FIAT Stilo 1.9 JTD Dynamic 5 portes

ESPACE COMPACTE
  • Aspect pratique
  • Prix
  • Moteur
  • Coffre moyen
  • Insonorisation
  • Pas d'ESP en série

Prix : 19 000 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres en ligne Injection directe common rail, turbo Diesel
Cylindrée 1910 cm³
Puissance maxi 115 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 255.00 mkg à 2000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.25 m
Largeur 1.76 m
Hauteur 1.52 m

Poids

Total 1320 kg

Capacités

Coffre de 335 à 1035 dm³
Réservoir 58 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 190 km/h
0 à 100 km/h 10.70 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.30
Urbaine 7.40
Mixte 5.40
Essai 7.50

Dolce Vita !

Afin de remplacer des Bravo/Brava vaillantes mais arrivées à bout de souffle face à une relève plus jeune et plus affûtée sur un segment des berlines compactes qui représente la majorité des ventes en Europe, FIAT a décidé de poursuivre sa politique de voitures populaires et sorti cette Stilo qui, si elle ne marque pas les esprits par son design, a au moins le mérite de poursuivre le renouvellement de la gamme de la firme Turinoise. D'autant que, bien que d'apparence modeste, la Stilo veut mettre en avant son aspect pratique et fonctionnel. C'est donc tout logiquement que la miss convole en noces économiques avec le bloc 1.9 JTD du groupe. Pour le meilleur ?

Finition à l'italienne

Dans la rue cette Italienne ne joue pas l'exubérance, surtout dans cette version 5 portes, qui va pourtant constituer très certainement l'essentiel de ses ventes. Son aspect extérieur est pourtant bien dans l'air du temps : elle a pris de la hauteur par rapport à sa devancière. C'est ainsi que le pavillon affiche une hauteur record de 1,525 m, gage d'espace intérieur mais aussi d'une ligne uniformisée sur les stars actuelles du segment basées également sur ce concept, comme la VW GOLF ou la PEUGEOT 307. Des efforts notables sont à signaler, comme le dessin réussi des feux et le discret soulignement des arêtes de caisse qui lui donnent un aspect cossu. Pour le reste comme les jantes alliages, il faudra allonger la facture, même à ce niveau de finition "Dynamic" qui représente pourtant le milieu de gamme. Si cela ne vous agrée pas, vous devrez vous contenter d'enjoliveurs de roue plutôt jolis mais fragiles à la moindre "touchette" car très exposés. Heureusement, la roue de secours est de dimensions normales… A l'intérieur, l'espace et la luminosité sont de mise. La large hauteur de pavillon permet en effet de ne pas se sentir étriqué dans cette berline et le toit ouvrant panoramique (en option) accentue encore cette impression. Les rangements ont été savamment étudiés, FIAT montrant encore ici son savoir-faire comme sur le Multipla : les bacs de rangement multiples dans les portes et le tableau de bord, la double boite à gants côté passager, les tiroirs sous les sièges et les tablettes type aviation à l'arrière accentuent le positionnement familial et pratique de cette berline. Seule la sellerie des sièges, un tissu à grosses mailles sur le modèle d'essai, peut décevoir à ce niveau de gamme mais présente l'avantage de paraître extrêmement solide. L'acheteur peut choisir gratuitement une sellerie velours pour le remplacer. Enfin, on pestera à loisir sur l'accoudoir bac de rangement central situé entre le conducteur et le passager car, situé beaucoup trop haut, il gêne dans les mouvements et n'incite pas à poser le bras dessus. De série, cette nouvelle venue est plutôt bien dotée dans cette finition intermédiaire : radio CD, radar de recul, direction assistée "CITY" pour la ville, climatisation manuelle, télécommande multifonctions… il n'y a rien de superflu dans cette voiture. Côté sécurité, on retrouve les traditionnels airbags dans tous les sens pour les passagers avant mais, si tous les modèles sont proposés avec l'ABS, le correcteur de trajectoire ESP reste une option sur ce modèle diesel. Ce choix peut paraître irrationnel quand on sait que la plupart de ses concurrentes le proposent en série. A signaler l'innovation majeure que FIAT a apporté à ce modèle : le système "My Car". La magie du multiplexage aidant, vous pouvez paramétrer certaines fonctions de votre véhicule comme l'éclairage du tableau de bord, le limiteur de vitesse, la sensibilité du capteur crépusculaire,… à partir d'une seule petite console LCD située à gauche du volant. Enfin, l'idée d'un éclairage retardé du périmètre du véhicule, que l'on peut rencontrer entre autres sur les VOLVO, a ici été reprise par des éclairages de bas de portière, afin d'éviter les flaques de boue la nuit, ainsi que le système "follow-me-home" qui retarde l'extinction des feux. Malgré cette longue liste d'équipement, la qualité des plastiques intérieurs et leurs ajustements ne sont cependant toujours pas au niveau de ses concurrentes germaniques par exemple. La planche de bord semble être un futur nid à "rossignols", malheureusement dans la droite lignée d'une finition "à l'italienne". Le moteur de 1,9 litre de cylindrée et de 115 chevaux est une bonne connaissance, puisqu'il équipe déjà d'autres productions du groupe italien comme l'ALFA 147. Légèrement dégonflé en couple sur la FIAT, il se montre bruyant à froid, mais ne force pas vraiment pour emmener cette Stilo de 1.320kg. On pourra juste regretter une relative mollesse des reprises sur les derniers rapports, ce qui incite à jouer de la boîte, franche, mais pas très agréable à manipuler. Le comportement de cette FIAT est sûr et sans surprise. Dans cette version familiale, elle se montre sereine mais peu joueuse à cause d'un amortissement un peu souple. La direction est cependant précise, permettant de bien placer la voiture, grâce à la séparation ville/route qui permet de disposer d'une direction durcie lorsque le mode City est désactivé. La consommation est convenable : pas trop élevée mais quand même pénalisée par la hauteur importante de la voiture. Enfin, de multiples bruits de transmission, craquements et bruits d'air viennent un peu ternir le tableau du confort, mais restent tout à fait supportables.

A l'intérieur, l'espace et la luminosité sont de mise. La large hauteur de pavillon permet en effet de ne pas se sentir étriqué dans cette berline et le toit ouvrant panoramique (en option) accentue encore cette impression. Les rangements ont été savamment étudiés, FIAT montrant encore ici son savoir-faire comme sur le Multipla : les bacs de rangement multiples dans les portes et le tableau de bord, la double boite à gants côté passager, les tiroirs sous les sièges et les tablettes type aviation à l'arrière accentuent le positionnement familial et pratique de cette berline. Seule la sellerie des sièges, un tissu à grosses mailles sur le modèle d'essai, peut décevoir à ce niveau de gamme mais présente l'avantage de paraître extrêmement solide. L'acheteur peut choisir gratuitement une sellerie velours pour le remplacer. Enfin, on pestera à loisir sur l'accoudoir bac de rangement central situé entre le conducteur et le passager car, situé beaucoup trop haut, il gêne dans les mouvements et n'incite pas à poser le bras dessus.

De série, cette nouvelle venue est plutôt bien dotée dans cette finition intermédiaire : radio CD, radar de recul, direction assistée "CITY" pour la ville, climatisation manuelle, télécommande multifonctions… il n'y a rien de superflu dans cette voiture. Côté sécurité, on retrouve les traditionnels airbags dans tous les sens pour les passagers avant mais, si tous les modèles sont proposés avec l'ABS, le correcteur de trajectoire ESP reste une option sur ce modèle diesel. Ce choix peut paraître irrationnel quand on sait que la plupart de ses concurrentes le proposent en série. A signaler l'innovation majeure que FIAT a apporté à ce modèle : le système "My Car". La magie du multiplexage aidant, vous pouvez paramétrer certaines fonctions de votre véhicule comme l'éclairage du tableau de bord, le limiteur de vitesse, la sensibilité du capteur crépusculaire,… à partir d'une seule petite console LCD située à gauche du volant. Enfin, l'idée d'un éclairage retardé du périmètre du véhicule, que l'on peut rencontrer entre autres sur les VOLVO, a ici été reprise par des éclairages de bas de portière, afin d'éviter les flaques de boue la nuit, ainsi que le système "follow-me-home" qui retarde l'extinction des feux.

Malgré cette longue liste d'équipement, la qualité des plastiques intérieurs et leurs ajustements ne sont cependant toujours pas au niveau de ses concurrentes germaniques par exemple. La planche de bord semble être un futur nid à "rossignols", malheureusement dans la droite lignée d'une finition "à l'italienne".

Comportement de bon niveau

Le moteur de 1,9 litre de cylindrée et de 115 chevaux est une bonne connaissance, puisqu'il équipe déjà d'autres productions du groupe italien comme l'ALFA 147. Légèrement dégonflé en couple sur la FIAT, il se montre bruyant à froid, mais ne force pas vraiment pour emmener cette Stilo de 1.320kg. On pourra juste regretter une relative mollesse des reprises sur les derniers rapports, ce qui incite à jouer de la boîte, franche, mais pas très agréable à manipuler.

Le comportement de cette FIAT est sûr et sans surprise. Dans cette version familiale, elle se montre sereine mais peu joueuse à cause d'un amortissement un peu souple. La direction est cependant précise, permettant de bien placer la voiture, grâce à la séparation ville/route qui permet de disposer d'une direction durcie lorsque le mode City est désactivé.

La consommation est convenable : pas trop élevée mais quand même pénalisée par la hauteur importante de la voiture. Enfin, de multiples bruits de transmission, craquements et bruits d'air viennent un peu ternir le tableau du confort, mais restent tout à fait supportables.

Bravo et Brava ont donc finalement cédé la place à un seul modèle : Stilo. Basée sur la même plate-forme et produite dans la même usine, cette nouvelle venue va avoir fort à faire afin d'en remontrer aux reines actuelles de ce segment extrêmement renommées. Cette version 5 portes semble pourtant bien née, fidèle au positionnement populaire et familial de FIAT et, même si elle ne brille pas dans un domaine particulier, son prix, sa bonne habitabilité et son équipement peuvent faire oublier une finition malheureusement toujours en retrait.

Frédéric JOUSSET

2002-04-01