FORD Ka 1.2 Ambiente

ESPACE CITADINE
  • Bouille sympathique
  • Agilité en ville
  • Consommation
  • Equipement trop chiche
  • Habitabilité réduite
  • Prix

Prix : 9 240 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 8 soupapes Essence injection indirecte
Cylindrée 1242 cm³
Puissance maxi 69 ch à 5500 tr/min
Couple maxi 10.40 mkg à 3000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 3.62 m
Largeur 1.66 m
Hauteur 1.70 m

Poids

Total 865 kg

Capacités

Coffre de 224 à 747 dm³
Réservoir 35 L
Nb de places 4

Performances

Vitesse maxi 159 km/h
0 à 100 km/h 13.10 s

Environnement

Emission CO2 119 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.40
Urbaine 6.30
Mixte 5.10
Essai 0.00

Mini James Bond girl

En pleine apogée de l'"Edge design", FORD avait surpris en 1996 en sortant ce petit ovni de Ka première génération, avec ses lignes tout en rondeur, son gros popotin en plastique et son aptitude pour la ville. Malgré quelques défauts dont l'appétit prononcé de son moteur Endura-E 1.3, après quelques dérivés réussis comme le cabriolet StreetKa ou la SportKA et plus de 1.400.000 exemplaires vendus, la petite FORD se refait une beauté et emprunte les dessous d'une autre star du moment : miss FIAT 500. Nous essayons aujourd'hui la version de base dénommée Ambiente.

Moins décalée

La Ka de première génération avait une véritable personnalité avec un avant fin et réussi et un arrière qui, à cause des boucliers proéminents en plastique non peint et de ses rondeurs prononcées, a largement contribué au décalage de cette petite citadine. Le design de cette nouvelle mouture s'est adouci. Moins radicale, la nouvelle Ka arbore un nez et des phares effilés et surtout une poupe moins arrondie et plus verticale, avec des boucliers maintenant peints. Elle a cependant gardé cette ligne de profil caractéristique avec un pavillon fuyant vers l'arrière, puis remontant légèrement au niveau de la casquette de porte de coffre. Au final, l'ensemble est réussi, avec cependant un faux air de CHEVROLET Matiz et, à notre avis, une certaine lourdeur des flancs arrière. Pour l'aspect pratique et de robustesse, cette nouvelle génération néglige, comme la précédente, les baguettes de côté de caisse pourtant bien utiles en ville. La gamme de la nouvelle FORD Ka est organisée en deux niveaux, Ambiente et Titanium. Malgré un prix pas si mesuré, l'entrée de gamme propose vraiment le service minimum, à savoir la direction assistée. Pour les vitres ou rétroviseurs électriques, la radio, la condamnation centralisée, les antibrouillards ou la climatisation, il faudra consulter la liste des options ou vous faire une raison. Si vous ne devez cependant prendre qu'une option, optez sans hésiter pour la fermeture centralisée, avec télécommande. FORD a eu en effet l'idée de génie de réduire manifestement les coûts en ne mettant qu'un seul canon de serrure, sur la porte conducteur du véhicule. Donc si vous approchez de votre voiture du côté passager, en vous étant garé à droite de la chaussée par exemple, et que celle-ci est fermée à clé, il vous en faudra systématiquement faire le tour pour pouvoir l'ouvrir. C'est tout bonnement horripilant ! La précédente génération qui était également proposée sans fermeture centralisée en entrée de gamme avait, elle, une serrure sur chaque porte. Le confort des places avant est correct si vous n'êtes pas trop large d'épaules et ce malgré les réglages réduits à la simple avancée de siège. Les plastiques de la planche de bord et des contre-portes sont agréables à l'œil mais peu au toucher. Ils sont cependant moins sensibles aux rayures que la précédente génération. Miss Ka propose maintenant une vraie boîte à gant mais la contenance en reste limitée. Parmi les détails qui déçoivent, on pourra citer l'habitabilité plus que modeste aux places arrière, mais vu le gabarit très réduit de l'auto, ce point n'est guère surprenant et est identique à l'ancien modèle. Le coffre paraît, et est en fait d'une petite trentaine de litres, plus grand que la précédente génération. Bonne nouvelle, le petit bloc de 1,2 litre procure une agilité et un agrément de premier ordre en ville. L'assistance de direction bienvenue participe à l'impression générale de facilité et la voiture, de par sans doute son poids mesuré, montre une nervosité appréciable à basse vitesse. En sortant du cocon urbain, le petit berlingot montre vite son manque d'allonge mais il permet quand même d'atteindre rapidement, et sereinement, la limite des vitesses légales sur route ouverte. Ce ne sera bien sûr pas le même tableau en charge avec quatre personnes à bord. On regrettera juste une petite imprécision de direction et un train arrière un petit peu sautillant et joueur, qui pourrait bien gêner et provoquer de mauvaises sensations sur route mouillée. En termes d'ergonomie et de confort en roulant, le bilan sonore de l'auto se situe dans la moyenne basse de la catégorie des minis et le confort est assez sec. La position "aérienne" du levier de changement de vitesses, sur la console comme sur la FIAT 500, ne procure aucune gêne. Il reste à signaler l'implantation surprenante de la commande d’ouverture de capot, en bas du pied avant côté conducteur, exactement là ou vous irez naturellement poser votre pied gauche. Heureusement cette commande a été carénée et ne présente pas d'arête vive. Vous n'y laisserez donc pas le cuir de vos chaussures mais serez juste un peu gêné au départ. En termes de sécurité, cette voiture basée sur la plateforme de la FIAT 500 n'a cependant obtenu que quatre étoiles au crash-test EURO NCAP au lieu de cinq pour la FIAT. Ceci constitue cependant un bon résultat en soi pour une mini citadine et la met au niveau d'une RENAULT Twingo par exemple.

Finition correcte mais radine

La gamme de la nouvelle FORD Ka est organisée en deux niveaux, Ambiente et Titanium. Malgré un prix pas si mesuré, l'entrée de gamme propose vraiment le service minimum, à savoir la direction assistée. Pour les vitres ou rétroviseurs électriques, la radio, la condamnation centralisée, les antibrouillards ou la climatisation, il faudra consulter la liste des options ou vous faire une raison. Si vous ne devez cependant prendre qu'une option, optez sans hésiter pour la fermeture centralisée, avec télécommande. FORD a eu en effet l'idée de génie de réduire manifestement les coûts en ne mettant qu'un seul canon de serrure, sur la porte conducteur du véhicule. Donc si vous approchez de votre voiture du côté passager, en vous étant garé à droite de la chaussée par exemple, et que celle-ci est fermée à clé, il vous en faudra systématiquement faire le tour pour pouvoir l'ouvrir. C'est tout bonnement horripilant ! La précédente génération qui était également proposée sans fermeture centralisée en entrée de gamme avait, elle, une serrure sur chaque porte. Le confort des places avant est correct si vous n'êtes pas trop large d'épaules et ce malgré les réglages réduits à la simple avancée de siège. Les plastiques de la planche de bord et des contre-portes sont agréables à l'œil mais peu au toucher. Ils sont cependant moins sensibles aux rayures que la précédente génération. Miss Ka propose maintenant une vraie boîte à gant mais la contenance en reste limitée. Parmi les détails qui déçoivent, on pourra citer l'habitabilité plus que modeste aux places arrière, mais vu le gabarit très réduit de l'auto, ce point n'est guère surprenant et est identique à l'ancien modèle. Le coffre paraît, et est en fait d'une petite trentaine de litres, plus grand que la précédente génération.

Plus à l'aise en ville

Bonne nouvelle, le petit bloc de 1,2 litre procure une agilité et un agrément de premier ordre en ville. L'assistance de direction bienvenue participe à l'impression générale de facilité et la voiture, de par sans doute son poids mesuré, montre une nervosité appréciable à basse vitesse. En sortant du cocon urbain, le petit berlingot montre vite son manque d'allonge mais il permet quand même d'atteindre rapidement, et sereinement, la limite des vitesses légales sur route ouverte. Ce ne sera bien sûr pas le même tableau en charge avec quatre personnes à bord. On regrettera juste une petite imprécision de direction et un train arrière un petit peu sautillant et joueur, qui pourrait bien gêner et provoquer de mauvaises sensations sur route mouillée. En termes d'ergonomie et de confort en roulant, le bilan sonore de l'auto se situe dans la moyenne basse de la catégorie des minis et le confort est assez sec. La position "aérienne" du levier de changement de vitesses, sur la console comme sur la FIAT 500, ne procure aucune gêne. Il reste à signaler l'implantation surprenante de la commande d’ouverture de capot, en bas du pied avant côté conducteur, exactement là ou vous irez naturellement poser votre pied gauche. Heureusement cette commande a été carénée et ne présente pas d'arête vive. Vous n'y laisserez donc pas le cuir de vos chaussures mais serez juste un peu gêné au départ. En termes de sécurité, cette voiture basée sur la plateforme de la FIAT 500 n'a cependant obtenu que quatre étoiles au crash-test EURO NCAP au lieu de cinq pour la FIAT. Ceci constitue cependant un bon résultat en soi pour une mini citadine et la met au niveau d'une RENAULT Twingo par exemple.

Souris des villes De par son gabarit limité et ses prestations dynamiques, cette nouvelle FORD Ka semble donc bien destinée à l'espace urbain. Les équipements sont cependant très limités dans cette version d'entrée de gamme, et miss Ka aura fort à faire pour batailler dans le secteur. Elle a cependant pour elle sa bouille et son style, et sa consommation mesurée devrait l'aider à obtenir sa place au soleil.

Frédéric JOUSSET

2009-05-20