SUBARU Impreza WRX STI version Club

ESPACE SPORTIVE
  • Moteur boxeur performant
  • Comportement routier et tenue de route
  • Equipement
  • Habitabilité aux places arrière
  • Matériaux et finition
  • Freins

Prix : 47 800 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres à plat – 16 soupapes Essence, turbocompressé
Cylindrée 2457 cm³
Puissance maxi 300 ch à 6000 tr/min
Couple maxi 41.50 mkg à 4000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.41 m
Largeur 1.79 m
Hauteur 1.47 m

Poids

Total 1505 kg

Capacités

Coffre de 240 à 950 dm³
Réservoir 60 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 250 km/h
0 à 100 km/h 5.20 s

Environnement

Emission CO2 243 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 8.20
Urbaine 13.80
Mixte 10.30
Essai 0.00

Véritable bête de piste

Le simple nom de SUBARU suffit à évoquer la sportivité. Depuis 1994, la STI (SUBARU Tecnica International) fait le bonheur des amoureux de belles mécaniques, à la recherche de performances pour un prix défiant toute concurrence. Emblème de la marque SUBARU, grâce à ses victoires passées en championnat du monde des rallyes, la nouvelle Impreza version WRC arrive en 2008, dans sa troisième génération, forte de ses 306 chevaux et de sa transmission intégrale. Cette nouvelle génération de la WRX STI abandonne la version tri-corps pour une version plus compacte. Il reste à savoir si, pour perpétuer la tradition, les performances feront couler autant d'encre que son design…

Moins exubérante

La SUBARU Impreza arrive sur nos routes dans une nouvelle livrée et devient plus compacte, abandonnant par la même occasion ses formes extérieures exubérantes. Fini donc les ailerons ou autres appendices apparents, la nouvelle SUBARU fait dans la discrétion. Comme les anciennes versions, le style de l’Impreza n’est toujours pas son point fort et les nouvelles lignes deviennent banales même si la STI offre un côté bodybuildé avec ses ailes élargies et son style propre. En y regardant de plus près, on remarque des petits détails qui font toute la différence comme les prises d’air dans le bouclier avant, le becquet sur la lunette arrière, les doubles sorties d’échappement et surtout l’extracteur d’air arrière pour canaliser les flux d’air et augmenter la stabilité. Plus sobre me direz vous la nouvelle Impreza ? La version STI sait quand même faire du tape à l’œil surtout dans sa version club à la robe bleu SUBARU et aux jantes dorées. L’intérieur de la STI n’a jamais été un exemple de finition et la nouvelle version 2008 n’échappe pas à la règle. A l’ouverture de la portière, on remarquera que les plastiques sont durs et de qualité moyenne. On note cependant un grand plus au niveau de l’équipement et de la finition même si celle-ci n'est pas au standard des marques allemandes. Intérieurement, elle accueille quatre personnes dans un confort acceptable pour une familiale. Côté équipement, on retrouve le principal avec un kit radio/GPS de dernière génération, une climatisation automatique et quelques petits gadgets. Les sièges baquet très enveloppants permettent d’épouser le corps et de trouver un bon maintien aussi bien en conduite familiale qu’en position sportive. Il ne faut cependant pas perdre de vue que la "SUB" n’est autre qu’une véritable machine de rallye adaptée pour la route. C’est dans ses performances que l’on mesure une SUBARU. Ne vous y trompez pas, tout est fait dans cette auto pour la performance… Côte route, la nouvelle SUBARU WRX STI présente un empattement plus grand (+85 mm), des voies élargies à l’avant comme à l’arrière pour augmenter la stabilité de l’auto mais point négatif qui vont naturellement à contre courant de l’agilité. Plus sage, la nouvelle SUBARU alors ? Loin de là... Avec son moteur survitaminé et la commande centrale du différentiel contrôlé électromagnétiquement qui assure agilité et stabilité dans chacun des modes disponibles, la STI est un monstre d’efficacité. Vous pouvez dès lors choisir entre trois positions : une soft (mode auto) par défaut pour une utilisation au quotidien où l’électronique se charge de tout, une plus stable (mode auto +) qui favorise la motricité sur route glissante et surtout le mode – Ce dernier favorise l’agilité et la réactivité de l’auto dans les enchainements de virage, de quoi redonner vie et tout son sens à la bête qui sommeille sous le capot. À tous ces dispositifs vient s'ajouter le différentiel arrière Torsen piloté qui est capable de rediriger en virage le couple vers la roue extérieure. Côte moteur, le boxer (dont les cylindres sont disposés à plat de part et d’autre du vilebrequin) fait toujours autant de merveilles depuis sa création en 1965. Poussé à 2,5 litres, turbocompressé et équipé d’un calage variable des soupapes d’admission et d’échappement, le moteur de la WRX STI offre 300 chevaux à 6.000 tr/mn pour un couple de 407 Nm à 4.000 tr/mn. L’échangeur agrandi et les sorties d’air participent de leur côté, au meilleur refroidissement du moteur. Cet ensemble est complété par le "SI-Drive" qui permet de choisir trois cartographies moteur au moyen d’une molette située sur la console centrale. Le mode "intelligent" permet d’abaisser la consommation, offre une souplesse et un meilleur confort pour une utilisation au quotidien. Le mode " Sharp sport " permet d’exploiter toute la cavalerie au maximum avec une réponse immédiate à l’accélération de façon à "enrhumer" plus d’une sportive à l’accélération. Ces deux modes sont complétés par le mode "sport" qui correspond à la plupart des conditions rencontrées au jour le jour avec une réactivité linéaire. Passons maintenant aux choses sérieuses. Direction la route… Bien calé dans le siège baquet, une simple pression sur le bouton 'Start' et la bête commence à ronronner. Aux premiers tours de roues, l’utilisation de la "SUB" est facile et on se laisse rapidement prendre au plaisir de conduire dans une insonorisation acceptable, en grand progrès par rapport aux anciens modèles. Mais une SUBARU n’a de nom qu’en utilisation sportive. Alors direction les petites routes de campagne pour vérifier le dicton. Si vous voulez réellement vous faire plaisir, déconnectez l’électronique et passez en mode "Sharp sport", les sensations sont garanties et on se rend compte que la WRX STI est bel et bien la bête de rallye WRC que l’on peut connaître. Les virages s’enchainent à la volée, le moteur prend des tours plus qu’il n’en faut, les suspensions (à éléments inversés à l’avant et à double triangulation à l’arrière) absorbent la route sans rechigner et collent littéralement la voiture au bitume. Quant au train avant, il se place idéalement dans les courbes… Et quel bonheur de disposer encore d’une boîte mécanique à six rapports qui permet réellement de se faire plaisir à l’ancienne, tout au pilotage même si cette dernière accroche parfois. Conduire une Impreza, c’est du sport à l’état pur ! Un cocktail tout aussi savoureux qu’enivrant. Il faut faire preuve d’une bonne maîtrise de soi pour ne pas se laisser emporter par son enthousiasme. Seule petite ombre à ce tableau, les freins à disques ventilés Brembo m’ont semblé un peu sous dimensionnés. Un problème récurrent de la STI, en essai intensif.. A noter qu’en conduite sportive (mode "Sharp sport"), les consommations s’envolent à plus de 20 litres au cent kilomètres.

Une finition en réelle évolution

L’intérieur de la STI n’a jamais été un exemple de finition et la nouvelle version 2008 n’échappe pas à la règle. A l’ouverture de la portière, on remarquera que les plastiques sont durs et de qualité moyenne. On note cependant un grand plus au niveau de l’équipement et de la finition même si celle-ci n'est pas au standard des marques allemandes. Intérieurement, elle accueille quatre personnes dans un confort acceptable pour une familiale. Côté équipement, on retrouve le principal avec un kit radio/GPS de dernière génération, une climatisation automatique et quelques petits gadgets. Les sièges baquet très enveloppants permettent d’épouser le corps et de trouver un bon maintien aussi bien en conduite familiale qu’en position sportive. Il ne faut cependant pas perdre de vue que la "SUB" n’est autre qu’une véritable machine de rallye adaptée pour la route. C’est dans ses performances que l’on mesure une SUBARU. Ne vous y trompez pas, tout est fait dans cette auto pour la performance…

L'électronique utilisée à bon escient

Côte route, la nouvelle SUBARU WRX STI présente un empattement plus grand (+85 mm), des voies élargies à l’avant comme à l’arrière pour augmenter la stabilité de l’auto mais point négatif qui vont naturellement à contre courant de l’agilité. Plus sage, la nouvelle SUBARU alors ? Loin de là... Avec son moteur survitaminé et la commande centrale du différentiel contrôlé électromagnétiquement qui assure agilité et stabilité dans chacun des modes disponibles, la STI est un monstre d’efficacité. Vous pouvez dès lors choisir entre trois positions : une soft (mode auto) par défaut pour une utilisation au quotidien où l’électronique se charge de tout, une plus stable (mode auto +) qui favorise la motricité sur route glissante et surtout le mode – Ce dernier favorise l’agilité et la réactivité de l’auto dans les enchainements de virage, de quoi redonner vie et tout son sens à la bête qui sommeille sous le capot. À tous ces dispositifs vient s'ajouter le différentiel arrière Torsen piloté qui est capable de rediriger en virage le couple vers la roue extérieure.

Encore plus de punch dans le "boxer"

Côte moteur, le boxer (dont les cylindres sont disposés à plat de part et d’autre du vilebrequin) fait toujours autant de merveilles depuis sa création en 1965. Poussé à 2,5 litres, turbocompressé et équipé d’un calage variable des soupapes d’admission et d’échappement, le moteur de la WRX STI offre 300 chevaux à 6.000 tr/mn pour un couple de 407 Nm à 4.000 tr/mn. L’échangeur agrandi et les sorties d’air participent de leur côté, au meilleur refroidissement du moteur. Cet ensemble est complété par le "SI-Drive" qui permet de choisir trois cartographies moteur au moyen d’une molette située sur la console centrale. Le mode "intelligent" permet d’abaisser la consommation, offre une souplesse et un meilleur confort pour une utilisation au quotidien. Le mode " Sharp sport " permet d’exploiter toute la cavalerie au maximum avec une réponse immédiate à l’accélération de façon à "enrhumer" plus d’une sportive à l’accélération. Ces deux modes sont complétés par le mode "sport" qui correspond à la plupart des conditions rencontrées au jour le jour avec une réactivité linéaire.

Véritablement collée à la route

Passons maintenant aux choses sérieuses. Direction la route… Bien calé dans le siège baquet, une simple pression sur le bouton 'Start' et la bête commence à ronronner. Aux premiers tours de roues, l’utilisation de la "SUB" est facile et on se laisse rapidement prendre au plaisir de conduire dans une insonorisation acceptable, en grand progrès par rapport aux anciens modèles. Mais une SUBARU n’a de nom qu’en utilisation sportive. Alors direction les petites routes de campagne pour vérifier le dicton. Si vous voulez réellement vous faire plaisir, déconnectez l’électronique et passez en mode "Sharp sport", les sensations sont garanties et on se rend compte que la WRX STI est bel et bien la bête de rallye WRC que l’on peut connaître. Les virages s’enchainent à la volée, le moteur prend des tours plus qu’il n’en faut, les suspensions (à éléments inversés à l’avant et à double triangulation à l’arrière) absorbent la route sans rechigner et collent littéralement la voiture au bitume. Quant au train avant, il se place idéalement dans les courbes… Et quel bonheur de disposer encore d’une boîte mécanique à six rapports qui permet réellement de se faire plaisir à l’ancienne, tout au pilotage même si cette dernière accroche parfois. Conduire une Impreza, c’est du sport à l’état pur ! Un cocktail tout aussi savoureux qu’enivrant. Il faut faire preuve d’une bonne maîtrise de soi pour ne pas se laisser emporter par son enthousiasme. Seule petite ombre à ce tableau, les freins à disques ventilés Brembo m’ont semblé un peu sous dimensionnés. Un problème récurrent de la STI, en essai intensif.. A noter qu’en conduite sportive (mode "Sharp sport"), les consommations s’envolent à plus de 20 litres au cent kilomètres.

Le grand changement de la SUBARU Impreza STI, en dehors du design, vient de l’intégration de l’électronique. Cette nouvelle version devient ainsi plus sage et utilisable au quotidien mais ne perd en rien de son tempérament sportif et agressif. Un grand bravo aux ingénieurs de SUBARU qui, à chaque nouvelle version, nous offrent encore plus de plaisir de conduire. Personnellement j’adore…

Stéphane PEREZZAN

2009-04-30