VOLVO C30 2.0D Momentum

ESPACE COMPACTE
  • Niveau d’équipement élevé
  • Qualité finitions intérieures
  • Performances moteur/boîte
  • Tenue de route
  • Design
  • Volume et accès coffre limités
  • Protections latérales de carrosserie très limitées
  • Visibilité ¾ arrière faible
  • Pas d’avertisseur contact coupé / feux allumés

Prix : 25 800 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres en ligne - 16 soupapes - monté en position transversale Turbo diesel injection directe à rampe commune
Cylindrée 1997 cm³
Puissance maxi 136 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 32.60 mkg à 2000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.25 m
Largeur 1.78 m
Hauteur 1.45 m

Poids

Total 1421 kg

Capacités

Coffre de 233 à 0 dm³
Réservoir 52 L
Nb de places 4

Performances

Vitesse maxi 210 km/h
0 à 100 km/h 9.40 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.60
Urbaine 6.20
Mixte 4.90
Essai 0.00

Une nouvelle compacte "sport" et "luxe"

Avec la C30, VOLVO veut intéresser une clientèle jeune, dynamique et plutôt urbaine, attachée au design et à la marque. Elle se positionne en concurrence frontale avec les "compactes" type AUDI A3, BMW Série 1, CITROËN C4, ALFA ROMEO 147, RENAULT Mégane… L’architecture est du type coupé break ; elle est développée sur une plate-forme commune aux S40 / V50 qui est aussi celle des FORD Focus et MAZDA 3.

Présentation

De série la C30 dispose d'un correcteur électronique de trajectoire (DSTC), d'un système d’assistance au freinage d'urgence (EBA), d'un système d’information électronique (IDIS) qui surveille certaines fonctions de la voiture telles que les mouvements du volant, de la pédale d’accélérateur…. L’ABS, la climatisation avec filtre anti-pollen et un équipement de sécurité passive comportant plusieurs airbags frontaux et latéraux sont également présents. Le modèle mis à notre disposition est la C30 2.0 D en finition "Momentum" qui intègre en plus de l'équipement de base les éléments suivants : sellerie tissus au style sportif, régulateur de vitesse, incrustation en aluminium, ordinateur de bord, phares antibrouillard et détecteur de pluie. Force est de constater que la VOLVO C30 ne laisse pas indifférent. Ses lignes pures étirant des surfaces très harmonieuses attirent les regards et la curiosité des passants. Tout en affichant une élégance très raffinée, la C30 suggère dans ses lignes une réelle agressivité sportive. Il convient donc de dire que de ce point de vue, VOLVO a atteint son objectif de séduction. Cette allure générale est renforcée par une impression de qualité très favorable avec des jonctions d’éléments de carrosserie et d’équipements extérieurs très ajustés et de facture irréprochable. La seule ombre au tableau est l’absence de protections latérales sur les larges portières qui laisse craindre le pire dans les "portes contre portes" des parkings urbains… Nous avons apprécié l’implantation très réussie des blocs optiques avant, noyés dans un bouclier avant "soft nose" se prolongeant jusqu’au spoiler où sont implantés les feux antibrouillards. Les lignes du capot quasiment fondues au bouclier courent le long du côté de caisse pour venir dégager vers l’arrière de larges ailes renforçant ce caractère sportif du design. A l’arrière aussi, l’implantation des optiques est très réussie en remontant jusqu’au pavillon terminé par un aileron et avec une jonction fluide entre le bouclier et l’aile. Il reste que, si du point de vue esthétique, l’arrière de la C30 est très réussi, le design laisse peu de place au hayon tout en verre, qui par ses dimensions modestes exclut d’emblée les bagages encombrants ; j’ai dû me résoudre à laisser chez le marchand mon très joli tableau d’art indonésien… D’entrée, l’ambiance s’impose. Les incrustations d’aluminium sur le volant et sur les accoudoirs, le tableau central fonctionnel et lisible appellent les rendez-vous de pur plaisir sur routes de campagnes sinueuses, calés au fond des sièges avant enveloppants genre baquet. Malgré cette franche orientation sportive, on est surpris par le haut niveau d’équipement, digne d’une grande berline de prestige : multiples possibilités de réglage électrique des sièges, volumes et nombres des rangements satisfaisants (porte gobelets, vides poches, boîte à gants), écrans et cadrans bien positionnés et très lisibles, position optimale du GPS (incorporé au dessus de la planche de bord et amovible) et d'un usage convivial avec les commandes au volant. On déplore toutefois la position du levier du frein de parking, qui débrayé, reste très haut et quelque peu encombrant. Par ailleurs, la commande d’allumage des feux est cachée par le volant et comme il n’existe pas de témoin d’allumage, il faut y aller au contrôle à vue de l’interrupteur après une jolie contorsion, ce qui est regrettable à un tel niveau d’équipement ! Dans le même registre, il faut reprendre l’habitude de contrôler l’extinction des feux lorsque l’on quitte son véhicule car il n’y a pas d’avertisseur sonore moteur coupé et feux allumés ; gare aux pannes de batterie ! On trouve deux vraies places à l’arrière du véhicule, ce qui est appréciable. L’accessibilité à celles-ci est relativement aisée, car après basculement manuel des dossiers des sièges avant, une commande électrique permet d’avancer ceux-ci pour dégager le passage vers les places arrière. Enfin, les plastiques sont de bonne qualité et la finition intérieure soignée. L’éclairage de l’habitacle est satisfaisant. Sur notre exemplaire, un toit ouvrant était monté ; les commandes de celui-ci sont très accessibles avec deux possibilités, soit le coulissement vers l’arrière en ouverture à plat, soit le basculement vers le haut. L’état des lieux étant dressé, on peut maintenant refermer les deux larges portes dont les articulations et les joints autorisent une manipulation aisée et relativement cossue car assez peu sonore. Le deux litres à quatre cylindres en ligne turbo compressé se fait entendre, juste assez pour rassurer sur le tempérament sportif de la C30. Le moteur est monté en position transversale ; c’est une mécanique d’une très grande souplesse associée à une boîte à six rapports dont l’étagement est réussi. L’association fonctionne parfaitement. Les réponses du moteur sont très vives lorsqu’il est sollicité à bas ou à haut régime, la puissance étant toujours disponible avec une régularité qui témoigne d’une bonne gestion électronique ; on note toutefois un très léger temps de réponse du turbo compresseur à bas régime. Pour le reste, l’association moteur etboîte de la C30 est à la hauteur de toutes les situations - urbaines, avec des accélérations ponctuelles pour se placer dans le trafic - sur route, avec un bon étagement des rapports longs. Ces bonnes options de motorisation et de boîte sont servies par un châssis sportif très raide. Les suspensions prennent le relais avec un comportement ferme, l’ensemble garantissant une précision et une stabilité sans faille. La C30 a un comportement routier très agréable et sûr ; il est difficilement mis en défaut. Le corollaire de la fermeté des liaisons au sol est une réponse directe de la caisse sur des chaussées de qualité moyenne ; dans ces conditions, on ressent les déformations de la chaussée. On note toutefois que ce type de comportement routier est généralement peu dénoncé par les conducteurs en quête d’un véhicule à tempérament sportif. C’est l’option sportive qui prime. Cependant, même si la VOLVO C30 se range aisément dans la catégorie des pures sportives à tempérament dynamique, ses performances en termes de confort sont plus que correctes. L’habitacle bénéficie d’une bonne insonorisation globale. L’aérodynamique ayant été correctement traitée, on ne perçoit pas de sifflement persistant en vitesse de croisière sur route ou autoroute. Le train filtre correctement les petites ondulations de la chaussée, ce qui limite beaucoup le "bruit de roulement". Les vibrations de la colonne de direction sont très légèrement ressenties. La visibilité est bonne quasiment sous tous les angles. Concernant les angles morts, on est aidé par deux radars latéraux qui signalent avec deux voyants lumineux droit et gauche la présence des véhicules à proximité immédiate. C’est une aide très judicieuse et précieuse, d’autant que la C30 souffre tout de même d’une absence totale de visibilité en ¾ arrière ; il faudra se résoudre à abandonner le petit contrôle visuel par la vitre arrière latérale avant rabattement à droite et s’en remettre strictement à la fiabilité des radars latéraux ! mais ça marche fort bien !

Design

Force est de constater que la VOLVO C30 ne laisse pas indifférent. Ses lignes pures étirant des surfaces très harmonieuses attirent les regards et la curiosité des passants. Tout en affichant une élégance très raffinée, la C30 suggère dans ses lignes une réelle agressivité sportive. Il convient donc de dire que de ce point de vue, VOLVO a atteint son objectif de séduction. Cette allure générale est renforcée par une impression de qualité très favorable avec des jonctions d’éléments de carrosserie et d’équipements extérieurs très ajustés et de facture irréprochable. La seule ombre au tableau est l’absence de protections latérales sur les larges portières qui laisse craindre le pire dans les "portes contre portes" des parkings urbains… Nous avons apprécié l’implantation très réussie des blocs optiques avant, noyés dans un bouclier avant "soft nose" se prolongeant jusqu’au spoiler où sont implantés les feux antibrouillards. Les lignes du capot quasiment fondues au bouclier courent le long du côté de caisse pour venir dégager vers l’arrière de larges ailes renforçant ce caractère sportif du design. A l’arrière aussi, l’implantation des optiques est très réussie en remontant jusqu’au pavillon terminé par un aileron et avec une jonction fluide entre le bouclier et l’aile. Il reste que, si du point de vue esthétique, l’arrière de la C30 est très réussi, le design laisse peu de place au hayon tout en verre, qui par ses dimensions modestes exclut d’emblée les bagages encombrants ; j’ai dû me résoudre à laisser chez le marchand mon très joli tableau d’art indonésien…

Bienvenue à bord

D’entrée, l’ambiance s’impose. Les incrustations d’aluminium sur le volant et sur les accoudoirs, le tableau central fonctionnel et lisible appellent les rendez-vous de pur plaisir sur routes de campagnes sinueuses, calés au fond des sièges avant enveloppants genre baquet. Malgré cette franche orientation sportive, on est surpris par le haut niveau d’équipement, digne d’une grande berline de prestige : multiples possibilités de réglage électrique des sièges, volumes et nombres des rangements satisfaisants (porte gobelets, vides poches, boîte à gants), écrans et cadrans bien positionnés et très lisibles, position optimale du GPS (incorporé au dessus de la planche de bord et amovible) et d'un usage convivial avec les commandes au volant. On déplore toutefois la position du levier du frein de parking, qui débrayé, reste très haut et quelque peu encombrant. Par ailleurs, la commande d’allumage des feux est cachée par le volant et comme il n’existe pas de témoin d’allumage, il faut y aller au contrôle à vue de l’interrupteur après une jolie contorsion, ce qui est regrettable à un tel niveau d’équipement ! Dans le même registre, il faut reprendre l’habitude de contrôler l’extinction des feux lorsque l’on quitte son véhicule car il n’y a pas d’avertisseur sonore moteur coupé et feux allumés ; gare aux pannes de batterie ! On trouve deux vraies places à l’arrière du véhicule, ce qui est appréciable. L’accessibilité à celles-ci est relativement aisée, car après basculement manuel des dossiers des sièges avant, une commande électrique permet d’avancer ceux-ci pour dégager le passage vers les places arrière. Enfin, les plastiques sont de bonne qualité et la finition intérieure soignée. L’éclairage de l’habitacle est satisfaisant. Sur notre exemplaire, un toit ouvrant était monté ; les commandes de celui-ci sont très accessibles avec deux possibilités, soit le coulissement vers l’arrière en ouverture à plat, soit le basculement vers le haut. L’état des lieux étant dressé, on peut maintenant refermer les deux larges portes dont les articulations et les joints autorisent une manipulation aisée et relativement cossue car assez peu sonore.

En route !

Le deux litres à quatre cylindres en ligne turbo compressé se fait entendre, juste assez pour rassurer sur le tempérament sportif de la C30. Le moteur est monté en position transversale ; c’est une mécanique d’une très grande souplesse associée à une boîte à six rapports dont l’étagement est réussi. L’association fonctionne parfaitement. Les réponses du moteur sont très vives lorsqu’il est sollicité à bas ou à haut régime, la puissance étant toujours disponible avec une régularité qui témoigne d’une bonne gestion électronique ; on note toutefois un très léger temps de réponse du turbo compresseur à bas régime. Pour le reste, l’association moteur etboîte de la C30 est à la hauteur de toutes les situations - urbaines, avec des accélérations ponctuelles pour se placer dans le trafic - sur route, avec un bon étagement des rapports longs. Ces bonnes options de motorisation et de boîte sont servies par un châssis sportif très raide. Les suspensions prennent le relais avec un comportement ferme, l’ensemble garantissant une précision et une stabilité sans faille. La C30 a un comportement routier très agréable et sûr ; il est difficilement mis en défaut. Le corollaire de la fermeté des liaisons au sol est une réponse directe de la caisse sur des chaussées de qualité moyenne ; dans ces conditions, on ressent les déformations de la chaussée. On note toutefois que ce type de comportement routier est généralement peu dénoncé par les conducteurs en quête d’un véhicule à tempérament sportif.

Confort

C’est l’option sportive qui prime. Cependant, même si la VOLVO C30 se range aisément dans la catégorie des pures sportives à tempérament dynamique, ses performances en termes de confort sont plus que correctes. L’habitacle bénéficie d’une bonne insonorisation globale. L’aérodynamique ayant été correctement traitée, on ne perçoit pas de sifflement persistant en vitesse de croisière sur route ou autoroute. Le train filtre correctement les petites ondulations de la chaussée, ce qui limite beaucoup le "bruit de roulement". Les vibrations de la colonne de direction sont très légèrement ressenties. La visibilité est bonne quasiment sous tous les angles. Concernant les angles morts, on est aidé par deux radars latéraux qui signalent avec deux voyants lumineux droit et gauche la présence des véhicules à proximité immédiate. C’est une aide très judicieuse et précieuse, d’autant que la C30 souffre tout de même d’une absence totale de visibilité en ¾ arrière ; il faudra se résoudre à abandonner le petit contrôle visuel par la vitre arrière latérale avant rabattement à droite et s’en remettre strictement à la fiabilité des radars latéraux ! mais ça marche fort bien !

Au final VOLVO a très bien réussi son pari de créer un véhicule sportif et confortable intégrant un équipement de base pléthorique, le tout enrobé sous un design attrayant et original, à même de satisfaire une clientèle soucieuse de son image. Par ailleurs, la C30 2.0 D affiche de très bonnes qualités routières avec un tempérament sportif servi par le moteur deux litres diesel turbo compressé qui lui alloue d’entrée 136 chevaux avec un couple maxi de 32,6 mkg. Cette motorisation est relayée par une boîte six rapports ayant un étagement très réussi. Le bon confort acoustique, la finition soignée et fonctionnelle de l’habitacle rendent très agréable la conduite de la C30 2.0 D en conditions urbaines comme sur route.

Yves DELIN

2007-07-20