AUDI Q5 3.0 V6 TDI

ESPACE TOUT-TERRAIN
  • Qualités routières
  • Performances en franchissement
  • Consommation maîtrisée
  • Prix du véhicule
  • Prix des options

Prix : de 40 150 € à 57 900 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 6 cylindres turbo diesel
Cylindrée 2967 cm³
Puissance maxi 240 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 52.20 mkg à 1500.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.63 m
Largeur 1.88 m
Hauteur 1.65 m

Poids

Total 1865 kg

Capacités

Coffre de 540 à 1560 dm³
Réservoir 75 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 225 km/h
0 à 100 km/h 6.50 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 6.60
Urbaine 9.20
Mixte 7.50
Essai 0.00

A l'assaut de la concurrence germanique

Après le succès mérité de l’AUDI Q7, AUDI récidive en s’attaquant cette fois ci au segment des SUV compacts cinq places. Bien entendu le constructeur allemand veut jouer dans la cour des grands et propose un véhicule haut de gamme. L’objectif clairement affiché est d’aller chasser sur les terres du BMW X3 sorti depuis plus de trois ans, mais aussi de concurrencer directement le tout nouveau MERCEDES GLK. Lors de la présentation presse nationale, nous avons essayé de juger et jauger la capacité de l’Audi Q5 d’aller conquérir le marché dans la catégorie des SUV "Premium".

"Ma petite entreprise ne connaît pas la crise"

En cette année 2008, AUDI peut se targuer d’être un des seuls constructeurs mondiaux à sortir son épingle du jeu de cette crise qui touche, à différents niveaux, bon nombre de constructeurs. Cette même année, AUDI a présenté pas moins de huit nouveautés (partagées entre des nouveaux modèles ou des versions remodelées) et aura vendu plus d’un million de véhicules dont 50.000 en France mais aussi 125.000 en Chine. Ainsi, malgré ce climat global d’inquiétude, AUDI dispose de finances saines et stables qui lui permettent de ne pas être dépendant d’un seul marché. On prendra pour exemple que 50% de ses ventes se font en Europe. AUDI s’appuie sur des valeurs sûres en évitant une franche rupture de style et ces choix s’avèrent payant en cette période difficile. Cependant, AUDI ne s’endort pas sur ses lauriers et a pris notamment le choix d’aller convaincre les clients américains que le diesel est une opportunité pour eux. Pour ce faire, un événement a été réalisé : il s’agit de l’AUDI "Mileage Marathon", sous la forme d'un parcours de 7.000 kilomètres à travers tout les Etats-Unis. L’objectif était de démontrer à la fois la sobriété des moteurs diesels mais aussi leurs performances. Plusieurs AUDI Q5 3.0 TDI S tronic ont participé à cet événement. C’est dans ce contexte de valeurs sûres que le Q5 a vu le jour. Il a été construit à partir des plateformes des A4 et A5. Ce nouveau véhicule à part entière, affiche les proportions les plus sportives dans son segment avec une longueur de 4,63 mètres et une largeur de 1,88 mètre – mais pour une hauteur de 1,65 mètre seulement. Le Q5 est plus court que l’A4 mais plus large que cette dernière de six centimètres. Le Q5 en tant que SUV premium de la marque aux anneaux, se devait d’offrir une ligne "classieuse" et un habitacle de grande qualité. AUDI ne déroge pas aux règles qui font sa force depuis plusieurs années et qui lui ont permis de proposer au Mondial de l’Automobile un stand de grande qualité. Au premier regard, on identifie que le Q5 est un véhicule de la marque aux anneaux, notamment par la calandre géante de type "single frame", un spoiler avant incluant des phares antibrouillards et bien sûr les fameuses LED diurnes, typique d’AUDI. Le profil du véhicule est harmonieux, la ligne de pavillon, surmontée d’élégantes barres de toit chromées, se prolonge parfaitement jusqu’au hayon. Les portes avant et arrière sont bien équilibrées. Le bas de caisse est peu proéminant pour éviter à la fois une rupture visuelle franche mais aussi d’avoir à être trop rapidement abîmé par des routes sinueuses. A l’arrière, les feux sont élégamment insérés dans le hayon. Ces deux grands yeux rouges proposent des LED pour les clignotants, ce qui donne une impression visuelle futuriste. La lunette arrière représente environ 50% de la surface totale du hayon. AUDI a compris qu’avoir une bonne visibilité arrière est une chose aussi essentielle que la visibilité avant. Selon la motorisation, on dispose d’une ou deux sorties d’échappement. Le spoiler arrière est relativement large mais est suffisamment bien dessiné pour ne pas créer de rupture. L’AUDI Q5 offre dont une silhouette sportive et élégante. Le Q5 a été modélisé en soufflerie pour notamment optimiser le carénage et le soubassement. Le coefficient de pénétration dans l'air (Cx) est de 0,33 pour une surface de 2,65 m² soit l’un des meilleurs SCx dans ce segment Ouvrir l’une des quatre portes de ce Q5 et crier "ouah" ! C’est un peu ce que l’on ressent à la découverte de son habitacle. L’empattement long de 2,81 mètres permet de choyer tous les occupants. Le Q5 est un cinq places. Les passagers arrière seront relativement bien lotis. La banquette arrière est coulissante sur 10 centimètres (en option), permettant de gagner soit en volume de coffre soit en place pour les jambes pour les grands gabarits. Le siège du milieu peut se transformer en une tablette séparant les deux autres sièges. On notera que ce siège du milieu est un peu moins large que les deux autres mais il offre néanmoins une assise suffisante. La banquette arrière ajoute à la modularité de l’espace. Elle est subdivisée en deux parties asymétriques 40 - 60. Le coffre offre un volume raisonnable de 540 litres. Grâce à la banquette coulissante, inclinable et rabattable, le coffre peut atteindre 1.560 litres quand la banquette arrière abaissée. Les passagers avant disposent d’un espace large et bien agencé. La planche de bord est sobre mais offre tout de même son lot de sportivité. Les instruments de bord se parent d'aiguilles rouges et d’un éclairage de couleur blanche. Les données numériques sont très lisibles et ergonomiques. Les commandes sont bien disposées et permettent une approche intuitive même pour les non connaisseurs d’AUDI. Le volant quatre branches offre une excellente prise en main. Les boutons d’option utiles à la route sont aisément accessibles. La console centrale n’est pas trop large et permet aux passagers avant et au conducteur de ne pas avoir les jambes bloquées par la colonne centrale. L’ambiance intérieure est chaleureuse et accueillante. L’assemblage et la qualité des matériaux ne présentent aucun défaut. Tous les modèles essayés disposaient d’une sellerie cuir confortable et disponible en différents coloris (du beige clair très classe au ton ocre plus chaleureux). Le Q5 est proposé en quatre finitions. Par ordre croissant, on trouve l’Ambiente (qui devrait représenter 25 % des ventes), l’Ambition (35%), la S Line (15%) et enfin le haut de gamme Avus (25%) qui culmine à 9.500 € de plus que l’Ambiente. Pour la navigation, on dispose d’un GPS (en option) en 3D. Il propose une cartographie en haute définition si on choisit la finition Avus. A son lancement, l’AUDI Q5 propose trois motorisations, toutes à injection directe. L’offre est divisée en deux versions "mazoutées" et une version essence. Pour la motorisation essence, il s’agit d’un tout nouveau bloc moteur 2.0 TFSI de 211 chevaux qui propose un couple maxi de 350 Nm (de 1.500 à 4.200 tr/mn). Ce quatre cylindres fait passer l’AUDI Q5 de 0 à 100 km/h en 7,2 secondes et sa vitesse maximale atteint la valeur respectable de 222 km/h. Il se contente pourtant de 8,5 litres aux cent kilomètres. Une fois de plus AUDI a réussi à tirer toute l'efficacité de ce moteur de 1.984 cm3. C’est étonnant comme ce moteur à la capacité d’être décliné en de multiples offres. De source sûre, nous savons qu’AUDI ne compte pas en rester là. On attend la suite avec impatience. La plus petite des motorisations turbo diesel est le 2.0 TDI de 170 chevaux. Utilisant la technologie à rampe commune, ce quatre cylindres délivre un couple de 350 Nm entre 1.750 et 2.500 tr/mn. Le SUV passe de 0 à 100 km/h en 9,5 secondes, sa vitesse maximale est de 204 km/h et avec une consommation moyenne de 6,7 litres aux cent kilomètres. Enfin, le plus puissant des moteurs est le 6 cylindres 3.0 TDI de 240 chevaux qui offre un couple impressionnant de 500 Nm (entre 1.500 et 3.000 tr/mn). L’élan de ce TDI de 2.967 cm3 fait passer l’AUDI Q5 de 0 à 100 km/h en 6,5 secondes seulement et l’amène à une vitesse de 225 km/h avec une consommation moyenne ne dépassant pas les 7,5 litres aux cent kilomètres. Deux types de boîtes sont disponibles dont la classique boîte manuelle, que nous avons pu essayer sur la motorisation diesel de 170 chevaux. L'autre boîte est la toute nouvelle S tronic à sept rapports, entièrement conçue par AUDI. Cette boîte s’adapte aux moteurs longitudinaux. Elle permet des passages de vitesses en quelques centièmes de seconde sans rupture de couple et sans rupture d’énergie. Couplée à la motorisation diesel de 240 chevaux, cette boîte est un vrai régal. Cette S tronic vous laisse le temps de vous concentrer sur le reste des autres organes de conduite. Une autre option mécanique intéressante est le modulateur du comportement dynamique dit "AUDI drive select". Cette option est une sorte d’assistance "quatre en un" qui pilote la réponse du moteur à l’accélération, l’assistance de direction et la loi de passage de la boîte S tronic en mode automatique. Quatre modes différents existent : le conducteur choisit via deux touches entre un mode Confort, un mode Auto, un mode Dynamic et enfin un mode personnalisable. Nous avons eu le loisir d’essayer cet équipement sur des conditions très différentes sur circuit avec des enchaînements de virages suivi de longues lignes droites mais également dans des conditions de perte d’adhérence ou d’évitement d’obstacle et pour finir sur des terrains sinueux de forêt. L’efficacité de cette assistance est très impressionnante. Même en cas de mauvais braquage de volant, de coups de frein violents ou de zones peu profondes d’enlisement, il est quasiment impossible de perdre complètement le contrôle. Le "Hill Descent Assist" est une assistance de descente incroyablement étonnante, qui gère la vitesse de descente sans que le conducteur n’intervienne. Un ESP "Off Road" est présent et il est en partie déconnectable pour les utilisations en zone tout terrain permettant ainsi de supprimer les interventions sur la gestion moteur et de limiter les interventions sur le freinage et ABS. Le fin du fin est que l’ESP est capable de reconnaître la présence d’un coffre de toit et prend en compte la modification du centre de gravité du Q5. Au vu de tous ces équipements, nous pouvons conclure que le Q5 offre à ses occupants et au conducteur une sécurité active de haut niveau. Dans les excellentes infrastructures du circuit d’essais de Mortefontaine, nous avons eu le loisir de pouvoir essayer le Q5 sur une pléthore de revêtements et diverses conditions d’essais. Un circuit routier de plusieurs kilomètres permettant de vérifier les capacités d’accélération et la tenue en virage, une aire plane dynamique permettant de simuler les évitements d’obstacle et des aquaplanings puis enfin un anneau de vitesse permettant de rouler à près de 200 km/h. Le bilan pour nous est très positif que cela soit pour les essais routiers ou pour les essais dynamiques. Chacune des trois motorisations essayées nous a montré que le comportement du Q5 est irréprochable et la prise en main du véhicule est assez intuitive. Il y a très peu de roulis, la direction est incisive malgré les 1.700 kilogrammes à mouvoir. Lors de ces essais, les véhicules étaient équipés de pneus de 19 pouces. Cependant, la monte de série est en 17 pouces et devrait être suffisante et salvatrice pour le porte-monnaie. Côté motorisation, après avoir goûté aux 6 cylindres 3.0 TDI et son couple imposant, on peut trouver le 4 cylindres 2.0 TDI un peu fade mais sachez qu'il se montre bien suffisant pour une utilisation quotidienne. Nous ajouterons que le 2.0 TFSI offre le meilleur compromis plaisir/agrément de conduite et nous a particulièrement ravis. Enfin, ceux qui hésiteraient entre la motorisation TFSI et la plus petite des motorisations TDI, devront réfléchir à deux fois avant de vouloir acquérir par réflexe le diesel. Les angles d’attaque et de fuite sont de 25 degrés. Le Q5 dispose de la transmission intégrale permanente Quattro, qui, sur ce véhicule, permet d’avoir une transmission répartie de la façon suivante : 60 % sur le train arrière et 40% sur le train avant. Cette transmission peut évoluer en 65/35 jusqu'à 15/85 selon les conditions d'adhérence. La modestie d’AUDI sur les capacités tout terrain du Q5, nous a amusés surtout après l’avoir essayé dans des conditions de tout chemin. Ne vous fiez pas à sa belle ligne, nous avons pu constater lors d’une sortie en forêt que le Q5 est tout a fait apte à franchir des chemins rocailleux ou boueux et quelques pentes sablonneuses. L’assistant de descente (de série) vaut son pesant d’or, il suffit de se mettre en haut d’une pente, de l’enclencher et de maintenir simplement la direction sans rien toucher d’autre. Bluffant ! Pour le reste l’adéquation Quattro, ESP et "Audi drive select" font une merveilleuse association. Le Q5 ne pourrait pas faire le Dakar sans une préparation spécifique mais il dispose d'atouts suffisants pour ne pas se cantonner aux autoroutes et environnement citadin.

Un véhicule entièrement nouveau

C’est dans ce contexte de valeurs sûres que le Q5 a vu le jour. Il a été construit à partir des plateformes des A4 et A5. Ce nouveau véhicule à part entière, affiche les proportions les plus sportives dans son segment avec une longueur de 4,63 mètres et une largeur de 1,88 mètre – mais pour une hauteur de 1,65 mètre seulement. Le Q5 est plus court que l’A4 mais plus large que cette dernière de six centimètres. Le Q5 en tant que SUV premium de la marque aux anneaux, se devait d’offrir une ligne "classieuse" et un habitacle de grande qualité. AUDI ne déroge pas aux règles qui font sa force depuis plusieurs années et qui lui ont permis de proposer au Mondial de l’Automobile un stand de grande qualité. Au premier regard, on identifie que le Q5 est un véhicule de la marque aux anneaux, notamment par la calandre géante de type "single frame", un spoiler avant incluant des phares antibrouillards et bien sûr les fameuses LED diurnes, typique d’AUDI. Le profil du véhicule est harmonieux, la ligne de pavillon, surmontée d’élégantes barres de toit chromées, se prolonge parfaitement jusqu’au hayon. Les portes avant et arrière sont bien équilibrées. Le bas de caisse est peu proéminant pour éviter à la fois une rupture visuelle franche mais aussi d’avoir à être trop rapidement abîmé par des routes sinueuses. A l’arrière, les feux sont élégamment insérés dans le hayon. Ces deux grands yeux rouges proposent des LED pour les clignotants, ce qui donne une impression visuelle futuriste. La lunette arrière représente environ 50% de la surface totale du hayon. AUDI a compris qu’avoir une bonne visibilité arrière est une chose aussi essentielle que la visibilité avant. Selon la motorisation, on dispose d’une ou deux sorties d’échappement. Le spoiler arrière est relativement large mais est suffisamment bien dessiné pour ne pas créer de rupture. L’AUDI Q5 offre dont une silhouette sportive et élégante. Le Q5 a été modélisé en soufflerie pour notamment optimiser le carénage et le soubassement. Le coefficient de pénétration dans l'air (Cx) est de 0,33 pour une surface de 2,65 m² soit l’un des meilleurs SCx dans ce segment

Un habitacle spacieux, modulable et accueillant

Ouvrir l’une des quatre portes de ce Q5 et crier "ouah" ! C’est un peu ce que l’on ressent à la découverte de son habitacle. L’empattement long de 2,81 mètres permet de choyer tous les occupants. Le Q5 est un cinq places. Les passagers arrière seront relativement bien lotis. La banquette arrière est coulissante sur 10 centimètres (en option), permettant de gagner soit en volume de coffre soit en place pour les jambes pour les grands gabarits. Le siège du milieu peut se transformer en une tablette séparant les deux autres sièges. On notera que ce siège du milieu est un peu moins large que les deux autres mais il offre néanmoins une assise suffisante. La banquette arrière ajoute à la modularité de l’espace. Elle est subdivisée en deux parties asymétriques 40 - 60. Le coffre offre un volume raisonnable de 540 litres. Grâce à la banquette coulissante, inclinable et rabattable, le coffre peut atteindre 1.560 litres quand la banquette arrière abaissée. Les passagers avant disposent d’un espace large et bien agencé. La planche de bord est sobre mais offre tout de même son lot de sportivité. Les instruments de bord se parent d'aiguilles rouges et d’un éclairage de couleur blanche. Les données numériques sont très lisibles et ergonomiques. Les commandes sont bien disposées et permettent une approche intuitive même pour les non connaisseurs d’AUDI. Le volant quatre branches offre une excellente prise en main. Les boutons d’option utiles à la route sont aisément accessibles. La console centrale n’est pas trop large et permet aux passagers avant et au conducteur de ne pas avoir les jambes bloquées par la colonne centrale. L’ambiance intérieure est chaleureuse et accueillante. L’assemblage et la qualité des matériaux ne présentent aucun défaut. Tous les modèles essayés disposaient d’une sellerie cuir confortable et disponible en différents coloris (du beige clair très classe au ton ocre plus chaleureux). Le Q5 est proposé en quatre finitions. Par ordre croissant, on trouve l’Ambiente (qui devrait représenter 25 % des ventes), l’Ambition (35%), la S Line (15%) et enfin le haut de gamme Avus (25%) qui culmine à 9.500 € de plus que l’Ambiente. Pour la navigation, on dispose d’un GPS (en option) en 3D. Il propose une cartographie en haute définition si on choisit la finition Avus.

Une offre de motorisation très riche

A son lancement, l’AUDI Q5 propose trois motorisations, toutes à injection directe. L’offre est divisée en deux versions "mazoutées" et une version essence. Pour la motorisation essence, il s’agit d’un tout nouveau bloc moteur 2.0 TFSI de 211 chevaux qui propose un couple maxi de 350 Nm (de 1.500 à 4.200 tr/mn). Ce quatre cylindres fait passer l’AUDI Q5 de 0 à 100 km/h en 7,2 secondes et sa vitesse maximale atteint la valeur respectable de 222 km/h. Il se contente pourtant de 8,5 litres aux cent kilomètres. Une fois de plus AUDI a réussi à tirer toute l'efficacité de ce moteur de 1.984 cm3. C’est étonnant comme ce moteur à la capacité d’être décliné en de multiples offres. De source sûre, nous savons qu’AUDI ne compte pas en rester là. On attend la suite avec impatience. La plus petite des motorisations turbo diesel est le 2.0 TDI de 170 chevaux. Utilisant la technologie à rampe commune, ce quatre cylindres délivre un couple de 350 Nm entre 1.750 et 2.500 tr/mn. Le SUV passe de 0 à 100 km/h en 9,5 secondes, sa vitesse maximale est de 204 km/h et avec une consommation moyenne de 6,7 litres aux cent kilomètres. Enfin, le plus puissant des moteurs est le 6 cylindres 3.0 TDI de 240 chevaux qui offre un couple impressionnant de 500 Nm (entre 1.500 et 3.000 tr/mn). L’élan de ce TDI de 2.967 cm3 fait passer l’AUDI Q5 de 0 à 100 km/h en 6,5 secondes seulement et l’amène à une vitesse de 225 km/h avec une consommation moyenne ne dépassant pas les 7,5 litres aux cent kilomètres.

Des innovations pour la sécurité et l’assistance à a conduite

Deux types de boîtes sont disponibles dont la classique boîte manuelle, que nous avons pu essayer sur la motorisation diesel de 170 chevaux. L'autre boîte est la toute nouvelle S tronic à sept rapports, entièrement conçue par AUDI. Cette boîte s’adapte aux moteurs longitudinaux. Elle permet des passages de vitesses en quelques centièmes de seconde sans rupture de couple et sans rupture d’énergie. Couplée à la motorisation diesel de 240 chevaux, cette boîte est un vrai régal. Cette S tronic vous laisse le temps de vous concentrer sur le reste des autres organes de conduite. Une autre option mécanique intéressante est le modulateur du comportement dynamique dit "AUDI drive select". Cette option est une sorte d’assistance "quatre en un" qui pilote la réponse du moteur à l’accélération, l’assistance de direction et la loi de passage de la boîte S tronic en mode automatique. Quatre modes différents existent : le conducteur choisit via deux touches entre un mode Confort, un mode Auto, un mode Dynamic et enfin un mode personnalisable. Nous avons eu le loisir d’essayer cet équipement sur des conditions très différentes sur circuit avec des enchaînements de virages suivi de longues lignes droites mais également dans des conditions de perte d’adhérence ou d’évitement d’obstacle et pour finir sur des terrains sinueux de forêt. L’efficacité de cette assistance est très impressionnante. Même en cas de mauvais braquage de volant, de coups de frein violents ou de zones peu profondes d’enlisement, il est quasiment impossible de perdre complètement le contrôle. Le "Hill Descent Assist" est une assistance de descente incroyablement étonnante, qui gère la vitesse de descente sans que le conducteur n’intervienne. Un ESP "Off Road" est présent et il est en partie déconnectable pour les utilisations en zone tout terrain permettant ainsi de supprimer les interventions sur la gestion moteur et de limiter les interventions sur le freinage et ABS. Le fin du fin est que l’ESP est capable de reconnaître la présence d’un coffre de toit et prend en compte la modification du centre de gravité du Q5. Au vu de tous ces équipements, nous pouvons conclure que le Q5 offre à ses occupants et au conducteur une sécurité active de haut niveau.

Très à l’aise sur l’asphalte

Dans les excellentes infrastructures du circuit d’essais de Mortefontaine, nous avons eu le loisir de pouvoir essayer le Q5 sur une pléthore de revêtements et diverses conditions d’essais. Un circuit routier de plusieurs kilomètres permettant de vérifier les capacités d’accélération et la tenue en virage, une aire plane dynamique permettant de simuler les évitements d’obstacle et des aquaplanings puis enfin un anneau de vitesse permettant de rouler à près de 200 km/h. Le bilan pour nous est très positif que cela soit pour les essais routiers ou pour les essais dynamiques. Chacune des trois motorisations essayées nous a montré que le comportement du Q5 est irréprochable et la prise en main du véhicule est assez intuitive. Il y a très peu de roulis, la direction est incisive malgré les 1.700 kilogrammes à mouvoir. Lors de ces essais, les véhicules étaient équipés de pneus de 19 pouces. Cependant, la monte de série est en 17 pouces et devrait être suffisante et salvatrice pour le porte-monnaie. Côté motorisation, après avoir goûté aux 6 cylindres 3.0 TDI et son couple imposant, on peut trouver le 4 cylindres 2.0 TDI un peu fade mais sachez qu'il se montre bien suffisant pour une utilisation quotidienne. Nous ajouterons que le 2.0 TFSI offre le meilleur compromis plaisir/agrément de conduite et nous a particulièrement ravis. Enfin, ceux qui hésiteraient entre la motorisation TFSI et la plus petite des motorisations TDI, devront réfléchir à deux fois avant de vouloir acquérir par réflexe le diesel.

Mais aussi à l’aise sur les chemins sinueux

Les angles d’attaque et de fuite sont de 25 degrés. Le Q5 dispose de la transmission intégrale permanente Quattro, qui, sur ce véhicule, permet d’avoir une transmission répartie de la façon suivante : 60 % sur le train arrière et 40% sur le train avant. Cette transmission peut évoluer en 65/35 jusqu'à 15/85 selon les conditions d'adhérence. La modestie d’AUDI sur les capacités tout terrain du Q5, nous a amusés surtout après l’avoir essayé dans des conditions de tout chemin. Ne vous fiez pas à sa belle ligne, nous avons pu constater lors d’une sortie en forêt que le Q5 est tout a fait apte à franchir des chemins rocailleux ou boueux et quelques pentes sablonneuses. L’assistant de descente (de série) vaut son pesant d’or, il suffit de se mettre en haut d’une pente, de l’enclencher et de maintenir simplement la direction sans rien toucher d’autre. Bluffant ! Pour le reste l’adéquation Quattro, ESP et "Audi drive select" font une merveilleuse association. Le Q5 ne pourrait pas faire le Dakar sans une préparation spécifique mais il dispose d'atouts suffisants pour ne pas se cantonner aux autoroutes et environnement citadin.

L'AUDI Q5 est en concession depuis fin novembre 2008. AUDI ambitionne de vendre 1.000 véhicules en 2008 puis 7.000 en 2009. Cette perspective optimiste mais réaliste au vu de la bonne impression que nous avons eue, est motivée par le fait que le marché des SUV haut de gamme n'est pas en récession. AUDI a choisi de proposer des prix compris entre 40.150 et 50.000 €. AUDI a fait un effort pour se positionner dans le segment des BMW X3. Alors bien sûr, on pourra toujours dire que ce prix est élevé, cependant, le Q5 se place vraiment dans un marché "SUV haut de gamme" et sera vraiment en concurrence avec ses cousins germaniques. Pour nous, le dernier-né d'AUDI sera aussi à l’aise à la ville qu’à la campagne, sa polyvalence réelle est sa vraie force. Le Q5 devrait suivre, sans aucune difficulté, les traces de son ainé Q7.

Harry ANDRE

2008-12-25