FORD Focus Titanium 2.0 TDCi 136 ch 3 portes

ESPACE COMPACTE
  • Comportement routier
  • Ligne
  • Equipement
  • Vivacité du moteur
  • Sièges un peu raides
  • Visibilité arrière restreinte
  • Rétroviseur intérieur trop sombre

Prix : 22 650 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres en ligne - 16 soupapes turbo diesel à injection directe à rampe commune
Cylindrée 1997 cm³
Puissance maxi 136 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 32.10 mkg à 2000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.34 m
Largeur 2.01 m
Hauteur 1.45 m

Poids

Total 1390 kg

Capacités

Coffre de 385 à 1258 dm³
Réservoir 55 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 203 km/h
0 à 100 km/h 9.40 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.50
Urbaine 7.00
Mixte 5.50
Essai 6.70

La Focus acidulée au goût "Kinetic"

Fort d’un succès commercial reconnu et mérité (cinq millions de Focus vendue en Europe) depuis 1998, FORD a décidé d’effectuer un restylage majeur de sa Focus en s’appuyant sur le "Kinetic Design", qui selon FORD, est un design qui reproduit le mouvement. Bien entendu, ce restylage se devait d’apporter une nouvelle vie à la Focus dans ce créneau des berlines compactes très concurrentiel, mais il fallait que les qualités dynamiques reconnues de la Focus soient conservées voir améliorées. C’est ce à quoi nous nous sommes attachés au cours de cet essai pour lequel nous avons pris la route vers la région Nord mise en valeur en ce moment par le film "Bienvenue chez les ch’tis".

Une nouvelle ligne plus étirée

La Focus est la FORD la plus vendue en Europe et la première génération date de 1998. Dix ans après, FORD en a effectué le restylage de la deuxième génération. Sur une voiture qui est le fer de lance de la marque, il fallait donc qu'il soit réussi afin de fidéliser les aficionados de la Focus et convaincre de nouveaux clients. Si on s’appuie sur l’évolution esthétique, le pari est plutôt réussi. On constate que la ligne de la Focus a évolué vers un style plus séduisant. Hormis le toit, toute la structure a été repensée. Cette Focus dispose ainsi d’un nouveau capot moteur, d’une nouvelle calandre en trapèze dans le nouvel esprit inculqué par la Mondéo, de nouveaux projecteurs, d’un hayon et d’une lunette redessinés. Concernant ces derniers éléments, nous avons identifié un choix de style donnant extérieurement une réelle impression de ligne fuyante bien mise en valeur par une nervure qui parcourt les flancs du véhicule. Cette FORD Focus est séduisante. La force des designers a été de conserver la ligne générale qui permet de reconnaître le style Focus. En effet, la partie arrière a très peu évolué comme par exemple les feux arrière disposés le long du hayon tout en adoptant assez de nouveautés pour donner l’impression de conduire un nouveau véhicule du géant américain. Les dimensions sont quasiment inchangées avec une longueur de 4,34 mètres, une largeur de 2,01 mètres et un empattement de 2,64 mètres. Une fois à bord de cette Focus, on ressent que le style intérieur a été soigné afin d’obtenir un espace convivial et plus confortable. Les matériaux sont de bonne facture. La planche de bord et l’habillage supérieur des portes sont faits d’un nouveau matériau souple et grené. L’instrumentation est bien dessinée, on y retrouve les informations d’une couleur à dominante rouge, lisibles dès le premier coup d’œil. Le volant trois branches dispose de nombreuses commandes. Les habitués de FORD ne seront pas dépaysés. La version Titanium essayée disposait d'un surcroit d’options. Il nous est impossible de toutes les énumérer mais nous parlerons des plus intéressantes. Tout d’abord la console centrale accueille en son milieu un ensemble multimédia et navigation des plus agréables mais proposé tout de même à 2.150 €. Ce système très convivial avec un écran large, peut presque s’utiliser sans avoir à ouvrir le manuel et vous guide agréablement sur les routes de France. On retiendra également les phares à allumage automatique, le toit ouvrant, le rétroviseur électrochromique très sombre selon nous, le pédalier ajustable électriquement ce qui est assez bluffant et parfait pour peaufiner si nécessaire la position de conduite mais aussi l’aide au stationnement arrière et le toit électrique, soit au final près de 6.000 € d’options. Côté habitabilité, on reste dans la norme des berlines compactes, c’est à dire un bon espace pour les passagers avant et un espace suffisant pour trois adultes de gabarit standard à l'arrière. Nous mettrons cependant un petit bémol lié à la largeur de la console centrale qui, pour des conducteurs de grand gabarit, crée une gêne du côté de la pédale d’accélérateur. Les sièges en cuir de type sport disposent d’un maintien ferme voire trop ferme, surtout sur un long trajet. Dans cette version à trois portes, les sièges avant basculent facilement laissant un espace suffisant pour que les passagers s’installent sans difficulté à l’arrière. Il est même facile d’installer un bébé dans un siège auto sans devoir se contorsionner. Le coffre est spacieux pour la catégorie avec un volume de 385 dm3. La FORD Focus présente une des gammes les plus larges concernant le choix de motorisation puisqu’il existe plus de onze possibilités. En ce qui concerne la France, huit versions sont disponibles : quatre en essence (allant de 80 à 145 chevaux) et quatre en diesel (allant de 90 à 136 chevaux). Cependant, si la nouveauté prévaut dans le style et les options, côté motorisations, rien n’a changé avec l’apparition de la Ford Focus phase II. Pour notre essai, nous avons disposé de la plus grosse motorisation diesel représentée par le moteur diesel Duratorq TDCi de 2,0 litres développant 136 chevaux (moteur très présent également sur de nombreux véhicules du groupe PSA). Disons-le clairement, si vous recherchez un moteur "généreux" tout en ne dérogeant pas au fait de rouler au gazole, ce moteur est fait pour vous. Le couple de 320 Nm à 2.000 tr/mn propulse la Focus avec vigueur. Vous aurez en toutes circonstances une belle réserve de puissance vous permettant, si vous le souhaitez, d'avoir un niveau de reprise nécessaire pour une conduite sportive. La relative sonorité du moteur est bien calfeutrée par l’habitacle du véhicule. La boîte de vitesses à six rapports, très précise, permet notamment sur autoroute de maintenir la consommation à un niveau raisonnable. Nous avons mesuré une moyenne de 6,7 litres aux cent kilomètres sur un parcours de 500 kilomètres, ce qui, somme toute, est très correct au vu de la cylindrée du moteur. Les qualités dynamiques de la Focus sont une nouvelle fois mises en valeur. Le train avant, les trains roulants et la très bonne direction électro/hydraulique concourent à une prise en main facile du véhicule et a continué de perpétuer l’excellent dynamisme qui a fait depuis longtemps la renommée de la Focus. Les pneus 205/50 montés sur les sémillantes jantes multi-branches 17’’ semblent compléter efficacement cet ensemble mécanique convaincant pour une berline compacte. Nous n’avons pas pu disposer de la nouvelle transmission à double embrayage baptisée "Powershift".

Une mécanique éprouvée et toujours irréprochable

La FORD Focus présente une des gammes les plus larges concernant le choix de motorisation puisqu’il existe plus de onze possibilités. En ce qui concerne la France, huit versions sont disponibles : quatre en essence (allant de 80 à 145 chevaux) et quatre en diesel (allant de 90 à 136 chevaux). Cependant, si la nouveauté prévaut dans le style et les options, côté motorisations, rien n’a changé avec l’apparition de la Ford Focus phase II. Pour notre essai, nous avons disposé de la plus grosse motorisation diesel représentée par le moteur diesel Duratorq TDCi de 2,0 litres développant 136 chevaux (moteur très présent également sur de nombreux véhicules du groupe PSA). Disons-le clairement, si vous recherchez un moteur "généreux" tout en ne dérogeant pas au fait de rouler au gazole, ce moteur est fait pour vous. Le couple de 320 Nm à 2.000 tr/mn propulse la Focus avec vigueur. Vous aurez en toutes circonstances une belle réserve de puissance vous permettant, si vous le souhaitez, d'avoir un niveau de reprise nécessaire pour une conduite sportive. La relative sonorité du moteur est bien calfeutrée par l’habitacle du véhicule. La boîte de vitesses à six rapports, très précise, permet notamment sur autoroute de maintenir la consommation à un niveau raisonnable. Nous avons mesuré une moyenne de 6,7 litres aux cent kilomètres sur un parcours de 500 kilomètres, ce qui, somme toute, est très correct au vu de la cylindrée du moteur. Les qualités dynamiques de la Focus sont une nouvelle fois mises en valeur. Le train avant, les trains roulants et la très bonne direction électro/hydraulique concourent à une prise en main facile du véhicule et a continué de perpétuer l’excellent dynamisme qui a fait depuis longtemps la renommée de la Focus. Les pneus 205/50 montés sur les sémillantes jantes multi-branches 17’’ semblent compléter efficacement cet ensemble mécanique convaincant pour une berline compacte. Nous n’avons pas pu disposer de la nouvelle transmission à double embrayage baptisée "Powershift".

Cette nouvelle FORD Focus phase II reste fidèle à ce qui a déjà fait son succès. La nouvelle ligne de cette Focus est très séduisante, seul le toit n’a pas été retouché, tout le reste est passé sous la houlette du "Kinetic Design". Ce pari risqué pour FORD est à nos yeux réussi. FORD a su gommer la banalité de la version précédente tout en conservant une ligne qui permet de reconnaître le style Focus qui avait su séduire le public français lors de la présentation de ce véhicule. On notera également qu’en matière d’équipement de série (par exemple l'ESP) et même d’option, cette Focus propose une offre alléchante et souvent novatrice (nous avons testé, par exemple, le nouveau système Easy fuel, très efficace, qui évite de mettre de l’essence au lieu du gazole dans la trappe à carburant). Sur le créneau très concurrentiel des berlines moyennes (1/3 du marché), la Focus restylée devrait convaincre les fidèles de la marque mais pourrait aussi séduire une nouvelle niche de clients à la recherche d’un véhicule aux qualités mécaniques reconnues. Dans ce segment les concurrentes nouvellement arrivées (PEUGEOT 308, FIAT Bravo) et celles à venir (VOLKWAGEN Golf VI et RENAULT Mégane) pourront talonner la FORD Focus de près. Mais FORD a particulièrement fait attention à ce que les prix de base de cette Focus se situent, à équipements équivalents, légèrement en dessous de ceux de la concurrence. Cet avantage pourrait aider la Focus à rester parmi les leaders de sa catégorie.

Harry ANDRE

2008-05-01