AUDI A3 Cabriolet

ESPACE CABRIOLET

Prix : de 29 790 € à 42 220 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type nc4 cylindres - 16 soupapes turbo diesel injection directe rampe commune
Cylindrée 1968 cm³
Puissance maxi 140 ch à 4200 tr/min
Couple maxi 32.60 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.24 m
Largeur 1.77 m
Hauteur 1.42 m

Poids

Total 1475 kg

Capacités

Coffre de 260 à 674 dm³
Réservoir 55 L
Nb de places 4

Performances

Vitesse maxi 205 km/h
0 à 100 km/h 9.70 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.40
Urbaine 6.80
Mixte 5.30
Essai 0.00

Laissons entrer le soleil

Le temps est chaud, quoi de plus agréable de pouvoir rouler les cheveux au vent. Pour satisfaire cette envie, AUDI a ajouté un nouveau cabriolet dans ses showrooms. Il vient se placer en première offre parmi les cabriolets de la marque puisqu'il est construit sur l'A3. Le marché est porteur, l'A3 "cab" arrive en terrain fertilisé par sa grande sœur A4, mais avec un budget moindre. Autrement dit, rouler en AUDI cabriolet est désormais accessible à un plus grand nombre d'amateurs…

Toute toile dehors

L'A3 (berline et Sportback) est, comme toute la gamme, forte d'un beau succès de ses ventes. Ajouter un modèle inédit à la famille est particulièrement bienvenu quand il s'agit d'un cabriolet. Dans notre cas, la tradition est respectée, l'A3 est, comme l'A4, un pur cabriolet avec capote en toile. Attention, il ne s'agit bien entendu pas d'une simple toile tendue, l'A3 bénéficie, comme les autres, d'une capote épaisse d'au moins deux couches avec une grande lunette arrière en verre et chauffante. En effet, selon la finition, AUDI propose deux versions. Pour les niveaux inférieurs, la capote se contente de deux couches et une contribution du conducteur pour la verrouiller et déverrouiller. Le haut de gamme est habillé d'une capote entièrement automatique et de trois couches de six millimètres d’épaisseur. L'avantage du concept permet d'éviter le mécanisme complexe de repli du toit, d'autant plus complexe s'il est scindé en plusieurs morceaux. Dans le cas de l'A3, la capote se replie sur elle-même et se dispense même d'un cache capote puisque c'est la zone avant du toit qui assure la mission en se plaçant sur le dessus, ce qui simplifie les manœuvres. L'arrière n'a pas pris d'embonpoint, le cabriolet garde une ligne équilibrée. Pour le côté pratique, la contenance du coffre est honorable et peut être agrandie par le rabat des dossiers (fractionnés en 50/50) de la banquette arrière. L'A3 cabriolet en profite pour inaugurer le remodelage qu'on devrait voir apparaître sur le reste de la gamme. Selon la tradition, le style s'inspire des dernières nées, je veux parler des A5 et A4. Les phares récupèrent immanquablement les diodes blanches "feux de jour" devenues le signe distinctif de la marque. Les feux arrière sont totalement inédits, typiques de la production actuelle et distinctifs par ses LED qui encadrent son pourtour à l'image de l'A6 Avant. La panoplie des moteurs est commune à celle du reste de la gamme A3. AUDI a respecté la parité entre essence et diesel puisque deux TFSI (essence) côtoient deux TDI équipés de filtre à particules. Tous ces moteurs sont alimentés en injection directe. Le récent 2 litres TDI de 140 chevaux à injection directe devrait faire l'essentiel des ventes même si le vieux et sobre 1,9 litre de 105 chevaux et à injecteurs-pompes est là pour tirer le prix vers le bas, sous la barre des 30.000 Euro. Aucun de ces deux moteurs n'est pénalisé par le malus écologique. Les deux moteurs alimentés à l'essence ne peuvent pas en dire autant. Il faut dire qu'ils sont les sportifs de la gamme avec un inédit 1,8 litre de 160 chevaux et le 2 litres de 200 chevaux déjà côtoyé sous d'autres capots de la marque. Pour le cabriolet aussi, la boîte "S tronic" est disponible sur des trois des quatre moteurs, il s'agit de la boîte mécanique à double embrayage. En série sur le deuxième niveau, le cabriolet gagne un châssis sport avec un abaissement de la carrosserie de 15 millimètres. Mais sport ou non, l'A3 garde toute sa rigidité même en virages serrés, tout toit ouvert. L'A3 cabriolet peut satisfaire des budgets plus modestes et permet ainsi de rallier plus de "candidats" qui aiment rouler en AUDI. Bien que "facialement" un peu plus accessible que sa plus féroce concurrente la BMW Série 1, comme elle, l'A3 affiche tout de même un ticket d'entrée assez élevé. En l'occurrence, les premières versions se paient autour de 30.000 € et c'est le diesel de 105 chevaux le moins cher. L'investissement en vaut néanmoins la peine ; la gamme est ultra complète puisqu'elle compte quatre niveaux de finition. Et si cela ne suffit pas, on peut augmenter la note avec un des packs pour donner un air "S" à son A3. Le S line augmente le caractère sportif de l'AUDI. Pour renforcer encore plus le côté premium, le pack "Audi exclusive line" dote la sellerie de cuir Nappa (entre autres)…

Tous chevaux au vent

La panoplie des moteurs est commune à celle du reste de la gamme A3. AUDI a respecté la parité entre essence et diesel puisque deux TFSI (essence) côtoient deux TDI équipés de filtre à particules. Tous ces moteurs sont alimentés en injection directe. Le récent 2 litres TDI de 140 chevaux à injection directe devrait faire l'essentiel des ventes même si le vieux et sobre 1,9 litre de 105 chevaux et à injecteurs-pompes est là pour tirer le prix vers le bas, sous la barre des 30.000 Euro. Aucun de ces deux moteurs n'est pénalisé par le malus écologique. Les deux moteurs alimentés à l'essence ne peuvent pas en dire autant. Il faut dire qu'ils sont les sportifs de la gamme avec un inédit 1,8 litre de 160 chevaux et le 2 litres de 200 chevaux déjà côtoyé sous d'autres capots de la marque. Pour le cabriolet aussi, la boîte "S tronic" est disponible sur des trois des quatre moteurs, il s'agit de la boîte mécanique à double embrayage. En série sur le deuxième niveau, le cabriolet gagne un châssis sport avec un abaissement de la carrosserie de 15 millimètres. Mais sport ou non, l'A3 garde toute sa rigidité même en virages serrés, tout toit ouvert.

Toute une gamme

L'A3 cabriolet peut satisfaire des budgets plus modestes et permet ainsi de rallier plus de "candidats" qui aiment rouler en AUDI. Bien que "facialement" un peu plus accessible que sa plus féroce concurrente la BMW Série 1, comme elle, l'A3 affiche tout de même un ticket d'entrée assez élevé. En l'occurrence, les premières versions se paient autour de 30.000 € et c'est le diesel de 105 chevaux le moins cher. L'investissement en vaut néanmoins la peine ; la gamme est ultra complète puisqu'elle compte quatre niveaux de finition. Et si cela ne suffit pas, on peut augmenter la note avec un des packs pour donner un air "S" à son A3. Le S line augmente le caractère sportif de l'AUDI. Pour renforcer encore plus le côté premium, le pack "Audi exclusive line" dote la sellerie de cuir Nappa (entre autres)…

L'A3 cabriolet arrive à point nommé pour compléter une gamme AUDI déjà riche dans ce domaine. Et ce n'est pas fini, puisque le très beau coupé A5 va, à son tour, se transformer en A5 cabriolet. L'A3 permet d'accéder au cabriolet AUDI pour un prix plus faible mais encore consistant. Pour le prix, on bénéficie du sérieux de la marque aux quatre anneaux et d'une A3 relookée. Le choix est vaste avec des TDI orientés sur la sobriété et des TFSI axés sur la sportivité. Il reste encore des beaux jours, encore quelques occasions de décapoter…

Philippe NIOLLET

2008-09-15