, la dernière touche estampille d'un Y stylisé (en chrome) le montant des portes (comme sur la Musa). Le génie des stylistes italiens a œuvré en donnant un air plus statutaire à la voiture sans en avoir révolutionné la ligne générale. La gamme Ypsilon 2006 avait été simplifiée, la gamme de la nouvelle le sera encore plus en passant à trois versions au lieu de sept et onze combinaisons au lieu de vingt-huit. La version Momo Design en fait les frais puisqu'elle ne continue plus l'aventure. En revanche, la B-Colore (une vente sur deux) reste plus que jamais au catalogue en devenant une simple option accessible quel que soit le niveau de finition choisi. La palette des "bicouleurs" a été revue en proposant huit nouveaux mariages. Les teintes inédites concernent aussi les versions unies, toutes métallisées donc en option (sauf une). L'intérieur est rigoureusement identique à l'exception de nouvelles selleries. Exit le "Glamour" façon toile de marin, l'Ypsilon reste au tissu en bas de gamme, tissu (piqué à FIAT ?) qui détonne un peu avec le luxe donné à l'extérieur. L'Alcantara, tradition (et exclusivité à l'époque) chez LANCIA, revient en haut de gamme avec ou sans cuir. La gamme est simplifiée et architecturée autour de trois finitions. L’Elefantino représente toujours le premier niveau où la dotation d’équipements de série est complète. On y apprécie l’air conditionné, la banquette arrière coulissante, un ordinateur de bord et un autoradio CD. En revanche, les rétroviseurs se règlent manuellement. La finition Oro offre, c’est la nouveauté, le toit ouvrant panoramique "Gran Luce". Le haut de gamme revient à la "Platino", qui, du coup, élimine la "Di Lusso" et regroupe les capteurs de luminosité et de pluie, le régulateur de vitesse, les jantes en alliage et les commandes d’autoradio au volant. Facile à retenir, un montant de 800 Euros est appliqué si on veut accéder à la boîte robotisée DFS ou à la B-Colore ou au toit Gran Luce (Elefantino) ou passer à la motorisation supérieure (pour un même type de carburant). Bien entendu, l’accès au "Blue & Me", le partenariat entre le groupe FIAT et Microsoft, est proposée pour communiquer sans les mains (téléphone, musique etc…) Les motorisations de la nouvelle Ypsilon ont été revues ou inédites. La petite LANCIA gagne un second turbo diesel, plus musclé, en l’occurrence l’inédit 1,3 litres Multijet de 90 chevaux. Bien entendu, le petit "70 chevaux" reste au catalogue. Les trois moteurs essence sont conservés avec en entrée le 1.2 8V de 60 chevaux et en sortie le 1.4 16V de 95 chevaux. Entre les deux, le 1.4 avec seulement deux soupapes par cylindre, comble le vide avec une puissance de 77 chevaux. Les hauts de gamme LANCIA en profitent pour renouveler leur offre. La belle Thesis passe à 185 chevaux en inaugurant une évolution du 2,4 litres cinq cylindres diesel Multijet (et doté d’un filtre à particules). Le 3.2 V6 essence de 230 chevaux reste au catalogue qui a enrichi la dotation d’équipements. La première Thesis (2.4 Multijet Emblema) est accessible pour 47.900 Euros. Côté grand monospace de luxe, le Phedra est pratiquement le seul du marché. Comme pour la Thesis, trois niveaux de finition sont disponibles. En revanche, vous n’opterez que pour des motorisations diesel avec deux moteurs de 2 litres, d’origine PSA, le premier de 120 chevaux et le second poussé à 136 chevaux et doté du filtre à particules. Les prix ont été serrés malgré la dotation riche avec un ticket d’entrée à 33.700 Euros. Et pour 39.700 Euros, le haut de gamme (136 ch Di Lusso) offre tout (sept places, le cuir ou le triple toit ouvrant électrique).

Un zeste de bicolore et de Gran Luce

La gamme Ypsilon 2006 avait été simplifiée, la gamme de la nouvelle le sera encore plus en passant à trois versions au lieu de sept et onze combinaisons au lieu de vingt-huit. La version Momo Design en fait les frais puisqu'elle ne continue plus l'aventure. En revanche, la B-Colore (une vente sur deux) reste plus que jamais au catalogue en devenant une simple option accessible quel que soit le niveau de finition choisi. La palette des "bicouleurs" a été revue en proposant huit nouveaux mariages. Les teintes inédites concernent aussi les versions unies, toutes métallisées donc en option (sauf une). L'intérieur est rigoureusement identique à l'exception de nouvelles selleries. Exit le "Glamour" façon toile de marin, l'Ypsilon reste au tissu en bas de gamme, tissu (piqué à FIAT ?) qui détonne un peu avec le luxe donné à l'extérieur. L'Alcantara, tradition (et exclusivité à l'époque) chez LANCIA, revient en haut de gamme avec ou sans cuir.

Une miette de puissance supplémentaire

La gamme est simplifiée et architecturée autour de trois finitions. L’Elefantino représente toujours le premier niveau où la dotation d’équipements de série est complète. On y apprécie l’air conditionné, la banquette arrière coulissante, un ordinateur de bord et un autoradio CD. En revanche, les rétroviseurs se règlent manuellement. La finition Oro offre, c’est la nouveauté, le toit ouvrant panoramique "Gran Luce". Le haut de gamme revient à la "Platino", qui, du coup, élimine la "Di Lusso" et regroupe les capteurs de luminosité et de pluie, le régulateur de vitesse, les jantes en alliage et les commandes d’autoradio au volant. Facile à retenir, un montant de 800 Euros est appliqué si on veut accéder à la boîte robotisée DFS ou à la B-Colore ou au toit Gran Luce (Elefantino) ou passer à la motorisation supérieure (pour un même type de carburant). Bien entendu, l’accès au "Blue & Me", le partenariat entre le groupe FIAT et Microsoft, est proposée pour communiquer sans les mains (téléphone, musique etc…) Les motorisations de la nouvelle Ypsilon ont été revues ou inédites. La petite LANCIA gagne un second turbo diesel, plus musclé, en l’occurrence l’inédit 1,3 litres Multijet de 90 chevaux. Bien entendu, le petit "70 chevaux" reste au catalogue. Les trois moteurs essence sont conservés avec en entrée le 1.2 8V de 60 chevaux et en sortie le 1.4 16V de 95 chevaux. Entre les deux, le 1.4 avec seulement deux soupapes par cylindre, comble le vide avec une puissance de 77 chevaux.

Du nouveau chez Thesis et Phedra

Les hauts de gamme LANCIA en profitent pour renouveler leur offre. La belle Thesis passe à 185 chevaux en inaugurant une évolution du 2,4 litres cinq cylindres diesel Multijet (et doté d’un filtre à particules). Le 3.2 V6 essence de 230 chevaux reste au catalogue qui a enrichi la dotation d’équipements. La première Thesis (2.4 Multijet Emblema) est accessible pour 47.900 Euros. Côté grand monospace de luxe, le Phedra est pratiquement le seul du marché. Comme pour la Thesis, trois niveaux de finition sont disponibles. En revanche, vous n’opterez que pour des motorisations diesel avec deux moteurs de 2 litres, d’origine PSA, le premier de 120 chevaux et le second poussé à 136 chevaux et doté du filtre à particules. Les prix ont été serrés malgré la dotation riche avec un ticket d’entrée à 33.700 Euros. Et pour 39.700 Euros, le haut de gamme (136 ch Di Lusso) offre tout (sept places, le cuir ou le triple toit ouvrant électrique).

Bon anniversaire, heureux centenaire ? La forme revient doucement mais, on l’espère sûrement. La petite Ypsilon profite de ce léger remodelage pour confirmer sa présence. Les petites touches esthétiques renforcent son image de luxe. Le moteur diesel de 90 chevaux allèche les envies de rouler "plus musclé". La prochaine sur la liste sera la Musa qui, à son tour, passera dans les mains des "redesigners". Le programme LANCIA est plein jusqu’en 2009 au moins avec l’événement du printemps 2008 : l’arrivée de la Delta…

Philippe NIOLLET

2006-11-15