FIAT Fiorino Qubo 1.3 Multijet

ESPACE LUDOSPACE
  • Volume / compacité
  • Look
  • Manque de rangements à l'arrière
  • Finition

Prix : de 12 990 € à 16 090 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes turbo diesel injection directe rampe commune
Cylindrée 1248 cm³
Puissance maxi 75 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 19.40 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 3.96 m
Largeur 1.71 m
Hauteur 1.74 m

Poids

Total 1275 kg

Capacités

Coffre de 329 à 0 dm³
Réservoir 45 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 155 km/h
0 à 100 km/h 16.50 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 3.80
Urbaine 5.70
Mixte 4.50
Essai 0.00

Ludique cube

La mode automobile est un éternel recommencement. Dès qu'un segment est renouvelé, ledit segment prend de la longueur, laissant un peu de vide derrière lui, vide qu'il s'agit de combler hardiment. Les "ludospaces" n'ont pas dérogé à cette loi que ce soit chez PSA ou RENAULT. Du côté de FIAT, on s'est penché sur le problème et trouvé une réponse qui reprend un nom déjà bien connu de la Marque : Fiorino. Certes, il est d'abord utilitaire mais, dans notre cas et c'est une première, il se présente sous une forme et une version complètement familiale. Le Qubo est né.

Mètres cube

Le Fiorino est conçu en partenariat avec PSA comme ses plus grands frères Scudo et Ducato. Il roule déjà sous sa forme utilitaire tôlée mais il est le premier des trois à se décliner en version ludique à part entière. Souvenez-vous du salon de Genève, le Fiorino arborait des couleurs vives orange ou verte, donnant déjà le ton. Le Qubo a gardé les mêmes teintes et le vert pomme de notre Fiorino d'essai est conforme à l'esprit de la voiture. L'aspect utilitaire est gommé. La base est celle de la Grande Punto avec laquelle il partage la plate-forme et particulièrement la longueur (3,96 mètres), bien que la compacte soit plus longue de six centimètres. Comme son nom italien l'indique, le Qubo revendique sa forme plutôt cubique avec quelques modestes arrondis pour adoucir les angles. Et vu que le FIAT est haut (1,735 mètre), on déduit qu'on peut en mettre des affaires dans ce petit ludospace. Le grand hayon (attention à la distance arrière pour son débattement) s'ouvre sur un volume de 329 litres sous tablette. Le seuil bas facilite le chargement. La modularité ultra classique des sièges arrière complète le volume jusqu'à 2.500 litres en rabattant la banquette (en 2/3 - 1/3). C'est limpide, la force du Fiorino Qubo est de proposer un immense volume dans une petite taille. Restons dans le domaine de la famille qui est logiquement la cible visée, pour accéder aux places arrière. Le Qubo dispose de deux portes arrière coulissantes comme sur un monospace, de série quel que soit le niveau de finition. L'habitabilité est grandement suffisante avec une réelle garde au toit et une bonne impression de voir la route par dessus les passagers avant. Le côté monospace du Qubo se perd dans les rangements. Dommage, FIAT n'a prévu ni de poches aumônières dans les dossiers des sièges avant, ni de compartiments type aviation au niveau du toit (toujours pour les passagers arrière), ni de banquette coulissante. Dans les deux premiers cas, il y avait la place de les installer sans pour autant grever le prix. Il faudra juste se contenter des petits bacs de rangement dans les portes. A l'avant, les passagers sont mieux lotis puisqu'ils disposent en plus d'un mini rangement entre les sièges et surtout d'un fourre-tout au dessus de la planche de bord. Le Fiorino Qubo est seul sur le marché avec des dimensions aussi réduites. Il est plus court de 29 centimètres que son grand frère Doblo. Le nouveau FIAT affiche un look de monospace dans l'esprit inauguré par le premier Berlingo. Dans notre cas, la troisième vitre latérale, à la découpe "fun" en continuité de celles des portières, fait carrément oublier la parenté utilitaire du véhicule. Le colossal bouclier proéminent fait atténuer sa taille par sa teinte à la couleur de la carrosserie quelle que soit la finition. Le hayon est rehaussé d'un bandeau noir horizontal et arbore une découpe de vitre qui laisse place à un rond central encadrant le logo. Le petit essuie vitre arrière est relégué sur un côté et ne nettoie qu'une mince partie de la glace. Puisqu'on en est au style, pour agrémenter le look de votre Qubo, il est possible d'investir dans les options comme les "barres de toit" à 200 € ou les jantes en alliage (très belles) à 400 €. D'ailleurs, il mieux vaut prendre le pack "Design" à 500 € qui les regroupe et ajoute le radar de recul. La position de conduite, en hauteur, est reposante par la taille de l'assise, pas raccourcie pour gagner quelques centimètres de fausse habitabilité. Le conducteur de FIAT Grande Punto ne sera pas dépaysé puisque le Qubo en reprend le combiné des compteurs, les commodos, la radio et les commandes de chauffage. La finition est plus à rapprocher de celle d'un utilitaire que d'une berline, à en juger par la faiblesse du couvercle de boîte à gants à se fermer correctement ou l'impression de fragilité de la tablette arrière. Les deux moteurs du Fiorino sont puisés dans la banque du groupe. Le premier des deux n'est vraiment pas une surprise puisqu'il s'agit du toujours efficace 1.3 litre turbo diesel Multijet. Toujours sobre, économique et écologique, le petit diesel fait profiter de ses 75 chevaux et de son bonus de 700 €. Pour 1.900 € de moins, mais avec un malus de 200 €, le second moteur est le 1.4 essence de 73 chevaux. La boîte Dualogic sera, à la rentrée, proposée en option sur cette version. La gamme est relativement simple avec deux niveaux par moteur "Team" et "Dynamic". Le premier niveau vise l'économie avec pour seules fantaisies les boucliers et rétroviseurs peints et pour agrément la fermeture centralisée avec verrouillage automatique dès 5 km/h. Pour 1.200 € de plus, la finition haute ajoute notamment la radio MP3, la climatisation manuelle et les rétroviseurs électriques et chauffants. Parmi les options, le Qubo a, comme les autres FIAT, droit au système maison "Blue & Me" qui, par les commandes au volant (cuir) permet de rester connecté avec son MP3 ou son téléphone "Bluetooth".

Cubiste

Le Fiorino Qubo est seul sur le marché avec des dimensions aussi réduites. Il est plus court de 29 centimètres que son grand frère Doblo. Le nouveau FIAT affiche un look de monospace dans l'esprit inauguré par le premier Berlingo. Dans notre cas, la troisième vitre latérale, à la découpe "fun" en continuité de celles des portières, fait carrément oublier la parenté utilitaire du véhicule. Le colossal bouclier proéminent fait atténuer sa taille par sa teinte à la couleur de la carrosserie quelle que soit la finition. Le hayon est rehaussé d'un bandeau noir horizontal et arbore une découpe de vitre qui laisse place à un rond central encadrant le logo. Le petit essuie vitre arrière est relégué sur un côté et ne nettoie qu'une mince partie de la glace. Puisqu'on en est au style, pour agrémenter le look de votre Qubo, il est possible d'investir dans les options comme les "barres de toit" à 200 € ou les jantes en alliage (très belles) à 400 €. D'ailleurs, il mieux vaut prendre le pack "Design" à 500 € qui les regroupe et ajoute le radar de recul.

Centimètres cube

La position de conduite, en hauteur, est reposante par la taille de l'assise, pas raccourcie pour gagner quelques centimètres de fausse habitabilité. Le conducteur de FIAT Grande Punto ne sera pas dépaysé puisque le Qubo en reprend le combiné des compteurs, les commodos, la radio et les commandes de chauffage. La finition est plus à rapprocher de celle d'un utilitaire que d'une berline, à en juger par la faiblesse du couvercle de boîte à gants à se fermer correctement ou l'impression de fragilité de la tablette arrière. Les deux moteurs du Fiorino sont puisés dans la banque du groupe. Le premier des deux n'est vraiment pas une surprise puisqu'il s'agit du toujours efficace 1.3 litre turbo diesel Multijet. Toujours sobre, économique et écologique, le petit diesel fait profiter de ses 75 chevaux et de son bonus de 700 €. Pour 1.900 € de moins, mais avec un malus de 200 €, le second moteur est le 1.4 essence de 73 chevaux. La boîte Dualogic sera, à la rentrée, proposée en option sur cette version. La gamme est relativement simple avec deux niveaux par moteur "Team" et "Dynamic". Le premier niveau vise l'économie avec pour seules fantaisies les boucliers et rétroviseurs peints et pour agrément la fermeture centralisée avec verrouillage automatique dès 5 km/h. Pour 1.200 € de plus, la finition haute ajoute notamment la radio MP3, la climatisation manuelle et les rétroviseurs électriques et chauffants. Parmi les options, le Qubo a, comme les autres FIAT, droit au système maison "Blue & Me" qui, par les commandes au volant (cuir) permet de rester connecté avec son MP3 ou son téléphone "Bluetooth".

Plus logeable qu'un petit break et plus monospace qu'une compacte, le FIAT Fiorino Qubo offre à la fois la compacité (moins de quatre mètres) et le volume (jusqu'à 2,5 m3). Après les grands frères "ludospaces", FIAT ouvre le segment des mini-véhicules de ce type, toutes les niches étant bonnes à prendre. La version civile, dotée d'un look et de couleurs spécifiques, offre de l'espace et de l'économie puisque la motorisation diesel est assurée par l'infatigable 1.3 Multijet. Soyons indulgent avec la finition plus utilitaire et pratique et apprécions le prix mesuré associé à la garantie de 2 ans…

Philippe NIOLLET

2008-07-25