RENAULT Mégane Privilège 1.9 dCi 130

ESPACE COMPACTE
  • Agrément et sécurité de conduite
  • Boîte de vitesses agréable
  • Qualité de fabrication
  • Sièges confortables
  • Suspensions assez fermes
  • Habitabilité moyenne
  • Visibilité arrière réduite

Prix : 25 200 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres 8 soupapes Turbo Diesel injection directe par rampe commune
Cylindrée 1870 cm³
Puissance maxi 130 ch à 3750 tr/min
Couple maxi 30.60 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.30 m
Largeur 1.81 m
Hauteur 1.47 m

Poids

Total 1315 kg

Capacités

Coffre de 405 à 1162 dm³
Réservoir 60 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 205 km/h
0 à 100 km/h 9.50 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.50
Urbaine 6.20
Mixte 5.10
Essai 6.90

Les méganes se suivent et ne se ressemblent pas !

La berline Mégane, première du nom, est apparue en 1995 avec une ligne plutôt agréable mais sans caractère particulier. En 2002, coup de barre à 180 degrés, la Mégane II ose un design fort, en rupture totale avec la version précédente. Beaucoup ont aimé et certains ont détesté et dans l'ensemble cette version a eu une carrière commerciale très honorable. Aujourd'hui arrive la Mégane III. RENAULT a modéré l'aspect exclusif de la précédente tout en lui conservant une certaine personnalité.

Grande famille

Pour un constructeur généraliste, les compactes représentent le cœur de gamme et sont souvent déclinées en de nombreuses variantes. La Mégane n'échappe pas à la règle et la nouvelle Mégane III est dès maintenant proposée en berline cinq portes et en coupé. La version Scénic, très attendue, sera proposée au printemps 2009 et les sorties des autres modèles, break, berline quatre portes devraient s'étaler tout au long de 2009. En attendant leur déclinaison en III, les II encore au catalogue bénéficient d'offres commerciales attractives. Pour commencer, la Mégane III berline est proposée avec quatre moteurs, chacun en deux versions et cinq niveaux d'équipements avec les dénominations en vigueur chez RENAULT (Authentique, Expression, Carminat, Dynamique, Privilège). Compte-tenu du peu d'intérêt des Français, et de plus en plus d'Européens, pour les moteurs à essence, un seul bloc 1.6 16v 110 est proposé, quand même décliné en deux variantes, essence et éthanol, affichées aux mêmes prix, de 18.400 € (Authentique) à 20.600 € (Carminat) plus 200 € de malus CO2. Les motorisations diesel sont plus nombreuses avec le 1.5 dCi 85 ou 90 avec FAP (Filtre A Particules + 400 €), de 19.600 € (Authentique) à 21.800 € (Carminat) et le 1.5 dCi 105 ou 110 avec FAP (+ 400 €), de 21.000 € (Authentique) à 24.400 € (Privilège). Tous les moteurs 1.5 dCi bénéficient d'un bonus CO2 de 700 €. Enfin, le diesel le plus puissant actuellement proposé est le 1.9 dCi 130 sans ou avec FAP (+ 400 €), de 23.100 € (Expression) à 25.200 € (Privilège), sans bonus ni malus CO2. Dès le premier niveau d'équipement, Authentique, la Mégane III est bien dotée avec notamment la climatisation (manuelle), la radio CD MP3, l'ordinateur de bord, les vitres avant et arrière électriques, le régulateur / limiteur de vitesse, six airbags, l'ABS avec aide au freinage d'urgence… Pour 1.300 € supplémentaires, la finition Expression apporte la climatisation automatique bi-zone, les antibrouillards, l'allumage automatique des phares et des essuie-glaces, Carminat pour 900 € de plus qu'Expression amène le GPS couleur, Dynamique pour 1.100 € de plus qu'Expression propose la radio hi-fi, le correcteur de trajectoire EPS, les jantes alu, la carte démarrage mains libres et la très chic Privilège (Dynamique + 1.000 €) dispose de la sellerie mixte cuir-tissu, des sur-tapis, de l'aide au parking avant / arrière, etc… Si certains constructeurs sont passés maîtres dans l'évolution en douceur d'une génération à une autre de leurs modèles, notamment VOLKSWAGEN avec la Golf, RENAULT a remis à plat le style de chaque génération de Mégane. Cette Mégane troisième du nom a perdu le côté "décalé" de la précédente, qui ne plaisait pas à tous, tout en conservant une certaine personnalité. L'avant, avec son capot nervuré et ses phares avec le nouveau "regard" RENAULT est expressif, mais c'est de profil que la rupture avec la Mégane II est la plus marquée. Terminé le chapeau haut de forme, place à des lignes de toit fuyantes et à une ceinture de caisse haute et remontant vers l'arrière, donnant à cette berline un aspect râblé. L'arrière aussi a beaucoup évolué et un hayon arrondi remplace avantageusement la vitre verticale et le couvercle de coffre incliné du modèle précédent. L'intérieur de la nouvelle Mégane est très valorisant avec de beaux matériaux bien assemblés, de couleurs claires dans la livrée Privilège. La qualité perçue a fait un grand pas en avant et l'impression d'ensemble est très favorable. L'ergonomie ne prête pas le flanc à la critique, avec les commandes à portée de doigts, sans avoir à lâcher le volant. De prime abord, le mélange de compteurs analogiques (compte-tours) et numériques (vitesse) est surprenant. A l'usage, l'affichage en clair de la vitesse permet, d'un coup d'œil rapide, de connaître précisément la vitesse exacte du véhicule, sans risque d'erreur d'interprétation, ce qui est précieux en ces temps de limitations généralisées. A contrario, une aiguille se déplaçant sur un grand cadran de compte-tours est plus "parlante" que des diodes s'allumant sur un graphe symbolisant les montées en régime. Suivant la tendance actuelle, la Mégane a pris quelques centimètres par rapport à sa devancière. C'est le coffre qui en profite le plus. Avec 405 litres, c'est même un des plus grands de la catégorie. Si l'on opte pour la roue de secours "normale" (option gratuite), en remplacement du kit de réparation, il faut bien retirer 30 à 40 litres au volume annoncé, ce qui laisse quand même un espace intéressant, que l'on pourra agrandir grâce à la banquette disposant de la fonctionnalité 1/3-2/3. L'habitabilité est satisfaisante à l'avant et les multiples réglages du siège et du volant permettent au conducteur d'ajuster sa position de conduite "au millimètre". Les passagers arrière ont moins d'aisance, surtout s'ils sont assez grands. La ligne de toit s'abaissant vers l'arrière, la garde au toit n'est pas très importante et l'accès à ces places, à cause de portes relativement petites, n'est pas particulièrement aisé. A partir de la finition Dynamique, la Mégane est équipée de la carte mains libres permettant d'ouvrir la voiture en effleurant une des poignées et de la démarrer en appuyant sur "Start/Stop" sans avoir à l'insérer dans un quelconque emplacement. Le 1.9 dCi tourne au ralenti sans vibrations ni claquements. Le frein à main électrique se déverrouille tout seul dès que l'on embraye et en ville, la souplesse du moteur permet de se déplacer sur un filet de gaz. La boîte de vitesses est par ailleurs d'un maniement net et précis. Tout va bien jusqu'au moment où il faut faire une marche arrière. Avec des vitres latérales arrière très petites, des panneaux de custode épais et le coffre remontant assez haut, la visibilité pour manœuvrer est limitée. Heureusement l'aide au parking (de série sur Privilège) prévient de la proximité des obstacles. Sur les versions en étant dépourvu, il faudra reculer avec précaution, d'autant que les seules protections dont la carrosserie est pourvue se situent en bas des portières. Ailleurs, c'est directement la peinture... Souple et docile en ville, le 1.9 dCi 130 se montre vigoureux sur route. Le couple important, 30,6 mkg à 1.750 tr/mn, permet de maintenir la sixième vitesse en toutes circonstances, mais la cinquième offre quand même plus de ressources pour de prompts dépassements. On apprécie également son silence de fonctionnement, d'autant plus que les bruits aérodynamiques et de roulement sont également bien filtrés. D'une façon générale, cette Mégane est particulièrement agréable à conduire. Lors de l'essai, réalisé véhicule chargé et avec une forte proportion autoroutière, la consommation s'est établie à 6,9 litres aux cent kilomètres, ce qui peut être considéré comme normal dans la catégorie compte tenu des circonstances d'utilisation, même si c'est nettement plus que les chiffres officiels. Avec 135 g de CO2 émis par kilomètre, la Mégane 1.9 dCi 130 n'est ni gratifiée ni pénalisée par le bonus / malus "écologique". Comme sur la Laguna III, les suspensions de la nouvelle Mégane ont été affermies par rapport au modèle précédent. A faible allure, on déplore quelques trépidations de suspensions occasionnées par les revêtements inégaux. La situation s'arrange en prenant de la vitesse, mais l'ensemble demeure plutôt ferme, toutefois sans excès. Par contre, les sièges offrent une assise agréable et un bon maintien lombaire et la banquette arrière n'est pas en reste. La direction à assistance électrique a été recalibrée et elle propose désormais souplesse à faible vitesse et consistance en roulant plus vite. La sécurité est assurée par une tenue de route très difficile à prendre en défaut et surveillée par un ESP (en série à partir de Dynamique), un freinage performant et une sécurité passive permettant à la Mégane de décrocher le score le plus élevé jamais atteint aux tests Euro NCAP (37/37).

Du choix

Pour commencer, la Mégane III berline est proposée avec quatre moteurs, chacun en deux versions et cinq niveaux d'équipements avec les dénominations en vigueur chez RENAULT (Authentique, Expression, Carminat, Dynamique, Privilège). Compte-tenu du peu d'intérêt des Français, et de plus en plus d'Européens, pour les moteurs à essence, un seul bloc 1.6 16v 110 est proposé, quand même décliné en deux variantes, essence et éthanol, affichées aux mêmes prix, de 18.400 € (Authentique) à 20.600 € (Carminat) plus 200 € de malus CO2. Les motorisations diesel sont plus nombreuses avec le 1.5 dCi 85 ou 90 avec FAP (Filtre A Particules + 400 €), de 19.600 € (Authentique) à 21.800 € (Carminat) et le 1.5 dCi 105 ou 110 avec FAP (+ 400 €), de 21.000 € (Authentique) à 24.400 € (Privilège). Tous les moteurs 1.5 dCi bénéficient d'un bonus CO2 de 700 €. Enfin, le diesel le plus puissant actuellement proposé est le 1.9 dCi 130 sans ou avec FAP (+ 400 €), de 23.100 € (Expression) à 25.200 € (Privilège), sans bonus ni malus CO2.

Des équipements

Dès le premier niveau d'équipement, Authentique, la Mégane III est bien dotée avec notamment la climatisation (manuelle), la radio CD MP3, l'ordinateur de bord, les vitres avant et arrière électriques, le régulateur / limiteur de vitesse, six airbags, l'ABS avec aide au freinage d'urgence… Pour 1.300 € supplémentaires, la finition Expression apporte la climatisation automatique bi-zone, les antibrouillards, l'allumage automatique des phares et des essuie-glaces, Carminat pour 900 € de plus qu'Expression amène le GPS couleur, Dynamique pour 1.100 € de plus qu'Expression propose la radio hi-fi, le correcteur de trajectoire EPS, les jantes alu, la carte démarrage mains libres et la très chic Privilège (Dynamique + 1.000 €) dispose de la sellerie mixte cuir-tissu, des sur-tapis, de l'aide au parking avant / arrière, etc…

Rupture de style

Si certains constructeurs sont passés maîtres dans l'évolution en douceur d'une génération à une autre de leurs modèles, notamment VOLKSWAGEN avec la Golf, RENAULT a remis à plat le style de chaque génération de Mégane. Cette Mégane troisième du nom a perdu le côté "décalé" de la précédente, qui ne plaisait pas à tous, tout en conservant une certaine personnalité. L'avant, avec son capot nervuré et ses phares avec le nouveau "regard" RENAULT est expressif, mais c'est de profil que la rupture avec la Mégane II est la plus marquée. Terminé le chapeau haut de forme, place à des lignes de toit fuyantes et à une ceinture de caisse haute et remontant vers l'arrière, donnant à cette berline un aspect râblé. L'arrière aussi a beaucoup évolué et un hayon arrondi remplace avantageusement la vitre verticale et le couvercle de coffre incliné du modèle précédent.

Intérieur moderne

L'intérieur de la nouvelle Mégane est très valorisant avec de beaux matériaux bien assemblés, de couleurs claires dans la livrée Privilège. La qualité perçue a fait un grand pas en avant et l'impression d'ensemble est très favorable. L'ergonomie ne prête pas le flanc à la critique, avec les commandes à portée de doigts, sans avoir à lâcher le volant. De prime abord, le mélange de compteurs analogiques (compte-tours) et numériques (vitesse) est surprenant. A l'usage, l'affichage en clair de la vitesse permet, d'un coup d'œil rapide, de connaître précisément la vitesse exacte du véhicule, sans risque d'erreur d'interprétation, ce qui est précieux en ces temps de limitations généralisées. A contrario, une aiguille se déplaçant sur un grand cadran de compte-tours est plus "parlante" que des diodes s'allumant sur un graphe symbolisant les montées en régime.

Habitabilité moyenne

Suivant la tendance actuelle, la Mégane a pris quelques centimètres par rapport à sa devancière. C'est le coffre qui en profite le plus. Avec 405 litres, c'est même un des plus grands de la catégorie. Si l'on opte pour la roue de secours "normale" (option gratuite), en remplacement du kit de réparation, il faut bien retirer 30 à 40 litres au volume annoncé, ce qui laisse quand même un espace intéressant, que l'on pourra agrandir grâce à la banquette disposant de la fonctionnalité 1/3-2/3. L'habitabilité est satisfaisante à l'avant et les multiples réglages du siège et du volant permettent au conducteur d'ajuster sa position de conduite "au millimètre". Les passagers arrière ont moins d'aisance, surtout s'ils sont assez grands. La ligne de toit s'abaissant vers l'arrière, la garde au toit n'est pas très importante et l'accès à ces places, à cause de portes relativement petites, n'est pas particulièrement aisé.

Douce en ville

A partir de la finition Dynamique, la Mégane est équipée de la carte mains libres permettant d'ouvrir la voiture en effleurant une des poignées et de la démarrer en appuyant sur "Start/Stop" sans avoir à l'insérer dans un quelconque emplacement. Le 1.9 dCi tourne au ralenti sans vibrations ni claquements. Le frein à main électrique se déverrouille tout seul dès que l'on embraye et en ville, la souplesse du moteur permet de se déplacer sur un filet de gaz. La boîte de vitesses est par ailleurs d'un maniement net et précis. Tout va bien jusqu'au moment où il faut faire une marche arrière. Avec des vitres latérales arrière très petites, des panneaux de custode épais et le coffre remontant assez haut, la visibilité pour manœuvrer est limitée. Heureusement l'aide au parking (de série sur Privilège) prévient de la proximité des obstacles. Sur les versions en étant dépourvu, il faudra reculer avec précaution, d'autant que les seules protections dont la carrosserie est pourvue se situent en bas des portières. Ailleurs, c'est directement la peinture...

Tonique sur route

Souple et docile en ville, le 1.9 dCi 130 se montre vigoureux sur route. Le couple important, 30,6 mkg à 1.750 tr/mn, permet de maintenir la sixième vitesse en toutes circonstances, mais la cinquième offre quand même plus de ressources pour de prompts dépassements. On apprécie également son silence de fonctionnement, d'autant plus que les bruits aérodynamiques et de roulement sont également bien filtrés. D'une façon générale, cette Mégane est particulièrement agréable à conduire. Lors de l'essai, réalisé véhicule chargé et avec une forte proportion autoroutière, la consommation s'est établie à 6,9 litres aux cent kilomètres, ce qui peut être considéré comme normal dans la catégorie compte tenu des circonstances d'utilisation, même si c'est nettement plus que les chiffres officiels. Avec 135 g de CO2 émis par kilomètre, la Mégane 1.9 dCi 130 n'est ni gratifiée ni pénalisée par le bonus / malus "écologique". Comme sur la Laguna III, les suspensions de la nouvelle Mégane ont été affermies par rapport au modèle précédent. A faible allure, on déplore quelques trépidations de suspensions occasionnées par les revêtements inégaux. La situation s'arrange en prenant de la vitesse, mais l'ensemble demeure plutôt ferme, toutefois sans excès. Par contre, les sièges offrent une assise agréable et un bon maintien lombaire et la banquette arrière n'est pas en reste. La direction à assistance électrique a été recalibrée et elle propose désormais souplesse à faible vitesse et consistance en roulant plus vite. La sécurité est assurée par une tenue de route très difficile à prendre en défaut et surveillée par un ESP (en série à partir de Dynamique), un freinage performant et une sécurité passive permettant à la Mégane de décrocher le score le plus élevé jamais atteint aux tests Euro NCAP (37/37).

La Mégane III est bien née. Les qualités fondamentales recherchées dans cette catégorie - sécurité, agrément, économie - sont parmi les meilleures de la catégorie, même si l'on regrette les suspensions assez fermes et une habitabilité arrière un peu juste. Ces qualités sont habillées par une carrosserie aux lignes agréables et plus consensuelles que celles de la précédente. Souhaitons à RENAULT que la Mégane rencontre le succès. Elle le vaut bien !

Daniel DECHENE

2009-02-14