FIAT Punto Evo 1.3 16V MULTIJET 95 Dynamic

ESPACE CITADINE
  • Moteur sobre et performant
  • Habitabilité
  • Compromis confort/tenue de route
  • Rapport prix/équipement
  • Ligne banalisée
  • Assise des sièges avant peu agréable
  • Difficulté d'accès aux places arrière (version 3 portes)
  • Espaces de rangements trop petits

Prix : 16 750 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres 16 soupapes Turbo Diesel injection directe par rampe commune
Cylindrée 1248 cm³
Puissance maxi 95 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 20.00 mkg à 1500.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.06 m
Largeur 1.69 m
Hauteur 1.49 m

Poids

Total 1130 kg

Capacités

Coffre de 275 à 1030 dm³
Réservoir 45 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 178 km/h
0 à 100 km/h 11.70 s

Environnement

Emission CO2 110 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 3.50
Urbaine 5.30
Mixte 4.20
Essai 5.10

Evolution technologique

Lancée en 2005, la Punto a eu droit à un "lifting" à l'automne 2009 et, à l'occasion, a changé de nom, passant de Grande à Evo. Il n'y a pas que l'extérieur qui a changé, au regret d'ailleurs de certains qui préféraient l'avant type MASERATI à l'actuel, l'habitacle a également été remanié et les motorisations améliorées. Afin d'apprécier ces évolutions, nous avons essayé la Punto Evo en finition Dynamic (deuxième niveau sur quatre) animée par le 1.3 16V MULTIJET de 95 chevaux, nouvelle motorisation médiane parmi les trois Diesel proposés.

Plus belle avant ?

Commençons par ce qui se voit le plus, la carrosserie. Ce qui a fait le charme et le succès de la Grande Punto, c'était l'esthétique de la face avant avec son capot plongeant sur une calandre grillagée encadrée par des blocs optiques évoquant le design MASERATI. Mais tout lasse et FIAT, pour relancer sa berline, a redessiné l'avant de la Punto en surchargeant un peu les lignes sobres du précédent modèle avec un bouclier plus imposant et une barrette portant le logo FIAT, identique à celle de la FIAT 500. L'esthétique de la Punto Evo n'est pas désagréable, mais lorsque la première version d'une voiture est très réussie, il est difficile d'apporter des retouches sans dénaturer la ligne originelle. Si le nouvel aspect de la carrosserie peut décevoir, il n'en est pas de même de l'intérieur. Le tableau de bord assez massif de la version précédente a été redessiné et agrémenté d'un revêtement à deux tons, les parties supérieures et inférieures du tableau de bord, noires, encadrant la partie médiane recouverte d'un matériau souple dont la couleur, bleue dans la voiture essayée, est assortie au tissu des sièges et des contre-portes. La façade de la radio est réalisée dans un beau plastique fumé et brillant, le volant est agréablement dessiné et recouvert de cuir et le bloc instrumentation abrite de grands cadrans circulaires, l'ensemble étant agréable à regarder. En option, le système Blue&Me Tom-Tom affiche sur l'écran tactile amovible, situé au dessus des aérateurs centraux, les informations du navigateur GPS, du téléphone mains libres et de la fonction Eco-Drive permettant de gérer votre style de conduite en vous incitant à optimiser les changements de vitesses afin de minimiser la consommation. La Punto est une des plus grandes de sa catégorie (4,06 mètres) et l'habitabilité en profite. Quatre adultes sont correctement installés et il reste encore une petite place au milieu pour un enfant. Le coffre est dans la moyenne de la catégorie, 275 litres, et atteint 1.030 litres banquette arrière fractionnable en deux tiers / un tiers complètement rabattue, mais les rangements ne sont pas nombreux et petits, notamment les bacs de portière trop étroits. Encore un grief, l'accès aux places arrière des versions trois portes n'est pas aisé. Si vous avez souvent des passagers, surtout s'il s'agit de jeunes enfants à installer dans un siège auto ou de personnes âgées plus très souples, les 600 € réclamés pour les portes arrière vous simplifieront grandement la vie. L'évolution majeure de cette Punto se cache en fait sous le capot. La puissance du moteur 1.3 MJT a gagné quelques chevaux, passant de 90 à 95, et le couple, toujours de 200 Nm, est obtenu à 1.500 tr/mn au lieu de 1.750 auparavant. Ce moteur répond aux normes Euro 5 et est équipé d'un filtre à particules. La modification la plus importante est l'adoption du système Start&Stop, coupant le moteur lorsque la voiture est à l'arrêt et le redémarrant dès que le conducteur appuie sur la pédale d'embrayage. Ces évolutions ont un impact positif sur la consommation et les émissions de CO2 qui s'établissent à 4,2 l/100 km et 110 g/km en cycle mixte, ouvrant droit à un bonus écologique en 2010 de 500 €. On peut toutefois s'interroger sur l'efficacité réelle du système Start&Stop. Déjà, sa mise en fonction est conditionnée par plusieurs paramètres : température moteur, charge batterie, consommation des appareils électriques principalement. Ainsi pour un trajet de quelques kilomètres par un froid matin d'hiver avec essuie-glace, ventilation, dégivrage, phares allumés, vous serez probablement arrivés à destination avant que les conditions soient requises. D'autre part un moteur de ce type tournant au ralenti consomme moins d'un litre à l'heure, donc, à moins de circuler régulièrement sur des routes très encombrées, le gain sera finalement assez faible. Il est vrai que les petits ruisseaux font les grandes rivières… Par contre, un avantage indiscutable est l'absence de bruits et vibrations en attendant que le feu passe au vert. L'utilisation de ce 1.3 MJT 95 est, d'une façon générale, agréable. Toutefois, bien que la fiche technique fasse état d'un couple maximal obtenu à 1.500 tr/mn, le moteur ne s'anime vraiment qu'un peu avant 2.000 tr/mn. En circulation urbaine, ce relatif manque de souplesse, nécessite quelques changements de vitesses qu'un moteur plus élastique éviterait. Par contre, sur route, les accélérations et reprises sont d'un très bon niveau avec de franches montées en régime. L'étagement des cinq rapports de la boîte de vitesses est judicieux, mais sa commande est assez ferme et parfois imprécise. La consommation, sur des trajets assez bien partagés entre circulation urbaine et routière, s'est établie à un peu plus de cinq litres aux cent kilomètres, ce qui est satisfaisant dans l'absolu, mais un peu décevant vis-à-vis des chiffres annoncés et compte tenu de la fluidité de la circulation lors de l'essai. La suspension de la Punto Evo propose un bon compromis entre confort et tenue de route. La voiture est stable et guidée précisément par une direction assistée bien calibrée qui dispose d'une touche "City" l'assouplissant pour les manœuvres en ville. Le freinage est puissant, mais manque un peu de progressivité, ce qui ne facilite pas son dosage. Si la suspension assure en ce qui concerne la tenue de route, elle ne laisse également pas le confort en reste. Les passagers sont dans l'ensemble bien portés, sauf à faible vitesse sur chaussée dégradée ou l'on note quelques percussions. Par contre, l'assise des sièges avant, entourée d'un bourrelet assez ferme, n'est pas agréable. Terminons sur une note optimiste, le niveau sonore est modéré, non seulement à l'arrêt puisque le moteur ne tourne pas, Start&Stop oblige, mais aussi à vitesse soutenue, permettant l'écoute de la radio dans de bonnes conditions.

Bel intérieur

Si le nouvel aspect de la carrosserie peut décevoir, il n'en est pas de même de l'intérieur. Le tableau de bord assez massif de la version précédente a été redessiné et agrémenté d'un revêtement à deux tons, les parties supérieures et inférieures du tableau de bord, noires, encadrant la partie médiane recouverte d'un matériau souple dont la couleur, bleue dans la voiture essayée, est assortie au tissu des sièges et des contre-portes. La façade de la radio est réalisée dans un beau plastique fumé et brillant, le volant est agréablement dessiné et recouvert de cuir et le bloc instrumentation abrite de grands cadrans circulaires, l'ensemble étant agréable à regarder. En option, le système Blue&Me Tom-Tom affiche sur l'écran tactile amovible, situé au dessus des aérateurs centraux, les informations du navigateur GPS, du téléphone mains libres et de la fonction Eco-Drive permettant de gérer votre style de conduite en vous incitant à optimiser les changements de vitesses afin de minimiser la consommation.

Habitable, mais accès difficile

La Punto est une des plus grandes de sa catégorie (4,06 mètres) et l'habitabilité en profite. Quatre adultes sont correctement installés et il reste encore une petite place au milieu pour un enfant. Le coffre est dans la moyenne de la catégorie, 275 litres, et atteint 1.030 litres banquette arrière fractionnable en deux tiers / un tiers complètement rabattue, mais les rangements ne sont pas nombreux et petits, notamment les bacs de portière trop étroits. Encore un grief, l'accès aux places arrière des versions trois portes n'est pas aisé. Si vous avez souvent des passagers, surtout s'il s'agit de jeunes enfants à installer dans un siège auto ou de personnes âgées plus très souples, les 600 € réclamés pour les portes arrière vous simplifieront grandement la vie.

Start&Stop

L'évolution majeure de cette Punto se cache en fait sous le capot. La puissance du moteur 1.3 MJT a gagné quelques chevaux, passant de 90 à 95, et le couple, toujours de 200 Nm, est obtenu à 1.500 tr/mn au lieu de 1.750 auparavant. Ce moteur répond aux normes Euro 5 et est équipé d'un filtre à particules. La modification la plus importante est l'adoption du système Start&Stop, coupant le moteur lorsque la voiture est à l'arrêt et le redémarrant dès que le conducteur appuie sur la pédale d'embrayage. Ces évolutions ont un impact positif sur la consommation et les émissions de CO2 qui s'établissent à 4,2 l/100 km et 110 g/km en cycle mixte, ouvrant droit à un bonus écologique en 2010 de 500 €. On peut toutefois s'interroger sur l'efficacité réelle du système Start&Stop. Déjà, sa mise en fonction est conditionnée par plusieurs paramètres : température moteur, charge batterie, consommation des appareils électriques principalement. Ainsi pour un trajet de quelques kilomètres par un froid matin d'hiver avec essuie-glace, ventilation, dégivrage, phares allumés, vous serez probablement arrivés à destination avant que les conditions soient requises. D'autre part un moteur de ce type tournant au ralenti consomme moins d'un litre à l'heure, donc, à moins de circuler régulièrement sur des routes très encombrées, le gain sera finalement assez faible. Il est vrai que les petits ruisseaux font les grandes rivières… Par contre, un avantage indiscutable est l'absence de bruits et vibrations en attendant que le feu passe au vert.

Conduite agréable

L'utilisation de ce 1.3 MJT 95 est, d'une façon générale, agréable. Toutefois, bien que la fiche technique fasse état d'un couple maximal obtenu à 1.500 tr/mn, le moteur ne s'anime vraiment qu'un peu avant 2.000 tr/mn. En circulation urbaine, ce relatif manque de souplesse, nécessite quelques changements de vitesses qu'un moteur plus élastique éviterait. Par contre, sur route, les accélérations et reprises sont d'un très bon niveau avec de franches montées en régime. L'étagement des cinq rapports de la boîte de vitesses est judicieux, mais sa commande est assez ferme et parfois imprécise. La consommation, sur des trajets assez bien partagés entre circulation urbaine et routière, s'est établie à un peu plus de cinq litres aux cent kilomètres, ce qui est satisfaisant dans l'absolu, mais un peu décevant vis-à-vis des chiffres annoncés et compte tenu de la fluidité de la circulation lors de l'essai.

Sûre et confortable

La suspension de la Punto Evo propose un bon compromis entre confort et tenue de route. La voiture est stable et guidée précisément par une direction assistée bien calibrée qui dispose d'une touche "City" l'assouplissant pour les manœuvres en ville. Le freinage est puissant, mais manque un peu de progressivité, ce qui ne facilite pas son dosage. Si la suspension assure en ce qui concerne la tenue de route, elle ne laisse également pas le confort en reste. Les passagers sont dans l'ensemble bien portés, sauf à faible vitesse sur chaussée dégradée ou l'on note quelques percussions. Par contre, l'assise des sièges avant, entourée d'un bourrelet assez ferme, n'est pas agréable. Terminons sur une note optimiste, le niveau sonore est modéré, non seulement à l'arrêt puisque le moteur ne tourne pas, Start&Stop oblige, mais aussi à vitesse soutenue, permettant l'écoute de la radio dans de bonnes conditions.

La Punto Evo 1.3 Multijet 95 a bien évolué. Certes le remodelage de la face avant enlève beaucoup à la personnalité de la précédente version, mais l'effort réalisé par FIAT sur l'aménagement intérieur et la motorisation est notable et procure un bel agrément à la Punto Evo, d'autant plus que les tarifs proposés sont très concurrentiels.

Daniel DECHENE

2010-05-07