CITROEN C5 Tourer HDi 140 FAP Exclusive

ESPACE BREAK
  • Ligne extérieure
  • Finition intérieure
  • Silence de fonctionnement
  • Poids/Puissance
  • Largeur aux places arrière

Prix : 32 650 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres- 16 soupapes Turbo diesel injection directe - rampe commune
Cylindrée 1997 cm³
Puissance maxi 140 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 34.30 mkg à 2000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.83 m
Largeur 1.86 m
Hauteur 1.49 m

Poids

Total 1655 kg

Capacités

Coffre de 505 à 1490 dm³
Réservoir 70 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 200 km/h
0 à 100 km/h 10.90 s

Environnement

Emission CO2 155 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.90
Urbaine 7.60
Mixte 5.90
Essai 6.80

La page est tournée

Oubliez tout ce que vous avez pu entendre, lire ou voir sur la C5 première génération. Avec cette nouvelle venue, CITROËN a vraiment tourné la page. La berline connaît un franc succès et cette version Tourer ne devrait que confirmer une image déjà très statutaire. Très affirmée, la ligne du C5 Tourer est sur les traces des anneaux germaniques et sans faire trop de chauvinisme, on peut penser que l’élève a égalé le maître.

Rien à redire

J’ai beau tourné autour, sous cette belle lumière de printemps, je ne trouve rien à redire au design de cette très belle française. Toutes les recettes de style ont été capitalisées. Deux discrètes moulures du capot moteur viennent mourir sur les optiques des phares structurées abritant un système bi-xénon directionnel. La face avant, massive et verticale, accueille des projecteurs antibrouillard et une large entrée d’air soulignée de chrome. La hauteur au dessus des passages de roues est réduite, tout comme les porte-à-faux, ce qui met en valeur les jantes de 17 pouces au dessin dynamique. De profil, la ligne est tendue, avec une ceinture de caisse assez haute et une hauteur de pavillon modérée. Le pare-brise très incliné plonge sous le capot pour y dissimuler les essuie-glaces. Les barres de toit, de série sur cette finition, sont esthétiquement réussies mais n’apportent rien en termes de style. Ce n’est pas le cas de la casquette de hayon qui, associée au dessin des feux arrière, communique la touche finale de sportivité. Dynamique et séduisante, la ligne de ce C5 Tourer n’a rien à envier à une concurrence ciblée outre-Rhin. Une fois n’est pas coutume, et comme nous avons à faire à un break destiné à recevoir des bagages, nous allons commencer notre analyse de l’habitacle par le coffre. Une pression sur la télécommande suffit pour déclencher l’ouverture comme la fermeture motorisée de celui-ci. Ceci apparaîtra peut-être comme un gadget à certains, mais il faut reconnaître que cela évite de se salir les mains sur la poupe souvent poussiéreuse de ce genre de carrosserie. Avec 505 litres, le volume n’est pas exceptionnel mais dans la moyenne des véhicules plus "stylés" qu’utilitaires. L'habillage intérieur est soigné et la moquette épaisse reçoit des rails permettant de faire glisser les valises. Au rayon des astuces technologiques propres à la marque, l'éclairage du coffre intègre une lampe torche rechargeable et amovible et une commande permet de faire varier le seuil de chargement d'une quinzaine de centimètres en agissant sur la suspension pneumatique. Si le volume de chargement disponible ne vous suffit pas, la banquette arrière se rabat facilement pour laisser place à un plancher plat et près d'un mètre cube et demi de volume. Installons-nous maintenant à bord. Avant même de s'asseoir, l'épaisseur des portières est impressionnante et laisse présager le soin particulier apporté par CITROËN à la qualité perçue et bien réelle. Sur cette finition dotée d'une sellerie cuir beige clair, l'ambiance intérieure dégage de la classe et du raffinement. Les sièges chauffants aux multiples réglages électriques mémorisables sont d'un confort exemplaire. Le tableau de bord et la console centrale sont également traités avec le plus grand soin. Les matériaux et leurs ajustements sont équivalents à ce qui ce fait de mieux dans cette gamme de véhicule. Quant au design général, la marque au chevons a laissé de côté l'insolite pour nous proposer des lignes harmonieuses combinant des plastiques souples grainés et de l'aluminium brossé. L'ensemble est de façon unanime très réussi. Au rayon de la technologie au service du conducteur, le C5 Tourer offre une multitude de fonctions et d'automatismes. L'ensemble des commandes est distribué entre la console centrale et le moyeu fixe du volant. La multitude de boutons et molettes est un peu déroutante au début et un certain apprentissage reste nécessaire pour maîtriser l'ensemble. Au niveau informations, les compteurs à aiguilles possèdent tous un écran central paramétrable permettant d'afficher les paramètres de conduite comme les informations issues du système audio ou du GPS. Bien sûr, ces derniers disposent également d'un écran couleur dédié. Mécaniquement, on retrouve le traditionnel 2 litres HDi de 140 chevaux. Le bruit extérieur du moteur, sans atteindre la sonorité des mécaniques munichoises, est bien maîtrisé grâce à un bon '"encapsulage" dans son compartiment. Au volant, la discrétion de ce diesel approche ce qui se fait de mieux. La commande de la boîte six vitesses est très douce sans être un modèle de précision. Il faut pourtant en user régulièrement pour relancer la masse du véhicule qui a les défauts de ses qualités. Un peu creux sous 2.000 tr/mn, le système "overboost" offre au-delà, un surcroît de couple permettant d'honnêtes reprises. Dans ces conditions, il sera difficile de maîtriser une consommation sous la barre des sept litres aux cent kilomètres. L'excellente suspension oléopneumatique de troisième génération associée à une insonorisation soignée permet d'avaler des centaines de kilomètres dans un confort acoustique hors pair. A l'arrière, les deux premiers passagers seront très bien traités en largeur d'assise alors que le troisième se contentera de la partie centrale plate de la banquette et du dossier.

Du coffre pour soigner les bagages

Une fois n’est pas coutume, et comme nous avons à faire à un break destiné à recevoir des bagages, nous allons commencer notre analyse de l’habitacle par le coffre. Une pression sur la télécommande suffit pour déclencher l’ouverture comme la fermeture motorisée de celui-ci. Ceci apparaîtra peut-être comme un gadget à certains, mais il faut reconnaître que cela évite de se salir les mains sur la poupe souvent poussiéreuse de ce genre de carrosserie. Avec 505 litres, le volume n’est pas exceptionnel mais dans la moyenne des véhicules plus "stylés" qu’utilitaires. L'habillage intérieur est soigné et la moquette épaisse reçoit des rails permettant de faire glisser les valises. Au rayon des astuces technologiques propres à la marque, l'éclairage du coffre intègre une lampe torche rechargeable et amovible et une commande permet de faire varier le seuil de chargement d'une quinzaine de centimètres en agissant sur la suspension pneumatique. Si le volume de chargement disponible ne vous suffit pas, la banquette arrière se rabat facilement pour laisser place à un plancher plat et près d'un mètre cube et demi de volume.

Qualité perçue et bien réelle

Installons-nous maintenant à bord. Avant même de s'asseoir, l'épaisseur des portières est impressionnante et laisse présager le soin particulier apporté par CITROËN à la qualité perçue et bien réelle. Sur cette finition dotée d'une sellerie cuir beige clair, l'ambiance intérieure dégage de la classe et du raffinement. Les sièges chauffants aux multiples réglages électriques mémorisables sont d'un confort exemplaire. Le tableau de bord et la console centrale sont également traités avec le plus grand soin. Les matériaux et leurs ajustements sont équivalents à ce qui ce fait de mieux dans cette gamme de véhicule. Quant au design général, la marque au chevons a laissé de côté l'insolite pour nous proposer des lignes harmonieuses combinant des plastiques souples grainés et de l'aluminium brossé. L'ensemble est de façon unanime très réussi. Au rayon de la technologie au service du conducteur, le C5 Tourer offre une multitude de fonctions et d'automatismes. L'ensemble des commandes est distribué entre la console centrale et le moyeu fixe du volant. La multitude de boutons et molettes est un peu déroutante au début et un certain apprentissage reste nécessaire pour maîtriser l'ensemble. Au niveau informations, les compteurs à aiguilles possèdent tous un écran central paramétrable permettant d'afficher les paramètres de conduite comme les informations issues du système audio ou du GPS. Bien sûr, ces derniers disposent également d'un écran couleur dédié.

Silence on roule

Mécaniquement, on retrouve le traditionnel 2 litres HDi de 140 chevaux. Le bruit extérieur du moteur, sans atteindre la sonorité des mécaniques munichoises, est bien maîtrisé grâce à un bon '"encapsulage" dans son compartiment. Au volant, la discrétion de ce diesel approche ce qui se fait de mieux. La commande de la boîte six vitesses est très douce sans être un modèle de précision. Il faut pourtant en user régulièrement pour relancer la masse du véhicule qui a les défauts de ses qualités. Un peu creux sous 2.000 tr/mn, le système "overboost" offre au-delà, un surcroît de couple permettant d'honnêtes reprises. Dans ces conditions, il sera difficile de maîtriser une consommation sous la barre des sept litres aux cent kilomètres. L'excellente suspension oléopneumatique de troisième génération associée à une insonorisation soignée permet d'avaler des centaines de kilomètres dans un confort acoustique hors pair. A l'arrière, les deux premiers passagers seront très bien traités en largeur d'assise alors que le troisième se contentera de la partie centrale plate de la banquette et du dossier.

CITRÖEN confirme avec la C5 sa volonté d'en découdre avec la concurrence d'outre-Rhin. Avec cette version Tourer, ce sont directement les déclinaisons "Avant" et "Touring" qui sont visées. Les cibles sont bien accrochées et la française fait mouche. Le style extérieur, la finition intérieure, et le plaisir de conduire sont réunis pour séduire une clientèle exigeante. Alors en frisant 40.000€, le prix du modèle présenté avec toutes ses options est dans la lignée. Le seul regret à formuler est peut-être un manque de brio côté motorisation.

Sylvain GROSROYAT

2009-06-30