MAZDA 3 MPS

ESPACE SPORTIVE
  • Ligne réussie
  • Confort, suspension et tenue de route
  • Ambiance générale
  • Performances
  • Pertes de motricité
  • Roue de secours galette
  • Petites lacunes d’équipement
  • Consommation et émission CO2

Prix : 27 400 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres 16 soupapes injection directe turbo essence
Cylindrée 2261 cm³
Puissance maxi 260 ch à 5550 tr/min
Couple maxi 38.70 mkg à 3000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.44 m
Largeur 1.77 m
Hauteur 1.47 m

Poids

Total 1483 kg

Capacités

Coffre de 346 à 635 dm³
Réservoir 55 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 250 km/h
0 à 100 km/h 6.10 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 7.50
Urbaine 13.50
Mixte 9.70
Essai 0.00

Elle cache bien son jeu

Sous ses allures de berline compacte à peine rehaussée d’atours sportifs, il n’est pas évident au premier coup d’œil de reconnaître la MAZDA 3 MPS et donc de la classer dans les voitures à caractère sportif, sauf si vous la choisissez en livrée rouge ou claire. Les bas de caisse sont de dimension mesurée, le becquet de toit également. Seuls la prise d’air avant noire façon nid d’abeilles, le faux extracteur noir de bas de pare-chocs arrière et les jantes aluminium de 18 pouces démarquent ce modèle de ses sœurs plus civilisées. Le sigle MPS figure tout de même sur le hayon. Ceci étant, la ligne générale de la MAZDA 3 est très réussie et l’ensemble est homogène, attrayant et dynamique.

Sans en avoir l’air

Nous l’avons donc constaté, la MAZDA 3 MPS ne crie pas sa vocation sportive sur les toits. Bien que recélant un moteur turbocompressé, aucune écope n’est greffée sur le capot avant pour alimenter l’échangeur. Les éclairages, à l’avant comme à l’arrière, sont ronds et répartis dans de grands blocs de forme allongée. A l’arrière, le feu de brouillard, comme le feu de recul, sont relégués sur le hayon. La surface vitrée est conséquente, offrant ainsi une bonne vue à peine tronquée par les épais pieds aux angles arrière. Les rétroviseurs extérieurs sont de grande taille et assurent largement leur fonction. Si les flancs laissent apparaître de fines baguettes peintes, les pare-chocs sont exempts de toute protection. Point de serrure sur les portes, la carte main libre suffit. En cas de problème, seul le hayon est équipé d’une serrure… L’habitacle est, par opposition, traité d’une manière plus typée. L’ambiance sportive est de mise avec un volant cuir bien dimensionné, réglable en hauteur et en profondeur. Les cadrans mêlent les couleurs rouges et bleues, le pédalier est recouvert d’aluminium, et les sièges baquet mi-cuir siglés MPS assurent un très bon maintien et un bon confort. Au chapitre des équipements, ce modèle est doté d’un régulateur de vitesse, d’une radio CD Bose avec commandes au volant, de quatre vitres électriques à commande par impulsion, avec descente totale à l’arrière et d’un indicateur visuel et sonore d’oubli de bouclage des ceintures de sécurité. Au niveau des rangements, l’accent est mis sur la boîte à gants de grande capacité, s’ajoutant aux bacs de portes avant et arrière, à la pochette de dossier du siège passager et au coffret de console centrale. Par contre, la MAZDA se passe de phares au xénon, de GPS, de rétroviseur électrochrome, de radar de recul ou encore d'essuie-glace de hayon couplé à la marche arrière. Le moteur 2.3 turbo de la MPS équipe déjà la MAZDA 6, couplé à une transmission intégrale. Malheureusement, cette transmission n’est pas reconduite sur la MAZDA 3 et malgré l’adoption d’un différentiel à glissement limité, la motricité passant par les seules roues avant est mise à mal sur route sinueuse ou dégradée. La vigilance et la concentration sont donc de mise en cas d’accélération franche. Ceci étant, le confort général est excellent et les défauts de revêtement sont bien filtrés. La tenue de route est d’un très bon niveau, le freinage est bien dimensionné et efficace. Le travail sur l’échappement est réussi, avec une sortie de gros diamètre émettant une sonorité agréablement sourde. Les occupants apprécient le maintien et le confort des sièges, particulièrement à l’avant. A l’arrière, deux passagers voyageront dans de très bonnes conditions, le troisième passager devant rester épisodique, car il a pour dossier l’accoudoir central relevé, assez inconfortable. Les bagages sont correctement accueillis dans un coffre de bonne contenance aux formes régulières. Par contre, gare aux crevaisons, car la roue de secours placée sous le plancher de coffre n’est qu’une galette, indigne d’une telle version.

Mais tout de même

L’habitacle est, par opposition, traité d’une manière plus typée. L’ambiance sportive est de mise avec un volant cuir bien dimensionné, réglable en hauteur et en profondeur. Les cadrans mêlent les couleurs rouges et bleues, le pédalier est recouvert d’aluminium, et les sièges baquet mi-cuir siglés MPS assurent un très bon maintien et un bon confort. Au chapitre des équipements, ce modèle est doté d’un régulateur de vitesse, d’une radio CD Bose avec commandes au volant, de quatre vitres électriques à commande par impulsion, avec descente totale à l’arrière et d’un indicateur visuel et sonore d’oubli de bouclage des ceintures de sécurité. Au niveau des rangements, l’accent est mis sur la boîte à gants de grande capacité, s’ajoutant aux bacs de portes avant et arrière, à la pochette de dossier du siège passager et au coffret de console centrale. Par contre, la MAZDA se passe de phares au xénon, de GPS, de rétroviseur électrochrome, de radar de recul ou encore d'essuie-glace de hayon couplé à la marche arrière.

Et le ramage

Le moteur 2.3 turbo de la MPS équipe déjà la MAZDA 6, couplé à une transmission intégrale. Malheureusement, cette transmission n’est pas reconduite sur la MAZDA 3 et malgré l’adoption d’un différentiel à glissement limité, la motricité passant par les seules roues avant est mise à mal sur route sinueuse ou dégradée. La vigilance et la concentration sont donc de mise en cas d’accélération franche. Ceci étant, le confort général est excellent et les défauts de revêtement sont bien filtrés. La tenue de route est d’un très bon niveau, le freinage est bien dimensionné et efficace. Le travail sur l’échappement est réussi, avec une sortie de gros diamètre émettant une sonorité agréablement sourde. Les occupants apprécient le maintien et le confort des sièges, particulièrement à l’avant. A l’arrière, deux passagers voyageront dans de très bonnes conditions, le troisième passager devant rester épisodique, car il a pour dossier l’accoudoir central relevé, assez inconfortable. Les bagages sont correctement accueillis dans un coffre de bonne contenance aux formes régulières. Par contre, gare aux crevaisons, car la roue de secours placée sous le plancher de coffre n’est qu’une galette, indigne d’une telle version.

Globalement attachante Dans sa livrée rouge, soulignée de noir, la MAZDA 3 MPS est une belle voiture, avec une ligne réussie, dynamique et agréable à regarder. Elle répond à toutes les humeurs de son conducteur, sachant se montrer tranquille, prête à se réveiller si le besoin s’en fait sentir. Son silence et sa souplesse d’utilisation, son confort, son freinage et sa tenue de route sont autant de points qui la feront apprécier au client qui n’est pas un sportif exclusif dans l’âme. Les taxes venant maintenant pénaliser la belle, il reste le plaisir, mais peut-on encore trouver du plaisir sur la route ?

Jacques FORGE

2008-02-25