ALFA ROMEO Gamme 2008

ESPACE GAMME

Prix : Non communiqué

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type nc
Cylindrée 0 cm³
Puissance maxi 0 ch à 0 tr/min
Couple maxi 0.00 mkg à 0.00 tr/min

Dimensions

Longueur 0.00 m
Largeur 0.00 m
Hauteur 0.00 m

Poids

Total 0 kg

Capacités

Coffre de 0 à 0 dm³
Réservoir 0 L
Nb de places 0

Performances

Vitesse maxi 0 km/h
0 à 100 km/h 0.00 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 0.00
Urbaine 0.00
Mixte 0.00
Essai 0.00

En attendant Mi.To

ALFA ROMEO a commercialisé en juin sur le marché français les différentes nouveautés présentées au dernier salon de Genève. Il n’y a pour le moment pas de nouveau modèle à proprement parler mais plutôt des optimisations et nouveautés techniques sous les capots. A signaler également une refonte de l’organisation des gammes et des tarifs, et l’apparition de séries limités plutôt alléchantes pour dire au revoir à miss 147.

159 & Sport Wagon : chic et sport

La gamme 159 reçoit diverses évolutions afin de pérenniser le succès de cette berline et ce break racés et typés du segment moyen supérieur. Les ventes équilibrées entre les deux modèles sont maintenant principalement obtenues en diesel (96%) et avec une proportion non négligeable de 20% pour les transmissions automatiques Selespeed ou Qtronic. Tout d’abord la structure de la voiture a été allégée en moyenne de 44 kg. Ceci a été obtenu par l’utilisation judicieuse de matériaux plus nobles (par exemple de l’aluminium sur les montants de suspensions et les étriers de freins avant), ainsi que par l’optimisation de la structure de la caisse ou des jantes en alliage. On ne peut cependant quantifier l’effet forcément positif de cet allègement sur la consommation ou les rejets des véhicules, le but recherché par ALFA ROMEO étant avant tout les sensations de conduite sportive. Sur le plan mécanique, le V6 de 3,2 litres développant 260 chevaux est désormais disponible en version 2 roues motrices, et non plus seulement en traction intégrale Q4 qui reste cependant au catalogue. Côté design, la ligne magnifique est légèrement retouchée à l’extérieur par de nouvelles jantes alliage et trois nouvelles teintes spécifiques de caisse. A l’intérieur, on notera un nouveau design des compteurs et de nouveaux sièges retravaillés pour un encombrement réduit, afin de gagner en maintien et en habitabilité. La modification la plus importante de cette gamme 159 repose cependant sur le réarrangement de l’offre commerciale par la définition de trois niveaux d’équipement et de deux "lignes" de finition parallèles. Après une finition de base dénommée "159", le client aura ainsi le choix pour chaque niveau entre un typage luxe avec les finitions "Distinctive" puis "Selective", ou bien au même tarif, la ligne sport avec les finitions "Sport" puis "TI". Cette finition Sport constitue la vraie nouveauté 2008 de cette gamme. Elle se distingue du niveau Distinctive par des jantes en alliage de 17 pouces, une ambiance intérieure noire en tissu sport et une console centrale en aluminium anodisé. On notera la sellerie cuir en série sur les niveaux supérieurs (Selective et TI) ainsi que les magnifiques jantes en alliage de 19 pouces de la finition TI qui est également agrémentée de jupes latérales. Enfin, un système de surveillance de la pression des pneus TPMS est maintenant proposé en option sur toute la gamme, comme l’airbag genoux passager. Ce n’est pas encore le chant du cygne pour la berline moyenne de la gamme ALFA, dont le pouvoir de séduction demeure intact et dont "l'italianité" est encore soulignée par deux séries spéciales empruntant les patronymes de célèbres marques transalpines de motocyclettes et de lunettes de soleil. Lancée dans le but de célébrer le partenariat entre ALFA ROMEO et DUCATI, célèbre marque bolognaise de motos rouges, et surtout la victoire en 2007 de Casey Stoner au championnat du monde des pilotes de moto Grand Prix sur DUCATI GP500, la 147 "DUCATI Corse" est une série limitée à 1.000 exemplaires dans le monde. Cette dénomination est le patronyme du département compétition de la marque, comme l’est par exemple la Scuderia FERRARI. A voir la dotation de cette belle italienne, on peut penser que les 250 exemplaires prévus pour la France vont s’arracher. Outre une personnalisation DUCATI Corse dans le moindre détail - sellerie spécifique, volant cuir avec surpiqûres rouges, logo sur tableau de bord, seuils de portes, personnalisation de carrosserie - cette voiture présente des équipements spécifiques comme de très belles jantes de 18 pouces inspirées de celles des motos, une calandre et des coques de rétroviseur à effet aluminium satiné, un becquet arrière et une sortie d’échappement chromée. Ainsi équipée et disponible en seulement deux couleurs, le rosso Giulietta ou le nero Etna, miss 147 ne donne pas trop dans le tuning à outrance, avec juste ce qu’il faut de m’as-tu-vu pour être à la hauteur du nom qu’elle arbore. Le plumage ne faisant pas tout, cette belle italienne se muscle d’une évolution à 170 chevaux du moteur turbo diesel 1.9 JTDm avec overboost du turbo pour les phases d’accélération. Le motard averti remarquera juste que DUCATI est célèbre pour ses moteurs essence bicylindres en L à distribution desmodromique (une came en fourchette relève la soupape) au couple de dragster, et que cette voiture n’est proposée qu’avec un quatre cylindres, mazout de surcroit. Cependant, avec ses 33,6 mkg de couple c’était peut-être la solution la plus évidente pour tenter de reproduire sur une voiture le fameux "coup de pied au c…" des belles de Bologne. La deuxième signature de ces motos est une tenue de route légendaire grâce à un cadre treillis très rigide et léger. Miss 147 ne propose pas ici de renforcement du châssis avec des tubes, trop "racing" et coûteux sans doute, mais un nouveau différentiel avant appelé Q2, dérivé d’un système TORSEN, qui transfère automatiquement la motricité à la roue la plus chargée, et donc adhérant le mieux. Ce système mécanique, associé au contrôle de stabilité électronique, est sensé améliorer la motricité en conditions d’adhérence difficile ou en sortie de virage serré. Beaucoup plus discrète que sa consœur, l’ALFA 147 "PERSOL" n’en est pas moins aussi rare puisqu’elle sera limitée à 500 exemplaires en France, quasiment déjà tous vendus. Fruit de l’association avec un célèbre lunetier transalpin, symbole du chic, de la discrétion et du raffinement à l’italienne, cette voiture est à l’exact opposé de la 147 DUCATI puisque la personnalisation est ici surtout tournée vers l’intérieur du véhicule. Hormis de très belles jantes spécifiques de 17 pouces, ce qui semble être maintenant une habitude chez ALFA ROMEO dès qu’il s’agit de différentier un modèle, la 147 PERSOL propose un volant cuir, la climatisation automatique à réglages séparés, un autoradio avec six haut-parleurs, le contrôle de stabilité et le régulateur de vitesse. On regrettera juste le revêtement "Alfatex" des sièges, pour lesquels on eût préféré du cuir sombre. Ceci n’était sans doute pas compatible avec une offre élargie à l’ensemble des moteurs de la gamme, qui va ainsi du petit 1,6 litre de 105 chevaux au 1.9 JTDm de 150 chevaux, d’autant plus que cette sellerie représente déjà une montée en gamme. Cette série PERSOL ressemble donc plus à un niveau de finition spécifique qu’à une véritable série limitée signée comme celle présentée plus haut. On appréciera cependant son charme et son élégance et, comble du chic, une paire de lunettes vous sera offerte pour tout achat. Argument décisif auprès de certains, n’en doutons pas Comme les 159 et Sport Wagon, les Brera et Spider voient leurs finitions simplifiées et leur offre de moteurs et de transmissions élargie. Trois nouveaux jeux de jantes font également leur apparition, ainsi que de nouveaux dessins de sièges et un système de navigation un peu plus convivial. La structure de ces voitures a également été allégée et le V6 3,2 litres de 260 chevaux est, là aussi, disponible en version deux roues motrices. Alors simple copier/coller des évolutions de la gamme 159 ? Pas seulement… L’affriolant cabriolet Spider est désormais également disponible avec le turbo diesel 2.4 JTDm de 210 chevaux, mais seulement en boîte mécanique. L’intéressante boîte six vitesses Qtronic avec palettes au volant n’est en effet disponible sur les deux véhicules qu’avec la version "détarée" à 200 chevaux. Problème de couple maxi ou de mise au point ? On voit qu’ALFA ROMEO peut encore pousser la rationalisation de ses organes mécaniques. Enfin, la gamme s’enrichit en équipements, avec en particulier des jantes 17 pouces pour tout le monde, le régulateur de vitesse ou le très utile filet anti-remous WindStop sur le Spider. On passera sur les rétroviseurs rabattables électriquement, les commandes de l’autoradio au volant et la désactivation de l’airbag passager ; ces fonctionnalités font maintenant partie du lot de base à ce niveau de gamme. L’enrichissement est plus flagrant sur les versions V6 essence à injection directe "JTS", qui reçoivent la sellerie cuir et les projecteurs bi-xénon avec lave-phares. C’est d’ailleurs dans cette version que la Brera se montre la plus envoutante, malgré une motricité un peu limite pour la puissance du moteur en deux roues motrices. Il n’y a pas de grande nouveauté dans la gamme de ce coupé cinq places haut de gamme. L’Alfa GT a en effet été homologuée pour 5 personnes à bord, ce qui justifie (pour combien de temps encore ?) son positionnement dans la gamme en parallèle de la Brera. Il est à noter cependant l’apparition d’une version "Sport Q2" avec le moteur turbo diesel JTDm de 170 chevaux, qui se distingue par une personnalisation de l’habitacle, des jantes spécifiques et l’adoption du système de différentiel avant Q2, déjà décrit pour la 147 DUCATI. Elle reprend également à cette dernière la signature de la calandre et des coques de rétroviseurs en aluminium satiné. Ce moteur de 170 chevaux est également disponible en finition haut de gamme Selective plus typée confort, avec un système audio BOSE, une alarme, la sellerie cuir et des jantes alliage de 17 pouces. Après ASTON MARTIN et son "Power, Beauty and Soul", ALFA ROMEO vient également de céder aux sirènes des créatifs des agences de communication et définit son identité de marque future au moyen de mots clés évocateurs. Les nouveaux modèles ALFA feront ainsi preuve de Courage en étant décalés du marché (par exemple en continuant à revendiquer une conduite sportive en pleine mode écolo). Ils seront Agiles par leur rapport poids/puissance contrôlé, auront un design Sensuel et intégreront une Technologie qui se veut d’avant-garde. Tout ceci semble alléchant et l’acronyme C.A.S.T. ainsi formé contribuera certainement à l’élargissement de la grande famille des passionnés ALFA au-delà du macho latin traditionnel. Associés à cette nouvelle image de marque, les objectifs de vente annuels fixés à 160.000 véhicules par an peuvent sembler peu élevés par rapport à d’autres constructeurs spécialisés comme par exemple VOLVO (450.000 voitures par an) mais plus proches d’un constructeur de niche comme SAAB qui a fait 163.000 ventes en 2006. Ceci confirmerait donc le positionnement d’ALFA comme marque sportive généraliste haut de gamme au sein du groupe FIAT, sans bien sûr venir inquiéter les ténors de la catégorie supérieure comme FERRARI ou MASERATI. Enfin ALFA ROMEO lance cette année une campagne de financement en LOA dite "Premium" sur l’ensemble de sa gamme, pour une durée de 12 à 36 mois, destinée principalement aux particuliers et professions libérales. Ces contrats incluent l’entretien et une assistance 24h/24. Le choix est limité pour chaque véhicule aux versions et options les plus revendables, mais le mix proposé est intéressant.

147 : Ciao bella !

Ce n’est pas encore le chant du cygne pour la berline moyenne de la gamme ALFA, dont le pouvoir de séduction demeure intact et dont "l'italianité" est encore soulignée par deux séries spéciales empruntant les patronymes de célèbres marques transalpines de motocyclettes et de lunettes de soleil. Lancée dans le but de célébrer le partenariat entre ALFA ROMEO et DUCATI, célèbre marque bolognaise de motos rouges, et surtout la victoire en 2007 de Casey Stoner au championnat du monde des pilotes de moto Grand Prix sur DUCATI GP500, la 147 "DUCATI Corse" est une série limitée à 1.000 exemplaires dans le monde. Cette dénomination est le patronyme du département compétition de la marque, comme l’est par exemple la Scuderia FERRARI. A voir la dotation de cette belle italienne, on peut penser que les 250 exemplaires prévus pour la France vont s’arracher. Outre une personnalisation DUCATI Corse dans le moindre détail - sellerie spécifique, volant cuir avec surpiqûres rouges, logo sur tableau de bord, seuils de portes, personnalisation de carrosserie - cette voiture présente des équipements spécifiques comme de très belles jantes de 18 pouces inspirées de celles des motos, une calandre et des coques de rétroviseur à effet aluminium satiné, un becquet arrière et une sortie d’échappement chromée. Ainsi équipée et disponible en seulement deux couleurs, le rosso Giulietta ou le nero Etna, miss 147 ne donne pas trop dans le tuning à outrance, avec juste ce qu’il faut de m’as-tu-vu pour être à la hauteur du nom qu’elle arbore. Le plumage ne faisant pas tout, cette belle italienne se muscle d’une évolution à 170 chevaux du moteur turbo diesel 1.9 JTDm avec overboost du turbo pour les phases d’accélération. Le motard averti remarquera juste que DUCATI est célèbre pour ses moteurs essence bicylindres en L à distribution desmodromique (une came en fourchette relève la soupape) au couple de dragster, et que cette voiture n’est proposée qu’avec un quatre cylindres, mazout de surcroit. Cependant, avec ses 33,6 mkg de couple c’était peut-être la solution la plus évidente pour tenter de reproduire sur une voiture le fameux "coup de pied au c…" des belles de Bologne. La deuxième signature de ces motos est une tenue de route légendaire grâce à un cadre treillis très rigide et léger. Miss 147 ne propose pas ici de renforcement du châssis avec des tubes, trop "racing" et coûteux sans doute, mais un nouveau différentiel avant appelé Q2, dérivé d’un système TORSEN, qui transfère automatiquement la motricité à la roue la plus chargée, et donc adhérant le mieux. Ce système mécanique, associé au contrôle de stabilité électronique, est sensé améliorer la motricité en conditions d’adhérence difficile ou en sortie de virage serré. Beaucoup plus discrète que sa consœur, l’ALFA 147 "PERSOL" n’en est pas moins aussi rare puisqu’elle sera limitée à 500 exemplaires en France, quasiment déjà tous vendus. Fruit de l’association avec un célèbre lunetier transalpin, symbole du chic, de la discrétion et du raffinement à l’italienne, cette voiture est à l’exact opposé de la 147 DUCATI puisque la personnalisation est ici surtout tournée vers l’intérieur du véhicule. Hormis de très belles jantes spécifiques de 17 pouces, ce qui semble être maintenant une habitude chez ALFA ROMEO dès qu’il s’agit de différentier un modèle, la 147 PERSOL propose un volant cuir, la climatisation automatique à réglages séparés, un autoradio avec six haut-parleurs, le contrôle de stabilité et le régulateur de vitesse. On regrettera juste le revêtement "Alfatex" des sièges, pour lesquels on eût préféré du cuir sombre. Ceci n’était sans doute pas compatible avec une offre élargie à l’ensemble des moteurs de la gamme, qui va ainsi du petit 1,6 litre de 105 chevaux au 1.9 JTDm de 150 chevaux, d’autant plus que cette sellerie représente déjà une montée en gamme. Cette série PERSOL ressemble donc plus à un niveau de finition spécifique qu’à une véritable série limitée signée comme celle présentée plus haut. On appréciera cependant son charme et son élégance et, comble du chic, une paire de lunettes vous sera offerte pour tout achat. Argument décisif auprès de certains, n’en doutons pas

Brera & Spider : plus de look

Comme les 159 et Sport Wagon, les Brera et Spider voient leurs finitions simplifiées et leur offre de moteurs et de transmissions élargie. Trois nouveaux jeux de jantes font également leur apparition, ainsi que de nouveaux dessins de sièges et un système de navigation un peu plus convivial. La structure de ces voitures a également été allégée et le V6 3,2 litres de 260 chevaux est, là aussi, disponible en version deux roues motrices. Alors simple copier/coller des évolutions de la gamme 159 ? Pas seulement… L’affriolant cabriolet Spider est désormais également disponible avec le turbo diesel 2.4 JTDm de 210 chevaux, mais seulement en boîte mécanique. L’intéressante boîte six vitesses Qtronic avec palettes au volant n’est en effet disponible sur les deux véhicules qu’avec la version "détarée" à 200 chevaux. Problème de couple maxi ou de mise au point ? On voit qu’ALFA ROMEO peut encore pousser la rationalisation de ses organes mécaniques. Enfin, la gamme s’enrichit en équipements, avec en particulier des jantes 17 pouces pour tout le monde, le régulateur de vitesse ou le très utile filet anti-remous WindStop sur le Spider. On passera sur les rétroviseurs rabattables électriquement, les commandes de l’autoradio au volant et la désactivation de l’airbag passager ; ces fonctionnalités font maintenant partie du lot de base à ce niveau de gamme. L’enrichissement est plus flagrant sur les versions V6 essence à injection directe "JTS", qui reçoivent la sellerie cuir et les projecteurs bi-xénon avec lave-phares. C’est d’ailleurs dans cette version que la Brera se montre la plus envoutante, malgré une motricité un peu limite pour la puissance du moteur en deux roues motrices.

GT : plus de muscle

Il n’y a pas de grande nouveauté dans la gamme de ce coupé cinq places haut de gamme. L’Alfa GT a en effet été homologuée pour 5 personnes à bord, ce qui justifie (pour combien de temps encore ?) son positionnement dans la gamme en parallèle de la Brera. Il est à noter cependant l’apparition d’une version "Sport Q2" avec le moteur turbo diesel JTDm de 170 chevaux, qui se distingue par une personnalisation de l’habitacle, des jantes spécifiques et l’adoption du système de différentiel avant Q2, déjà décrit pour la 147 DUCATI. Elle reprend également à cette dernière la signature de la calandre et des coques de rétroviseurs en aluminium satiné. Ce moteur de 170 chevaux est également disponible en finition haut de gamme Selective plus typée confort, avec un système audio BOSE, une alarme, la sellerie cuir et des jantes alliage de 17 pouces.

Identité de marque : CAST

Après ASTON MARTIN et son "Power, Beauty and Soul", ALFA ROMEO vient également de céder aux sirènes des créatifs des agences de communication et définit son identité de marque future au moyen de mots clés évocateurs. Les nouveaux modèles ALFA feront ainsi preuve de Courage en étant décalés du marché (par exemple en continuant à revendiquer une conduite sportive en pleine mode écolo). Ils seront Agiles par leur rapport poids/puissance contrôlé, auront un design Sensuel et intégreront une Technologie qui se veut d’avant-garde. Tout ceci semble alléchant et l’acronyme C.A.S.T. ainsi formé contribuera certainement à l’élargissement de la grande famille des passionnés ALFA au-delà du macho latin traditionnel. Associés à cette nouvelle image de marque, les objectifs de vente annuels fixés à 160.000 véhicules par an peuvent sembler peu élevés par rapport à d’autres constructeurs spécialisés comme par exemple VOLVO (450.000 voitures par an) mais plus proches d’un constructeur de niche comme SAAB qui a fait 163.000 ventes en 2006. Ceci confirmerait donc le positionnement d’ALFA comme marque sportive généraliste haut de gamme au sein du groupe FIAT, sans bien sûr venir inquiéter les ténors de la catégorie supérieure comme FERRARI ou MASERATI. Enfin ALFA ROMEO lance cette année une campagne de financement en LOA dite "Premium" sur l’ensemble de sa gamme, pour une durée de 12 à 36 mois, destinée principalement aux particuliers et professions libérales. Ces contrats incluent l’entretien et une assistance 24h/24. Le choix est limité pour chaque véhicule aux versions et options les plus revendables, mais le mix proposé est intéressant.

Les bonnes idées étant souvent les plus simples, ALFA ROMEO rationalise donc sa gamme pour simplifier son offre commerciale et déploie des offres de financement devant permettre d’élargir les ventes. Au final le constructeur transalpin s’organise donc pour la présentation à Paris en septembre de LA nouveauté de l’année, à savoir l’anti-Mini, la Mi.To, dont "l’italianité" devrait culminer comme en témoigne son nom qui fait déjà couler beaucoup d’encre.

Frédéric JOUSSET

2008-09-15