MAZDA 3 1.6L MZ-CD Elégance

ESPACE COMPACTE
  • Ligne "sportive"
  • Agrément de conduite
  • Sobriété et performances
  • Equipement complet de série
  • Reprises à bas régimes en cinquième
  • Banquette arrière ferme
  • Habitabilité et coffre moyens
  • Peu de concessionnaires

Prix : 22 400 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres 16 soupapes Turbo Diesel injection directe par rampe commune
Cylindrée 1560 cm³
Puissance maxi 109 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 24.60 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.46 m
Largeur 1.75 m
Hauteur 1.47 m

Poids

Total 1260 kg

Capacités

Coffre de 340 à 1360 dm³
Réservoir 55 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 185 km/h
0 à 100 km/h 11.00 s

Environnement

Emission CO2 119 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 3.80
Urbaine 5.80
Mixte 4.50
Essai 6.00

Tendance sport

Quatre ans après la première génération, MAZDA commercialise depuis le printemps 2009 une nouvelle version de sa berline compacte au design plus affirmé qui suggère les performances et la sportivité. La nouvelle venue est proposée en France en berline cinq portes avec un choix de deux moteurs à essence 1,6L MZR de 105 chevaux, 2,0L MZR de 150 chevaux et boîte automatique et deux motorisations diesel 1,6L MZ-CD de 109 chevaux, 2,2L MZR-CD de 185 chevaux. Les prix s'échelonnent de 19.600 € à 23.900 € pour les modèles à essence et de 22.400 € à 25.500 € pour les diesels. Nous avons essayé l'entrée de gamme diesel, la 1,6L MZ-CD Elégance, également disponible en version Sport à 23.500 €.

Ligne sportive

MAZDA a voulu une ligne dynamique pour sa nouvelle compacte et je trouve que c'est réussi. De face la MAZDA 3 a fière allure avec son grand capot plongeant sur une calandre suggérant une bouche souriante. Le profil étiré, avec 4,46 mètres de long, la MAZDA 3 est une des plus grandes parmi les compactes, les passages de roues très marqués, la grande nervure au bas des portes et l'imposant becquet de toit dégagent une impression de force confirmée par l'arrière court et râblé. Les flancs galbés et très travaillés ont dû poser quelques soucis aux designers pour positionner des baguettes de protection, donc ils n'en ont pas mis ! La MAZDA 3 n'étant pas par essence une citadine, on peut relativiser la remarque. Par contre, on appréciera les belles jantes de seize pouces, en alliage, livrées en série. La présentation de l'intérieur est avenante et on apprécie la qualité des matériaux et le soin des assemblages. Les sièges et les garnissages sont à dominance noire mais le ciel de toit gris clair et les inserts façon alu sur le volant, la console centrale, le dessus de la boîte à gants contrastent judicieusement. La planche de bord est plaisante avec un beau volant multifonction, gainé de cuir, encadrant deux "compteurs" ronds surplombés chacun d'une casquette. L'ergonomie ne prête guère le flanc à la critique avec notamment une radio et sa grande molette de recherche des stations très pratique et des boutons suffisamment espacés. Les commandes au volant de l'ordinateur de bord, du régulateur de vitesse et de la radio sont plus touffues, mais on a déjà vu pire. Les quinze ou vingt centimètres supplémentaires de la carrosserie par rapport à celles de ses rivales, RENAULT Mégane 4,30 mètres, PEUGEOT 308 4,28 mètres ne se retrouvent pas à l'intérieur, toutefois l'habitabilité est correcte pour quatre adultes qui ne soient quand même ni basketteurs ni haltérophiles. Le coffre non plus n'est pas grandiose et avec ses 340 litres, il se situe dans la moyenne de la catégorie. Les dossiers de la banquette arrière, avec la fonctionnalité 40/60, autorisent jusqu'à 1.360 litres lorsqu'ils sont complètement rabattus, mais la surface de chargement n'est pas parfaitement plane. Par contre, le seuil de chargement bas évite les tours de reins en chargeant les bagages. Comme l'habitabilité, le tarif de la MAZDA 3 est dans le cœur de sa catégorie, mais l'équipement est particulièrement fourni. En fait, tous les équipements actuels de confort et de sécurité sont présents en série, sauf la peinture métallisée, les ouvrants et le démarrage à carte mains libres, et le système de navigation (en série sur la version Sport). Politique de groupe oblige, la MAZDA 3 1,6 L MZ-CD est équipé du moteur FORD/PSA installé sur de nombreux modèles des deux constructeurs. C'est un moteur moderne, agréable à mener et son adaptation dans la MAZDA 3 est plutôt réussie. Toutefois, si on apprécie les belles montées dans les tours, on reste un peu sur sa faim à bas régime. Bien que théoriquement disponible à 1.750 tr/mn, le couple maximal ne se ressent vraiment que vers 2.000 tr/mn, provoquant alors un effet turbo nettement perceptible. Si c'est amusant sur les intermédiaires, plus de spontanéité sur la cinquième vitesse serait préférable. En effet, ce rapport assez surmultiplié (50 km/h pour 1.000 tr/mn) fait qu'à 90 km/h sur route, même si on se trouve dans la zone favorable du couple, la MAZDA 3 n'a pas l'impulsion que l'on attend pour un prompt dépassement. Pour se dégager prestement, mieux vaut sélectionner la quatrième vitesse. Je n'ai également que moyennement apprécié la boîte de vitesses, assez ferme, et au guidage un peu imprécis, notamment entre deux et trois. Par contre, la sobriété est remarquable. En respectant les limitations de vitesse en vigueur sur routes et autoroutes, la consommation descend aisément sous les six litres aux cent kilomètres et n'atteint pas les sept litres lors de courts trajets en Ile de France, malgré une conduite plus enlevée. Les prestations de l'ensemble suspension et direction sont d'un bon niveau. La suspension a la fermeté nécessaire pour bien maintenir la caisse qui est peu sujette aux effets de roulis et de tangage, sans pour autant malmener les passagers. Certes, à petite vitesse les revêtements inégaux sont nettement ressentis, mais dans l'ensemble, l'impression demeure favorable, d'autant plus que les sièges, à l'avant, maintiennent agréablement. Comme souvent, les passagers à l'arrière sont moins satisfaits, la banquette et son dossier étant trop raides. La direction à assistance électro-hydraulique est à la fois souple et informative et donne à la voiture une grande précision de trajectoire. La MAZDA 3 met rapidement en confiance d'autant plus qu'elle est livrée avec un système de contrôle de stabilité (ESP) en série. Le freinage, à quatre disques, est très efficace avec une attaque franche à la pédale.

Intérieur de sportive

La présentation de l'intérieur est avenante et on apprécie la qualité des matériaux et le soin des assemblages. Les sièges et les garnissages sont à dominance noire mais le ciel de toit gris clair et les inserts façon alu sur le volant, la console centrale, le dessus de la boîte à gants contrastent judicieusement. La planche de bord est plaisante avec un beau volant multifonction, gainé de cuir, encadrant deux "compteurs" ronds surplombés chacun d'une casquette. L'ergonomie ne prête guère le flanc à la critique avec notamment une radio et sa grande molette de recherche des stations très pratique et des boutons suffisamment espacés. Les commandes au volant de l'ordinateur de bord, du régulateur de vitesse et de la radio sont plus touffues, mais on a déjà vu pire.

Pour sportifs catégorie poids moyen

Les quinze ou vingt centimètres supplémentaires de la carrosserie par rapport à celles de ses rivales, RENAULT Mégane 4,30 mètres, PEUGEOT 308 4,28 mètres ne se retrouvent pas à l'intérieur, toutefois l'habitabilité est correcte pour quatre adultes qui ne soient quand même ni basketteurs ni haltérophiles. Le coffre non plus n'est pas grandiose et avec ses 340 litres, il se situe dans la moyenne de la catégorie. Les dossiers de la banquette arrière, avec la fonctionnalité 40/60, autorisent jusqu'à 1.360 litres lorsqu'ils sont complètement rabattus, mais la surface de chargement n'est pas parfaitement plane. Par contre, le seuil de chargement bas évite les tours de reins en chargeant les bagages. Comme l'habitabilité, le tarif de la MAZDA 3 est dans le cœur de sa catégorie, mais l'équipement est particulièrement fourni. En fait, tous les équipements actuels de confort et de sécurité sont présents en série, sauf la peinture métallisée, les ouvrants et le démarrage à carte mains libres, et le système de navigation (en série sur la version Sport).

Moteur économico-sportif

Politique de groupe oblige, la MAZDA 3 1,6 L MZ-CD est équipé du moteur FORD/PSA installé sur de nombreux modèles des deux constructeurs. C'est un moteur moderne, agréable à mener et son adaptation dans la MAZDA 3 est plutôt réussie. Toutefois, si on apprécie les belles montées dans les tours, on reste un peu sur sa faim à bas régime. Bien que théoriquement disponible à 1.750 tr/mn, le couple maximal ne se ressent vraiment que vers 2.000 tr/mn, provoquant alors un effet turbo nettement perceptible. Si c'est amusant sur les intermédiaires, plus de spontanéité sur la cinquième vitesse serait préférable. En effet, ce rapport assez surmultiplié (50 km/h pour 1.000 tr/mn) fait qu'à 90 km/h sur route, même si on se trouve dans la zone favorable du couple, la MAZDA 3 n'a pas l'impulsion que l'on attend pour un prompt dépassement. Pour se dégager prestement, mieux vaut sélectionner la quatrième vitesse. Je n'ai également que moyennement apprécié la boîte de vitesses, assez ferme, et au guidage un peu imprécis, notamment entre deux et trois. Par contre, la sobriété est remarquable. En respectant les limitations de vitesse en vigueur sur routes et autoroutes, la consommation descend aisément sous les six litres aux cent kilomètres et n'atteint pas les sept litres lors de courts trajets en Ile de France, malgré une conduite plus enlevée.

Dynamique sportive

Les prestations de l'ensemble suspension et direction sont d'un bon niveau. La suspension a la fermeté nécessaire pour bien maintenir la caisse qui est peu sujette aux effets de roulis et de tangage, sans pour autant malmener les passagers. Certes, à petite vitesse les revêtements inégaux sont nettement ressentis, mais dans l'ensemble, l'impression demeure favorable, d'autant plus que les sièges, à l'avant, maintiennent agréablement. Comme souvent, les passagers à l'arrière sont moins satisfaits, la banquette et son dossier étant trop raides. La direction à assistance électro-hydraulique est à la fois souple et informative et donne à la voiture une grande précision de trajectoire. La MAZDA 3 met rapidement en confiance d'autant plus qu'elle est livrée avec un système de contrôle de stabilité (ESP) en série. Le freinage, à quatre disques, est très efficace avec une attaque franche à la pédale.

L'orientation sportive du design de la nouvelle MAZDA 3 est confirmée par les caractéristiques de la partie technique. Ce n'est pas, bien sûr, une sportive pure et dure, mais ses prestations dynamiques la rendent vivante et agréable à conduire. On peut quand même lui reprocher une certaine inertie à bas régime, surtout en cinquième, et un confort un peu spartiate à l'arrière. De même, sa grande taille dans la catégorie n'apporte pas une habitabilité supérieure à celle de ses rivales. Encore un petit point, les concessionnaires et agents sont peu nombreux, mais les voitures de la marque sont réputées fiables…

Daniel DECHENE

2009-08-15