VOLKSWAGEN Scirocco 2.0 TFSI 210 DSG6 Carat

ESPACE COUPE
  • Style
  • Equipement
  • Boîte DSG
  • Caractère moteur
  • Visibilité AR
  • Accès coffre AR

Prix : 32 180 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes Essence, injection directe, turbocompresseur
Cylindrée 1984 cm³
Puissance maxi 210 ch à 5100 tr/min
Couple maxi 29.40 mkg à 1700.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.26 m
Largeur 1.81 m
Hauteur 1.40 m

Poids

Total 1393 kg

Capacités

Coffre de 312 à 1006 dm³
Réservoir 50 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 238 km/h
0 à 100 km/h 6.90 s

Environnement

Emission CO2 174 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 6.00
Urbaine 10.00
Mixte 7.50
Essai 0.00

Gueule d'amour

Un vent nouveau souffle sur VOLKSWAGEN. Surfant sur le succès actuel de sa gamme rajeunie et dynamique, le constructeur de Wolfsburg a soufflé sur les braises de la défunte Scirocco et coiffe ainsi son milieu de gamme d'un modèle dont le seul physique aura fait couler beaucoup d'encre. Nous venons de l'essayer dans sa version actuellement la mieux finie et la plus puissante. Le ramage vaut-il alors le plumage?

Muy Macho !

Vous souvenez-vous de l'ancien coupé Scirocco des années 80, et de sa ligne assez discrète ? Sans doute pas si vous n'êtes pas un spécialiste de l'automobile. Vous aurez moins d'excuse avec ce modèle 2009, tant les designers de VW ont pu s'exprimer. Basse, très basse, dotée d'une calandre agressive à souhait, de sourcils froncés et d'une poupe aux ailes bien dessinées, elle ressemble à un insecte trapu bien campé sur ses pattes. Cela ne suggère pas vraiment la vitesse et la fluidité direz-vous ? La légèreté peut-être pas, mais le muscle et la virilité athlétique certainement ! De plus, le pavillon fuyant sur l'arrière équilibre quand même la silhouette : elle dégage une forte impression, loin d'être statique même à l'arrêt,! Les jantes de 18 pouces de la Passat CC viennent encore renforcer le tableau. La peinture "Blanc Candy" de notre modèle d'essai qui existe également sur la Golf GTI convient assez bien à la ligne de l'auto, en ayant l'avantage d'avoir l'éclat d'une teinte à effets sans le surcoût d'une peinture métallisée ou nacrée. Dès l'entrée de gamme, la correction électronique de trajectoire ESP est du voyage, comme d'ailleurs sur la Golf. S'agissant d'un véhicule doté d'une image forte, les jantes en alliage et la double sortie d'échappement sont également offertes dès le niveau de base "Scirocco". Sur notre modèle d'essai, de finition Carat, le pédalier se pare d'un aluminium du plus bel effet sportif, les sièges s'habillent de cuir et l'autoradio se cache derrière un grand écran couleur tactile. Notre véhicule d'essai était également pourvu du pack "techno" (+ 1.650 €) qui ajoute le système de navigation GPS au système audio ainsi qu'une alarme volumétrique avec une protection anti-remorquage. Enfin, un grand toit en verre panoramique et entrebâillant est disponible pour 1.043 € et ajoute une luminosité appréciable à un habitacle qui serait autrement bien sombre. On appréciera dans ce tableau les agréables compteurs cerclés de chrome ainsi que les palettes de changement de vitesses situées derrière le volant afin de pouvoir profiter pleinement de l'excellente boîte DSG. En cédant aux canons actuels de la beauté automobile, ce coupé s'est vu doté d'une ceinture de caisse très haute et d'un toit très bas et fuyant. Ceci a eu comme résultat de ne laisser que des meurtrières pour vitres latérales, de larges custodes arrière et un simple bandeau pour faire office de vitre de coffre. La visibilité arrière est donc très mauvaise, ce qui valorise grandement l'assistance au stationnement dont est équipée l'auto. L'habitabilité, qui n'est pas le point fort de ce type de véhicule, est pourtant correcte aux places avant mais le seuil de coffre arrière, placé très haut, gêne l'accès à un coffre déjà exigu. Le moteur qui équipe cette voiture est déjà une connaissance puisqu'il gronde également sous le capot de la Golf VI GTI, que nous avons essayée cet été. S'agissant d'un nouveau bloc, également partagé avec AUDI, sa puissance pourrait rapidement évoluer pour d'autres versions de la Scirocco. Doté d'une injection directe, ce moteur a également été travaillé sur la catalyse ainsi que sur la régulation de la pompe à huile afin de réduire la consommation. Le résultat est 174 grammes de CO2 émis par kilomètre, limitant le malus à 750 € en 2009, et 7,5 litres aux cent kilomètres en circuit mixte pour une auto à forte orientation sportive. Sur le plan du comportement, miss Scirocco joue la belle aux deux visages. Agile et joueuse sur les prises d'appui, elle montre une forte propension au délestage de l'avant, se montrant alors imprécise en tenue de cap lors d'une forte accélération. La motricité en sortie de virage n'est également pas exemplaire, comme si le train avant de cette sportive avait du mal à passer l'ensemble de la cavalerie. C'est d'autant plus regrettable que le travail de la boîte DSG s'avère comme toujours remarquable, tantôt souple en conduite coulée et tantôt hyper-réactive en mode sport. Grâce à cette transmission, la Scirocco se transforme alors en championne du grand prix des feux rouges! Cette auto s'avère cependant peu démonstrative, même si les performances sont là : ça pousse fort, mais le conducteur ne s'en rend pas vraiment compte à moins de jeter un œil au tachymètre qui indique très rapidement des allures hautement illégales. Le confort est certes un peu sec vu la caisse rase-bitume et le diamètre des jantes, mais le système DCC en option (+ 970 €) qui équipait notre véhicule a conduit à un bilan honorable. Ce système ajuste automatiquement la dureté de l'amortissement et l'assistance de direction selon l'état de la chaussée et les conditions de conduite. En termes de confort acoustique, la sonorité du discret moteur essence et sa perception à l'intérieur de l'habitacle a été particulièrement travaillée, comme sur la cousine Golf GTI, grâce à un résonateur acoustique ajouté sur l'entrée d'air moteur. Le résultat est un son rauque et enveloppant à souhait qui ravira les amateurs de mécanique, mais pourra s'avérer un peu lassant pour les autres sur longs trajets.

Un cocon de technologie

Dès l'entrée de gamme, la correction électronique de trajectoire ESP est du voyage, comme d'ailleurs sur la Golf. S'agissant d'un véhicule doté d'une image forte, les jantes en alliage et la double sortie d'échappement sont également offertes dès le niveau de base "Scirocco". Sur notre modèle d'essai, de finition Carat, le pédalier se pare d'un aluminium du plus bel effet sportif, les sièges s'habillent de cuir et l'autoradio se cache derrière un grand écran couleur tactile. Notre véhicule d'essai était également pourvu du pack "techno" (+ 1.650 €) qui ajoute le système de navigation GPS au système audio ainsi qu'une alarme volumétrique avec une protection anti-remorquage. Enfin, un grand toit en verre panoramique et entrebâillant est disponible pour 1.043 € et ajoute une luminosité appréciable à un habitacle qui serait autrement bien sombre. On appréciera dans ce tableau les agréables compteurs cerclés de chrome ainsi que les palettes de changement de vitesses situées derrière le volant afin de pouvoir profiter pleinement de l'excellente boîte DSG. En cédant aux canons actuels de la beauté automobile, ce coupé s'est vu doté d'une ceinture de caisse très haute et d'un toit très bas et fuyant. Ceci a eu comme résultat de ne laisser que des meurtrières pour vitres latérales, de larges custodes arrière et un simple bandeau pour faire office de vitre de coffre. La visibilité arrière est donc très mauvaise, ce qui valorise grandement l'assistance au stationnement dont est équipée l'auto. L'habitabilité, qui n'est pas le point fort de ce type de véhicule, est pourtant correcte aux places avant mais le seuil de coffre arrière, placé très haut, gêne l'accès à un coffre déjà exigu.

Moteur électrique ?

Le moteur qui équipe cette voiture est déjà une connaissance puisqu'il gronde également sous le capot de la Golf VI GTI, que nous avons essayée cet été. S'agissant d'un nouveau bloc, également partagé avec AUDI, sa puissance pourrait rapidement évoluer pour d'autres versions de la Scirocco. Doté d'une injection directe, ce moteur a également été travaillé sur la catalyse ainsi que sur la régulation de la pompe à huile afin de réduire la consommation. Le résultat est 174 grammes de CO2 émis par kilomètre, limitant le malus à 750 € en 2009, et 7,5 litres aux cent kilomètres en circuit mixte pour une auto à forte orientation sportive. Sur le plan du comportement, miss Scirocco joue la belle aux deux visages. Agile et joueuse sur les prises d'appui, elle montre une forte propension au délestage de l'avant, se montrant alors imprécise en tenue de cap lors d'une forte accélération. La motricité en sortie de virage n'est également pas exemplaire, comme si le train avant de cette sportive avait du mal à passer l'ensemble de la cavalerie. C'est d'autant plus regrettable que le travail de la boîte DSG s'avère comme toujours remarquable, tantôt souple en conduite coulée et tantôt hyper-réactive en mode sport. Grâce à cette transmission, la Scirocco se transforme alors en championne du grand prix des feux rouges! Cette auto s'avère cependant peu démonstrative, même si les performances sont là : ça pousse fort, mais le conducteur ne s'en rend pas vraiment compte à moins de jeter un œil au tachymètre qui indique très rapidement des allures hautement illégales. Le confort est certes un peu sec vu la caisse rase-bitume et le diamètre des jantes, mais le système DCC en option (+ 970 €) qui équipait notre véhicule a conduit à un bilan honorable. Ce système ajuste automatiquement la dureté de l'amortissement et l'assistance de direction selon l'état de la chaussée et les conditions de conduite. En termes de confort acoustique, la sonorité du discret moteur essence et sa perception à l'intérieur de l'habitacle a été particulièrement travaillée, comme sur la cousine Golf GTI, grâce à un résonateur acoustique ajouté sur l'entrée d'air moteur. Le résultat est un son rauque et enveloppant à souhait qui ravira les amateurs de mécanique, mais pourra s'avérer un peu lassant pour les autres sur longs trajets.

Caractère à revendre Cette Scirocco nouvelle mouture séduit tant par son look ravageur que par ses performances pures. On ne peut cependant pas parler de sportive exclusive pour cette voiture qui serait plutôt à ranger dans la catégorie des coupés rapides et civilisés. Quoi qu'il en soit, elle demeure une vraie réussite, malgré sa légère timidité, et les pilotes insatiables attendront avec impatience une future version plus exclusive.

Frédéric JOUSSET

2010-01-05